Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“Le Globe” du 13 février 1830, t. VIII, p. 98-100

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Divine Comédie de Dante Alighieri, traduite en vers français par M. Antoni Deschamps (Vingt chants). Un volume in-8°. Paris, chez Gosselin et Canel; Alex. Menier, place de la Bourse (IIIe article et dernier), dans “Le Globe” du 13 févier 1830, t. VIII, n. 13, p. 98-100.

 

On a vu jusqu’à quel point la poésie italienne, à sa naissance, était dominée par l’ascendant et l’exemple des troubadours. On a vu aussi sous quel aspect confus se présentaient les modèles antiques aux yeux même des plus savants et des plus éclairés. Ainsi donc, quelque volonté qu’on suppose au Dante de reproduire ces modèles, on reconnaît non sans plaisir l’impuissance de ses efforts. C’est ici que l’irrésistible, la force inconnue, se manifestent, et, sous ce rapport, le talent le plus voulu qui ait peut-être jamais existé subit l’influence de l’instinct. La forme de la poésie provençale était toute lyrique; l’art du récit, ce merveilleux apanage de notre français du nord, n’entrait dans l’idiome des troubadour...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search