Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“Journal des débats” du 2 février 1830, p. 2-3

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’Épopée et de Vingt Chants de Dante, traduits en vers français, par M. Antoni Deschamps, Paris, chez Ch. Gosselin (Premier article), dans le “Journal des débats politiques et littéraires” du 2 février 1830, p. 2-3.

 

L’Épopée est l’œuvre de l’esprit humain la plus difficile et la plus populaire. Cette popularité toutefois est un peu celle du roman, sinon pour l’estime qu’on fait de l’Épopée, mais pour la légèreté qu’on met à la lire. Jamais renommée fut-elle plus haute que celle d’Homère? Jamais nom d’homme fut-il prononcé par plus de nations et en plus de langues? Eh bien! que ceux-là sont rares qui l’ont lu dans son idiôme! Combien qui l’admirent sur ouï dire, et dont le culte est d’autant plus fervent que le dieu leur est plus inconnu! Aussi, voilà que des érudits se mettent à nier Homère62, et à faire des débris de cette grande gloire une gloire à cents rapsodes; voilà qu’on brise sous nos yeux ce buste qui fut sculpté de souvenir par quelque statuaire de génie, ce front large...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search