Version classiqueVersion mobile

Le corps écrivant

 | 
Fabio Scotto

Parte Seconda. Jean Tardieu, Francis Ponge e André Frénaud: un lirismo oggettuale?

La voix et ses personnes dans la poésie de Jean Tardieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’art et la musique ont toujours été au cœur des intérêts de Jean Tardieu. Issu d’une famille d’artistes – son grand-père est compositeur et chef d’orchestre, son père est peintre, sa mère est harpiste, sa fille Alix étudiera le chant –, la musique joue un rôle capital dans sa vie professionnelle, puisque il est directeur à la Radiodiffusion française du Club d’essai, qu’il contribue à faire évoluer vers ce qui s’appellera France Musique1. Toute son œuvre est parsemée de métaphores musicales et le lexique de ce genre artistique est souvent présent dans ses poèmes et dans ses pièces; il suffit de penser à des titres tels que “Trois chansons” (FC, p. 83-85), “Chansons avec ou sans musique” (ibidem, p. 169-180), “Petite suite villageoise” (ibidem, p. 208-209), “Chants perdus” (AA, p. 63-79), “Plaisantineries (Quatre airs légers pour flûte à bec)” (ibidem, p. 81-84), “Trois lieder” (ibidem, p. 103-107), “La musique” (PO, p. 52-55), “Opéra-comique” (ibidem, p. 187-188), “Musique de scène...

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search