Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Quinta. Voci e soggettività: da Georges Perros a Jude Stéfan

«Comme si un chien se trouvait soudain envahi par la parole». Autour d’Échancrures de Georges Perros

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce qui saute immédiatement aux yeux quand on lit Georges Perros c’est son manque total de vanité et de narcissisme, comme si l’écriture était un territoire encore à atteindre, un but ultime qu’il regardait avec un mixte de désir et de méfiance, tellement le nombrilisme de la plupart des gens de lettres le dégoûtait. Deux éléments semblent caractériser son attitude: d’un côté une sorte d’annulation de lui-même, son rêve d’être rien («À vingt-huit ans, aujourd’hui, je suis devenu ce que j’avais rêvé d’être, c’est-à-dire à peu près rien»1), condition à la fois préalable et presque taoïste 2 de faire le vide en soi pour tourner autour d’un centre insaisissable en mouvement perpétuel; de l’autre l’exercice d’une violence intravertie, ce que Pierre Garrigues appelle une écriture «contre soi»3.

Or, ce mécanisme inlassablement réitéré de destruction du moi, qui correspond sûrement à un besoin intime de prendre les distances de la doxa littéraire et de tout ce qu’elle entraîne de superficiel,...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search