Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Nouvelle-Calédonie à la croisée des chemins : 1989-1997

 | 
David Gilbert
, 
Dominique Guillaud
, 
Patrick Pillon

Troisième partie. Le développement

Élevage bovin mélanésien et politiques de développement

Gilbert David et Patrick Pillon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’introduction des premiers bovins sur le territoire précède de quelques années la prise de possession de 1853, et l’élevage, s’inspirant des pratiques extensives de l’Australie voisine, devient rapidement la première activité agricole de la colonie naissante. Sa rentabilité est au départ telle qu’elle devient le support de spéculations ; le nombre de têtes passe de 500 en 1857 à 5 400 en 1866, à 30 000 vers 1870 et à 80 000 en 1877 (Saussol, 1979 : 195). Par la suite, le cheptel connaît toutefois diverses fluctuations entre un minimum de 50 000 têtes et un maximum de 150 000 (Dubois, 1984 : 43-44). En 1991, le nombre de bovidés est estimé à 125 000 têtes réparties sur 216 000 ha, soit 43 % des surfaces totales et 94 % de la surface agricole utile du territoire (I.T.S.E.E., 1993). L’élevage bovin, qui a longtemps été l’apanage des colons européens et qui représente encore à ce jour leur activité emblématique, a toujours été la première production du secteur rural néo-calédonien, tan...

© Société des Océanistes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540