Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Le Paradis

Chants XV et XVII

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Dante monte au cinquième ciel, qui est celui de Mars; il y trouve les âmes de ceux qui sont morts en combattant pour la vraie foi. Ces âmes forment une croix lumineuse; l’une d’elles descend au pied de la croix, déclare au Dante qu’elle est Cacciaguida, son trisaïeul, et lui parle des anciennes mœurs de Florence.

Chants quinzième et dix-septième

Et je lui dis alors: «Ô vivante topaze!
Éternelle splendeur, descendue à la base
De cette croix de feu, flambeau du Paradis,
Je t’en prie, apprends-moi ce que tu fus jadis».
La lueur répondit: «Branche verte et dernière
De l’arbre dont je fus la racine première;
Ô toi que j’attendais! celui dont tu descends,
Et qui, pour ses péchés, de ses pieds impuissans
Foule depuis cent ans le mont du Purgatoire,
Est mon fils, et tu sais quelle fut son histoire:
Or, quand tu reviendras de notre firmament,
Par tes œuvres tu dois abréger son tourment.
Dans l’enceinte de murs qui toujours l’environne,
Où son horloge encor lui marque tierce et none,
Florence était p...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search