Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“La Semaine” du 17 janvier 1830, p. 1-2

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La DIVINE COMEDIE, de Dante Alighieri, traduite en vers français par M. Antoni Deschamps, en vingt chants. À Paris, chez Charles Gosselin, rue St.-Germain-des-prés, n. 9, dans “La Semaine. Journal de sciences, arts, littérature, spectacles, etc.” du 17 janvier 1830, p. 1-2.

 

Voici un livre qui embarrassera, je crois, singulièrement les esprits envieux qui, faisant métier de satire, ne se sont jamais avisés que la critique véritable était une appréciation. La traduction de ces vingt chants de Dante est l’œuvre d’un auteur qui, par son âge, la tournure de son esprit et la nature de ses études, appartient à la nouvelle école poétique: à ce compte, il doit s’attendre aux épigrammes de tous ceux qui font de si risibles efforts pour s’isoler du mouvement intellectuel de leur époque, et qui croient ou feignent de croire à la valeur absolue et exclusive de telle ou telle théorie, comme les dévots à l’éternelle infaillibilité du pape; d’un autre côté, cette traduction porte en elle un caractè...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search