Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Le Paradis

Chant VI

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

L’âme qui s’est présentée au Dante pour répondre à ses demandes déclare qu’elle est Justinien: elle lui raconte ses actions, et lui dit l’histoire de l’aigle.

Chant sixième

«Quand Constantin tourna l’aigle du Paradis
Contre le cours du ciel qu’elle suivit jadis,
En traversant la mer avec l’antique Énée,
Cette aigle flamboyante, à son nid ramenée,
Resta près de l’Asie et sur les monts lointains
Dont elle descendit aux rivages latins;
Et pendant deux cents ans, à l’ombre de ses ailes,
Gouverna les humains, passant, passant sous elles;
Mais le temps, qui jamais ne s’arrête en chemin,
Remit enfin le sceptre et l’aigle dans ma main.
Je suis Justinien, empereur: or la flamme
De l’amour souverain s’empara de mon âme,
Et me fit émonder l’arbre touffus des lois.
Avant ce saint travail, je croyais autrefois
Qu’il n’était en Jésus qu’une seule nature1,
Et je vivais content d’une telle imposture,
Quand l’évêque Agapet, qui luit dans d’autres cieux,
Éclaira mon esprit et dessilla mes yeux;
Alors obéissant a...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search