Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Seconda. Jean Tardieu, Francis Ponge e André Frénaud: un lirismo oggettuale?

La question du lyrisme et le lyrisme en question dans Monsieur Monsieur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lettre adressée à son père le 3 janvier 1927, Jean Tardieu répond à qui, comme Roger Martin du Gard, trouve ses poèmes obscurs de rêver d’une «poésie concise, dure, serrée, “explosive”, fortement rythmée, mais claire» (Q, 49). Cette longue lettre témoigne d’une inquiétude à mes yeux primaire dans la recherche de l’auteur, à savoir celle du rapport entre clarté et obscurité de l’expression et celle du rôle du rythme dans toute création poétique. En effet, si on l’examine de près, on peut aisément saisir le paradigme-durée de la palette adjectivale, où «concise» et «serrée» révèlent le souci de la condensation, tandis que «dure», «explosive» et «fortement rythmée» marquent la tonalité prosodique. Fils d’une harpiste et neveu d’un compositeur, le jeune poète a toujours avoué sa prédilection pour la musique et son étroit rapport avec la poésie. Œuvre d’un sujet qui ne cesse de s’interroger sur le mystère de son statut ontologique, la poésie de Jean Tardieu ne néglige jamais la ...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search