Version classiqueVersion mobile

La Divine Comédie traduit en vers français

L’Enfer

Chant II

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Invocation. Dante craint de n’avoir pas assez de force pour entreprendre le voyage de l’Enfer; mais rassuré par Virgile, il reprend courage, et continue de le suivre comme son seigneur et maître.

Chant deuxième

Le jour baissait, la nuit venant avec mystère
Enlevait à leurs maux ceux qui sont sur la terre,
Et moi seul, à cette heure, entre tous les humains,
Je veillais, et j’allais par ces âpres chemins,
En préparant mon âme à la guerre cruelle
Qui bientôt, chez les morts, devait fondre sur elle.
Muses, Génie, et toi, Mémoire, qui gravais
Dans ton livre d’airain tout ce que je voyais,
Venez à mon secours, et montrez la puissance
Et la perfection de votre pure essence!

Or je dis: «Maître, toi qui diriges mes pas,
Écoute un peu, de grâce: oh! ne m’abuse pas,
Mais, sans plus avancer, dis-moi si mon courage,
Poète, est assez grand pour ce sombre voyage!
Tu racontes qu’Énée avec son corps charnel
Descendit autrefois au royaume éternel;
Mais si le ciel lui fut à ce point favorable,
Pensant aux rejet...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search