Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Quarta. Bernard Noël: il corpo e lo sguardo

Bernard Noël et Mallarmé: La Maladie du sens (ou du sens de la maladie)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La poésie menacée

La réflexion sur la «crise de vers» aujourd’hui ne peut être que la mise en cause du poème, soit-il en vers ou en prose, et de la parole elle-même en tant qu’expression d’une présence humaine au monde. Voix de l’historicité d’un sujet qui devient ce qu’il écrit en l’écrivant, la parole poétique se veut fondatrice de son propre sens, alors que le sens est menacé par les leurres de la communication qui remplace toute liberté d’expression par un système figé de signes où l’art n’est pris en compte que dans la mesure où il accepte d’être un produit rentable, maniable, contrôlable, voire un concept exploitable réduisant l’œuvre à l’idée ( Warhol docet), l’acte à la puissance (à vrai dire, une impuissance), la forme à sa simulation stérile.

Le sens est donc malade. Partout. Dans l’art aussi. Car il n’y a d’art que dans ce monde et de ce monde. La poésie n’embellit pas le monde. La poésie, c’est le monde, tout simplement, ou bien ce n’est rien du tout. Comme elle est le tou...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search