Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant XXV

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Septième cercle, dans lequel sont punis les voleurs par d’horribles métamorphoses. Fusion en un seul être d’un homme et d’un serpent, et double transmutation d’un serpent en homme et d’un homme en serpent.

Chant vingt-cinquième

Comme il parlait encore, voilà que trois esprits
S’approchèrent de nous; nous en fûmes surpris,
Car nous n’avions rien vu venir dans la vallée,
Et ces damnés criant d’une voix désolée:
«Oh! qui donc êtes-vous?» Nous, sans plus avancer,
Nous restâmes muets, les regardant passer.
Je ne connaissais pas ces trois esprits, mais comme
Un homme qui chez nous parlerait d’un autre homme
L’un d’eux dit en marchant: «Et Cianfa, qu’en fait-on?»
Et je mis le doigt au-dessus du menton
Pour engager mon guide à garder le silence.
Maintenant, ô lecteur, si ton esprit balance
À croire ce qu’ici je vais te raconter,
Je ne m’en plaindrai pas, tu peux bien hésiter,
Moi-même qui l’ai vu je ne le crois qu’à peine!
Comme je regardais, retenant mon haleine,
Un serpent à six pieds sur l’un d’eu...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search