Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Seconda. Jean Tardieu, Francis Ponge e André Frénaud: un lirismo oggettuale?

«Tardivier» la langue: le rythme et son espace dramatique chez Jean Tardieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la poésie de Jean Tardieu Le démon de l’irréalité (19461), un micro-dialogue entre LA CONSCIENCE et LE POÈTE montre la distance qui sépare le poète des «choses» et des «images», le vouant à une sorte d’«exil»:

LA CONSCIENCE
[…]
«Je confesse humblement que l’erreur antique de l’esprit m’a égaré loin des choses et que toutes les images que j’ai dérobées pour ma solitude orgueilleuse se lamentent dans leur exil.

Je leur rendrai la liberté. Ô descente miraculeuse de l’oiseau sur le lac à la rencontre de son reflet qui des profondeurs monte!…»

LE POÈTE. – Mais alors, les mots, les mots? Plus rien à faire, quoi?
(p. 213)

L’éloignement des choses et des images, qui en sont le prolongement conceptuel, témoigne d’une absence des mots du langage, ce qui préfigure une désertification du texte, privé de sa substance constitutive. Le miracle que l’on attend de «l’oiseau»-poète libérateur se heurte au «reflet» montant des «profondeurs», qui cache le leurre des «images» remplaçant les «choses» par l...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search