Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Quinta. Voci e soggettività: da Georges Perros a Jude Stéfan

André Velter. Le poème-médita(c)tion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Poète, voyageur, essayiste, éditeur, auteur et interprète de poèmes mis en musique, aucune de ces définitions ne saurait suffire à identifier la personnalité complexe d’André Velter, être sensible et vivant, constamment à l’écoute du mouvement du monde et de la parole d’autrui, comme des silences profonds des cimes népalaises. En effet, chez André Velter l’élan semble à chaque fois l’emporter sur le programme, son désir de parler le pousse à orienter son discours vers des lieux secrets ayant «l’expansion des choses infinies», sans pourtant jamais perdre de vue le lien avec la terre, parcourue en long et en large comme un nomade en quête de la lumière.

En m’essayant à un exercice d’étymologie fantastique que Borges me pardonnera, je dirais que le mot «terre» est inscrit même dans son nom: vel-ter(re), où «vel» me fait penser au «volo-vis-vult» du verbe latin velle, ce qui fait que son nom pourrait vouloir dire quelque chose comme «je veux la terre», sémantiquement anti-mystique.

Mais s...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search