Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“Journal des débats” du 21 février 1830, p. 2-3

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’Épopée et de Vingt Chants de Dante, traduits en vers français, par M. Antoni Deschamps, Paris, chez Ch. Gosselin (Deuxième article), dans le “Journal des débats” du 21 février 1830, p. 2-3.

 

Bonaparte avait commandé son buste à un statuaire. L’ouvrage fini et soumis à son agrément: Monsieur, dit-il à l’artiste, c’est difficile de faire un bon buste! Le pauvre homme comprit la politesse impériale, ainsi que le sourire étrange qui l’accompagna. Peut-être en devint-il fou; car le dédain de Bonaparte tournait les têtes comme ses éloges. Si Bonaparte eût dit: C’est impossible! le statuaire en aurait pris son parti: qui sait même s’il n’eût pas cru recevoir un compliment?

Dites à un traducteur: «Monsieur, c’est difficile de faire une bonne traduction», vous lui mettez la mort au cœur. Dites-lui: «C’est impossible!», il sera, s’il a de l’esprit, tout le premier de votre avis.

Impossible, et de plus inutile, pour ceux qui entendent la langue originale. Qui mania plus habilement le vers qu...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search