Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

Le Purgatoire

Chant IX

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Songe de Dante. Son étonnement en se trouvant à son réveil auprès de la porte du Purgatoire, où est assis le vicaire de saint Pierre. Entrée des deux poètes dans le premier cercle.

Chant neuvième

L’épouse de Titon venait en souriant,
Et déjà sous ses pieds blanchissait l’orient;
Son front étincelait sur cette zone bleue
Qu’habite l’animal qui frappe avec sa queue;
Tandis que dans ces lieux, où nous causions tout bas,
La nuit avait sans bruit avancé de deux pas;
Et nous étions alors à la troisième veille,
Quand la nécessité, qui veut que l’on sommeille,
Passant enfin la main sur mes yeux obscurcis,
Je me couchai sur l’herbe où nous étions assis.
À l’heure où sous les toits, à sa douleur fidèle,
On entend s’éveiller et gémir l’hirondelle,
À cette heure où notre âme enfin libre du corps,
Abordant loin des sens dans de sublimes ports,
A dans ses visions des facultés divines,
Je fis un rêve, et vis entre quatre collines,
Un aigle aux plumes d’or qui planait dans les cieux,
Et qui semblait vouloir s...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search