Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Autour d’une traduction

“Le Globe” du 9 novembre 1829, t. VII, p. 777-779

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Divine Comédie du Dante, traduite en vers français par Antoni Deschamps, dans “Le Globe. Recueil politique philosophie et littéraire” du 9 décembre 1829, t. VII, p. 777-779.
(Fragment inédit)

 

Il y a quelques jours1, M. Villemain, esquissant à grands traits le caractère du Dante, appelait sur ce singulier génie l’attention de la jeunesse de nos écoles, et presque au même moment on lisait dans plusieurs salons des fragments d’une traduction en vers de la Divine Comédie. C’est le début d’un jeune homme, connu à peine par quelques poésies légères insérées dans divers recueils2, mais dont le nom est déjà célèbre par la réputation d’un frère aîné, objet de vives attaques et d’éloges non moins vifs pour les ennemis et les amis de la nouvelle école poétique.

M. Antoni Deschamps, en se prenant au Dante, a choisi le plus rude jouteur contre lequel pût s’exercer la souplesse et la force de notre langue. Aura-t-il réussi à nous rendre ce coloris si brillant et si âpre, cette concision si énerg...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search