Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Quinta. Voci e soggettività: da Georges Perros a Jude Stéfan

Le corps de la voix. Autour de La dernière phrase de Jacques Ancet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Habitée par la trace parlante du silence, l’œuvre de Jacques Ancet est à mes yeux une sorte de traversée des parcours possibles de la voix poétique en tant que signe de la présence du vécu dans l’instant de chaque mot. La conscience d’être là où la parole jaillit d’un élan physique et d’une idée éthique de la signifiance conçue comme un rapport inlassable avec l’humain dans sa possibilité de relation avec l’autre anime sa démarche depuis ses origines jusqu’aux réussites les plus récentes au nombre desquelles il faut sans aucun doute inscrire le recueil La dernière phrase (2004)1, qui est pour moi un de ses livres majeurs.

Né sous le signe d’un double deuil, la mort du poète José Angel Valente et celle de son père, Louis Ancet, ce livre parle au cœur et à l’esprit par sa capacité de dire l’insuffisance du langage à exprimer le manque, la blessure, le déchirement, mais d’une manière telle qu’elle transforme cette absence, son vide, sa béance-abîme en présence habitant les mots, le souf...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search