Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant XXIII

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Dante et Virgile sont poursuivis par les diables, et descendent rapidement dans la sixième fosse, où sont punis les hypocrites, qui marchent revêtus de chapes de plomb. Rencontre de deux citoyens de Bologne.

Chant vingt-troisième

Nous marchions sans parler, lui devant, moi derrière,
Comme des franciscains allant à la prière;
Je songeais, à propos de ce dernier combat,
À la fable où sont peints la grenouille et le rat;
Car mes deux mains n’ont pas plus de rapport entre elles
Que ne m’en paraissaient avoir ces deux querelles;
Et comme d’un penser naît un autre penser,
Il m’en vint un bientôt qui faillit me glacer.
Donc, tout en cheminant, je me disais: «Ces diables
Se sont battus pour nous, les rires effroyables
De leurs noirs compagnons les ont suivis tout trois,
Dans leur lutte grotesque, au fond du lac de poix;
Si la colère aigrit leur mauvaise nature,
Certes, de ces maudits nous serons la pâture;
Ils vont nous courir sus, plus prompts et plus ardens
Que le chien qui saisit le lièvre avec s...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search