Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“Le Globe” du 6 janvier 1830, t. VIII, p. 14-16

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Divine comédie de dante Alighieri, traduite en vers français par M. Antoni Deschamps (Vingt chants). Un vol. in-8°, Paris, Gosselin et Canel; Johanneau, rue du Coq-St-Honoré, n° 8 bis, dans “Le Globe” du 6 janvier 1830, t. VIII, p. 14-16.

 

D’où vient que notre siècle, si détaché de l’antique, et si plein de bonne volonté pour le moyen âge, a pourtant dédaigné jusqu’à ce jour le véritable patriarche de la poésie moderne? d’où vient que l’autel de l’Homère catholique n’a fumé que d’un si rare encens parmi nous, et que nos diseurs de généralités ornées en sont encore au même point que les Aristarques du dix-huitième siècle, pour l’appréciation de cet immense génie? C’est là, je crois, une inconséquence bien grossière, et dont pourtant il n’est pas difficile de rendre compte. Tout dépend du point d’où notre réforme littéraire est partie, de l’influence à laquelle nous avons obéi, de l’organisation, des goûts et des préjugés mêmes de ceux qui nous ont fait ce que nous sommes. C’est san...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search