Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“La Pandore” du 11 janvier 1830, p. 2

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Divine Comédie de Dante Alighieri; traduite en vers français, par M. Antoni Deschamps (vingt chants). Un volume in-8. Prix: 7 fr. 50 c. Chez Urbain Canel, rue J.-J. Rousseau, n. 16, et Levavasseur, Palais-Royal , dans “La Pandore” du lundi 11 janvier 1830, p. 2.

 

Les livres anciens sont pour les auteurs, les livres nouveaux pour les lecteurs. C’est Montesquieu qui disait cela dans son tems14; le bonhomme! S’il vivait de nos jours, le superficiel Montesquieu, il saurait que les livres anciens sont pour tout le monde; car tout le monde est auteur au dix-neuvième siècle, et plus qu’auteur. Le Dante, au tems de Montesquieu et de Voltaire, était un monument vénérable de littérature, que les érudits seuls étudiaient, et que les Italiens eux-mêmes n’étaient pas très-sûrs de bien comprendre; car ils ont fondé une chaire pour l’expliquer. Aujourd’hui le Dante est l’A.B.C. de nos jeunes romantiques. Prononcez seulement son nom devant un poète mineur de la nouvelle école, tout-à-coup sa phys...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search