Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Quinta. Voci e soggettività: da Georges Perros a Jude Stéfan

«L’encrier de la bouche»: physiologie de la voix dans la poésie de Werner Lambersy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si j’apprécie depuis plusieurs années la poésie de Werner Lambersy c’est surtout grâce à sa fidélité au chant, qui n’est pas une attitude purement mélodique, plutôt une exactitude de l’accent, une tension constante de la voix. En effet, Lambersy, loin d’être un poète rimique, joue presque constamment dans ses textes d’une lyre sérielle toute en paronomases, épenthèses, assonances et consonances; il faudrait donc parler d’une fidélité aux sons, si le lexème “voix” n’était pas si présent à sa pensée et à son expression.

Le titre d’une contribution de Pierre Dhainaut le concernant, Du cri au chant1, est fort juste, car chez lui l’oscillation entre la dimension physique et presque sauvage de la voix et son côté plus lyrique est constante. En effet, Lambersy aime le corps, son évidence matérielle, le “bas corporel”, comme le dirait Michaïl Bachtine, ses odeurs, ses borborygmes, toute la palette chromatique de la peau, ses réceptacles les plus cachés, l’attrait du dedans et de sa nuit étan...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search