Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant XV

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Les deux poètes rencontrent sous la pluie de feu une troupe d’âmes, qui sont celles des sodomites. Dante reconnaît parmi elles son maître Brunetto Latini, qui lui prédit son exil.

Chant quinzième

Nous marchions près du fleuve et du sol qu’il inonde,
Et l’humide vapeur qui sortait de son onde
Tempérait la chaleur. Or, comme les Flamands,
Craignant la grande mer et ses flots écumans,
Entre Bruge et Cadsandt ont construit la barrière
Qui force l’Océan à tourner en arrière;
Comme ceux de Padoue au bord de la Brenta,
Pour sauver les palais que leur art inventa,
Élèvent des travaux dans leurs vertes campagnes
Avant que le printemps n’échauffe les montagnes:
De même en cet endroit une divine main
Avait fait une digue adossée au chemin;
Seulement cette digue, au fond de même sorte,
Était un peu moins haute et paraissait moins forte.
Nous étions déjà loin de la forêt, si bien
Que du point où j’étais je n’y distinguais rien,
Quand nous vîmes venir des ombres au front blême,
Et chacune en passant nous re...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search