Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Le Purgatoire

Chant XI

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Les âmes des orgueilleux récitent en marchant l’oraison dominicale. Dante reconnaît parmi elles Odéric d’Agobbio, célèbre peintre, avec lequel il s’entretient.

Chant onzième

«Ô notre père! toi qui te tiens dans les cieux,
Que ton nom soit béni! que ton règne à nos yeux
Paraisse! Donne-nous toujours la nourriture,
Sans laquelle, ô mon Dieu, notre pauvre nature
Ne peut pas avancer ou marche à reculons
Dans cet âpre désert où tristes nous allons;
Comme nous pardonnons les offenses passées,
Que nos fautes aussi là-haut soient effacées,
Et ne regarde pas à notre indignité;
Sur cette grande mer où le corps est jeté,
Ne nous expose pas, tout faibles que nous sommes,
Au constant ennemi de la race des hommes,
Qui sans cesse les pousse à son œuvre de mort;
Et ce n’est pas pour nous, car nous touchons au port,
Que nous faisons ici, mon Dieu, cette prière,
C’est pour ceux qui là-bas sont restés en arrière».
Ainsi, priant pour nous et pour eux à la fois,
Et d’un pas inégal fléchissant sous ces poids
Qui res...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search