Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant XXXIII

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Supplice des traîtres dans l’étang de glace. Rencontre du comte Ugolin et de l’archevêque Roger. Récit de la mort d’Ugolin et de ses enfans. Autre supplice des traîtres.

Chant trente-troisième

J’aperçus en passant, dans un des trous glacés,
Deux damnés accroupis, et tellement placés
Que la tête de l’un couvrait celle de l’autre,
Ainsi qu’un chaperon ici couvre la nôtre;
Et comme sur la terre, alors que l’on a faim,
On mord avidement dans un morceau de pain,
L’ombre qui tenait l’autre immobile sous elle,
Lui dévorait la nuque et rongeait sa cervelle;
C’est pourquoi je lui dis: «Toi qui montres ici
Tant de haine à cet homme en le mangeant ainsi,
Dis-moi ce qu’il t’a fait, car apprenant son crime
Je te justifierai si je sors de l’abîme,
Et si ma langue, hélas! ne se dessèche pas!»

Le damné détourna de son sanglant repas
Sa bouche, en l’essuyant aux cheveux de la tête
Qu’il dévorait, et dit: «Tu veux donc que j’apprête
À mon cœur qui se brise un horrible tourment,
Car le seul souvenir de cet affre...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search