Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nouvelle-Calédonie à la croisée des chemins : 1989-1997

 | 
David Gilbert
, 
Dominique Guillaud
, 
Patrick Pillon

Quatrième partie. La ville

L’habitat océanien spontané à Nouméa

Dorothée Dussy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La ville est à l’image de la culture de ses bâtisseurs et de ses occupants et le décryptage de sa morphologie est, à ce titre, riche d’enseignements. Un tel décryptage présente un intérêt tout particulier lorsqu’il s’agit de populations qui n’ont a priori pas de pratique traditionnelle de la vie en milieu urbain, comme c’est le cas pour les populations océaniennes. En milieu mélanésien traditionnel, il n’y a d’agglomération humaine ni considérable, ni définitive1 et la culture kanak ne propose aucun modèle pour une identification à la ville blanche française qu’est Nouméa. En ce sens, l’appropriation informelle d’une fraction de l’espace urbain par les populations océaniennes constitue une pratique originale de la ville : à Nouméa, elle prend la forme de « squats »2, qui regroupent de petites cabanes en tôle, entourées de jardins vivriers, et qui sont apparus il y a quelques années seulement sur la plupart des terrains non bâtis de la ville.

Il n’existe qu’une source statistique offi...

© Société des Océanistes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540