Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Seconda. Jean Tardieu, Francis Ponge e André Frénaud: un lirismo oggettuale?

André Frénaud traducteur de l’italien, André Frénaud traduit en italien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Italie joue un rôle capital dans l’œuvre d’André Frénaud. Lieu de pérégrinations et d’amitiés, source d’inspiration intellectuelle et de relations humaines et poétiques fertiles, la péninsule parsème ses pages des écailles de sa peau, qu’elles soient les noms évocateurs de ses grandes villes d’art, ou bien ceux de petits villages perdus dans la campagne où goûter de bons vins et des spécialités régionales dans quelque «trattoria» (H, p. 49). Cette relation est d’autant plus chaleureuse que le poète enrichit sa propre langue poétique, le français si aimé, d’une multitude d’emprunts de l’italien, même si souvent stéréotypés (AFI, p. 15), ce qu’un auteur français fait seulement s’il se sent un peu italien dans l’âme.

Les études d’Elisa Bricco1 ont bien répertorié les éléments italiens de l’œuvre de Frénaud, en dressant également la chronologie analytique de ses rapports avec l’Italie depuis 1935, des premières rencontres avec Elio Vittorini et sa collaboration à la revue «Il Politecni...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search