Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les derniers jours de la Troisième République à Tahiti, 1938-1940

 | 
Jean Chastenet de Gery

Les derniers jours de la troisième république à Tahiti 1938-1940

Souvenirs d'un gouverneur

Jean Chastenet de Gery

Texte intégral

Le dessein de cet essai est de peindre le caractère de ces révolutions et d’écarter la multitude des petits faits pour ne laisser voir que les seuls considérables et, s’il se peut, l’esprit qui les a conduits.
Voltaire

Le gouverneur Chastenet de Géry

1Dans le contexte des événements qui, en 1940, ont bouleversé le monde, le ralliement des Etablissements Français de l’Océanie au général de Gaulle n’a constitué qu’un incident. Pour mineur qu’il ait été, celui-ci n’en prend pas moins place dans une fresque dont l’éclairage, par trop orienté, laisse dans l’ombre certaines réalités et fausse, du même coup, la perspective d’ensemble.

2On était pourtant en droit d’espérer, qu’avec le recul du temps, les passions se calmeraient et que cet apaisement serait de nature à favoriser une certaine objectivité. Tel ne semble pas être le cas si l’on en juge par les ouvrages relatant les événements dont Tahiti a été le théâtre, voici pourtant plus de trente années.

3Force est donc d’admettre que ces événements sont de ceux que, seule, la postérité sera à même de juger en toute impartialité. Mais, pour qu’il en soit ainsi, encore faudrait-il que les historiens puissent disposer de dossiers complets, c’est-à-dire renfermant les différents points de vue. C’est à cette fin qu’ont été rédigées les pages qui suivent. Assorties d’un certain nombre de documents, elles n’ont d’autre prétention que celle d’apporter un témoignage qui, confronté avec ceux déjà fournis, devrait permettre une appréciation moins partisane.

4Avant de partir, au début de 1937, pour la Polynésie, qu’on désignait alors sous le titre d’Etablissements Français de l’Océanie, et dont m’était confiée la charge, j’eus avec Marius Moutet, Ministre des Colonies, plusieurs entretiens. Il n’arrivait pas, m’exposa-t-il, à se faire une idée de l’état d’esprit qui régnait dans cette lointaine colonie. Il se disait déconcerté par les rapports, les doléances et les accusations qui lui parvenaient de là-bas ou de diverses sources, et dont il ressortait, à l’évidence, qu’une étrange confusion régnait, dans le pays. Il souhaitait, qu’arrivant avec un esprit neuf, je puisse déterminer les causes et l’évolution de cette situation trouble.

5Quand, après 45 jours de mer, j’arrivai à Tahiti au soleil levant, à l’heure choisie où s’éteignait le phare de la pointe Vénus et où s’éclairaient les sommets de l’île, j’éprouvai les mêmes sentiments que tous les arrivants. Dominait surtout l’impression de mystère que dégage de loin cette île escarpée, surgie au milieu du Pacifique, et que semble protéger, contre les atteintes de toutes sortes le récif, frange circulaire où brise l’incessant ressac. La montagne l’occupe tout entière. Elle descend jusqu’au rivage, ne laissant subsister qu’une corniche plane sur le pourtour, d’où s’échappent de petites rivières, où s’amorcent les sentiers jusqu’au cœur des vallées profondes.

6Quand nous donnâmes dans la passe, que nous avançâmes lentement dans le lagon intérieur protégé des houles, s’imposa ensuite cette impression de calme et de silence si souvent relevée. Papeete se réveillait et préparait aux nouveaux arrivés son accueil, dans sa nonchalance matinale.

7J’y fus reçu par un administrateur des colonies, Henri Sautot, qu’on avait fait venir des Nouvelle-Hébrides où il était en service, afin d’assurer l’intérim, après le départ précipité de mon prédècesseur pour la France.

8Il m’attendait au quai, entouré des chefs de districts endimanchés et ceints de leurs écharpes. Nous nous engageâmes alors dans une allée ombragée de grands arbres, longue d’une centaine de pas, qui menait au gouvernement. Mais en y arrivant, trois affreuses choses déshonorant le cadre, se révélèrent à mes yeux.

9D’abord, sur un terre plein herbeux, un kiosque à musique en béton, pur style 1900, que le plus déshérité des chefs lieux de canton de France n’aurait pas osé revendiquer. Durant tout mon séjour, je devais solliciter du maire, au moins le déplacement de l’odieux monument. Soit que nos goûts différâssent ou qu’il y mit un malin plaisir, il n’en fit rien. Respectueux, comme il se doit, des élus du suffrage universel, je me résignai à contempler les rosaces en fer forgé et les fleurs stylisées qui surmontaient l’édifice. Bien mieux, c’est avec un indéniable machiavélisme qu’il constitua, peu après, une fanfare municipale, laquelle, assez souvent, nous déversait, du haut du kiosque, des airs martiaux strictement tirés du répertoire des musiques militaires britanniques.

10Ensuite, à gauche de l’entrée du parc, se dressait une imposante guérite de factionnaire, au gabarit d’un grenadier poméranien, zébrée de rayures bigarrées, luisante de peinture fraîche. Là, j’étais sur mon domaine, et mon premier acte d’autorité fut de condamner le ridicule édifice à une immédiate disparition.

11Enfin, s’inscrivant en courbe au-dessus de l’entrée, une banderole de tôle, terminée en volutes, portait en larges lettres : GOUVERNEMENT. J’eus soudainement la vision de plaques de tôles semblables qui, jadis, dans toutes les communes de France, désignaient la GENDARMERIE NATIONALE. Sans nul doute devait elle être portée à l’inventaire-comptable de quelque service. Ne voulant donc pas causer de préjudice au fonctionnaire qui l’avait en charge, je m’abstins d’y porter une main sacrilège. Mais je n’eus de cesse que j’eus vu la fâcheuse inscription disparaître sous les retombées de plantes grimpantes. J’en mis moi-même les boutures en terre, j’orientai les branches et je fus émerveillé de l’exubérance de la nature sous ces climats, qui en peu de temps, seconda exactement mon dessein.

12Franchie la grille et sensiblement en retrait, m’apparut enfin, au milieu des tipaniers et des flamboyants, l’hôtel du gouverneur recouvert jusqu’au toit de plantes feuillues.

13Et, puisqu’on a, parait-il, depuis, démoli cette vénérable bâtisse, qu’on me laisse m’attarder sur elle un instant. Sans doute est-il normal qu’aux nécessités du présent on sacrifie le passé, mais on peut accompagner la disparition des vieilles choses d’un geste d’adieu, d’un pleur d’attendrissement !

14C’était une assez grande maison à un seul étage, avec de larges vérandas soutenues par des colonnes, dans ce style colonial rococo que rappellent, dans les films, les résidences des états sudistes américains, à l’époque de la guerre de Sécession.

15À l’intérieur, dans le vestibule d’entrée, on butait tout de suite sur un escalier en colimaçon, étroit et mal commode, qui menait aux appartements de l’étage. Le rez-de-chaussée ne contenait que de grandes pièces à peu près vides avec tout au plus les restes d’un mobilier délabré. L’une d’elles était ouverte de deux côtés sur le parc. Il fallut la garnir de rideaux mobiles, pour protéger les visiteurs du soir du “hupe”, ce vent qui, descendant de la montagne à la tombée de la nuit, souffle vers la mer. Aux jours de réception, force était de masquer le dénuement en meubles et les lézardes des parois, sous des profusions de plantes vertes et de fougères arborescentes.

16Cette malheureuse construction était, du haut en bas, tellement rongée par les termites, qu’il fallut successivement remplacer, par des buses en béton, les colonnes primitives de bois en faux dorique, qui, sous une illusoire pellicule de peinture, ne contenaient plus que quelques poignées de poussière. Les peintres, de leur côté, se lamentaient qu’au contact le plus atténué, leurs pinceaux passaient au travers des panneaux.

17C’était désuet, charmant et absurde. Ainsi ne sortais-je pas des transes, quand je suivais les évolutions des couples sur des planchers que je savais vermoulus, surplombant des caves, où des infiltrations sournoises de pluies entretenaient une nappe d’eau d’un pied, impossible à étancher, comme si une source souterraine l’alimentait, et que recouvrait au surplus une couche de pétrole, car elle constituait un milieu idéal pour la prolifération des moustiques.

18Mais c’était aussi un lieu émouvant, quand on ressucitait les fantômes, liés à l’histoire locale, de ceux qui avaient défilé en ces lieux, sans doute : la grande Pomaré, les amiraux Dupetit-Thouars et Bruat, les commandants Lavaud et Chessé, les grands chefs tahitiens, Tati, Paofai, Paraita, encore vivants dans les mémoires, et tant de capitaines marins, quand on songeait à ces actes officiels, traités de protectorat et d’annexion, qui y avaient été discutés et signés, quand enfin on y relisait la correspondance entre un ministre lointain et son représentant local, dans ce style fignolé, agrémenté des formules de courtoisie de l’époque, auquel notre administration moderne a substitué de laconiques expressions dénuées de toute civilité.

19Un vaste parc, planté de mapés, de manguiers géants et de flamboyants, entourait l’hôtel du gouvernement. Dans le grand bâtiment qui le flanquait dans un angle, et où étaient alors installés les Services du Trésor, bien des gens s’obstinaient à voir l’ancien palais de la Reine Pomaré. Tout au plus fut-il occupé par le Roi Pomaré V, le dernier souverain mort en 1891. Après avoir compulsé des archives, recoupé diverses relations et gratté assez profondément l’humus dans un coin du parc, je pus retrouver, sous de beaux néfliers, les pierres de fondation de la vraie résidence de la Reine, une simple construction légère qui n’avait pu résister au temps. C’était donc là l’emplacement de la demeure qui abrita la jeune souveraine Aimata dont la liberté d’allure désespéra l’austère pasteur Nott et ses confrères, cette résidence dont Loti nous a laissé une description colorée quand, le soir, la maison éclatait de lumière et des chants des suivantes dont la Reine vieillie aimait s’entourer.

20En face, à l’autre bout du parc, le long du chemin qui menait à la mission, une source jaillissait, retombait dans un bassin naturel et formait une petite rivière qui allait se perdre dans la mer. C’est de cette eau, si pure et si limpide que la grande reine n’en voulait pas d’autre pour boire, même durant ses déplacements, que la ville de Papeete aurait tiré son nom. (Pape : eau, iti : petite).

21De Henri Sautot, qui avait, deux années durant, occupé le poste de gouverneur par intérim, je n’eus guère à compter pour me mettre au courant des affaires de la colonie. Pressé de regagner son poste, il prit passage, dès le lendemain, sur le paquebot qui m’avait amené.

22Dès le premier soir, je me plongeai donc dans l’examen d’une série de dossiers qui, sans doute en raison de leur caractère confidentiel, avaient été enfermés dans le coffre de mon nouveau bureau. Et si j’en fais mention, c’est parce que j’y trouvai matière à ma première surprise, dans ce pays qui m’en réservait bien d’autres.

23Le premier courrier, parvenu en même temps que moi, contenait un pli de la Direction des Affaires Politiques. On s’y étendait, avec complaisance, sur la présence à ce moment, à Paris, d’un habitant de la colonie dont on avait fort apprécié, me disait-on, les informations et la connaissance approfondie des milieux tahitiens. J’aurais avantage, ajoutait la dépêche, à le recevoir lors de son retour, pour bénéficier de son expérience et de ses conseils...

24Il me revint alors que, parmi les dossiers du coffre parcourus la veille, il s’en trouvait un concernant le personnage en question. Il contenait une lettre, expédiée confidentiellement quelques années plus tôt par cette même Direction, où l’on mettait très précisément le gouverneur de l’époque en garde contre cet individu, étranger au surplus, tenu pour suspect et à maintenir sous surveillance. A laquelle des deux communications devais-je me référer ? Je pris un malin plaisir à poser la question au Département, je n’obtins pas de réponse. Néanmoins je pus me convaincre par moi-même, peu après, que la première était celle à laquelle il fallait se ranger. Mais la morale que j’en tirai fut que les incompréhension du Ministre s’expliquaient, pour peu que ses informations, sur la colonie, fussent aussi... partagées.

25Par le même courrier, j’apprenais le décès subit du délégué des E.F.O., au Conseil Supérieur des Colonies. On sait qu’il existait alors, auprès du Ministre, un Conseil consultatif formé de représentants, élus par celles des colonies qui ne possédaient pas une représentation parlementaire. Celui qui disparaissait ainsi était un sénateur, fort aimable et courtois, avec lequel j’avais pris contact avant de quitter Paris. Il ne m’avait pas caché qu’élu à distance, il ne connaissait rien des affaires et même de l’Océanie tout court. Il s’en remettait à moi pour le tenir au courant des questions pouvant l’intéresser, et me promettait son appui.

26Et voilà que, sans avoir eu le temps de déceler les différents courants d’opinion, les tendances ou les oppositions, je me trouvais brusquement “plongé dans le bain” puisqu’il fallait sans retard lui donner un successeur. Et si je relate ce fait, c’est pour donner à comprendre ce que représentait une consultation électorale, avec des électeurs répartis sur une centaine d’iles, dispersées elles-mêmes sur une surface aussi étendue que l’Europe. L’opération ne pouvait manquer d’être longue et compliquée. Elle se révéla de plus assez originale.

27Il fallut d’abord préparer le matériel au chef-lieu, puis faire parvenir, jusque dans les districts les plus éloignés, les urnes, les listes électorales, les proclamations des candidats et les bulletins. Ce fut, pour la goélette dont je disposais, une première longue tournée. Après son retour à Papeete pour ravitaillement, elle dut entreprendre à nouveau le même périple, afin de ramasser les résultats.

28Quand elle revint au port, après nombre de semaines, elle ramena les urnes vides, les bulletins intacts sous leurs bandes d’emballage, les ballots de proclamations, ainsi que les procès-verbaux dûment signés par les chefs de districts... mais en blanc. Et tout cela accompagné de lettres manuscrites émanant de chacun d’eux, et conçues à peu près dans les mêmes termes : “Nous ne connaissons pas tes candidats. Comment veux-tu que nous fassions un choix ? Puisque tu es là pour t’occuper de nous, fais donc pour le mieux”.

29Consternation. Que faire en présence de ce cas de conscience ? Compte tenu des rappels de la métropole, qui ne concevait pas les retards apportés à cette consultation, il ne fallait pas songer à répéter l’opération.

30Deux candidats étaient en présence : un obscur avocat de province et un secrétaire d’état, à la tête de la marine marchande au surplus, donc susceptible d’aider la colonie à propos de ses transports maritimes. Le bon sens voulait que ce dernier l’emportât. Après tout, le principe du suffrage universel avait été respecté dans son principe et dans ses intensions. Sans donc avoir eu la pensée de lui manquer de révérence et après avoir qualifié la procédure “d’élection par délégation”, afin d’apaiser ma conscience administrative, je déclarai le sous-secrétaire d’état favorisé par les suffrages.

***

31Peu à peu, je me familiarisai avec la mentalité locale, en visitant un à un tous les districts, où j’étais reçu par les indigènes, avec cette urbanité familière qui les caractérise.

32Pour atteindre les plus éloignés, dans les archipels des Marquises et des Tuamotu de l’est, j’utilisais l’aviso, dépendant de la division navale de Chine qui, durant 2 ou 3 mois par an, était détaché en Océanie. Les iles plus proches m’étaient accessibles avec la goélette du gouvernement, un petit bâtiment mixte de type local.

33Celle qui existait à mon arrivée, la Mouette, était de construction ancienne, si ancienne même qu’un jour, en pénétrant dans le lagon d’Amanu, après avoir heurté le récif, elle se fit une voie d’eau. Certains de ses bordés étant en mauvais état, on pouvait après coup frémir à l’idée de ce qui aurait pu se produire en haute mer.

34Je la remplaçai alors par une belle barque, construite par les habitants de Tubuai, la Tamara, à qui je la rachetai après passage entre les mains d’un commerçant chinois. Grâce à l’ingéniosité du chef des Travaux Publics, avec seulement les conseils d’un ancien capitaine au long cours, nous la transformâmes, de bateau de charge, en un bâtiment pour passagers. Avec cette petite unité de 95 t, longue de 23 m, munie d’un moteur de 135 chevaux, je pus étendre le rayon de mes tournées, qui se prolongeaient parfois plusieurs semaines, en liaison permanente par T.S.F. avec mes services.

35Les retours de ces voyages ne manquaient pas de pittoresque, avec cette goélette transformée en arche de Noe. Les haubans s’ornaient de régimes de bananes et de fruits, le pont fourmillait de petits cochons, de volatiles, de tortues de mer, dons des insulaires visités, et qui s’en allaient aussitôt porter un peu de joie chez les lépreux d’Orofara.

36Peut-être tous ces détails paraitront-ils oiseux. Je pense pourtant qu’il peut s’en dégager quelques données géographiques ou ethniques, ou des impressions, qui permettent de fixer une époque, de mieux imaginer la physionomie de ces lointaines dépendances et de ceux qui les peuplaient.

37Cette population était, à la base, constituée par les autochtones, des Maoris dispersés sur une centaine d’îles jetées au hasard à travers les immensités marines et formant plusieurs archipels : Iles de la Société, Marquises, Tuamotu, Iles Australes. Toutes n’étaient cependant pas également habitées, et certaines même à peu près désertes, sauf au moment où la récolte des cocos (le rahui) et la fabrication du coprah (extraction de l’amande après dessication) amenaient des îles voisines les propriétaires des cocotiers, ou bien quand leurs lagons étaient ouverts à la pêche aux huitres perlières, par décision administrative, selon un ordre de succession régulier.

38C’était une population douce et attachante, constituée par des êtres fins, cachant, sous une indolence apparente, un sens aigu de l’observation et une philosophie simplifiée. Gâtés par la nature, leur avenir ne semblait pas s’étendre au delà de chaque journée, qui ramenait, presque toute l’année, un soleil éclatant et ne leur imposait que des activités limitées : cette récolte du coprah qui semblait bien faite pour eux, plus un jeu qu’un labeur, ou bien, quand la faim les poussait, la pêche d’une carangue dans le lagon, d’un coup adroit de trident. Pour le reste des besoins domestiques, ils s’en remettaient au chinois, qui, avec sa voiture cahotante et ses poids souvent frelatés, les atteignait jusque dans les coins les plus reculés. Providence retorse de ces insouciants, à laquelle, disait-on, certains s’adressaient même, pour se procurer, sans effort, l’eau chaude destinée à la confection du thé du soir ! Artistes, dans leurs manifestations musicales et chorégraphiques en particulier, ils adoraient les longs bavardages, parauparau, et ils étaient sensibles à ce genre de poésie que déployaient leurs orateurs. Ce personnage, officieusement désigné par le suffrage de tous, figurait dans toutes leurs réunions à côté du chef officiel et avait charge d’exprimer aux étrangers, en termes fleuris, les souhaits qui s’accompagnaient de charmantes attentions.

39Mais on aurait tort de sombrer dans cette erreur (si fréquente en matière de politique indigène) de considérer ces gens de complexion si différente de la nôtre, capables de penser, de raisonner, de sentir à notre manière et d’interpréter leurs sentiments selon nos propres concepts. Leur cerveau a été façonné par une hérédité millénaire adaptée à leur insulatiré. Les notions abstraites, comme la beauté, l’avenir, le devoir, n’existent pour eux que par rapport aux conséquences matérielles qui peuvent en découler. D’ailleurs, il n’y a pas de mots à racines tahitiennes pour les exprimer. C’est ainsi que l’amour, la fidélité, le sentimentalisme, sont des conceptions qui marquent, entre eux et nous, une immense distance psychique à franchir. Nos querelles, pour des motifs qui échappent à leur entendement, les plongent dans l’étonnement ou l’hilarité, sans que notre crédit en soit beaucoup augmenté. Pourquoi exagérer les événements qui composent la réalité ? À ce qui presse, il est si commode de répondre ananahi ! Demain.

40S’ils ne manquaient aucune occasion de manifester leur attachement au gouvernement local, par leur soumission et dans leurs modes, d’expression, s’ils aimaient la France à travers lui, ce n’est pas les amoindrir de constater qu’elle ne suscitait qu’un sentiment assez vague, ou du moins qui ne faisait pas vibrer en eux l’idée de patrie telle que nous la concevons. Il faut tout de même les comprendre !

41Ensuite, jusque dans les archipels les plus retirés, existait une forte représentation chinoise. À l’origine, ces asiatiques avaient constitué une forte main d’œuvre, pour la culture du coton, et plus tard, de la canne à sucre, implantée dans la plaine d’Atimaono, Ils se sont considérablement multipliés depuis par l’immigration de congénères venus de Canton. Ils sont devenus commerçants, artisans, restaurateurs, préparateurs de vanille, cultivateurs de primeurs dans les vallées... et aussi usuriers. C’était une communauté tranquille, repliée sur elle même et impénétrable, avec ses écoles, ses temples, ses tribunaux secrets, son administration intérieure sous le signe du Kuo Min Tang. Sans pourtant être en mesure de s’en passer, les Tahitiens les tenaient de détourner leurs femmes en leur prodiguant des cadeaux. Il en résultait des métissages heureux qui contribuaient à sauvegarder une race dont les types purs disparaissaient de plus en plus.

42Avec quelques fonctionnaires ou représentants de professions libérales français, existait en outre une proportion non négligeable d’étrangers, surtout anglo-saxons. Ils constituaient une colonie sédentaire plutôt riche, évoluée, vivant le plus ordinairement dans des propriétés à la campagne. Leur simple présence favorisait l’influence anglo-américaine. C’est ainsi que fourmillaient de nombreuses sectes protestantes, qui justifiaient les allées et venues de pseudo pasteurs, surtout américains, dont les préoccupations affairistes débordaient souvent le simple prosélytisme religieux. Certains représentants de ces églises avaient même pris l’habitude d’organiser, sous forme de quêtes, de véritables extorsions. En exaltant à haute voix la générosité des uns, en spéculant sur la vanité ou l’amour propre des autres, pour les encourager à renchérir, ils en arrivaient à une basse exploitation de la naïveté indigène.

43Les îles où ils opéraient surtout, ordinairement les plus proches de Tahiti et les plus accessibles, étaient également les points d’attraction des touristes étrangers, parmi lesquels beaucoup d’Américains venus sur leurs yachts. Ceux-ci, avides de folklore océanien, s’étaient accoutumés à faire organiser de grands tamaaraa (repas) ou des séances de danses, par les groupes locaux, en prodiguant les dames-jeannes de rhum. Et tout se terminait par des beuveries. Je ne pus que renforcer la stricte observance d’une règlementation déjà mise au point, qui interdisait l’accès de ces îles, sauf autorisation spéciale à ceux qui n’en étaient pas originaire ou pas fixés par leurs affaires, ce dont nul ne se plaignait d’ailleurs.

44Enfin pour terminer l’exposé de la société composite de nos possessions il faut parler d’un élément nombreux et influent, français par naturalisation plus ou moins récente, mais gardant, dans certains cas, des marques de son origine étrangère.

45Celle des uns se rattachait à des escales, anciennes ou récentes, de navigateurs ou de déserteurs de toutes nationalités. L’ascendance d’autres remontait à des gens venus dans le pays pour des raisons variées, attirés par le commerce ou l’aventure et, pour beaucoup, à des militaires coloniaux démobilisés sur place.

46Ils étaient commerçants patentés, gérants ou employés de maisons d’export-import, négociants en coprah ou en vanille, associés à des entreprises avec des réussites inégales. Dans certaines familles, dont les sentiments français n’étaient pas toujours évidents, on usait de l’anglais comme langue courante, on était entiché de ce qui était anglo-saxon, et, souvent en rapport d’affaires ou de famille avec les U.S.A. auxquels on opposait, non sans dénigrement, ce qui était français. Ils représentaient l’élément le plus influent du pays, et c’est parmi eux que se recrutaient les corps élus. De culture souvent sommaire, ils manifestaient une particulière dilection pour l’intrigue et la contestation, que favorisait encore l’activité réduite ou le désœuvrement de certains d’entre eux. Il y existait des jalousies de clans ou de famille, des coteries provoquées, moins par des divergences d’opinion politique ou religieuse, que par des questions d’intérêt ou d’amour propre.

47Vers 1934, une certaine affaire Rougier et la faillite de la maison de commerce chinoise, Kong Ah, avaient déchainé les passions et trainaient encore leurs séquelles en 1937. Interminablement on s’était assigné en justice, on avait échangé des accusations et des demandes reconventionnelles. La magistrature avait été compromise et éclaboussée, et parmi les personnes qui avaient été mêlées à la cause, rares étaient celles qui n’avaient pas tâté de la prison. Un des membres de la municipalité, et non des moindres, qui, flanquant M. Sautot, me reçut à mon débarquement, en sortait lui-même. Et c’est cet imbroglio, à base de coups fourrés et de petites vengeances mijotées, qui avait créé, dans l’île, cet atmosphère trouble dont j’avais vu le Ministre si fort embarrassé à mon départ de France.

48Le rythme économique de la colonie reposait en grande partie sur les rotations des navires des deux compagnies qui la desservaient. Tout son ravitaillement (farine, riz, sucre, conserves, pétrole, lait, beurre, etc) était importé d’Australie, de Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis par l’Union Steamship Co. qui reliait Sydney à San Francisco.

Je n’ai point tiré mes principes
de mes préjugés, mais de la nature
des choses.
Montaigne

49Tous les 45 jours, les navires de la ligne Marseille Nouméa, des Messageries Maritimes, faisaient escale à Papeete. Ils y embarquaient, au retour, le coprah, ramené des îles où il était produit, et qui constituait le plus gros de nos exportations vers la France. Par contre, à l’aller, ces bateaux arrivaient presque sur lest et ne nous apportaient pas grand chose. Maintes fois, j’ai fait remarquer combien il était anormal et paradoxal qu’ayant touché Alger et Fort de France, pays, respectivement du vin et du sucre, ils nous laissent dans la nécessité de faire venir ces denrées d’Australie. Ces navires transportaient aussi de ces pseudo-reporters en mal de copie qui, sur de hâtifs renseignements recueillis durant une brève escale, s’empressaient de rédiger des articles à sensation. Il en fut ainsi de celui qui avait dénoncé, comme scandaleux, la présence d’un Américain à la tête du Syndicat d’Initiative. Le mieux fut que la Direction des Affaires politiques du Ministère s’empara de la nouvelle et requit assez sèchement des explications. Elle ne poussa pas plus avant ses avantages lorsque je lui eu demandé, en retour, qui pourrait lui sembler mieux qualifié à ce poste, pour s’occuper des questions locales du tourisme, que ce Monsieur Salmon, qui se trouvait être un authentique membre de la famille Pomaré ?

50En dehors de ces courriers espacés, nous n’étions reliés directement à la métropole ni par câble, ni par T.S.F. C’est par le relais britannique de Suva, la capitale des îles Fidji, que notre modeste station recevait les radio-télégrammes, aussi bien officiels que privés, de même que les nouvelles dont s’alimentait notre petit bulletin quotidien.

51On voit à quels troubles et à quel isolement pouvait aboutir cette organisation des transmissions en temps de guerre !

52Mais, en temps de paix, ce n’étaient pas forcément les distances et les lenteurs des communications qui pouvaient intervenir pour compliquer l’administration de notre possession. Il y avait notamment la difficulté de faire comprendre aux Services Centraux dont nous dépendions, qu’une règlementation, élaborée dans les bureaux de la métropole pour tous les territoires, s’accommodait mal souvent à nos contingences locales. Des problèmes insoupçonnés se posaient aussi quand se trouvait, au départ, tel ministre connu pour son non-conformisme et son mépris des textes, dont l’arbitraire balayait superbement toutes les objections d’un laconique : “J’ai promis, il faut le faire !”

53Joignez enfin que les distractions étaient rares, et il apparaitra que toutes les conditions étaient réunies pour favoriser, dans ce petit monde au bout du monde, parmi ces gens confinés dans un espace réduit, l’éclosion des passions, des explosions de mauvaise humeur, la diffusion de fausses rumeurs, l’enveniment des querelles dont, depuis Pritchard et au fil des années, ont été gonflés les dossiers du Département.

54Tahiti, terre enchantée, terre pernicieuse !”

55Dans les souvenirs récents des incidents qui l’avait agitée, je m’efforçai, dès ma prise de fonction, d’analyser les éléments composites de la société locale dont j’ai parlé. Je me demandais s’il n’existait pas, en fin de compte, un moyen d’arracher ces gens à leurs préoccupations égoistes et de les faire participer, de bonne volonté, à quelqu’entreprise commune d’intérêt général. C’est ainsi que me vint l’idée de les convier à la préparation d’une foire-exposition.

56Pour moi, c’était un test. Pour ceux à qui je m’en ouvris d’abord, cela apparut comme une conception bouffonne de nouveau débarqué. Les détracteurs ne manquèrent pas, et jusqu’au Conseil Privé, on ne manque pas de me démontrer la vanité d’un tel projet.

57Je notai ces réactions, mais néanmoins je m’obstinai. Aux gens de la campagne que j’allai voir, et entre lesquels je créai une sorte de rivalité, je suggérai de produire des taros, des ignames, des urus et tous les produits agricoles que savaient si bien cultiver leurs ancêtres. Je poussai certains citadins à rechercher des objets anciens, armes, vêtements, parures de chefs, qu’on conservait encore jalousement dans certaines familles. D’autres s’attachèrent à récupérer de vieux textes ou des manuscrits. Des artisans, dont certains avaient abondonné leurs travaux, se remirent à l’œuvre. Des lointaines Marquises, Mgr David Lecadre près de qui j’avais trouvé un écho, nous expédia une remarquable collection d’ustensiles domestiques en bois, Certains étaient ornés de sculptures si fines, que les fabricants avaient dû utiliser, pour les exécuter et selon une vieille tradition, des dents de souris emmanchées.

58Bref il se créa une sorte d’émulation qui imposa silence aux derniers détracteurs, ce dont je fus le premier surpris. Et il en fut ainsi durant toute la période de préparation que nous avions prévue, à dessein, assez longue.

59Sur l’hippodrome remis à neuf, et dans cette atmosphère de Joie que leur procure toujours le travail en équipe, des habitants des districts proches vinrent édifier de ces constructions légères dont ils ont l’habitude, pour servir de pavillons aux exposants. Il y eut ainsi des stands de produits agricoles (pour les plus beaux desquels furent distribués des prix), d’objets et d’armes historiques, d’ameublement, d’articles de fabrication locale mis en vente (colliers, chapeaux, nattes, sculptures), etc.

60Si cette manifestation, en définitive, fut un succès, je ne prétends pas conclure qu’elle eut de grandes conséquences. Mais elle fut, je le redis, un test, prouvant que ces gens quand ils y trouvaient intérêt, pouvaient œuvrer en commun et occuper leurs heures de loisirs à autre chose qu’à leurs chamailleries habituelles.

61Les années 1938 et 1939 en partie, s’écoulèrent sans incidents notables. On vivait à Papeete dans la torpeur routinière, sous le ciel immuablement bleu et sous un climat idéalement égal. Mais la contemplation, par de là le lagon et le récif, du “bleu” sans limite (la mer franche débarrassée des perfides rochers coralliens) ou des lointains de l’ile de Moorea, avec ses montagnes dentelées (où certains prétendaient découvrir les formes d’une femme couchée), dégageaient une sorte de sentiment concentrationnaire. Sur ces citadins, peu portés en général vers les spéculations intellectuelles, pesait leur confinement, loin de ce qu’ils connaissaient ou imaginaient du monde moderne. Ils n’avaient que trop tendance dès lors, dans cette petite agglomération aux cases ouvertes à tous les vents, à plonger chez leurs voisins, à les épier sans indulgence, puis à nourrir de leurs observations les médisances et les calomnies qui couraient la ville.

62Moi-même après avoir tenté d’établir des contacts à grilles ouvertes, avais-je dû y renoncer, après des essais désastreux. Il s’avérait qu’une certaine prise de distance s’imposait, ne fusse, que pour échapper à des familiarités. Mieux valait limiter le choix de ses relations que se laisser envahir !

63Le centre d’intérêt de la ville était le lagon, où l’on assistait aux allées et venues pittoresques des goélettes. Les unes entreprenaient des parcours réguliers à travers les archipels et embarquaient des passagers. Leurs appareillages, avec l’installation des voyageurs sur les ponts, dans un curieux pêle mêle de gens et d’animaux, étaient d’un attrait sans cesse renouvelé. Pour d’autres, les subrécargues, chinois pour la plupart, dissimulaient soigneusement leurs destinations vers les îles plus lointaines et moins souvent visitées, afin d’éviter la concurrence. Mais toutes conservaient la tradition de l’aventure, emportant dans leurs cales les produits courants de la vie moderne : farine, pétrole, bougies, sucre, qu’elles allaient “troquer” contre le coprah des insulaires.

64Parfois une embarcation légère, le plat-bord au ras de l’eau, franchissait la passe. C’était un cotre indigène, venant ordinairement des Tuamotu, qui apportait directement son contingent de coprah. Ils étaient le désespoir du capitaine de port, ces patrons de cotres, réfractaires à tous les réglements écrits de navigation et de sécurité, que méprisaient ces marins, maîtres de la mer depuis des millénaires, accoutumés à naviguer à l’estime en bravant tous les risques.

65Et puis, fréquemment, apparaissaient des yachts, amenant des touristes attirés par la fascination des “mers du sud”. Qu’il s’agisse des navires de grand luxe des milliardaires ou de ceux de propriétaires modestes, il faudrait un volume pour relater les incidents tragico-comiques que provoquaient leur passage.

66C’est parmi eux que, discret et effacé, se présenta un jour un “navigateur solitaire” particulièrement sympathique, qui faisait son tour du monde : Bernicot. Atteint par la retraite, ce capitaine au long cours s’était fait construire un petit voilier et, sans publicité, avait entrepris son périple par le cap Horn. Il fallut presque forcer sa réserve naturelle pour qu’il acceptât les offres de la Marine pour compléter ses approvisionnements en matériel nautique. Et c’est avec la même simplicité qu’au terme de son escale, nous le vîmes partir pour la Réunion. Il emportait un courrier, avec une lettre de recommandation que j’adressais à mon ami le gouverneur de la Réunion, par des voies inédites.

67Souvent aussi la rade s’animait avec la présence de navires de guerre étrangers. Ce fut un jour un grand voilier-école des cadets japonais. Ils firent la joie de tous, par les mesures prophylactiques contre les dangers des pays tropicaux : masques faciaux de protection, bidons d’eau stérilisée à bord etc, dont ils s’entouraient, en descendant à terre. Et, tous atteints d’espionnite aigue, ils parcouraient, carnets en mains, la ville et ses environs, notant les détails les plus insignifiants, sondant les abords du wharf, mesurant le diamètre des bouches de ravitaillement en fuel...toutes indications fournies par les almanachs et instructions nautiques.

68Mais, plus souvent, il s’agissait de bâtiments, dépendant des dominions anglais, dont on admirait la belle tenue des équipages et l’allure des états-majors (tous britanniques), mainteneurs des plus belles traditions maritimes.

69Il n’en était malheureusement pas tout à fait de même avec les unités battant le pavillon aux stars and stripes. Est-ce la “prohibition”, imposée à bord, qui poussait les équipages à se dédommager si largement à terre ? Je fus plusieurs fois en conflit avec leurs commandants, car je trouvais désolant l’exemple étalé par eux aux yeux de nos tahitiens, que j’avais tant de mal à détourner de l’abus de l’alcool.

70C’est après une démonstration particulièrement regrettable de l’un d’eux, qu’arriva notre vaisseau école Jeanne d’Arc qui, par sa tenue, corrigea l’impression défavorable et suscita l’admiration des habitants de Tahiti.

71Prévenus assez longtemps d’avance, nous avions eu le temps de lui préparer la réception qu’il méritait. J’avais proposé comme thème, aux chefs locaux, de lui organiser un accueil analogue à celui réservé jadis à Bougainville par leurs aïeux.

72Et c’est ainsi qu’au jour où la Jeanne d’Arc fut signalée, la rade fut interdite à toute embarcation POPAA (européenne). Dès que le croiseur fut engagé dans la passe, la plus pittoresque des flotilles se détacha du rivage, se porta vers lui et lui fit cortège jusqu’à son mouillage. Il y avait là, reconstitués par les tahitiens à cette occasion, d’anciennes pirogues de guerre, des pirogues doubles à plateformes, des embarcations légères fleuries et des radeaux flottants sur lesquels évoluaient des groupes de danseuses en paréos à fleurs, l’hibiscus à l’oreille, portant au cou des colliers de coquillages, les bras chargés des couronnes et des colliers du tiaré parfumé qu’on offre aux nouveaux arrivants, tandis qu’à grands coups de pagaie, les tanés en chantant rythmaient les danses.

73Le temps malheureusement se montra inclément. De cela même le chef Teriieroo, orateur désigné pour prononcer le discours d’accueil, sut tirer parti... Au commandant du croiseur qu’il salua, au moment de sa descente à terre, il déclara : “Tu regardes le ciel assombri ! Mais en réalité les gouttes qui tombent ne sont que les larmes que laissent couler nos aïeux, ravis et émus à la vue de ton navire !”

74Le 14 juillet, “le juillet” ainsi qu’on disait, était un moment mémorable de l’hiver, et qui représentait moins la commémoration d’un anniversaire, qu’une fête folklorique locale à grand éclat. L’année du passage de la Jeanne d’Arc, on dérogea à la tradition en ce que, le plus sérieusement du monde, il fut donné officiellement avis que “le juillet aurait lieu en avril”, afin de faire participer le croiseur aux réjouissances habituelles.

75À cette occasion, en effet, toute la population de l’île, et celle d’une bonne partie de l’archipel, déferlait sur le chef lieu. On prévoyait, dans cette attente, des campements, on ouvrait pour la loger les bâtiments publics, toutes les écoles, on mettait à leur disposition les vérandas des maisons privées.

76Durant une quinzaine se déroulaient des régates, des concours de danses, de lancement du javelot. Compétitions mystérieusement et longuement préparées jusqu’au fond des campagnes, sous les yeux des habitants des villages qui, de leur côté, s’affairaient à la confection des costumes et des accessoires. Le jour venu des concours, ils se montraient aussi ardents supporters de leurs groupes que les plus fanatiques Anglais attachés aux couleurs de leur club.

77Cette manifestation prolongée, à l’aspect de grande kermesse, avec ses manèges et ses loteries, (les fameux taviri) n’était pas sans inquiéter à l’avance missionnaires et surtout pasteurs. Ils n’étaient pas sans appréhender - et non sans raison - que cette atmosphère de fête et cette excitation se prolongeassent en plaisirs moins innocents, le soir à l’abri des cocotiers de la plage. Je fus heureux d’avoir pu obtenir leur neutralité, voire même leur concours (hospitalité assurée dans leurs temples aux voyageurs), en prenant, d’accord avec eux, des mesures de police destinée à sauvegarder la morale, et en faisant observer un strict couvre feu à partir d’une heure raisonnable.

Qu’il est besoin que le peuple ignore beaucoup de choses vraies et en croit beaucoup de fausses.
Scevola

78Les manifestations dictatoriales et expansionnistes d’Hitler : la concentration de tous les pouvoirs entre ses mains (1938), l’annexion de l’Autriche (mars 1938), la conférence de Munich (sept. 1938), la liquidation de la Tchécoslovaquie (mars 1939), chargées de menaces de plus en plus directes contre la paix, accompagnées en France de mesures de mobilisation partielle, n’affectèrent guère à Tahiti le fond de la population.

79Nous atteignimes enfin le 3 septembre 1939, et nous eûmes à apposer, nous aussi, les fameuses affiches blanches aux drapeaux croisés et à ouvrir les plis secrets de mobilisation.

80Nous pouvions compter sur environ 5.000 réservistes. Mais, faute d’équipement et d’armement, tout au plus 200 furent rappelés et incorporés à la Compagnie autonome d’Infanterie Coloniale des E.F.O. On installa des postes de guet autour de l’île. On monta sur des camions réquisitionnés quelques armes automatiques, ainsi que deux pièces de 47 mm. On entreprit également d’installer sur le mont Faiere une batterie composée de deux pièces de 100 mm récemment arrivées, et, sur un emplacement légèrement supérieur, deux pièces de 65.

81Mais tout cela, qui restait dans la limite de nos moyens et répondait aux instructions pour la “Mise en défense de Tahiti en temps de guerre”, était parfaitement dérisoire. Il n’y avait guère de quoi réconforter les esprits avisés, même en comptant sur la présence de l’aviso Dumont d’Urville près de nous.

82J’étais plutôt inquiet de l’avenir. Depuis longtemps, dans les revues des dominions, j’avais suivi les exposés de la stratégie japonaise dans les mers du sud et appris à redouter aussi les “raiders” ennemis. Il était notamment un personnage que je n’aurais pas été étonné de voir surgir, le commandant allemend Von Luckner, celui qui s’intitulait “le dernier corsaire”, qui, durant la grande guerre, avait écumé l’Atlantique, puis le Pacifique, avec le See Adler et qui, après avoir coulé quelques 14 navires alliés et après 250 jours de mer, était venu se perdre sur l’îlot de Mopelia à 250 milles de Tahiti.

83Or, ne l’avions-nous pas vu en 1937 débarquer à Papeete sur son yacht personnel, le See Teufel. Grand seigneur, courtois et désinvolte, avec un humour parfois un peu lourd, il venait, proclamait-il, revoir, en touriste, les lieux de ses anciens exploits et de son échouement.

84Le passage à l’état de guerre, s’il avait provoqué une émotion sincère, n’affecta guère à Tahiti le courant de la vie. La rotation des navires se poursuivit normalement et on n’y eut à subir aucune privation. Il était dans l’ordre normal des choses que le bruit lointain du canon fut couvert par le grondement du ressac sur le récif ! Puisqu’aucun contingent n’avait été appelé à servir hors de la colonie, on n’y connut même pas l’angoisse des familles françaises pour les combattants du front.

85C’est seulement au moment de l’armistice que la nervosité commença à se manifester. Pour compléter les brèves nouvelles que nous transmettait le poste de Suva, nous nous efforcions de capter, en l’air, les émissions des stations neutres les plus proches, qui étaient souvent tendancieuses, imprécises ou même défavorables à notre cause. L’Indochine même était presqu’inaudible. On a tenté depuis de m’expliquer ces lacunes dans les transmissions, par le fait que nous nous trouvions dans une zône de silence reconnue où, pour des raisons, mystérieuses à mon entendement, la propagation des ondes était entravée.

86Je consacrai en grande partie ces semaines à des tournées de districts pour redonner confiance aux indigènes. Au fur et à mesure que la gravité du drame lointain prenait corps, en effet, une sorte de panique, infondée et contagieuse, leur faisait redouter une annexion par l’Angleterre I Je profitai de ces déplacements, pour faire intensifier l’application du programme, déjà mis en œuvre, du développement des cultures vivrières. Il fallait une pression constante, pour ramener nos gens des campagnes à ces travaux agricoles, qu’ils avaient à peu près abandonnés, les laissant aux Chinois. J’y voyais pourtant un remède à un éventuel manque d’importation et à un éventuel manque d’importations et à la rareté des denrées, et je n’eus qu’à me féliciter des résultats obtenus.

87Nous arrivâmes ainsi à cette journée de confusion totale, sinon de panique, que fut le dimanche 23 juin 1940. Ce fut comme un mascaret provoqué par les rumeurs imprécises qui couraient, déformées elles-mêmes, à mesure qu’elles se transmettaient de l’un à l’autre. Il était question d’une demande d’armistice, ce qui consternait les uns, et d’une décision de toutes les colonies de poursuivre la lutte, dont d’autres faisaient état. (Une transmission de Nouméa, après consultation de l’Indochine, nous confirma d’ailleurs, le 27 juin, dans cette idée). Provenant de source américaine, on parlait aussi de l’appel du général De Gaulle, le 18 juin.

88Puis, brochant sur le tout, l’aviso “Dumont d’Urville” captait le 20 juin, un message radio qui, reproduisait l’essentiel d’un ordre du jour N° 1 330 de l’Amiral Darlan, prescrivait de continuer à combattre à outrance jusqu’au bout.

89Là, il y avait quelque chose de déroutant. Car si l’on tient compte que le gouvernement Pétain (où l’Amiral Darlan détenait le Ministère de la Marine) avait été constitué le 16 juin, que le 17 puis le 20 le Maréchal avait confirmé la demande d’armistice “devenue inévitable”, dès lors cette invitation à poursuivre les combats, arrivant trois jours après l’envoi des plénipotentiaires, était pour le moins inconcevable.

90Une explication m’en fut communiquée, le 28 juin par le Naval, Staff (Intelligence) de Wellington. L’Amirauté anglaise tenait pour certain que les Allemands utilisaient depuis le 20 juin le code naval français pour diffuser de faux ordres, attribués à l’Amiral Darlan. (Doc. 1).

91Le Capitaine de Frégate de Quiévrecourt, commandant l’aviso Dumont d’Urville et le Capitaine Corvette Grange, commandant la Marine dans les E. F.O. qui naviguait au plus près dans son sillage, sans s’arrêter à cette anomalie, se firent d’abord l’écho sans réserve de ces instructions, dans deux ordres du jour simultanés, adressés, ce 23 juin, à leurs équipages respectifs. “Un ordre du jour du commandant en Chef des Forces Maritimes, prescrivant une continuation de la lutte avec la dernière énergie est parvenu ici il y a trois jours” y lit-on. Ensuite, cédant à une de ces inspirations malencontreuse dont il avait le secret, Quiévrecourt, aidé de Grange, entreprit en toute hâte, et à mon insu, des démarches près des membres des corps constitués, durant que le lieutenant Ravet, faisait le tour de l’île pour alerter les chefs, afin de m’amener par une pression générale et concertée, à expédier un message d’adhésion à de Gaulle.

92Ces deux marins n’en étaient pas à leur première affaire. N’avaient-ils pas, peu avant, tenté de me faire créer, sous leur autorité, une sécurité militaire afin de réprimer les agissements des éléments exaltés... auxquels ils allaient précisément fournir, par leur attitude, les meilleurs prétextes à agitation. D’ailleurs ce ne fut pas la seule manifestation intempestive du C. de F. de Quièvrecourt. Une autre fois, une altercation avait éclaté au Cercle entre deux personnalités locales, qui avait abouti à un échange de témoins. C’était anodin, car on eut vainement cherché des armes de combat à Papeete. Mais Quiévrecourt, ayant été contacté comme homme d’expérience en la matière, accepta de diriger la rencontre.

93Et afin que les adversaires pussent en découdre il leur découvrit des armes : des épées de même modèle d’officiers non combattants, l’une provenant du pharmacien Liot, l’autre du Commissaire du Dumont d’Urville !

94Mais revenons à la journée du 23 juin. A 15 heures, c’est le maire, Georges Bambridge qui se manifesta, puis une heure plus tard, ce furent les trois conseillers privés : MM. Ahnne, Martin et Lagarde. J’avais motif de m’étonner de ces démarches, en ce dimanche après-midi, de la part de ces personnages ordinairement fidèles aux traditions d’apathie dominicale et peu portés par nature, à des motions belliqueuses.

95Et puis, tout devint clair à mes yeux le lendemain matin, quand des représentants de la Chambre de Commerce, de la Chambre d’Agriculture des Anciens Combattants, du Conseil Municipal etc. défilèrent, m’apportant tous le libellé d’un même télégramme, en même temps que les chefs indigènes, convoqués au chef-lieu, étaient hébergés à la cantine de la caserne.

96Il ne m’apparut pas pourtant que les convictions fussent bien assises. Ainsi, la démarche de la Chambre de Commerce fut presqu’aussitôt suivie d’une lettre (signée de plusieurs de ses membres, dont le maire Bambridge ès qualités) qui apportait un correctif :

97“Il doit s’entendre que la Chambre de Commerce s’en remet à votre jugement, en ce qui concerne la personnalité, l’organisme ou le gouvernement actif de défense, auquel doit, en définitive, être adressé le câble en question.”

98J’eus aussitôt un entretien d’un ton assez vif avec le capitaine Broche, convoqué en même temps que le commandant Grange, son supérieur, pour qu’il me fournisse des explications sur l’initiative intempestive du Lt Ravet dans les districts. Son embarras, quand il se tourna vers Grange, fort gêné lui-même, m’en dit long sur la duplicité de ce dernier.

99Il faut admettre tout de même que, dans l’état de nos connaissances du moment, ce projet de câble pouvait, à la rigueur, s’accorder avec les déclarations récentes du Président du Conseil Paul Reynaud, et avec ce que les émissions captées nous avaient laissé supposer, quant au départ du Gouvernement Français hors de la métropole, et de la détermination de l’ensemble de l’Empire Colonial. Mais, insensiblement, une impression avait commencé à se dégager que la Syrie, le Maroc, l’Afrique du Nord, semblaient modifier leur attitude première et vouloir se résigner à l’armistice.

100Je réussis donc à convaincre mes visiteurs que, si nous avions le désir de manifester notre fidélité à la France, c’est au Président de la République que devaient être exprimés nos sentiments. Et c’est à lui, en fin de compte, que fut adressé le télégramme (voir. doc. n° 2)

101Dans un avis à la population, je prescrivai en même temps “le calme dans l’expectative”.

102Nombreux furent ceux qui en convinrent avec moi et qui aussitôt m’exprimèrent leur accord. Les deux officiers de marine qui, tôt après eussent bien voulu faire oublier leur incartade, l’admirent également. Et dans le massage qu’adressait le C. de F. de Quiévrecourt à l’Amiral des Forces Navales d’Extrême Orient dont il dépendait, on chercherait vaienment traces des motifs qui avaient guidé ses activités - (voir doc. n° 3). C’est que les événements qui se précipitaient, et notamment les agressions dont la Flotte fut victime à Mers el Kébir, le 1er juillet, et à Dakar, leur apportèrent une notable déconvenue. Venu m’en entretenir aussitôt qu’il en eu connaissance, de Quiévrecourt traduisait ses sentiments en ces termes : “J’en ai gros sur la atate” !

103N’empêche que leur fâcheux comportement du 23 juin jeta la semence du coup de force qui devait aboutir quelques semaines plus tard. Le Cdt de Quiévrecourt sut apporter un peu plus tard la note héroico-comique à cet incident. Il avait rejoint Nouméa avec son navire lorsque l’Amiral Muselier, qui avait eu connaissance de son initiative à Tahiti, lui lança sur les ondes une invitation à venir le rejoindre à Londres. Mais trop heureux de pouvoir se dédouaner, il lui aurait répondu en clair par un seul mot, classé dans l’histoire. Et certains se seraient gaussés que cette prise publique de positionait coincidé opportunément avec une promotion dont il fut l’objet à ce moment.

104Subsistaient encore cependant quelques irréductibles, puisque le 25 juin, je devais, par des mesures de police, faire échouer une démonstration de masse, montée par l’agent anglais Walker avec le concours de matelots du Dumont d’Urville, en subsistance à la base maritime, en attendant leur retour en France.

105Et comme un souci en chassait tout de suite un autre, en cette période troublée, le directeur de la Banque d’Indochine venait tardivement, le soir du même jour, m’informer que notre compte en livres sterling était insuffisant pour régler nos prochaines commandes de vivres en Australie et que notre avoir en dollars était bloqué en Amérique. C’était toute l’économie locale compromise si on ne parait pas cette menace.

106Depuis le 24 juin, j’avais été l’objet de démonstrations successives, évidemment concertées, des autorités des diverses possessions britanniques dans le Pacifique : Premiers Ministres d’Australie et Nouvelle-Zélande, Haut Commissaire pour l’Ouest Pacifique (Suva)... Ils mêlaient à de courtoises condoléances pour nos malheurs, l’espoir que nous n’abandonnerions pas nos alliances. Le tout fut complété par une longue communication télégraphique du Gouvernement Britannique lui-même, qui pouvait être interprétée un peu comme une mise en demeure, sinon comme un ultimatum, (voir doc n° 4).

107Si je fis des réponses prudentes et assez brèves aux premières de ces communications, je m’attachai davantage à la dernière. En effet, le 29 juin encore, nous étions toujours peu fixés sur la situation générale en métropole et sur le mouvement, de Gaulle.

108J’estimai l’occasion favorable et je profitai de ma réponse au communiqué du gouvernement britannique pour aller aux sources et tâcher d’obtenir quelques précisons, (doc. n° 5). Et la réponse du 1er juillet du Secretary for Foreign Affairs fut la suivante, que je reproduis exactement mais dont on aura à tirer plus loin des conclusions : (doc. n° 6)

From the Secretary of State for Foreign Affairs 1st July 1940. Londres.
Le Gouvernement de Sa Majesté reconnait le Gl de Gaulle comme chef de tous les Français Libres, où qu’ils puissent être, qui se joindront à lui en vue d’aider la cause des Alliés.
Cette indication ne signifie pas que le Gl de Gaulle a été reconnu comme le Chef ou l’instaurateur d’un gouvernement reconnu (alternative government), ou que le Gouvernement de Sa Majesté a cessé d’avoir des relations avec le chargé d’affaires à Londres qui représente le gouvernement de Bordeaux.

109Rien en apparence, dans ce contexte, qui put justifier un ralliement d’ensemble de la colonie à de Gaulle. Rien non plus qui parut mettre en cause la légitimité de l’autorité dont le gouvernement anglais semblait reconnaitre l’existence. Le langage diplomatique n’aurait-il été inventé que pour mieux dissimuler sa pensée ?

***

110Les nouvelles, vraies ou imaginées, l’imbroglio du 23 juin, servirent à faire ressurgir les anciennes animosités. Ainsi se trouva-t-il des gens pour regrouper, sous la bannière de la Ligue des Droits de l’Homme, ranimée par un nommé Charron, récemment arrivé dans la colonie, les éternels insatisfaits, les égoismes particuliers, et tous les choqués dans leurs sentiments républicains, par les tendances supposées de Vichy et par les principes de la Révolution Nationale. Plusieurs circonstances s’associèrent, pour favoriser le rassemblement de ces mécontents :

  1. Il y eut d’abord le marasme économique, caractérise en particulier par l’arrêt des transactions sur le coprah. Faute de navires pour transporter ce produit en France, les goélettes locales avaient cessé d’en ramener des îles, et elles demeuraient immobilisées dans le port. Les docks étaient bourrés à refus d’un stock énorme et inutile (7 600 t en fin juillet), qui, au surplus, faisait planer la constante menace d’inflammation spontanée par fermentation. Nous en avions fait l’expérience le 22 mars 1939. Ce matin-là, 3 000 tonnes de coprah avait pris feu spontanément, provoquant un gigantesque incendie. Il fallut les efforts de tous durant la journée entière, pour protéger la ville menacée. Tout était ainsi bouleversé dans les conditions du négoce habituel et dans les habitudes de la vie ordinaire.
  2. Il y eut les mesures, assez malencontreusement généralisées de Vichy (23 août) contre les dociétés secrètes, encore qu’elles fussent sans objet à Tahiti, où la franc-maçonnerie était non seulement en sommeil, mais depuis si longtemps en léthargie complète que deux francs-maçons eussent pu se rencontrer sans se reconnaitre. Le maire Bambridge, qui en était un des derniers représentants, n’avait pas paru spécialement affecté par ces dispositions.
  3. Il fallait compter avec l’angoisse dans la population depuis que, le 23 juillet 1940, avait été arrêté tout trafic privé d’ordre familial par radio, et que le Service Radio PTT avait voulu étendre la mesure aux messages habituellement codés des commerçants, des banques et des consuls étrangers.
  4. Et puis enfin la peur, cet élément toujours agissant sur les masses, et inévitablement exploité par les agitateurs dans toutes les époques troublées.

111Quelque temps auparavant, en mai, nous avions été privés de farine durant deux ou trois semaines. Non pas du fait de la guerre, mais d’un accident de navigation survenu au navire qui devait nous en faire livraison. Et durant quelques jours, sans en avoir été bien affectés, popaas et indigènes, avions dû nous contenter du uru, fruit de l’arbre à pain. Seulement, surtout sur les autochtones, sensibilisés par ce minime incident, la crainte entretenue d’un blocus généralisé ne manquait pas d’avoir une répercussion qu’on ne laissa pas de largement utiliser.

112J’étais particulièrement en souci, à ce propos, de nos indigènes des archipels éloignés et déshérités, que les éléments de la flotille locale, immobilisés par l’arrêt des transactions ne visitaient plus. J’eus même un moment la pensée de les regrouper sur quelques points, où l’on pourrait mieux pourvoir à leurs besoins. Je m’en ouvris à Mgr Mazé qui, avant de devenir évêque de Tahiti et dépendances, avait longtemps navigué entre les îles Tuamotu à la barre de son cotre. “S’ils n’avaient que du coco ou que du pahua (ou bénitier, ce coquillage terriblement coriace dont ils font grande consommation), ce pourrait être inquiétant. Mais un peu de coco et un peu de pahua, ils s’en tireront. Et puis ils ont le lagon et la pêche”, m’expliqua-t-il.

113Il fallait donc à tout prix sonder les intentions des Britanniques, et desserrer l’étau menaçant. Je n’entrerai pas dans tous les détails des négociations qu’il fallut poursuivre à ce sujet, grâce à l’intelligent intermédiaire du Consul, avec le Foreign Office de Londres, le Haut Commissaire de Suva, les Premiers Ministres d’Australie et de Nouvelle-Zélande etc.

114Tout fut un moment compromis par de fâcheuses instructions sensées émanées de Vichy, interdisant l’approche des navires anglais à moins de 30 milles des côtes françaises, l’accès et le séjour dans nos ports. Radios suspects, d’ailleurs, qu’il fut impossible d’identifier, mais qui furent captés le 4 juillet à 8 heures, et dont les autorités britanniques se montrèrent assez émues. Je dus aussitôt (5 juillet) renouveler les assurances antérieurement données, et y ajouter ma garantie personnelle, que les navires attendus ne seraient ni molestés ni retardés.

115Moyennant quoi j’obtins finalement :

  1. qu’aucune action ne serait engagée contre l’aviso Dumont d’Urville présent dans nos eaux (6 juillet), (voir doc. n° 7)
  2. les facilités nécessaires pour régler nos commandes en Australie. Le Directeur de la Banque d’Indochine m’informait, dès le 1er juillet au matin, du virement de fonds à Sydney, permettant l’embarquement de nos provisions sur le bateau en partance le 3. Le lendemain nous étions prévenus du débloquage de notre compte livres à Londres.
  3. l’assurance que les bâtiments anglais feraient leurs escales régulières à Papeete, dans la mesure où leur sécurité était assurée. (voir doc. n° 8)
  4. l’assurance que tout serait fait pour maintenir nos relations commerciales.
  5. l’assurance du Premier Ministre de la Nlle Zélande qu’il n’avait pas le moindre désir de créer des difficultés dans l’administration des Etablissements Français d’Océanie. (ibid.)
  6. la remise de tous les télégrammes venant de la métropole qui avaient été retenus à Suva. Mais ils me furent adressés sans dates, ce qui représenta un fameux imbroglio.

116On doit donc tenir pour bien établir, dès ce moment, nos relations avec nos voisins reposaient sur un gentleman agreement qui ne fut à aucun moment mis en cause. Finalement, le Consul le reconnaissait dans sa lettre du 1er septembre, où il faisait ressortir la “satisfaction réciproque” que nous devions tirer de nos négociations. (C.F. doc n° 9)

117Bien entendu, je ne fis pas mystère de ces transactions et en divulguai largement les résultats, (voir doc n° 9 bis)

118Mais, bien, que l’heureuse issue n’en fut pas discutée par le conseiller Martin (réunion du Conseil Privé du 9 juillet), par plusieurs chefs de services réunis quelques jours après, - bien que j’en ai fait état lors de l’ouverture des Délégations Economiques et Financières le 19 août, - bien que le fait fut admis par les agitateurs dans un de leurs tracts - bien qu’au matin même du jour du coup de force, (2 septembre) nous ayons encore reçu l’assurance de l’arrivée du navire ravitailleur, les meneurs continuèrent à user mensongèrement de l’argument du blocus, pour influencer la masse. Ainsi le sectarisme le cédait à la raison et la malhonnêteté à l’évidence’

119Pourtant, comme toutes les choses portées à l’extrême, l’agitation semblait perdre un peu de son souffle au début du mois d’août, quand une particularité nouvelle vint la ranimer.

120Un groupe, formé par les sieurs Constant, A. Gerbault, Florisson, Lainey, Rusterholz, imagina de créer, à grand bruit, un “Comité des Français d’Océanie”, pour mener une campagne anti-juive et anti maçonnique, en faveur du gouvernement de Vichy. Manquant tous de pondération, plusieurs de moralité douteuse, certains quelque peu déséquilibrés, ils étaient peu recommandés pour rallier les suffrages des gens, même des moins raisonnables. Ils ne réussirent qu’à jouer les agents provocateurs et à déchainer la fureur de leurs adversaires, qui se traduisit en tracts et en propos violents, Je fus moi même pris à parti par eux et objet de menaces (comme de saboter la réunion des Délégations Economiques et Financières), pour n’avoir pas voulu soutenir leur action, génératrice de désordre.

121Il y eut même encore des gens pour envenimer cette colère des Purs contre les Impurs, tel ce N.., israélite suisse besogneux, plus ou moins inféodé à la colonie chinoise, vaguement conseiller du Kuo Min Tang, qui imagina de faire courir une liste, apocryphe d’ailleurs, des soit disant adhérents à ce Comité des Français d’Océanie, pour les faire boycotter par les commerçants chinois.

122En d’autres circonstances, on aurait peut-être pu trouver plaisant les palinodies de cette douzaine et demi de fantoches des deux bords, qui prenaient des attitudes de héros, qui multiplaient les appels du pied et les proclamations ampoulées où, à défaut de style et d’idées, leurs sentiments haineux se dissimulaient derrière de grands principes, et dont, au demeurant, quelques malins tiraient les ficelles. Malheureusement, c’était le destin de la population tahitienne qui était en cause.

123Peut-être tous ces détails suffiront-ils à donner une idée de l’état d’esprit qui régnait, au moment où survint un événement capital pour l’avenir.

124Le 1er juillet arriva à Papeete le paquebot mixte ville d’Amiens, des Messageries Maritimes. Il avait quitté Marseille vers le début de mai pour un voyage régulier. Il en était à son retour, après avoir touché Nouméa, son point terminus. Mais, en raison des termes de l’armistice et des difficultés maritimes de l’époque, il se trouva immobilisé à Papeete.

125Il avait un équipage composé partiellement, dans le personnel machine, de Sénégalais embarqués comme chauffeurs et soutiers, ces derniers, fortement encadrés par des délégués qui les poussaient à la contestation. C’était au surplus un navire mal commandé, dont, à l’aller déjà, le commandant avait entendu se décharger sur notre service de l’Inscription Maritime du soin de régler des incidents d’ordre intérieur, allant jusqu’à vouloir débarquer certains de ses passagers. Lors de ce voyage de retour, à la menace de ses hommes de mettre sac à terre en arrivant à Tahiti (ce qu’ils firent du reste), leur commandant avait répondu “qu’il en serait bien aise et qu’ils n’auraient qu’à se débrouiller avec les autorités locales...”

126Leurs principales revendications portaient sur une question de paiement de salaires. Le règlement normal de la marine marchande prévoyait qu’ils étaient, durant le voyage, sous un régime d’avances, le parfait paiement de leur acquit ne devant être effectué qu’au retour au port. Mais ce retour étant différé sine die, par cas de force majeure, j’estimais que leur réclamation de règlement intégral n’était pas sans fondement. L’agent de la Cie s’y refusa. Le ministère que j’en saisis, en faisant ressortir les circonstances, accepta passivement également le point de vue des Messageries Maritimes. Une loi postérieure du 4 mars 1941, modifiant le code du travail maritime, devait leur donner entièrement raison et justifier mon interprétation.

127Il s’en suivit que la majeure partie de l’équipage, et particulièrement les chauffeurs et soutiers africains exaspérés, pris en main par les quelques éléments communistes du lieu, perdirent toute retenue, se répandirent en ville où plusieurs Tahitiens furent blessés par eux Cependant que l’état-major du navire s’installait tranquillement à terre dans une villa louée, “Le Pavois”, se désintéressait des hommes, se contentant de déposer une série de plaintes pour refus d’obéissance. Si bien qu’il fallut, à deux reprises, réquisitionner la troupe, afin de faire exécuter des mandats de justice, des sentences et protéger même le tribunal.

128Dans cet état explosif de l’opinion, tous les éléments d’un soulèvement subversif étaient réunis. Il ne fallait qu’une initiative, pour y faire participer tous les nostalgiques des anciennes disputes, les contempteurs patentés, les inquiets menacés dans leurs intérêts privés, et pour cristalliser autour d’un principe ou d’une idée quelconque toutes les oppositions.

129C’est à quoi s’employèrent :

  • un jeune médecin capitaine, le Dr. Emile de Curton, affecté assez récemment à la subdivision des îles sous le-Vent,
  • un ancien officier de marine, Jean Gilbert, fixé depuis quelques années à Tahiti, quand il avait épousé la fille de l’industriel Martin dont il était devenu l’associé, et qui exerçait en outre les fonctions de Consul de Suède,
  • un adjoint des Services Civils, M. Sénac, chargé de la subdivision administrative des Tuamotu.

130C’est à l’occasion de la session annuelle des Délégations Economiques et Financières, fixée au 19 août, que tous les trois, appelés à y figurer de par leurs fonctions, se retrouvèrent au chef lieu.

131La maison de l’industriel E. Martin, beau-père de Jean Gilbert, devint dès lors leur lieu de rassemblement et un foyer d’agitation. C’est de là, qu’assistés du Docteur Jacques Gilbert (frère du Lieutenant de Vaisseau, et ancien combattant, a-t-on dit, des brigades internationales de la guerre d’Espagne) et de Yves Martin, ils menèrent une campagne sourde pour s’assurer du concours, ou au moins de la neutralité des militaires, lier parti avec les extrémistes, les commerçants inquiets, et se gagner des complicités anglaises (l’ancien consul britannique Gorton et l’agent Walker beau-frère du conseiller privé E. Ahnne).

132L’orientation à donner à leur opposition demeura d’abord assez vague ou indécise. Le 24 août, ils formèrent un Comité sans titre, qui ne visait qu’à exprimer l’hostilité au gouvernement de Vichy, donc essentiellement politique.

133Ce n’est que le 31 août, après qu’eut été connu le ralliement du Cameroun, qu’à l’imitation, lui fut donné la dénomination de Comité de la France Libre des E. F. O., et publié un manifeste. Il était devenu un foyer d’action patriotique. (doc. n° 11).

134Le 31 août au matin, je fus avisé que, la veille au soir, en grand mystère, on avait prévu une manifestation populaire qui devait venir m’imposer ses décisions. Je réussis, malgré l’heure matinale, à déjouer en partie la manœuvre. À 9h.30, c’est seulement le maire G. Bambridge, toujours en avant garde, qui, buté, se présenta pour m’annoncer la venue d’une délégation des corps constitués. Celle-ci, (une douzaine de personnes environ) arriva à 11h.30, sous les yeux d’une foule paisible et silencieuse, qu’on avait rassemblée autour du gouvernement.

135Le doyen de ceux qui la composaient, le Dr Rabinovitch, Président de la Chambre d’Agriculture, prit la parole pour excuser le conseiller privé E. Ahnne empêché. Puis il me donna lecture d’une courte adresse “au nom des soussignés représentants des élus qualifiés et des notables de la population”. Ensuite, ajouta-t-il, “en raison d’une situation qui a pour résultat d’entrainer l’arrêt complet du ravitaillement et de l’économie du pays, (c’était décidément l’argument scie), j’étais mis en demeure d’adhérer à la France Libre, ou tout au moins d’autoriser un plébiscite, afin de recueillir à ce sujet le sentiment de la population.

136A considérer que cette adresse portait en tête, le nom de “Jouve, pour l’équipage de la Ville d’Amiens”, le meneur principal des mutins. La liste des 30 noms qui suivaient ne présentait pas davantage, pour la plupart, des élus ou des notables, (doc. n° 12).

137Je refutai cette motion en excipant que les motifs sur lesquels elle feignait de s’appuyer n’étaient qu’apparence. Je refusai surtout de donner mon accord à l’organisation d’un plébiscite populaire.

138La délégation finit par se retirer, un peu indécise, en m’informant de son retour pour le surlendemain lundi 2 septembre.

139Chez les conseillers privés, chez les chefs de services, que je réunis aussitôt pour discuter de la situation, je sentis un parti pris évident. Chez ces derniers notamment, je dus enregistrer diverses professions de foi politiques contre le gouvernement de la métropole (Ducasse, Brunet, Delage, Lemonnier). Mais je fus frappé, aussi bien chez les uns que chez les autres, que leurs déclarations de principes n’aboutissent qu’indirectement et secondairement, au rattachement de la France Libre de Londres.

140Fidèle à sa promesse, la délégation se présenta à nouveau ce 2 septembre 1940, à 14 h 30, non plus dans l’ordre et la dignité, mais dans une atmosphère organisée d’émeute. Je la reçus, non pas à mon bureau du gouvernement, mais dans le local plus vaste du Conseil Privé, situé dans un petit bâtiment extérieur proche, où étaient installés les services du Cabinet.

141Cette délégation s’était renforcée d’un certain nombre de gens sans titres, assez surexcités. Les issues furent aussitôt occupées par les mutins de la ville d’Amiens. On entendait à l’extérieur des orateurs qui ameutaient la foule. On sentait la nervosité grandir et on pouvait tout redouter d’agents provocateurs.

142M. Edouard Ahnne, qui jouait cette fois son rôle de doyen d’âge, entreprit tout de suite de me donner les résultats de ce plébiscite, qui s’était poursuivi la veille en dépit de mon opposition. Il comptait faire état de la volonté populaire qui se serait exprimée par 5 564 voix en faveur du Général De Gaulle contre 18 à Pétain, mais je l’interrompis en me refusant à reconnaitre la moindre valeur à cette opération où, l’on avait, au surplus, fourni la réponse toute prête à la question posée. Ma protestation fut elle-même interrompue par l’intervention du trio du Curton-Sénac-Gilbert (les deux officiers en uniforme), qui s’était glissé derrière la délégation. Ils se démasquèrent alors et intervinrent, au secours d’un Ed. Ahnne un peu désarçonné. Je devais, exigèrent-ils me prononcer immédiatement par un oui ou non formel au mouvement. Je ne pus que dénoncer son caractère révolutionnaire, ses arrières-pensées politiques et ses conséquences néfastes pour la colonie et pour la population bernée. J’eus du mal, sous les interruptions, à faire ressortir le vain prétexte de ce ralliement à l’Angleterre puis, l’empire britannique nous avait accordé, sans contre-partie, tout ce qu’il pouvait.

143Mais j’étais en présence de gens décidés à l’avance à ne rien en tendre : “Conservez vers vous la Vérité, lorsque convient mieux le Mensonge”, n’est-ce pas le conseil du plus cynique des auteurs ? Sommé de résilier à leur profit mes fonctions, je m’élevai contre ce que je leur déclarai ne pouvoir être qu’une usurpation de leur part, je récusai même toute exploitation qu’ils pourraient faire d’une prétendue démission volontaire. Du coup, ils tentèrent de trouver un accommodement, et ils se concertèrent rapidement pour me rédiger, spontanément, l’assurance qu’ils avaient obtenu le gouvernement de la colonie “contre mon gré, pour éviter toute effusion” (sic), certainement pas de cordialité, “et toute violence”.

144Ce qui ne les empêchera pas, dès le lendemain, de propager la nouvelle de mon retrait VOLONTAIRE. Alors, comme j’en avais eu le pressentiment, connaissant mes gens, je réussis à faire passer au Consul britannique, une note dans laquelle j’entendais rétablir les faits et réaffirmer mes droits, (voir doc. n° 13.).

145Donc, finalement, complètement isolé, sans aucune assistance de mon chef de cabinet et des chefs de service, je me retrouvai séquestré au premier étage du gouvernement, privé de l’usage de mon propre bureau, de ma voiture et du téléphone.

146Un télégramme au Comité de la France Libre de Londres fut adressé le jour même, sous la signature Martin-Sénac, via Wellington, (doc. n° 14)

147La grille principale du parc fut remise à la garde des communistes et des matelots de la ville d’Amiens un moment munis de brassards. La grille annexe, cadenassée, resta sous la surveillance d’un poste d’agents municipaux. Des marins de la base constituèrent une garde de nuit supplémentaire, à l’intérieur du jardin, tandis que Sénac, qui s’était octroyé la direction de la Sûreté, effectuait à motocyclette des rondes bruyantes à travers le parc.

148Malgré toutes ces précautions, je demeurai en contact avec l’extérieur. J’appris ainsi qu’une partie de la population, atterrée par le tour des événements, avait pris conscience qu’elle avait été jouée et qu’elle supportait mal les mesures policières prises par les meneurs (perquisitions, arrestations).

149Une des premières dispositions adoptée par le nouveau gouvernement provisoire qui s’était instauré, fut d’adresser à la Nouvelle-Zélande, un appel, afin de trouver près d’elle, des débouchés aux produits locaux. En réponse, le gouvernement de Wellington s’empressa de dépêcher le croiseur Achilleus qui mouilla à Papeete le 10 septembre. Il amenait ce délégué-conseil qui m’avait été proposé dès l’armistice, mais dont j’avais éludé la visite, estimant inopportune cette ingérence dans nos affaires.

***

150Cependant, il n’y avait pas que moi à prendre conscience du revirement qui se manifestait dans l’opinion. Et les auteurs et bénéficiaires du coup de force, s’en étant émus, ainsi que le maitre Bambridge en fit publiquement l’aveu n’avaient qu’une hâte, me voir quitter la colonie au plus tôt.

151Le 12 septembre au matin, le cargo mixte néo-zélandais Limerick, de l’Union Steam Ship Co., arrivait à Papeete. Le soir à 17 heures, tout ayant été concerté avec les autorités néo-zélandaises, - l’Intendant Mansard devenu Gouverneur de Tahiti (sic) par décision du 11 septembre du Gl de Gaulle (voir doc. n° 15), flanqué du L. de V. J. Gilbert, venait m’informer que je devais y embarquer dans les 24 heures à destination de Vancouver. Cette mesure était inspirée “d’impérieuses raisons françaises”, selon le style majestueux qui devenait à la mode. Ma vive réaction fut que le départ fut repoussé au samedi 14.

152Et si les exaltés du Comité local de la France libre avaient pu entretenir des doutes sur leur popularité et sur l’estime où on les tenait, ils en eurent une éclatante démonstration à cette occasion.

153Toute la nuit précédent notre départ, nous l’avions employée à emballer ce que nous pûmes de nos affaires, quitte à en laisser une bonne partie derrière nous. À plusieurs reprises, nous fûmes interrompus par la visite furtive des “mutois”.agents de la police municipale, préposés à la surveillance d’une des issues qui, l’un après l’autre, tout émus, vinrent nous demander ce qu’ils pourraient faire pour nous et nous serrer les mains.

154Et puis, bien avant l’heure de l’appareillage du Limerick, une foule dense avait envahi les docks et les quais, mollement contenue par les soldats tahitiens, durant que des patrouilles du croiseur Achilleus parcouraient les rues.

155À notre arrivée à bord, en auto de louage, puisque je ne disposais plus de ma voiture, de très nombreuses personnes nous tendirent à bout de bras ces couronnes de fleurs et ces colliers d’adieu qu’on remet aux partants. Les cris d’au revoir et de sympathie de la foule, l’émouvant chant d’adieu “Mauruuru a vau”, durant que nous montions à bord, couvrirent largement les invectives et les injures dont nous abreuva l’équipage de la Ville d’Amiens, amarrée sur notre arrière, et qui avait retrouvé, pour l’occasion, le chemin de son bord.

156Le nouveau gouvernement provisoire n’eut qu’un souci, son coup réussi, se débarrasser de ces auxiliaires encombrants. Il fit remise du bâtiment aux anglais qui, “réquisitionné” par eux, fit route le 19 septembre pour la Nouvelle-Zélande.

157Leur hâte de nous voir partir, fit oublier aux gaullistes de Tahiti, non seulement les règles élémentaires de convenance, mais aussi les conventions internationales en temps de guerre.

158Je fus rejoint en effet sur le Limerick par trois officiers de marine le C. de C. Grange, commandant la Marine dans le Pacifique, le L. de V. La Haye, de l’Aéronautique navale, et l’ingénieur mécanicien Hue, ainsi que par quinze de leurs gradés. Ce qui fait que, sur ce cargo sans médecin, admis à n’embarquer que 12 passagers, nous nous trouvâmes au nombre de 27 personnes, dont trois femmes et six enfants de 3 à 10 ans.

Les historiens auraient dû se souvenir que quand on contredit la voix publique, il ne suffit pas d’avoir été témoin pour prouver ce qu’on avance.
Voltaire

159Telle fut cette tempête au pays des cyclones dont on a voulu tirer que, le 2 septembre 1940, l’Océanie Française tout entière, soulevée par un grand élan de patriotisme, décida de rallier la France Libre pour s’associer à la délivrance de la patrie opprimée.

160De cet événement, pour en reconstituer le caractère réel, il est nécessaire de revenir sur certains détails.

161Tout a découlé de la consultation populaire du 1er septembre. Or, la première impudence consista à la présenter aux électeurs comme une opération autorisée par le gouverneur.

162Comment aurais-je pu accréditer des gens sans qualité officielle, pour y procéder dans des conditions aussi anormales ?

163Comme ils ne possédaient ni organisation, ni moyens matériels, et surtout qu’ils ne disposaient pas des listes électorales, ils eurent recours à la fantaisie et à l’improvisation. Ils se contentèrent d’ouvrir, çà et là, des registres où tout le monde, femmes et enfants compris, fut invité à signer, sans contrôle et plutôt deux fois qu’une. On fit du porte à porte. Même des chinois furent admis à signer. Mais très peu de “popaa” participèrent.

164Comme le temps aussi les pressait, (il fallait que tout fut terminé en 24 heures, et l’on sait les détails que requiert là-bas une consultation électorale), ils n’entreprirent leur opération que dans les seules iles de Tahiti et Moorea.

165Et puis, que leur demandait-on à ces électeurs ? Les sachant incapables de faire un choix entre Vichy et Londres, on s’avisa d’un stratagème, En exploitant l’incident qui nous avait privé de pain quelques mois plus tôt, on inventa un slogan frappant : “Pétain, famine ! De Gaulle, farine !” Puis en évaluant, à priori, à six mille le nombre des électeurs présents dans ces deux îles, on déclara que 5 564 d’entre eux, exactement, avaient voté favorablement.

166Comment aurais-je pu me laisser convaincre par cette entreprise, malhonnêtement conduite, qui n’était qu’un viol de l’opinion publique ?

167À propos du qualificatif de “parodie” dont il fut usé pour qualifier ce plébiscite, M. Emile de Curton, dans sa récente narration du “Ralliement à la France Libre des Etablissements Français de l’Océanie”, (Paris, 1973), a précisé : “Je n’affirmerai pas qu’il ait été un modèle de consultation populaire. Mais entre le choix des populations tel qu’il s’est manifesté ce jour-là et la politique décidée par le Gouverneur dans le secret de son cabinet, je suis convaincu que c’est le référendum qui a exprimé le sentiment des habitants de Tahiti et Moorea”.

168Ainsi, M. de Curton confère un grand poids au sentiment exprimé par les habitants de Tahiti et de Moorea à l’occasion de ce plébiscite, alors même qu’il constatait antérieurement les difficultés rencontrées par “la grande masse des habitants de l’Océanie pour apprécier des événements qui se situaient en fait dans des pays qu’ils parvenaient mal à localiser sur la carte et dont les rapports avec le seul petit coin d’Europe qui leur était familier ne paraissaient guère évidents” (p. 45).

169Et c’est cette interprétation libre, d’une prétendue adhésion enthousiaste de toute l’Océanie, qui fut impudemment cablée à Londres le 2 septembre, et que, consommant jusqu’au bout l’imposture, le Comité de Londres crut ou feignit de croire, (voir doc. n° 14)

170Seulement les triomphateurs avaient fait trop vite abstraction de l’opposition qui se dressa contre eux.

171Ils eurent d’abord à compter avec les médecins militaires. Ceux-ci ne méconnaissaient pas le caractère de leur collègue de Curton, qui n’avait pu dissimuler son dépit de n’avoir pas obtenu le poste de chirurgien de l’hôpital, convoité par lui lors de son arrivée dans le Territoire. Dans une lettre collective du 20 octobre (voir doc. n° 16) qui ne put parvenir au Ministère des Colonies qu’à la fin de janvier 1941, ils exposèrent leur position vis-à-vis du mouvement de ralliement. Celle-ci valut à leur médecin-chef d’être expulsé vers l’Australie, le 18 septembre, et aux autres médecins des vexations et même des mesures d’internement à Moorea, où ils allèrent rejoindre d’autres fonctionnaires qui ne s’étaient pas ralliés davantage.

172Il y eut ensuite la résistance des magistrats, avec le chef du service judiciaire, M. Ardant. Ce dernier, avec l’appui de l’armée, le capitaine Broche en tête, et l’accord du Gouverneur Mansard, tenta même de provoquer la “fin du cycle”, et de revenir à la légalité. Ayant échoué, il fut également embarqué d’office pour l’Australe.

173Il faut encore citer le bureau des Anciens Combattants, les missionnaires et pasteurs, les représentants des professions libérales, dont certains furent déportés dans l’îlot de Maupiti.

174D’autres encore, outrés aussi de la mauvaise foi étalée lors du fameux plébiscite, furent les officiers de réserve, appelés à faire connaitre s’ils étaient volontaires pour encadrer le futur bataillon dont on envisageait la formation. Parmi ceux qui répondirent, on dut enregistrer le refus de trois capitaines, de cinq lieutenants et de trois autres gradés.

175Dans cette énumération, il ne faut pas omettre les trois officiers de marine et leurs quinze gradés, embarqués avec moi sur le Limerick. L’interrogatoire de chacun d’eux, sous forme d’une enquête de police judiciaire, fut recueilli durant notre traversée (voir doc. n° 17 bis). Presque tous nous quittèrent à Vancouver pour prendre du service dans l’aéronavale canadienne.

176Tout cela représente, en définitive, pas mal de monde et ouvre une assez large brèche dans l’“unanimité”, proclamée par l’amplificateur lyrique qui rédigea le télégramme du 2 septembre au Comité de Londres.

177Les répressions policières et l’arbitraire - suavement qualifiés d’“illégalités mineures” - de ceux qu’on a appelé les “enragés du Pacifique”, s’étant renforcés au contact des résistances, on enregistra bientôt des défections, même parmi les plus ardents de la première heure, comme Lagarde, conseiller privé, Bambridge, maire, ou Brunet, chef des services administratifs.

178On en était revenu aux plus belles époques des troubles et aux confins de la guerre civile. Et de Gaulle, à son tour, désorienté par les doléances et les plaintes que provoquaient les brimades, les conflits d’ambition et d’autorité, qu’il appelait superbement des “fosses d’intrigues”, n’eut d’autre ressource que d’envoyer sur place, successivement, deux enquêteurs, le gouverneur général Brunot et l’amiral Thierry d’Argenlieu (juin et septembre 1941).

179Si l’on admet, comme certains l’affirment, que l’histoire se renouvelle deux fois, une fois en tragédie et l’autre en farce, il faut convenir que la phase qui commença alors tient de la seconde. Elle se termina par l’envoi du groupe de Curton-Sénac à Moorea, où ils allèrent rejoindre leurs précédentes victimes, au camp d’internement qu’ils avaient fait ouvrir pour elles, ainsi qu’à la nomination d’un nouveau gouverneur, le colonel Orselli, le quatrième en douze mois ! On n’est jamais trahi que par les siens.

180Il n’y eut pas d’ailleurs que des français pour réprouver les agissements des nouveaux maîtres.

181Le jour même de son arrivée à Tahiti, le 10 septembre, le commandant britannique du croiseur Achilleus, malgré les barrages, exigea de me rendre visite et nous eûmes un long entretien. Il ne me cacha pas le déplaisir que lui causait la mission dont il était chargé, et son peu de considération pour les gens dont il était venu confirmer le pouvoir.

182Obligé de les recevoir à son bord, on m’a dit, ce qui était assez dans son caractère, que le commodore Parry s’était montré très froid à leur égard, mais qu’en qualité de marin, il s’était refusé à étendre son invitation au lieutenant de vaisseau Gilbert.

183Ensuite, dès qu’il apprit notre embarquement pour Vancouver, il fut indigné de nous voir quitter Tahiti, pour gagner une région canadienne (située à plus de 40° au nord), en vêtements tropicaux, à défaut d’effets de drap qui nous manquaient après 4 ans de séjour. Il recueillit hâtivement dans les magasins de son bord ce qu’il put trouver de lainages, qu’il nous fait parvenir, avec une lettre pleine de sensibilité se terminant ainsi : “Je suis sûr que les amis que vous comptez dans la Marine britannique seront en toute sympathie avec vous, quand ils sauront ce qui s’est passé à Tahiti”, (voir doc. n° 17).

184Il en fut de même à bord du Limerick où le capitaine s’ingénia à nous donner un peu de confort, surtout aux marins qui, faute de logements suffisants pour passagers, durent camper à plat pont. À Vancouver aussi, nous fûmes l’objet, de la part des autorités canadiennes, des attentions les plus délicates. Et le délégué du Gouvernement, qui, vint d’Ottawa me rencontrer à Montréal, eut des expressions assez dures à l’égard des gaullistes tahitiens

185Les échos des événements, dont Tahiti, aussi bien que Nouméa, furent le théâtre, débordèrent largement les archipels voisins et furent répercutés par la presse anglo-saxonne. Celle-ci concluait, comme le fit expressément en juin 1942 le “New York Times”, par le souhait “que les français libres soient capables de s’opposer à l’ennemi commun, au lieu de dépenser leurs énergies en dissentiments intérieurs”.

186S’il apparait donc que le ralliement de la colonie au général de Gaulle ne répondait nullement à un vœu unanime, à quels mobiles alors a répondu le groupe Sénac en déformant la réalité ?

187Il est à remarquer que le clan Martin-Gilbert, auquel s’étaient ennexés de Curton et Sénac, était inspiré des mêmes sentiments politiques. Dès la formation du gouvernement Pétain, on y dénonça tout de suite “le premier signe d’un assaut contre le régime républicain”. Dans tous les manifestes qu’ils répandirent, ils ne cessèrent de se poser en défenseurs de l’intégralité républicaine, et tous les adeptes que leur sectarisme leur permit de rassembler, ne furent que des gens d’opinions extrêmes (Charron, Davio, Lavigne, Ménard etc. et leur “force d’intervention”). Quant à tous les opposants que leur outrance déchaina contre eux, ils furent tous indistinctement confondus sous l’appellation d’“éléments fascistes de Tahiti”.

188De Curton et Gilbert étaient, en plus, animés de ressentiments personnels qui, mis au service de leur ambition, permirent à l’un d’exercer durant huit mois les fonctions de gouverneur, et à l’autre de se nommer tout de suite commandant de la marine, (voir doc. n° 18).

189Et puis, toute révolution, tout mouvement subversif a son doctrinaire, son illuminé, qui trouve, en favorisant le désordre, son plein épanouissement. C’est ce que fut Sénac, “d’un radicalisme intransigeant teinté d’anarchie”, reconnaitra de Curton. Il avait grandi, en effet, dans le giron du parti radical, dont son père avait été un des pontifes. Il venait d’être choqué dans sa carrière car, après une promotion arbitraire d’administrateur des colonies, il avait été ramené, par décision du Conseil d’Etat, dans un cadre subalterne, où encore il n’accéda au grade supérieur que grâce à une intervention choquante.

190(voir doc. 18). Il s’était constitué le rédacteur et le propagateur des tracts, où il se dressait en contempteur violent du gouvernement de Vichy et de l’Administration en général, tout en y développant les grands thèmes du parti jadis tout-puissant, sans oublier la petite note de marque anti-cléricale. Ainsi brandissait-il la menace d’introduction prochaine, dans la colonie, d’une “religion d’état”.

191Mais le trio convaincu dès le début, du peu de crédit dont il disposait et sentant le sol mouvant sous ses pieds, éprouva-t-il la nécessité de se camoufler derrière une apparence de respectabilité, en créant un Gouvernement Provisoire. Et ils poussèrent en avant, pour cela, les trois membres non fonctionnaires du conseil privé.

192Le doyen en était M. E. Ahnne, ancien directeur d’une école protestante, homme âgé et empreint de dignité. Un de ses fils, après avoir poursuivi ses études outre-mer en qualité de boursier de la colonie, était installé à Papeete comme avocat-défenseur. Celui-ci avait malheureusement l’habitude de manifester publiquement ses sentiments anti-français. Aussi, après une scène particulièrement scandaleuse, avait il été suspendu de ses fonctions pour trois mois. M. E. Ahnne supporta mal cette atteinte indirecte à sa respectabilité et il remâcha son amertume. Sans doute vint-il s’y ajouter un complexe, dû aux agissements inconsidérés de son beau-frère Walker, sujet anglais, agitateur violent aux incartades répétées.

193Le second était E. Martin, propriétaire de l’usine électrique fournissant le courant à la ville ainsi que d’une brasserie. Plutôt apathique et effacé de nature, il finit par adopter une attitude combative, sous l’influence de son gendre Gilbert, du frère de celui-ci, de son propre fils et de leurs amis.

194Enfin le troisième était Lagarde, ancien chef retraité du service des douanes. D’esprit caustique et d’un humour sans indulgence, au courant de toutes les intrigues et de tous les potins locaux, et pour cela redouté de tous ceux qui craignaient de lui servir de cible.

195Ces trois hommes étaient depuis longtemps inféodés au pays. Le fenua Tahiti était devenu leur patrie. Ils étaient plus ou moins solidaires des négociants, connaissaient et partageaient leurs soucis au sujet de l’exportation des produits, savaient combien les propriétaires des stocks de coprah restaient lourdement engagés vis-à-vis des banques, par le jeu des traites.

196Et puis, ils étaient parvenus à un âge où l’aventure a perdu ses attraits, où les charges de famille et l’instinct de prévoyance rendent circonspects, où le passage brusque du passé traditionnel au futur indéterminé impose la prudence, où on a du mal à se plier aux nouveautés.

197Ainsi cette gérontocratie, attachée au passé, ne retrouva-t-elle rien de mieux, pour, marquer son accession au pouvoir, que d’appeler le peuple à célébrer solenellement l’avènement de la 3e République (voir doc. n° 19) ! Pauvres tahitiens qui déjà avaient dû renoncer à comprendre les péripéties des querelles popaa à qui l’on demandait main -tenant de commémorer, dans la joie et les fêtes, un certain 4 septembre 1870 et de rester fidèles “au régime républicain démocratique en se ralliant au général de Gaulle” (voir doc. n° 20).

198Sans avoir toujours à sonder les reins et les cœurs, il arrive parfois que le simple rapprochement des faits éclaire les mobiles secrets des hommes. Or le 2 juillet précédent, une réunion avait eu lieu à la Chambre de Commerce, pour étudier notre crise financière intérieure et pour chercher une solution au blocage des produits. Une pétition y avait été préparée et mise en circulation, afin de réclamer l’intervention d’un pays étranger qui prendrait en charge les intérêts de la colonie. Et ce sont précisément les trois augures du Gouvernement Provisoire qui avaient soutenu cette thèse, à une réunion du conseil privé, et qui, en suggérant un appel aux U.S.A., moyennant certains ABANDONS DE SOUVERAINETE, avaient provoqué de ma part une assez violente prise à parti. Il est assez plaisant de se souvenir qu’un des griefs allégués contre moi fut « d’avoir fait courir les plus grands dangers à la Colonie » en favorisant l’hégémonie économique d’un pays étranger ! Vérité en deçà, erreur au delà !

199En tout cas, le divorce (qui se termina par l’éclatante rupture de Lagarde) fut patent, dès le début, entre eux et le groupe de Curton-Sénac. Il y avait équivoque entre le “ralliement à de Gaulle” que prônaient les seconds et le ralliement “à l’Angleterre” que soutenaient les premiers. C’était plus qu’une nuance, car pour les jeunes, animés d’une foi jacobine, leur formule contenait une fin en soi, tandis que pour les prudents du Gouvernement Provisoire, la leur traduisait les préoccupations beaucoup plus réalistes. Ils étaient en quelque sorte, des Bien Pensants, animés un peu par la peur et beaucoup par les soucis matériels. L’appel qu’ils adressèrent, dès le lendemain de leur prise de pouvoir, à la Nouvelle-Zélande pour réclamer son assistance, montre que, poursuivant leur idée, tout était surbordonné à la restauration, à tout prix, de l’économie locale. Et que pouvaient faire, au demeurant, les Anglais, pour favoriser l’écoulement de nos stocks de coprah, dont les entrepôts de leurs îles étaient pareillement encombrés ?

***

200L’avènement de ce Gouvernement Provisoire fut accompagné par la publication d’un manifeste qui, du reste, en dit long à ce sujet. La question du ralliement à la France Libre y est traitée en deux lianes, avec. Dour but, était-il bien spécifié : “Libération du Territoire de la France métropolitaine et pour la RESTAURATION D’UNE FRANCE REPUBLICAINE SAINE”.

201Par contre, s’étale sur trois pages, le projet, extravagant, d’un véritable programme de gouvernement fantaisiste, dont ces extraits sont suffisants pour donner une idée de l’ensemble :

202« En raison de l’insuffisance des effectifs militaires et pour assurer à la colonie, sa Sécurité et son Ravitaillement, il est prévu de solliciter la protection des alliés, dominions ANGLAIS OU DE L’AMERIQUE (SUIVANT LE VOTE DE LA POPULATION POLYNESIENNE) , pendant toute la durée des Hostilités existant entre la France et l’Allemagne et l’Italie.

203“Programme d’Action”

204SUR LE PLAN SPIRITUEL : ... La France Libre des E.F.O. a pour idéal “Coopération, Solidarité et Amour Fraternel”.

205SUR LE PLAN ECONOMIQUE

  1. Ravitaillement assuré de la colonie par les pays alliés en produits de toutes sortes, farine, sucre, huile, viande, lait, savon etc. Assurance de l’écoulement des produits locaux...
  2. Supression de certains emplois féminins non indispensables dans l’Administration en s’inspirant de l’esprit : La femme au foyer. SUR LE RACISME”

206La France Libre des E.F.O. déclare incomptatible cet esprit avec des mœurs et l’atavisme polynésien (sic). »

***

207Le même gouvernement provisoire, dans un avis à la population publié au Bulletin de Presse du 3 septembre, donnait des détails supplémentaire sur son programme d’action :

208- Changement de direction politique dans la colonie, par la reprise des relations diplomatiques avec le gouvernement anglais et la réouverture de consulat. Redressement économique de la colonie, par la reprise des relations économiques avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie. (voir. doc. n° 20).

209C’est ce qu’on peut appeler la politique des portes ouvertes. “Il n’y a de nouveau que ce qu’on croyait oublié” ! Heureusement n’avait-on pas, attendu l’exposé de ces généreuses intentions, pour assurer les besoins des habitants, grâce au gentleman agreement dont il a été parlé ci-dessus.

210Seule la question de réouverture du consulat britannique demande une précision : à l’annonce d’une décision maladroite de Vichy, le Consul britannique, de lui-même et malgré mon opposition, avait décidé de se retirer dans l’intérieur du pays. Mais sa retraite n’avait pas duré et, le 1er septembre, il m’avait informé de la reprise de ses services. Et, en tout cas, ce n’était pas contre un consulat fermé et pour en assurer la réouverture, que se déploya, en mai 1941, ce commando nocturne, dirigé par Walker, le beau-frère anglais d’Edouard Ahnne, qui s’empara du Consul qui fut molesté, occupa les lieux, se saisit des archives et des codes. D’ailleurs, à la suite de cet exploit, on dût, parait-il, le considérer comme disqualifié et le mettre hors d’état de nuire”, (voir doc. n°21).

Tant il est vrai que l’homme est plus altéré de gloire que de vertu.
Juvénal

211Dernière question, qui s’impose : pourquoi, investi de l’autorité, n’ai-je pas usé de la force publique ?

212Pour deux motifs, l’un de simple logique et l’autre de fait. Le premier pose une énigme.

213Après les incidents du 23 juin relatés plus haut, au cours desquels des officiers de marine avaient tenté timidement un premier essai de ralliement, plusieurs jours s’étaient écoulés sans nous apporter d’informations quant au rôle et à l’action du Comité de Gaulle à Londres.

214En face de cette incertitude persistante, je m’adressai directement au Foreign Office, à qui je demandai “quel pouvait être le Gouvernement national et indépendant reconnu, auquel il était loisible de se rattacher”. (Télég. du 29 juin). Et la réponse qui me parvint, le 1er juillet 1940, fut celle-ci, dont je donne, à nouveau, la transcription intégrale :

From The Secretary of State for Foreign Affaires 1st July 19 h 40 Le Gouvernement de Sa Majesté reconnait le Gl de Gaulle comme chef de tous les Français Libres où qu’ils puissent être, qui se joindront à lui en vue d’aider la cause des Alliés. Cette indication ne signifie pas que le Gl de Gaulle a été reconnu comme le chef ou l’instaurateur d’un gouvernement reconnu (alternative gouvernement), ou que le Gouvernement de Sa Majesté a cessé d’avoir des relations avec le chargé d’affaires français à Londres qui représente le Gouvernement de Bordeaux.

215À la réflexion et a posteriori, ce texte ambigu peut prêter à équivoque. Mais, sur le moment, il permettait trop bien de comprendre pourquoi les représentants des possessions anglophones du Pacifique s’étaient montrés pleins de bonnes intentions à notre égard, au moment de l’armistice, et pourquoi le modus vivendi, établi entre nous et jamais contesté ensuite, nous avait procuré une “satisfaction réciproque”. On pouvait normalement en déduire que le Gouvernement anglais, n’ayant pas perdu espoir d’entretien des relations diplomatiques avec le Gouvernement français, ne souhaitait pas provoquer notre rupture avec lui. Ce que le Consul d’ailleurs me fit comprendre de vive voix.

216Et surtout, puisque le Gl de Gaulle n’était admis qu’à rassembler des volontaires, la possibilité n’apparaissait pas qu’il put rallier, en bloc, un territoire, qu’on ne lui reconnaissait pas qualité pour administrer.

217C’est cette interprétation à laquelle je m’arrêtai. Il n’empêche que je fus trompé par la duplicité de ce communiqué officiel anglais, puisque, presque aussitôt, le Comité de la France Libre de Londres se mit à légiférer et à tenir pour ses fiefs, ceux des territoires qui se tournèrent vers lui.

218En second lieu, une raison de fait me mit dans l’impossibilité de faire appel à la troupe pour maintenir l’ordre.

219Le commandement militaire à Tahiti était exercé par le capitaine de corvette, commandant la Marine, Grange. C’était un officier timoré, inconsistant, n’ayant que peu d’autorité et de crédit auprès de ses subordonnés. Son manque d’initiative et la peur des responsabilités lui faisaient exiger, à la moindre occasion, un ordre écrit pour se couvrir.

220On se souvient, au surplus, que le 23 juin, il avait automatiquement emboité le pas, quand le brouillon Cdt de Quièvrecourt avait conçu l’envoi d’un télégramme à de Gaulle. N’ayant pas persévéré dans ces dispositions. Grange se trouva forcément en fausse position au moment du coup de force. Son “dégonflage” ainsi que le qualifia Lagarde, lui valut pas mal d’avanies, en particulier le manque d’égards dont fit preuve son adjoint Gilbert, qui l’expulsa sans autre forme pour prendre sa place. Je ne pouvais donc pas compter sur lui.

221Restait le capitaine Broche, commandant la Cie autonome d’Infanterie indigène. C’était un officier de 34 ans, arrivé dans la colonie en 1939, ardent et sympathique. La guerre survenue, son tempérament militaire ne put s’accomoder d’être maintenu loin du front. Aucun ordre ne nous étant parvenu de diriger un contingent vers l’Europe, son désir de se battre s’exaspéra, tourna à l’obsession et finit par lui enlever tout discernement, (voir doc. n° 22). Il voulut démissionner pour aller s’engager en Australie, il pressait de télégramme pour cela le Cdt Supérieur de Troupes du Pacifique à Nouméa. C’était devenu de l’aveuglement, et nous ne cessâmes de la ramener au sens de son devoir, en l’occurence, à l’obligation de servir au poste qui lui était échu. C’est dire qu’il était prêt à tout accepter pour réaliser son désir, et que dans le mouvement de ralliement dont il connut la préparation, - sans pourtant sympathiser avec ses promoteurs - il entrevit la chance de parvenir à ses fins et de partir à la guerre.

222Le 1er septembre donc, alors que se déroulait le plébiscite truqué, et que j’envisageais des troubles pour le lendemain, j’essayai en vain, toute la journée, d’entrer en relation avec Broche. Il ne répondit pas à mes convocations et resta introuvable. Ce n’est que le lendemain à 14 heures, alors que commençait à s’ameuter la foule, qu’il se présenta. Mais, buté et obstiné, ce fut pour me faire connaitre sa décision de maintenir dans la neutralité, “la troupe consignée dans ses quartiers”, décision dont je lui démontrai, sans succès, qu’elle était incomptatible avec ses fonctions et son devoir d’obéissance.

223C’est ainsi que le champ libre fut abandonné aux émeutiers.

224Le 3 septembre, dans une assez longue lettre au Gouvernement provisoire, (voir doc. n° 23), faisant ressortir “son expectative en dehors de toute considération d’ordre politique”. Broche acceptait de reconnaitre le nouveau régime. Il y mettait toutefois un certain nombre de conditions, notamment la création d’un corps expéditionnaire “qui serait employé uniquement contre les ennemis de notre pays, et suivant les ordres, éventuellement, des autorités militaires britanniques”. Nous sommes loin des assurances de fidélité et de soumission qu’il me donnait dans la lettre du 17 juin précédent, ou, parlant au nom des “militaires d’active et de réserve”, il assurait : “nous sommes tous groupés sous vos ordres”.

225Son vœu fut amplement satisfait. Nommé le 20 septembre commandant supérieur des troupes du Pacifique à Nouméa (poste tenu habituellement par un colonel), fait chef de bataillon le 1er février 1941, il fut placé à la tête du Bataillon du Pacifique qui quitta Nouméa le 9 mai 1941, Promu lieutenant-colonel le 1er octobre 1941 et maintenu dans son commandement, il devait trouver une mort glorieuse à Bir Hakeim le 9 juin 1942.

226Pour rallier le réticent capitaine Broche, le Gouvernement Provisoire fut contraint d’accepter les conditions formulées par lui dans sa lettre du 3 septembre 1940. Parmi elles se trouvait cette particuliére exigence ainsi exprimée :

227« Il est demandé au nouveau gouvernement de préparer l’envoi d’un corps expéditionnaire d’un effectif de 1 000 hommes (un bataillon d’infanterie à 4 compagnies) entrant dans la composition d’un corps expéditionnaire français du Pacifique ».

228Il faut admettre que c’était dans la logique des choses, et même que, si la volonté de la population, exactement affirmée et dans toutes ses couches, eut été réellement de courir à la défense de la mère patrie, c’était la mobilisation générale des 5.000 réservistes disponibles qu’on aurait dû envisager. (Il est entendu que je cède uniquement à la logique mais non pas au regret).

229En tout cas on reste confondu devant la réaction et le désarroi des triomphateurs du moment, en face des exigences de Broche.

230“Celle qui nous paraissait la plus exorbitante (sic), était la constitution d’un corps expéditionnaire d’en effectif de 1 000 hommes, un bataillon d’infanterie à quatre compagnies, était-il précisé ! Ce n’étaient certes pas les volontaires qui manquaient. Mais pouvait-on priver un pays de 40 000 habitants d’un millier de jeunes, représentant la partie la plus active de la population ?...”

231“En ce qui concernait le corps expéditionnaire réclamé par le commandant de la Cie Autonome d’Infanterie Cle de Tahiti, un compromis fut alors élaboré entre le Gouvernement Provisoire et le capitaine Broche”. (De Curton).

232Il ressortit de ce “compromis” que ce fut seulement un contingent de 300 volontaires, qui partit pour Nouméa, afin de s’intégrer au bataillon du Pacifique qui s’y constituait.

233Effectivement, il est à constater que, dans toute leur propagande, les auteurs du coup de force n’évoquèrent que “la France Libre”, mais jamais la “France Combattante”. Alors, sachant fort bien que la colonie était hors d’état d’apporter quoi que ce soit d’efficace aux Alliés sur le plan économique, s’ils trouvèrent par ailleurs “exorbitant” une contribution militaire, que restait-il, que signifiait tant d’affectation patriotique et sur quoi débouchait en fait ces appels au ralliement ?

234N’y aurait-il pas là de quoi justifier les allégations émises contre certains, dont les arrière-pensées n’auraient été que d’obtenir des avantages pour les intérêts locaux, en ne fournissant que le moins possible en contre partie ? Et, effectivement diverses énonciations de leurs proclamations sont ainsi formulées qu’elles ne démentent pas ces imputations.

235En tout cas, en ces temps où il est sans cesse question d’efficacité, il faudrait déterminer si la minime participation ainsi consentie par les E.F.O. à la guerre, suffit à compenser les troubles et les bouleversements internes qui en furent quand même la conséquence et eurent pour eux tant de répercussions.

236En ce qui me concerne, ayant reconnu notre impuissance à intervenir efficacement dans le conflit, j’avais estimé que mon rôle était de faire franchir à l’Océanie cette épreuve sans trop de dommage. Quelqu’un du reste m’a donné raison qui a dit : “Avez-vous remarqué qu’aucun vrai problème n’a de solution ? Le mieux qu’on puisse faire pour lui est de le faire attendre”. Et ce quelqu’un, c’est de Gaulle lui-même.

237Si les artisans du mouvement de libération de Tahiti ont entendu le résoudre à leur façon, le mélange complexe d’intérêts, d’excitation irréfléchie, assaisonnée de ce qu’il fallait de patriotisme, a engendré cette équivoque qui se prolonge aujourd’hui.

238Mais si l’on estime en définitive, que la fin a justifié leurs moyens, on a pu constater que ceux-ci ne furent pas de nature à satisfaire tous les honnêtes gens. Et on peut leur appliquer le jugement qu’un conventionnel portait sur ses collègues : “Ils voulurent être libres, ils ne surent pas être justes” !

CONCLUSION

239Lorsque me fut confiée l’administration des E.F.O., je connaissais le statut spécial de cette colonie. Elle ne nous était pas échue par conquête, elle avait ses origines dans le don de ses légitimes souverains.

240Après le protectorat établi, en 1847, sous la Reine Pomaré IV, était intervenue la déclaration faite le 29 juin 1880 par le Roi Pomaré V. Elle consacrait la réunion à la France des Iles de la Société et Dépendances : “Parce que nous apprécions, confirmait cet acte, le bon gouvernement que la France a donné aujourd’hui à nos Etats, et parce que nous connaissons les bonnes intentions de la République Française à l’égard de notre peuple et de notre pays, dont elle veut augmenter le bonheur et la prospérité”.

241“C’est un geste de confiance et d’amitié que nous sommes heureux de donner à la France”, disait encore le souverrain en ajoutant : “C’est ma parole et il faut qu’elle soit observée” !

242C’est aussi la parole de la France qui était engagée. Et c’est dans les limites de ces déclarations que résidaient nos obligations vis à vis du peuple tahitien. Elles étaient résumées dans ces paroles même de la Reine Pomaré : “Je suis toujours entre vos mains et conseillez-moi pour mon bien” !

243Ce pays n’était pas un désert sans âme, mais une nation vivante. Son charme, si vanté depuis le temps des découvreurs, ne tenait pas seulement aux splendeurs qu’y déployait une nature exceptionnelle, mais à l’attirance qu’offraient ses habitants, dans la nature qui leur servait de cadre.

244Il y avait là une race qui possédait son génie propre, sa sensibilité, ses tabous, ses moyens d’expression, son code de morale, basé sur le me haama : ça fait honte et, bien qu’elle ignorât l’écriture, ses traditions que décrit Cook alors qu’elle en était encore, de quelque façon, à l’âge de pierre.

245Nous nous étions engagés à veiller sur sa croissance et son évolution, comme on veille sur la formation d’un être fragile.

246Je m’y étais attaché dès mon arrivée, mais mesurai vite l’écart, entre les besoins et mes moyens. Maintes fois j’ai tenté d’attirer sur elle l’attention d’une mère patrie, trop lointaine et trop accaparée par ses propres préoccupations. Le peu que je pus obtenir fut pour le plus déshérité, sans doute, de nos archipels, celui des Marquises. Tant de maisons qu’ils voyaient là tomber en ruine dans leurs vallées, avaient convaincu les indigènes d’accepter, avec résignation, le destin inexorable auquel ils se croyaient voués. Et ils ne s’en consolaient que par une absorption abusive de boissons distillées, dont ils avaient appris la fabrication au contact des baleiniers américains, et dont ils avaient porté l’art à son maximum. Au bout de trois ans, grâce notamment à des mesures de prophylaxie et d’assistance médicale renforcées, j’ai pensé atteindre un équilibre, mais précaire, entre les naissances et les décès.

247En tout cas, ce ne furent pas les conseils gratuits qui me firent défaut. Que de fois ai-je entendu répéter, au sujet des maoris, en général aimables dans leur indolence et réfractaires à l’effort continu, qu’il fallait leur “créer des besoins” ! Je n’ai jamais pensé que, pour améliorer le sort de ceux que j’ai connus heureux, dans ce qu’on voulait appeler leur pauvreté, il suffirait de susciter des désirs qu’ils ne pourraient satisfaire, ni qu’en multipliant artificiellement leurs appétits ou leurs envies, sans leur avoir parallèlement inculqué le goût du travail, c’est à dire profondément modifié leur nature, on aurait chance d’améliorer leur vie sans en faire des déracinés.

248Il ne s’agit pas d’imaginer que je souhaitais les voir demeurer dans un conversatisme rétrograde. Il était inévitable que les développements de la technique et les rapports répétés avec le monde extérieur dussent influer sur leur insouciante existence. Mais j’espérais que l’échéance n’en serait pas trop brutale et que la norme de croissance de leurs besoins resterait sélective, correspondant à l’accroissement de leurs ressources, donc équilibrée et pour tout dire “civilisée”.

249Or, il est indéniable que, parmi les avatars qu’a connu en peu de temps la race maorie, la mise en contact direct avec le monde en guerre en a précipité l’évolution.

250C’est en effet peu après le retour d’Europe du contingent tahitien que s’est manifestée, on pourrait dire paradoxalement, cette chose qu’on n’aurait jamais pu concevoir auparavant : ce mouvement autonomiste qui entraina les troubles de 1947.

251Et là-dessus, une voix souveraine se fit entendre : “Le Pacifique sera demain le théâtre principal des hommes, pour une durée dont on ne peut prévoir les limites”. Et quand les Tahitiens comprirent le sens de ces mots, qui était de les faire entrer de plain pied dans l’ère atomique, ils protestèrent en invoquant leur droit à disposer d’eux-mêmes, ils s’élevèrent contre celle qu’on avait si dévotieusement, jusque là, dénommée la Puissance Protectrice.

252“Cadeau empoisonné”, dirent les uns. “Tu es chez nous un étranger, accepte tes hôtes tels qu’ils sont”, soutinrent les autres. Le parti séparatiste eut beau jeu de faire chorus.

253Mais le Moloch n’entendit rien. Il amena ses machines et ses travailleurs étrangers, il disposa des lieux, il bouleversa les sites pour y installer ses techniciens et ses champs d’expériences. Au mépris du bon sens, il se trouva quelqu’un pour affirmer : “ À l’heure où les nations s’efforcent de se grouper au sein de larges communautés, l’isolement d’une collectivité peu nombreuse n’est pas sans grand danger”.

254Alors, pour obliger la Polynésie à sortir, d’elle même, de ce que l’on appelait avec un certain mépris “l’âge du corail et du cocotier” où elle s’obstinait à vivre encore, tout a été bouleversé à pas de géant. On y a déversé l’argent sans égard pour son état social, quintuplé la valeur du franc, déchainé l’appât du gain, crée les apparences d’une prospérité factice, multiplié de fallacieuses promesses. Est-ce pour le bien-être des Tahitiens qu’on est arrivé à les faire passer, sans étapes, d’une économie de subsistance à une économie monétaire moderne ?

255Et quand le Moloch aura abandonné la place, que laissera-t-il derrière lui ? Le tourisme, pour assurer la vie économique. Le tourisme qui, ainsi envisagé, ne sera qu’une prolongation du mal.

256On pourra sans doute, avec une publicité bien orchestrée, amener des foules attirées par le mirage entretenu des Mers du Sud, les distraire avec un folklore reconstitué au moyen de figurants amorphes ou importés. Mais on aura étouffé le caractère propre de ces êtres sensibles et simples qui, par leur naturel même, constituaient l’attrait de ces îles de charmes.

257Aux yeux de visiteurs abusés n’apparaitra plus qu’une race plus ou moins métissée et pervertie. Aussi totalement que chez les Incas, les Caraïbes ou les Indiens, le génocide aura été accompli.

Il faut avoir attention a ne point augmenter par l’aigreur des paroles la tristesse des choses.

258Aussitôt le point final posé, j’ai relu ces lignes. Je suis demeuré perplexe et gêné, en constatant que j’avais traité les protagonistes sans indulgence, et peut-être avec une sévérité forcée. Ces gens, après tout, j’avais eu avec tous des relations fréquentes, de bon ton avec beaucoup et même sympathiques avec certains. Il y avait là un petit conflit philosophique ? Bien que je me sois cru détaché des émotions anciennes, n’avais-je pas cédé à des ressentiments endormis et à la partialité ? Je me suis alors replongé dans le passé, j’ai repris mes analyses, relu mes documents et suis remonté aux sources. J’ai dû, de ce fait, modifier certains jugements et atténuer certaines appréciations. Mais, dans le principal, il est impossible de dénier qu’il ait eu beaucoup de mauvaise foi, de sectarisme et d’intéressement dissimulé, dans ce mouvement... qui eut aussi ses bouffons.

259À propos du drame de son ralliement, Tahiti s’est trouvé, en 1940, entre deux choix.

260On peut estimer qu’il existait certains pour le considérer uniquement sous l’angle du service de la patrie, comme un acte de portée nationale, n’ayant pas à s’encombrer de questions secondaires et de péripéties locales. L’opération était à envisager, pour eux, sur le plan mondial, sans que dussent être retenues ses répercutions immédiates sur l’avenir du peuple tahitien.

261Pour moi, c’était une pièce qui devait se jouer sur une scène plus circonscrite, où la pureté et la survivance d’une race était en jeu. “Hors de l’eau est sortie Tahiti, et nous dessus”. Cette affirmation concise de Opuhara, héros légendaire de l’épopée tahitienne, ne pouvait pas être oubliée.

262Considérant que nous étions sans moyens pour participer efficacement à la guerre, je me devais de peser les avantages et les dommages pour la vie de la colonie, aussi bien que les intérêts matériels et moraux de gens dont je n’avais pas le droit de tromper la confiance.

263Il y avait donc, entre ces deux options, une opposition qui ne pouvait que dégénérer en conflit. Encore cette divergeance eut-elle pu se régler dans l’honnêteté !

Table des illustrations

Légende Le gouverneur Chastenet de Géry
URL http://books.openedition.org/sdo/docannexe/image/1157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Société des Océanistes, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr