Version classiqueVersion mobile

À l’extrême de l’écriture de soi

 | 
Béatrice Didier

2ème Partie

Des cartes à jouer aux Rêveries

Texte intégral

  • 1 On se reporte à la reproduction de ces cartes qui se trouve dans l’édition des Rêveries, par F.S. (...)

1Nous n’avons fait plus haut qu’évoquer les dates où se situe probablement la rédaction des Rêveries. Nous voudrions maintenant esquisser une approche de leur genèse, à partir de ce document précieux que constituent les cartes à jouer1 et les manuscrits. On peut distinguer trois groupes de manuscrits:

  • La bibliothèque de Neuchâtel (n° 7882) possède une copie autographe des sept premières Promenades.
  • Cette même bibliothèque possède encore (n° 7883) des brouillons autographes des trois dernières Promenades.
  • Elle possède enfin (n° 7872) des fragments sur 27 cartes à jouer.
  • 2 Confessions, Pléiade, p. 1907.

2«Ces trois groupes de manuscrits ont été trouvés par le marquis de Girardin dans la chambre de Rousseau et envoyés à Du Peyrou en même temps que la plupart des manuscrits qu’il avait pu réunir . À la mort de Du Peyrou, ils passèrent à la Bibliothèque de la Ville de Neuchâtel», écrivait Marcel Raymond2.

Les cartes à jouer: problématique

  • 3 R. Ricatte, Un nouvel examen des cartes à jouer, “Annales Jean-Jacques Rousseau” 35, 1963.

3Les vingt-sept cartes à jouer sont extrêmement précieuses: elles posent cependant des problèmes génétiques presque insolubles. D’abord celle de leur datation. Faut-il supposer que de septembre à octobre 1776, Rousseau prend des notes sur des cartes à jouer, qu’il n’a jamais eu cette pratique et qu’il cesse dès qu’il est lancé dans la rédaction proprement dite? C’est assez peu vraisemblable, si cela correspond à une pratique d’écriture liée à la promenade. À vrai dire, rien ne nous permet de savoir de façon infaillible quand ces notes ont été prises. Leur numérotation ne correspond pas, semble-t-il, à l’ordre de leur rédaction, ni d’ailleurs à l’ordre des Rêveries. Robert Ricatte, par exemple, datait la carte 25 d’après 1777, et les cartes 20 et 21 de la fin 17713. Rien ne prouve même que toutes ces cartes soient antérieures à la rédaction des Rêveries .

  • 4 F.S. Eigeldinger, éd. des Rêveries, p. 71.

4La question de la numérotation de ces cartes est épineuse. Et d’abord, est-ce Rousseau lui-même qui les a numérotées? Point capital sur lequel les critiques n’ont pas été d’accord, puisque J.-S. Spink pensait que ce n’était pas Rousseau, tandis que M. Raymond croit que les premiers numéros ont bien été inscrits par l’écrivain. Et F.S. Eigeldinger a raison d’affirmer, je crois: «Ce qui est certain, c’est que (ces fragments épars sur des cartes jouer) ont tous un rapport avec les œuvres autobiographiques et que seules les huit premières ont été numérotées par Rousseau, les autres l’ayant été par Th. Dufour»4.

  • 5 Confessions, Pléiade, p. 1163 et n. p. 1859.
  • 6 F.S. Eideldinger, p. 171, n. 1.
  • 7 Pléiade, p. 1172.
  • 8 Pléiade, p. 1863.

5Toutes les cartes concernent-elles les Rêveries? Marcel Raymond rattache deux cartes à jouer (n° 20 et 21) à la rédaction des Confessions5. Il est sage de se rallier à l’opinion de F.S. Eigeldinger, qui se contente de rattacher ces cartes à l’ensemble des œuvres autobiographiques. Il fait aussi remarquer que «Rousseau a puisé au moins dans trois jeux, puisqu’on trouve deux ou trois cartes de même valeur, tels l’as de cœur (n° 16 et 24), le 5 de cœur (n° 8, 13 et 21) , le 6 de cœur (n° 1 et 11), le huit de cœur (n° 2, 9 et 15), le valet de coeur (n° 22 et 25)»6; je ne crois pas que cette prédilection pour le «cœur» soit un hasard. Il n’y a pas de raison de penser que Rousseau n’ait utilisé ce mode de préparation que pour les Rêveries. Il est probable qu’il y a des cartes à jouer qui se sont perdues. Ainsi la Pléiade publie un n° 28 qui ne se trouve pas à la Bibliothèque de Neuchâtel, mais qui avait été publié, comme étant sur une carte à jouer par Streckeisen-Moultou dans les Œuvres et correspondance inédites7. Elle publie aussi des fragments 29 et 30 qui se trouvent à la Bibliothèque de Neuchâtel dans les dossiers 7845 et 7843. Pour le fragment 30, M. Raymond suggère que c’est un thème qui aurait pu être le point de départ d’une autre rêverie, «mais sur le même feuillet, Rousseau a fait le brouillon (raturé) de quelques passages d’Émile et Sophie, morceau achevé avant 1762; il est donc fort possible que l’écrivain ait d’abord attribué à cette phrase, d’une composition plus ancienne, une autre destination (À noter que ce fragment est entièrement barré)»8. Il est possible aussi que Rousseau réutilise des papiers anciens pour noter des pensées nouvelles: le papier est cher, et puis il y a une part de hasard: on utilise un bout de papier parce qu’il vous tombe sous la main, eût-il déjà servi pour l’élaboration d’une œuvre bien antérieure.

6Enfin ces cartes à jouer sont difficiles à déchiffrer, parfois écrites au crayon repassé à l’encre. Il y a des différences de lecture entre l’édition des Classiques Garnier et l’édition de la Pléiade (par exemple pour la carte 16: où H. Roddier intègre au texte ce que M. Raymond considère comme des variantes). À partir du n° 20, il n’y a plus de concordance. Puisque H. Roddier conserve les cartes n° 20 et 21, tandis que M. Raymond les classe dans les ébauches des Confessions. Le n° 22 de Garnier correspond au n° 20 de la Pléiade, le n° 23 au n° 21; si finalement les deux éditions arrivent au même numéro pour la carte 27, c’est que l’édition Raymond distingue le recto et le verso de la carte 24 (éd. Roddier) en les numérotant 22 et 23; de même la carte numérotée 26 dans l’édition Roddier est numérotée 25 et 26 dans l’édition Raymond. Mais le recto de la carte 23 (Roddier, p. lix-lx) n’a pas été omis par M. Raymond (p. 1171) ni ce que H. Roddier appelle la première partie de la carte 26 (Roddier p. lx; Pléiade, p. 1171) du moins dans l’édition Raymond de la Pléiade (qui diffère de l’édition Raymond 1948). La numérotation de la Pléiade à partir de 20 ne correspond plus aux numéros inscrits sur les cartes à jouer, et cette édition les fait figurer au titre d’“ébauches”, ce qui permet d’y rattacher aussi les n° 28, 29, 30. La numérotation Eigeldinger diffère de celle de la Pléiade à partir du n° 20. Toute cette table de concordance n’aurait pas grand intérêt, si elle ne permettait, en montrant les différences d’une édition à une autre, de faire sentir la difficulté de ce classement qui reflète la difficulté qu’il y a à passer, dans l’étude génétique, de la carte à jouer au texte.

  • 9 Ed. Garnier 1960, p. l.

7L’édition de la Pléiade, tout en indiquant dans de précieuses notes les passages des Rêveries qui correspondent à telle ou telle carte à jouer, ne se risque pas à un regroupement thématique, ce que tentait au contraire l’édition Roddier, qui distingue quatre groupes: les cartes 1 à 5; 6 à 16; 17 à 21; 22 à 27. Groupement pour le moins étrange, puisque H. Roddier écrit: «un lien étroit paraît unir la carte 6 à celle qui la précède»9. Alors pourquoi les mettre dans deux groupes différents? Les commentaires de H. Roddier ne sont certes pas sans intérêt, mais prouvent cependant la difficulté à voir dans l’ordre de succession des cartes dont on ne sait même pas, sauf pour les premières, s’il a été voulu par Rousseau, les linéaments de l’ordre des Rêveries.

  • 10 Édition de la Pléiade, p. 1172 et de Champion p. 225. Ce texte apparaît dans les deux éditions sou (...)

8Cet ordre faut-il le chercher dans la fameuse carte 2710?

1° Connais-toi toi-même.
2° Froides et tristes rêveries.
3° Morale sensitive.
Comment dois-je me conduire avec mes contemporains.
Du mensonge.
Trop peu de santé
éternité des peines.
Morale sensitive

9Il ne me semble pas que les numéros 1, 2, 3 correspondent vraiment à la structure d’ensemble des Rêveries du moins dans le texte que nous possédons. Si cette carte livre un projet de plan, il ne répond plus au texte définitif où ces thèmes s’entrelacent subtilement, mais non sans ordre. Faut-il ne voir dans les cartes à jouer qu’une préparation aux Rêveries?

 

10Les cartes à jouer sont, dans la genèse des Rêveries, des fiches. Il est probable, sans être forcément certain pour toutes ces cartes, qu’il s’agit de notes prises pendant les promenades, Rousseau emportant ces cartes, moins embarrassantes que des feuilles de papier, d’un format plus maniable, plus rigides aussi et donc commodes quand on est privé de table ou de pupitre. Le rêveur et le botaniste s’accordent donc en Rousseau pour avoir recours à ce support. On sera tenté aussi de ne pas négliger le sens symbolique de la carte à jouer, sens symbolique auquel est sensible le lecteur moderne. Rousseau y songea-t-il? En tout cas, la fiche, qu’elle soit ou non constituée par une carte à jouer, permet ensuite des déplacements, des classements multiples, et jamais «n’abolit le Hasard». L’œuvre est alors à l’état de “mobile”, tandis que la rédaction linéaire va figer, sauf modifications ultérieures, et sauf sur nos ordinateurs modernes, l’ordre des mots, des phrases, des paragraphes.

  • 11 Presses Universitaires de Vincennes, 1990.

11Jacques Neefs et moi-même avions organisé Paris VIII un colloque sur les manuscrits qui prenait pour thème: Penser, classer, écrire, de Pascal à Perec 11. L’écrivain pratique presque toujours la fiche, ou du moins note sur des bouts de papier ce qui lui passe par la tête. L’écriture permet à la fois d’enregistrer, de conserver, mais aussi, et c’est particulièrement manifeste dans le cas de Rousseau, de conjurer les démons, les angoisses, les obsessions: écrire à la fois pour conserver la trace d’une pensée et pour s’en débarrasser. Et ensuite? La fiche va être classée, mais elle ne constitue pas un puzzle de l’œuvre à venir. L’écrivain ne sait pas forcément d’avance s’il va utiliser toutes ses fiches, dans quel ordre, quel sens en jaillira. Or apparaîtront des sens qui pourront varier suivant le classement – c’est vrai pour celui fait par l’écrivain, c’est vrai aussi pour celui, posthume, fait par l’éditeur: ainsi pour les Pensées de Pascal. À propos de Claude Simon, Lucien Dällenbach parlait de «bricolage analogique»? on pourrait appliquer ce terme aux Rêveries.

  • 12 Classer, penser, écrire, p. 10.

12Le titre Penser, classer, écrire était inspiré par Perec, mais il est bien évident que l’on peut renverser l’ordre qui n’indique pas forcément une succession, et la fiche avant d’être classée est déjà écriture, elle peut aussi être non pas l’aboutissement, mais le point de départ d’une pensée. Elle pose le problème du régime du fragmentaire, et de la survivance, si sensible dans les Rêveries, de cette esthétique du fragment dans le texte rédigé. Suivant le propos de Jacques Neefs, citons Perec lorsqu’il évoque son embarras devant le classement des fiches, embarras qu’a probablement éprouvé Rousseau, si tant est que le flux de la libre rêverie déclenchée par l’écriture au moment de la rédaction, tout autant que par la marche au moment des cartes à jouer, n’ait pas permis de dépasser cet embarras. «Comme si l’interrogation déclenchée par ce “penser/classer?” avait mis en question le pensable et le classable d’une façon que ma pensée ne pouvait réfléchir qu’en s’émiettant, se dispersant, qu’en revenant sans cesse à la fragmentation, qu’elle prétendait vouloir mettre en ordre»12.

13Ce phénomène centripète et centrifuge de l’écriture nous tenterons de l’examiner dans le texte final, puisque nous manquent les étapes intermédiaires entre la carte à jouer et la rédaction. Y en eut-il? Nous n’avons de brouillons que pour les trois dernières rêveries, mais pour les sept premières, la bibliothèque de Neuchâtel possède une copie autographe soignée qui comporte cependant des ratures et additions. Il est probable que pour elles aussi, il y eut des brouillons. Détruits par qui? Par Rousseau lui-même? Diderot et la plupart des écrivains du xviiie siècle n’accordent pas d’intérêt aux brouillons. Une fois mis au net, le texte se suffit. Ils ne prévoient ni la recherche génétique, ni la spéculation financière sur les manuscrits. Cependant une question se pose: pourquoi avoir détruit les brouillons des sept premières Rêveries et pas les cartes à jouer? N’est-ce pas le signe que ces cartes à jouer sont tout autre chose qu’un simple brouillon, un réservoir d’idées, permettant une combinatoire de thèmes dont seule la mort interrompit la fécondité?

Un réservoir d’idées et de thèmes: œuvre autonome ou fichier?

14Il est légitime d’étudier ces cartes à jouer sous deux angles assez différents. D’abord comme un texte en soi, comme on étudie les Pensées de Pascal, les Réflexions et maximes de Vauvenargues ou de Chamfort, quoiqu’évidemment elles n’atteignent pas l’ampleur de ces œuvres. Il est légitime aussi de les analyser en fonction des autres œuvres de Rousseau, et en particulier, mais pas exclusivement, des Rêveries. Ce sont ces deux types d’analyse que nous voudrions évoquer maintenant.

  • 13 La transcription de F.S. Eigeldinger diffère de celle de la Pléiade (p. 1169) et tient compte auss (...)

15Rousseau n’eût-il jamais écrit les Rêveries, l’intérêt de ces cartes à jouer n’en serait pas moins réel et peut-être les aurait-on publiées avec ces titres que l’on aimait à l’âge classique: maximes et portraits, maximes et caractères, “esprit de Rousseau”, etc. On est frappé par la perfection formelle de ces textes brefs, au point que l’on serait tenté, si l’on ne voyait leur aspect, de ne pas croire qu’il s’agit vraiment d’un premier jet. Trait de génie? Certes. Peut-être aussi travail préalable du style, mais dont le papier ne garde pas la trace, parce qu’il a été purement mental, et que Rousseau n’inscrit son texte sur la carte à jouer que lorsqu’il l’a déjà médité longuement. On remarque quand même des ratures et des corrections, par exemple pour la deuxième partie de l’ébauche 16, rature qui vise à obtenir une formule plus courte et plus frappante13. Le support de surface restreinte exige la concision et une perfection en quelque sorte lapidaires. La carte à jouer, c’est la dalle funéraire, ce rectangle que trace Stendhal dans les Souvenirs d’égotisme. On pourra invoquer encore, pour expliquer cette perfection dans la formulation, un fait de civilisation: les hommes et les femmes de l’âge classique, et même ceux qui prétendent fuir la vie de salon, ont le sens de la formule: on le voit dans ces chefs d’œuvre que constituent tant de lettres que ces siècles nous ont légués. Enfin même si Rousseau n’a nul besoin de modèles pour noter ce qui lui vient quand il se promène, il est bien évident que ces modèles sont présents dans le mécanisme même de son écriture, et qu’il connaît bien les moralistes du xviie siècle, La Bruyère, La Rochefoucauld, qu’il est pétri aussi de cette double culture antique et biblique qui avait aussi formé ces moralistes: lecture ou souvenir de lecture et écriture interfèrent constamment.

  • 14 F.S. Eigeldinger, p. 203 donne un texte plus complexe, plus fidèle au manuscrit.
  • 15 N° 21 dans la numérotation Pléiade, n° 23 dans la numérotation Eigeldinger, p. 217.
  • 16 N° 25 dans l’édition Eigeldinger, et dans l’édition Roddier.
  • 17 N° 26 dans l’édition Eigeldinger, p. 223.

16Si l’on regarde avec attention les textes de ces cartes à jouer, on constate qu’en fait ils sont très variés, appartiennent à plusieurs genres littéraires, qu’à côté de confidences personnelles, une majorité d’entre eux vise, par delà cette expérience, à la généralité de la réflexion morale ou de la maxime. Très proches de la maxime du Grand Siècle, plus précisément même de La Rochefoucauld ou de La Bruyère, les ébauches 6 et 16: «Et quelle erreur par exemple ne vaut mieux que l’art de discerner les faux amis quand cet art n’est acquis qu’à force de nous montrer tels tous ceux qu’on avait crus véritables» (p. 1166). L’ébauche 16 énonce une maxime politique qui aurait été reprise des Mémoires de Mazarin quoique ni les éditeurs de la Pléiade, ni F.S. Eigeldinger ne l’aient retrouvée: «Il arrivera comme disait le cal Mazarin d’un état qui n’est ni moins multiplié ni plus nécessaire qu’il sera ridicule de ne l’avoir pas et plus ridicule encore de l’avoir» (p. 1169)14. La carte 10 formule une maxime de vie stoïcienne ou déjà kantienne: «Je dois toujours faire ce que je dois, parce que je le dois, mais non par aucun espoir de succès, car je sais bien que ce succès est désormais impossible» (p. 1167); la première partie est une maxime, la fin rejoindrait davantage la confidence personnelle. Avec ses symétries et son cynisme, le fragment 2115 est très typique de la maxime à la Rochefoucauld: «La honte accompagne l’innocence, le crime ne la connait plus» (p. 1170). Le fragment 2416 présente le même cas que la carte 10: une première phrase qui est une maxime générale, une seconde qui fait référence au cas particulier de Rousseau. Le fragment 26 présente le cas inverse; affirmation personnelle – «Tout me montre et me persuade» – pour arriver dans la complétive à une maxime: «que la providence ne se mêle en aucune façon des opinions humaines» (p. 1171)17.

  • 18 Carte n° 2, Eigeldinger, p. 175.
  • 19 Pléiade p. 1166 et Eigeldinger p. 177.
  • 20 Eigeldinger, p. 207.

17D’autres fragments contiennent une réflexion philosophique plus développée, ainsi le deuxième sur le rôle des sensations dans la genèse des passions et des vertus, sur le rôle de la volonté. Ce n’est qu’in fine que le texte aboutit à la maxime: «Si la victoire ne coutoit rien, quelle couronne mériteroit-elle (p. 1166)»18. Sur la carte 3 c’est l’inverse, la maxime d’abord: «Le bonheur est un état trop constant et l’homme un être trop muable pour que l’un convienne à l’autre»19. Comme chez Montaigne la réflexion est confortée par une référence antique «Solon citait à Crésus…» et c’est seulement dans un troisième temps qu’apparaît le “je”: «Mouvement continu que j’aperçois m’avertit que j’existe…» Tout ce texte est écrit sur la même carte, mais peut-être pas au même moment, et la fin marque une nette avancée par rapport à ce qui précède: le sentiment de l’existence est la vraie source du bonheur. La carte 18 annoncerait davantage Joubert, mais se situe aussi dans la tradition de Malebranche (p. 1169-1170)20.

  • 21 Cf. éd. Pléiade, n. 3, p. 1860.
  • 22 F.S. Eigeldinger suggère que ce pourrait être une allusion à «l’expérience de Cervantès prisonnier (...)

18Comme chez Montaigne la réflexion s’alimente d’“exempla” tirés probablement de lectures: l’histoire de Crésus et de Solon vient de Plutarque, peut-être via Montaigne (p. 1166)21, quoique Rousseau ait beaucoup pratiqué les Vies et que cette anecdote soit si connue qu’il est difficile de lui assigner une source précise. D’où provient l’histoire du pauvre espagnol torturé par les flibustiers (carte 7)? Probablement de récits de voyage non identifiés22.

  • 23 N° 25 dans la Pléiade; n° 26 chez Eigeldinger, p. 223.

19On ne doit pas négliger non plus le modèle biblique si prégnant sur le jeune Rousseau dans la Genève protestante, et plus généralement dans la civilisation occidentale jusqu’à une époque récente. Plusieurs de ces textes sont de petits psaumes de la déréliction, et font penser aux lamentations de Job ou aux paroles du Christ au Mont des Oliviers telles que les chrétiens les entendaient pendant la Semaine sainte. Le Psaume (on n’oubliera pas que Rousseau a composé la musique de quelques psaumes), comme la maxime, exige par sa forme poétique une certaine concision et autorise le refrain qui traduit bien chez Rousseau, comme chez le psalmiste, l’obsession de la persécution. Très caractéristique aussi l’usage du “ils”, ici comme dans les Dialogues, pour désigner des ennemis d’autant plus redoutables qu’ils sont mal identifiés par cette troisième personne du pluriel; à la différence de la seconde personne, elle souligne la distance et l’impossibilité d’une communication. «Il n’y a plus ni affinité ni fraternité entre eux et moi, ils m’ont renié pour leur frère…» (carte 12), ou encore: «S’ils veulent me nourrir de pain, c’est en m’abreuvant d’ignominie» (carte 13). «Ils ont creusé entre eux et moi un abyme immense» (carte 19). «Qu’ils disent seulement» (p. 1171)23.

 

  • 24 Pléiade, n. 3 (p. 1863): «ce fragment qu’a publié Streckeisen-Moultou, Œuvres et correspondances i (...)

20D’autres fragments sont orientés par des modèles oratoires et constituent comme des morceaux d’éloquence judiciaire. Comme nous l’avions noté à propos des Dialogues, avant la Révolution française, l’éloquence politique étant difficilement praticable dans toute sa liberté, les deux domaines par excellence de l’éloquence demeurent la chaire et le tribunal. Les textes antiques là encore sont bien présents, et ceux de ces grands avocats que furent Lysias et Cicéron, pour n’en citer que deux, sont inscrits dans toutes les mémoires. Ce caractère oratoire apparaît particulièrement sur la carte 9, avec l’anaphore des «quand». «Et quand mon innocence enfin reconnue aurait convaincu mes persécuteurs, quand la vérité luirait à tous les yeux plus brillante que le soleil…» (p. 1167). Même effet d’accumulation oratoire dans le fragment 28: répétition d’«avec» pour introduire la liste de tous les modes de diffamation dont usent les adversaires de Rousseau (p. 1172)24.

  • 25 Eigeldinger, p. 187.
  • 26 Eigeldinger, p. 173.

21Les cartes à jouer ont pu aussi servir à relater un fait particulier, par exemple la carte 8: «Mais je ne voulus ni lui donner mon adresse ni prendre la sienne…» (p. 1167)25. D’un registre un peu différent, ces confidences sur les progrès de la vieillesse, ainsi la carte 1: «Je sens déjà mon imagination se glacer, toutes mes facultés s’affaiblir» (p. 1165)26 – qui explique aussi l’urgence de l’œuvre à accomplir. Certaines cartes énoncent nettement le projet d’écrire les Rêveries, la première qui fait allusion au titre même de “Rêveries”: «Pour bien remplir le titre de ce recueil je l’aurois du commencer il y a soixante ans […] Je le commence aujourd’hui quoique tard parce qu’il ne me reste plus rien de mieux à faire en ce monde» (p. 1165). Le mot de “rêverie” est rappelé en tête de la carte 17. Même s’il est souligné par Rousseau, cela ne prouve pas absolument qu’il s’agisse dans son esprit du titre du recueil, d’autant qu’il est au singulier. Quant à la carte 27, nous l’avons dit, elle énonce probablement un projet de plan d’une étape intermédiaire.

  • 27 Bibl. de Neuchâtel, n° 7843, fol. 72 r°. Ce n’est pas une carte à jouer.

22Les cartes à jouer peuvent être considérées comme des bancs d’essai. Ainsi la carte 18, au dire de M. Raymond, présente «une expression saisissante des pensées que développe le commencement de la première Rêverie » (p. 1862), expression particulièrement saisissante, justement parce que la forme est plus ramassée. Certaines cartes consignent déjà de petits poèmes en prose, ainsi le troisième paragraphe de la première carte dont le rythme même traduit un progressif ralentissement et l’acheminement de la vieillesse vers la mort; peut-être encore plus saisissant le fragment que la Pléiade numérote 30: «Tandis qu’à pas lents la mort s’avance et prévient le progrès des ans, tandis qu’elle me fait voir et sentir à loisir ses tristes approches…» (p. 1172): l’inachèvement de la phrase n’en est que plus poignant27.

23Voulu ou non cet inachèvement? En tout cas, les cartes à jouer proprement dites ne donnent pas, dans leur ensemble, des marques d’inachèvement, ni dans la pensée ni dans le style. On est donc pleinement en droit de les considérer en elles-mêmes et, quand elles annoncent les Rêveries, de préférer la forme ramassée à la forme développée. Il est cependant intéressant de les analyser aussi en fonction des autres œuvres de Rousseau, à condition de ne pas oublier, outre le caractère clos et parfait du fragment – question à laquelle nous reviendrons car il faut la poser aussi à une plus vaste échelle pour les Rêveries–, que toutes les cartes à jouer n’ont pas forcément été utilisées pour ce texte, tel qu’il a été laissé par Rousseau, et que ces cartes peuvent aussi se faire l’écho de textes antérieurs; les cartes que l’édition de la Pléiade considère comme relatives aux Confessions sont-elles préparatoires ou postérieures?

24L’édition de la Pléiade donne dans ses notes un minutieux et précieux réseau de ces références qui permettent de constater à la fois la reprise de textes antérieurs et le fait que la numérotation des cartes à jouer ne correspond pas à l’ordre des Rêveries. M. Raymond relève des parentés entre l’Émile et la carte 2, entre la Profession de foi du Vicaire savoyard et les cartes 4 et 18, entre la Morale sensitive et la carte 2; entre les Dialogues et les cartes 9, 10, 13, 17, 28. On pourrait probablement pousser encore plus loin l’enquête qui prouve surtout une certaine continuité de la pensée de Rousseau, mais aussi sa faculté de remettre en cause des affirmations de ses œuvres antérieures à la lumière de son expérience et de ses réflexions .

  • 28 Selon Marcel Raymond, Pléiade, p. 1862.

25Quant aux cartes qui annoncent nettement des passages des Rêveries, on pourrait répertorier comme le fait Marcel Raymond, dans la carte 1 l’annonce de la 7ème et de la 2ème promenades; dans la carte 2, celle de la 5ème; dans la carte 3, celle de la quatrième. L’épisode de l’oublieur dans la 9ème rêverie, est peut-être annoncé, pense J.S. Spink, dans la 8ème carte. Le thème de la délivrance de l’inquiétude que l’on peut lire dans la carte 14 est développé dans la première et la huitième rêveries. La carte 19 lance (ou reprend) des thèmes de la première rêverie; dans la carte 22, la «tentation de la puissance retrouvée, puissance illusoire, se fait entendre dans le texte même des Rêveries, mais avec une sourdine (cf. en particulier la fin de la huitième)»28. On voit donc à côté de l’amplification, le phénomène, au contraire, de la “sourdine”, dans le passage de la carte au texte des Rêveries. Le thème de la fatalité, si important dans les Rêveries, est aussi annoncé dans la carte 26, mais on peut le voir aussi exprimé dans les Confessions et dans d’autres œuvres autobiographiques, en particulier les Dialogues. L’obsession du regard des autres qui s’exprime dans le fragment 28 (Pléiade) est aussi une constante des Dialogues et des Rêveries. Il est donc difficile et assez vain de savoir ce qui est proprement travail préparatoire aux Rêveries et ce qui est obsession constante de Rousseau; l’incessant ressassement dans la solitude amène forcément le retour des thèmes en même temps que l’œuvre se forme progressivement .

Notes

1 On se reporte à la reproduction de ces cartes qui se trouve dans l’édition des Rêveries, par F.S. Eigeldinger, o. c., Paris, Champion, 2010.

2 Confessions, Pléiade, p. 1907.

3 R. Ricatte, Un nouvel examen des cartes à jouer, “Annales Jean-Jacques Rousseau” 35, 1963.

4 F.S. Eigeldinger, éd. des Rêveries, p. 71.

5 Confessions, Pléiade, p. 1163 et n. p. 1859.

6 F.S. Eideldinger, p. 171, n. 1.

7 Pléiade, p. 1172.

8 Pléiade, p. 1863.

9 Ed. Garnier 1960, p. l.

10 Édition de la Pléiade, p. 1172 et de Champion p. 225. Ce texte apparaît dans les deux éditions sous le même numéro 27. La lecture du mot «santé» est douteuse, mais ces deux éditions la proposent, elle est vraisemblable.

11 Presses Universitaires de Vincennes, 1990.

12 Classer, penser, écrire, p. 10.

13 La transcription de F.S. Eigeldinger diffère de celle de la Pléiade (p. 1169) et tient compte aussi du verso de cette carte où figure une adresse de la main de Rousseau, adresse qui elle-même pose des problèmes, cf. F.S. Eigeldinger, p. 203 et n. 3.

14 F.S. Eigeldinger, p. 203 donne un texte plus complexe, plus fidèle au manuscrit.

15 N° 21 dans la numérotation Pléiade, n° 23 dans la numérotation Eigeldinger, p. 217.

16 N° 25 dans l’édition Eigeldinger, et dans l’édition Roddier.

17 N° 26 dans l’édition Eigeldinger, p. 223.

18 Carte n° 2, Eigeldinger, p. 175.

19 Pléiade p. 1166 et Eigeldinger p. 177.

20 Eigeldinger, p. 207.

21 Cf. éd. Pléiade, n. 3, p. 1860.

22 F.S. Eigeldinger suggère que ce pourrait être une allusion à «l’expérience de Cervantès prisonnier des Barbaresques» (p. 185, n.1), hypothèse séduisante, lorsque l’on sait l’importance du thème de Don Quichotte et de l’île de Sancho dans ces textes autobiographiques, importance que nous avons eu l’occasion de souligner supra.

23 N° 25 dans la Pléiade; n° 26 chez Eigeldinger, p. 223.

24 Pléiade, n. 3 (p. 1863): «ce fragment qu’a publié Streckeisen-Moultou, Œuvres et correspondances inédites, p. 363, se trouvait sur une carte à jouer qui manque aujourd’hui dans le dossier de Neuchâtel», c’est ce qui explique que F.S. Eigeldinger ne puisse la reproduire.

25 Eigeldinger, p. 187.

26 Eigeldinger, p. 173.

27 Bibl. de Neuchâtel, n° 7843, fol. 72 r°. Ce n’est pas une carte à jouer.

28 Selon Marcel Raymond, Pléiade, p. 1862.

© Rosenberg & Sellier, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search