Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant V

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Les deux poètes descendent du premier cercle dans le second, où sont punis les luxurieux, dont le supplice est d’être emportés et battus par un ouragan éternel; Dante rencontre parmi eux Françoise de Rimini qui lui raconte son histoire.

Chant cinquième

Comme l’hiver, venant en files dans les nues,
Et jetant de grands cris, on voit passer les grues,
Tels, par le vent poussés de tourmens en tourmens,
Ces esprits vont traînant de longs gémissemens.
Et moi qui regardais, je m’écriai: «Poète!
Quels sont ces malheureux que cet ouragan fouette
Et tourmente si fort?» Et lui me répondit:
«Celle qui vient d’abord dans ce troupeau maudit
Gouverna plus d’un peuple; au vice abandonnée,
Afin de suivre en paix son ardeur effrénée,
Elle mit dans ses lois: Ce qui plaît est permis;
Or cette ombre autrefois était Sémiramis,
Épouse de Ninus, qui régna sur la terre
Du soudan de Bagdad aujourd’hui tributaire.
Cette autre à ses côtés est la pauvre Didon,
Qui mourut par amour au pays de Sidon».
Et puis je vis encor...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search