Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant III

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Dante, suivant toujours Virgile, arrive à la porte de l’Enfer : après avoir lu l’inscription placée sur cette porte, les deux poètes entrent dans le premier cercle, où sont punies les âmes de ceux qui n’ont eu ni vices ni vertus.

Chant troisième

«C’est par moi que l’on va dans la cité des pleurs,
C’est par moi que l’on va dans le champ des douleurs,
C’est par moi que l’on va chez la race damnée!
La justice a conduit la main dont je suis née;
Or le Père et le Fils, et l’Esprit souverain,
Font, depuis le chaos, tourner mes gonds d’airain:
Rien n’existe avant moi, que choses sans naissance,
Vous qui passez mon seuil, laissez là l’espérance».

Voilà ce que je vis, en caractère noir,
Sur le haut d’une porte, et sans le concevoir.
«Maître, dis-je en tremblant, ces paroles sont dures!»
Et lui: «Mon fils, il faut qu’en ton cœur tu t’assures;
Nous sommes arrivés aux lieux où je t’ai dit
Que tu devrais bientôt voir le peuple maudit
Qui ne pourra jouir de la béatitude».
Alors, pour apaiser ma grande in...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search