Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

3e partie: Circulation et bibliothèques collectives

À la recherche d’une bibliothèque perdue: la bibliothèque des jésuites français à Pékin au xviiie siècle

Noël Golvers

Texte intégral

Je dirais volontiers que les bibliothèques sont les filles illégitimes des savants célibataires qui les ont fait naître à leur ressemblance, et elles trahissent leurs goûts et gardent la trace de leurs préoccupations.
Franz Cumont

1Quand les premiers jésuites Parisiens, tous des mathématiciens du Collège de Clermont (alias Louis-le-Grand) de la rue Saint-Jacques, arrivèrent à Pékin sous la direction de Jean de Fontaney en 1688, ils n’entraient pas en «terre vierge», mais ils y trouvèrent une mission jésuite déjà achevée, c’est-à-dire la mission portugaise, héritière directe de Matteo Ricci († 1610), qui servait de tête de pont pour des jésuites portugais, italiens, flamands et allemands. Celle-ci était établie dans le collège appelé Xitang ou «église occidentale», qui au xviiie siècle serait rebaptisé Nantang («église méridionale»). Les «5 mathématiciens du Roy» qui arrivaient en terre du padroado étaient à la fois identiques et différents vis-à-vis de leurs collègues «portugais»: identiques comme jésuites et missionnaires, mais différents pour ce qui était de leur mission, qui était avant tout scientifique. Ils avaient, en effet, une mission académique officielle, définie par l’Académie des Sciences à Paris. Celle-ci était pourvue de ressources financières de l’État et du Roy, d’instruments d’observation et de mesure, d’une série de publications, et d’un schéma de travail qui stipulait la répartition des activités scientifiques. Après quelques années de cohabitation et de collaboration avec leurs collègues enracinés sur place depuis trois quarts de siècle, les Français se séparaient d’eux, dans la période à cheval entre le xviie et le xviiie siècle. Dans le sens territorial du mot, ils s’installèrent dans une résidence séparée, qui s’appellerait dorénavant le Beitang («église septentrionale»), tandis que, pour ce qui était de leurs activités, ils suivaient leur propre agenda, dicté par Paris, et croisé, bien sûr, par des activités pastorales et strictement missionnaires. À partir de 1700, cette situation était officiellement reconnue par la création d’une mission jésuite française en Chine. Jusqu’à sa disparition, cette entité indépendante se maintiendrait en parallèle à la mission portugaise, dans une «cohabitation» un peu difficile, avec des attractions et frictions réciproques changeant selon la période et les personnalités.

  • 1 Pour un recensement, voir H. Verhaeren, Catalogue de la bibliothèque du Pé-t’ang, Pékin, Imprimeri (...)
  • 2 La première liste est du 16 novembre 1687 et a été envoyée par Jean de Fontaney de Ningbo. Elle co (...)

2Comme leurs collègues en Europe et ailleurs, pour leurs activités scientifiques et missionnaires les jésuites français s’appuyaient fortement sur une bibliothèque bien fournie et organisée, dont les premiers ouvrages avaient été apportés par les cinq nouveaux arrivés1. La collection fut vite augmentée par des requêtes répétées2 et par des listes de demandes bien réfléchies. Envoyées par Étienne Souciet, le bibliothécaire du Collège Louis le Grand, ces listes étaient fondées notamment sur des informations reçues de la patrie sous forme de catalogues de fonds annotés de librairies parisiennes. Il est clair que cet accroissement continu de la bibliothèque accompagnait et soutenait les activités des jésuites sur place, en lien étroit avec leurs centres d’intérêt les plus importants. En même temps, il y avait aussi une tendance à former une bibliothèque plus ou moins «complète», comme celle qu’ils voyaient, avec une jalousie peu cachée, dans le Collège portugais. Même si se développaient des formes de collaboration réciproque, comme la consultation (par exemple Kilian Stumpf), voire le prêt interbibliothécaire (Jean-François Foucquet), on sent un désir indéniable d’établir une bibliothèque «parallèle», pourvue de tous les ouvrages nécessaires, même si les titres étaient déjà présents à Pékin chez les collègues portugais.

3Quelles sont nos sources pour identifier les livres rangées sur les étagères de la bibliothèque et qui reflétaient les intérêts des jésuites français à Pékin?

  • 3 Le nom informel de la bibliothèque n’est mentionné qu’une fois, à savoir dans une inscription en p (...)
  • 4 Toutefois, pour un petit nombre de livres, il est possible d’établir avec certitude une provenance (...)
  • 5 Voir Verhaeren, nn. 278 et 611 («E.R» ou Étienne Rousset); nn. 470, 657 et 4089 (Antoine Gaubil); (...)
  • 6 Voir Verhaeren, nn. 17, 18 (Recueil de plusieurs traités de mathématiques de l’Académie Royale des (...)
  • 7 Voir Verhaeren, n. 2470 («Rob. Gray M.D. 1697»); n. 4026 («Seb. Lainsant Méd(ecin) à Paris»); n. 1 (...)

1. Il y a en premier lieu les livres encore existants à Pékin, après leur «récupération» par la nouvelle mission lazariste relancée à Pékin autour de 1860. Pour reconnaître ou identifier les livres survivants de l’ancienne bibliothèque jésuite française (grosso modo avant 1780), les indications les plus révélatrices sont les inscriptions de don ou d’appartenance à la bibliothèque des jésuites «gaulois», qui reviennent presque sans variations: «P(atrum) Gall(orum) S(ocietatis) J(esu) Pékin»3. L’emploi de ce critère permet l’identification de 174 items4. Il est possible d’augmenter ce nombre d’une part avec neuf livres ayant appartenu à un jésuite particulier qui vivait à la résidence5, et d’autre part avec quatre livres pourvus du blason de Louis XIV, grand «patron» de la mission de Pékin6. Au total, ce critère permet donc d’identifier 187 livres. Certains d’entre eux ont une intéressante indication de provenance, comme l’Academia Imperialis de Saint-Pétersbourg (Verhaeren, nn. 1163, 1709, 3084), quelques médecins7, Duhalde (Verhaeren, n. 1629), l’évêque d’Orléans (Verhaeren, n. 2426). Ceci nous conduit à la question suivante: le nombre relativement élevé de noms français qu’on rencontre dans une série de livres sans référence à la résidence française de Pékin permet-il d’attribuer ces livres à la mission française sur la seule base de cet argument? Encore dans le doute sur ce point, je n’ai pas inséré ces livres dans mon relevé statistique du fonds ancien du Beitang.

2. À ces livres survivants, témoins de premier ordre, s’ajoute l’inventaire de la collection personnelle de Jean-François Foucquet, qui comptait environ trois cents volumes (et non pas titres!) en langues occidentales et plus de mille yuan chinois.

3. Il existe en outre d’abondantes sources documentaires, notamment les lettres des jésuites français et leurs autres traités manuscrits, qui mentionnent ou citent des centaines de livres et de titres consultés sur place, pendant la rédaction bien datée et localisée de leurs écrits. Heureusement pour nous, les Français, peut-être moins chargés par des occupations officielles que leurs collègues portugais, étaient des écrivains remarquablement prolifiques, dont les correspondances et traités, pour la plus grande part inédits, remplissent aujourd’hui les collections historiques de Paris, Lyon, Rome… Je pense notamment aux manuscrits de Jean-François Foucquet, Joachim Bouvet, Antoine Gaubil, Joseph de Prémare, François-Xavier Dentrecolles, Jean-Paul Collas, Pierre-Martial Cibot, Michel Benoit, Jean-Joseph-Marie Amiot. En particulier, les manuscrits de Jean-François Foucquet et d’Antoine Gaubil (résidents à Pékin respectivement entre 1710-1720 et 1722-1759) abondent en références à des livres consultés.

4Au total, après l’élimination des livres figurant dans deux catégories, il subsiste une liste de 518 items différents.

5Pour avoir une idée plus exacte des disciplines couvertes par ces 518 livres, une première indication nous est offerte par deux lettres écrites par Antoine Gaubil en 1732, peut-être en sa qualité de «chargé de bibliothèque». En toute hypothèse, la rédaction de ces lettres est liée à un contrôle physique détaillé des étagères, qui aurait pu avoir lieu dans le cadre d’une «reconstitution» consécutive au tremblement de terre de septembre 1730 et aux dégâts que celui-ci avait causés aux résidences jésuites de Pékin. L’«autopsie» n’est pas le seul aspect intéressant de ces deux lettres largement complémentaires: il y a aussi les quelque cent titres mentionnés explicitement, l’information sur les secteurs abondamment fournis et surtout sur ceux qui étaient sous-représentés, sur les livres «usés» ou «perdus», et sur ceux qui étaient absents à cause d’un prêt sans restitution ou d’une mise en dépôt temporaire («ad usum») dans les chambres individuelles. Tous ces indices, et d’autres encore, donnent l’image d’une bibliothèque «vivante», bien que peut-être considérablement endommagée. Apparemment, le souci qui se cache derrière ce relevé n’était pas seulement de faire l’inventaire de ce qui était présent ou manquant, mais aussi celui de susciter des actions en France, notamment par l’intermédiaire du procureur des missions à Paris, pour compléter les «vides» par des achats et des dons de livres nécessaires ou utiles. Pour atteindre ce but, Gaubil n’hésite pas à gonfler ce que les collègues et rivaux éternels du Collège portugais avaient reçu en don de la part du Roi João V (1686-1750) et des académies portugaises, tous inspirés – comme dit Gaubil – par l’«honneur de leur patrie». Dans d’autres lettres, Gaubil avait suggéré au procureur d’organiser une «quête systématique» dans les bibliothèques ecclésiastiques de Paris et celles des savants afin d’identifier des doubles ou triples «dormants». Dans d’autres lettres encore, il demande aux académiciens, français et autres, y compris à l’astronome Joseph Delisle et au philosophe Leibniz, d’aider le procureur parisien, peu au courant des nouveautés et de leur importance, à choisir en lui faisant des suggestions sur ce qui était nécessaire ou indispensable pour leur travail en Chine, et ce qui ne l’était pas.

  • 8 Voir A. Gaubil, s.j., Correspondance de Pékin. 1722-1759, éd. R. Simon, Genève, Droz, 1970. Désorm (...)

6Le rapport de Gaubil8, qui concerne la situation en 1732, est composé d’une manière plutôt systématique, donnant un survol rapide de ce qui était présent et de ce qui manquait dans chacun des secteurs. Il présente successivement les périodiques, les livres sur les sciences, la chronologie, l’histoire ecclésiastique et profane, les «relations» et les cartes, le droit canonique, les conciles, la théologie, les Pères de l’Église, la linguistique et quelques addenda. Ce survol montre clairement quels secteurs étaient bien représentés: «Nous sommes bien en livres de théorie, d’algèbre, géométrie, astronomie…» (Gaubil, p. 334); «on est bien en livres de médecine, botanique, chirurgie, histoire naturelle, physique» (ibidem, p. 334); «nous sommes très bien en livres spirituels» (ibidem, p. 336); «nous en avons de reste, et même inutiles, sur l’architecture» (ibidem, p. 334). À l’inverse, des lacunes considérables sont signalées dans d’autres secteurs: «nous manquons des livres pratiques pour les arts, comme sur le tour, horloger, émail, verrerie et semblable, utiles ici» (ibidem, p. 334). La même remarque revient pour les Pères de l’Église (ibidem, p. 336), les conciles (ibidem, p. 335: «dépourvues…!»), les commentaires sur les évangiles (ibidem, p. 336: «fort peu») et les atlas géographiques (ibidem, p. 335: «On est très mal en Atlas géographiques, soit grands, soit petits»). Parmi les titres les plus désirés, on retrouve, entre autres, le Catalogue des écrivains d’Alegambe, Bossuet, Boujean, la Notice ecclésiastique de Cabassut, les Congrégations générales, Charenton, le Dictionnaire de Trévoux, Fénelon, Fleuriau, Huet (Démonstration), Jaquelot, Jouvancy, Kircher, Maffei, Rouillé-Catrou, Sponde, Tournély. Tout ceci est très français, très jésuite.

7Ce panorama est révélateur de plusieurs points de vue, pour ce qui est des domaines reconnus comme suffisamment représentés comme pour les lacunes signalées. Une certaine surabondance en livres sur la théorie des sciences est presque simultanément signalée par Ignatius Kögler dans la bibliothèque des jésuites portugais; à l’inverse Kögler souligne un grand besoin de livres pratiques pourvus d’illustrations détaillées et de légendes claires, aussi bien que de livres représentant tous les domaines des «arts», ce qui reflète, bien sûr, les exigences professionnelles des jésuites à Pékin et en Chine. Très nécessaires et jamais suffisants étaient aussi «tous les livres où sont les exemples, les vertus … de nos P[ères] et F[rères], soit anciens soit modernes» (Gaubil, p. 334), car – la citation continue – «Ces sortes de lecture animent tout bon Jésuite à tout entreprendre pour être un digne fils de St. Ignace» (ibidem). C’est-à-dire qu’on cherchait des vies édifiantes avec un clair souci d’édification et d’émulation, dans un esprit de corps très net. En plus, Kögler signale un besoin de «dialogues de physique» (ibidem), et de «tous les livres possibles sur l’idolâtrie, le déisme, l’athéisme et sur la nécessité d’une religion, sur l’immortalité de l’âme». Ces passages trahissent très vraisemblablement les polémiques anticartésiennes et antivoltairiennes en France. Le grand absent ici est sans aucun doute le domaine des mathématiques au sens large du mot, donc y compris l’astronomie, d’autant plus que c’étaient les «5 mathématiciens du Roy» qui, comme envoyés spéciaux de l’Académie des sciences, avaient été à l’origine de la résidence Beitang.

 

8Pour connaître au mieux les intérêts des jésuites français à Pékin, j’ai essayé de reconstituer le profil des livres individuels de la bibliothèque. Même si tout inventaire est par définition incomplet, je présente ici une liste de 518 livres et périodiques qui sont arrivés à Pékin entre 1698 et la fin du xviiie siècle. Il en ressort le profil suivant:

Genre

Sous-genre

Nombres absolus

%

Écritures saintes

29

5,5

Théologie

Doctrine

14

Morale

10

Mystique

33

Polémique

30

Hétérodoxie

8

Homilétique

3

Sous-total

98

18,9

Sciences

Physique (avec l’optique)

26

Mathématiques- pures (algèbre, géométrie, arithmétique):

- astronomie (avec tables):

- sous-total:

30

32

62

Médecine, pharmacie

40

Histoire naturelle

39

Sous-total

167

32,2

Histoire

Avec la géographie

70

13,5

Arts, métiers

Avec la technologie: 23+ 5

28

5,4

Philosophie

21

4

Linguistique

21

4

Belles Lettres

16

3

Pères

12

2,3

Droit

Ecclésiastique et civil

6

1,1

Périodiques

(En titres, pas en volumes)

17

3,2

Autres

Liturgie, conciles, Jesuitica

13

2,5

Livres religieux

152

29,3

Livres profanes

366

70,6

Total

518

99,9

  • 9 A. Gaubil, s.j., Correspondance de Pékin. 1722-1759 cit., p. 326: «Nondum hîc vidimus Miscellanea (...)

9Ces chiffres appellent quelques commentaires. D’une part, la collection des périodiques, représentant 17 titres, soit 3,2 pour cent du nombre total de titres, contient surtout des périodiques français. Les Mémoires / Journal de Trévoux y jouent un rôle central. En outre, elle contient une série de Transactions of the London Philosophical Society, dans l’édition abrégée de Lowthorp («Leuthorp»). D’autre part, des périodiques non français comme les Miscellanea Berolinensia (Berlin), les Curiosi Naturae (Hall, Saxe) et les Commentarii Academiae Petropolitanae (Saint-Pétersbourg, Verhaeren, n. 715, n. 7…) étaient à peine représentés par quelques numéros, ce qui semble confirmer une remarque de Gaubil de 1732: «Nous avons rien de qui s’imprime à Berlin, Hall et St. Petersbourg» (Gaubil, p. 3359). La disponibilité des périodiques prouve la volonté de rester en contact direct avec la communauté savante de France et d’ailleurs, et de rester au courant des nouveaux instruments, observations, éditions, découvertes…

  • 10 Voir M.-H. Froeschlé-Chopard, Regards sur les bibliothèques religieuses d’Ancien régime, Paris, Ch (...)

10L’élément le plus surprenant dans ce panorama est sans doute la proportion entre les domaines «religieux», comprenant au total 152 items (sur 518) ou 29,3pour cent, et les sujets profanes, représentant, avec 365 titres, 70,6pour cent du total préservé. Ce rapport est pour le moins étonnant pour une bibliothèque religieuse. L’explication de cette inversion des proportions «normales» ou attendues est double. Tout d’abord, dès le début, la mission française était plutôt «scientifique» que missionnaire proprement dite. Ensuite, depuis Matteo Ricci († 1610), le prestige des sciences profanes européennes (les mathématiques, plus tard la balistique et la médecine) était l’unique garantie qui justifiait la présence des jésuites et la continuation de leur mission en Chine. Cette explication à partir du caractère scientifique de la mission est confirmée par le poids des sciences, qui représentent plus d’un tiers (37 pour cent) du total des livres profanes. Là où cette explication fondée sur la spécificité de la mission chinoise nous semble convaincante, il faut néanmoins constater que le même renversement est visible dans les comptes rendus qu’a publiés en France le Journal de Trévoux10. De plus, dans la dernière phase de la bibliothèque, ce sont précisément les ouvrages d’histoire naturelle qui continuent d’être envoyés jusqu’à la fin, et même après la suppression de la Société de Jésus (cf. infra).

11La théologie est le second groupe en nombre absolu (98, à savoir 19 pour cent), ce qui n’étonne pas dans une bibliothèque ecclésiastique missionnaire, la surprise étant plutôt qu’il ne représente que la moitié du poids des sciences. Les 33 titres de théologie mystique (presque un tiers), parmi lesquels nombre de «vies édifiantes», confirment l’importance signalée par Gaubil de ce type de livres. Un autre tiers, les 30 titres «polémiques», reflètent la part active des jésuites français de Pékin dans les débats et controverses philosophiques (anti-Descartes et Voltaire) et doctrinales en Europe, qui touchaient, entre autres, la constitution Unigenitus, le baianisme et surtout le jansénisme. À cela, il faut ajouter la remarque de Gaubil, qui signale la circulation d’une série de «petits livres sur l’affaire de la Constitution et des Jansénistes» (Gaubil, pp. 335-336) dans les chambres des pères («ad usum»), engagés dans les polémiques concernant les rites et l’influence redoutée des jansénistes. Tout ceci prouve assez clairement que la mission de Pékin participait au discours intellectuel de Paris et n’était pas du tout un poste isolé.

12La catégorie des livres consacrés à l’histoire consiste en titres sur l’histoire tant ecclésiastique (les missions incluses) que profane, ancienne et contemporaine. On trouve même quelques actualités. Couvrant aussi les méthodes et les sources (chronologie, ethnographie, mais aussi les «antiquaires»), elle concerne l’Europe autant que l’Asie centrale et l’Extrême-Orient. Tout ceci montre clairement que la dimension «historique» faisait partie de la perception jésuite du monde, non seulement comme instrument de compréhension, mais aussi comme argument dans les polémiques ou controverses. Cette fonction se retrouve aussi dans les huit livres sur les hétérodoxies historiques (nestorianisme…). Selon la coutume des anciennes bibliographies, j’ai aussi inséré ici les titres sur la géographie.

  • 11 Voir J. Dehergne, Une grande collection: Mémoires concernant les Chinois (1776-1814), «Bulletin de (...)
  • 12 P. Huard et M. Wong, Les enquêtes françaises sur la science et la technologie chinoises au xviiie (...)

13La section des Arts et métiers, bien qu’indiquée par Gaubil en 1732 comme une section trop peu développée («nous manquons des livres pratiques pour les arts, comme sur le tour, horloger, émail, verrerie et semblable, utiles ici» (Gaubil, p. 334), est relativement bien représentée dans nos listes (28 titres, soit 5,4 pour cent), avec des titres répartis entre les «beaux arts» (Bosse, Félibien, Perrault), la musique (Rameau) et l’architecture (D’Aviler, Barozzi da Vignole), y compris l’architecture militaire (Blondel, Ville), hydraulique (Meyer)11 et paysagère (Hale et Hill; les Vues de Versailles), en passant par la chimie (Macquer, Lémery), la technologie (Harris), l’horlogerie (J. Alexandre), la métallurgie (Richebourg) et enfin la cuisine (Massialot). Ces livres artisanaux, de préférence portatifs, et dont la nécessité est signalée par Gaubil, sont directement liés aux activités exercées par les jésuites français pendant la dernière période de leur présence à Pékin dans tous ces domaines professionnels et dans d’autres champs, qui ont été abondamment décrits dans les Mémoires […] des Chinois (1776-1814) et répertoriés par Huard et Wong (1966)12.

14La section linguistique, qui, avec 4 pour cent, est assez bien représentée dans une mission dont les livres «signés» sont presque tous en français ou latin, consiste surtout en dictionnaires (et grammaires) bilingues: français-latin / latin-français (Danet, Gaudin, Pomey, Tachard), portugais (de petits dictionnaires non identifiés mentionnés par Gaubil [Gaubil, p. 336]), anglais (Miège et une grammaire anonyme), grec ancien (Lancelot, Scapula dans une édition anglaise). Les langues orientales sont représentées par l’annamite (de Rhodes) et le chinois (Bayer, Fourmont). On trouve également des dictionnaires explicatifs encourageant un style plus élégant en latin (Despauterius, Nizolius, Scot). Ces derniers ont été utiles à la composition de textes pour l’Europe, et les autres pour la lecture d’ouvrages en latin et grec, en portugais et en anglais. L’anglais était en fait presque totalement méconnu parmi les jésuites français en Chine.

15La catégorie de la philosophie est représentée par un groupe très hétérogène dans lequel figurent des philosophes de l’Antiquité (Aristote, Jamblique, Macrobe, Marius Victorinus), le néoplatonicien Pic de la Mirandole ainsi que des philosophes de l’époque comme Yves Marie André (présent avec un ouvrage philosophique sur l’esthétique), Arnauld (Logique de Port-Royal), Blaise Pascal (Pensées), René Descartes (Les Principes de la philosophie), le cartésien Nicolas Malebranche (représenté, entre autres, par ses Entretiens de métaphysique), Newton (Principia), Louis Claude de Saint Martin (Des erreurs et de la vérité, 1775), Cornelis De Pauw, Jean-Baptiste Duhamel (représenté par son «réconciliant» Philosophia Vetus et Nova) et le péripatéticien Kenelm Digby. La recherche sur les textes philosophiques du «canon des 4 classiques» est représentée par une copie du Confucius Sinarum Philosophus et une édition préparatoire, le Sapientia Sinica de Prospero Intorcetta, qui faisait partie du même corpus néo-confucianiste.

16En ce qui concerne les Belles Lettres, les noms présents ne donnent pas un profil clair, sauf à montrer une certaine prédilection pour le genre épistolaire (Cicéron, Pline, Paul Manuce, Ange Politien, Xaverius). Deux noms ressortissent à la tradition: Boccace et sa Généalogie des dieux (mentionnée par Foucquet) ainsi que Cartari. La littérature française contemporaine est représentée par les noms de Fénelon, Le Noble et Racine.

17Quant au droit, il est constitué d’un très petit groupe de livres (à peine 1,1 pour cent). On peut imaginer que ce chiffre ne représente que le résidu d’une série plus nombreuse. En tout cas, Gaubil se plaignait déjà d’un certain manque de livres dans cette discipline, ce qui causait des problèmes lors de la composition des apologies: «pas inutiles; dans les disputes des années passées, le manque de ces livres mit en peine, autant que je puis voir» (Gaubil, p. 335).

18Une dernière classification possible concerne la chronologie des livres retrouvés, pourvus d’une mention de date de publication, qui, bien sûr, ne coïncide pas avec le moment d’arrivée, indiqué soit par une inscription datée, soit par une référence dans une lettre datée.

Période

Nombres absolus

%

Avant 1600

5*

2,8

1600-20 incl.

9

5,1

1621-40 incl.

11

6,3

1641-60 incl.

20

11,4

1661-80 incl.

27

15,5

1681-1700 incl.

49

28,1

1701-1720 incl.

14

8

1721-1740 incl.

29

16,6

1741-1762 incl.

9

5,1

Sine anno

1

0

Total

174

99,9

* Avec les millésimes suivants chez Verhaeren: 1514 pour le n. 1883, 1517 pour le n. 886, 1539 pour le n. 1653, 1587 pour le n. 2306, et 1598 pour le n. 4027.

  • 13 Dont un exemplaire de Lalande, Astronomie, Paris, Desaint & Saillant, 1764 (Verhaeren, n. 398).

19Les ouvrages de cette collection se situent donc entre les extrêmes chronologiques de 1514 (Verhaeren, n. 1883) et 1762 (Verhaeren, n. 1509), respectivement un exemplaire de Flavius Josephus (Paris, Jean Barbier) et un Enchiridion seu Manuale Christianum (Paris, Herissant, 1762). Quant à la distribution à l’intérieur de ce long intervalle, la grande majorité des éditions se situent dans les deux dernières décennies du xviie siècle, qui coïncident avec les origines mêmes de la Mission, partie de Brest en 1684 et arrivée à Pékin en 1688. Néanmoins, presque la moitié des éditions (82 sur 174) est antérieure à la fondation de la mission française: dans les décennies qui suivent la fondation du Beitang comme résidence indépendante (1690-1709), on compte encore 52 nouvelles acquisitions, dont trois ou quatre13 datent de la dernière décennie de la mission, après la suppression de la Compagnie de Jésus en France en 1762. La continuité des livraisons jusqu’au tout dernier moment est d’ailleurs confirmée par d’autres indications extérieures.

20En premier lieu, Michel Benoît rapporte de Pékin, en 1764, avoir reçu les derniers envois de M. Guérin, imprimeur à Paris et «ami» de la mission, et avoir mis ces «nouveautés» dans la chambre de récréation de la résidence à la disposition de ses confrères. De plus, parmi les livres sans référence explicite au Beitang mais provenant d’un propriétaire français, quelques-uns sont arrivés dans cette période tardive. C’est le cas surtout des trois livres sur la médecine et la chirurgie (1759-1765/8), qui avaient appartenu à un certain Jean Claude Clémendot de Paris (nn. 120, 190, 192). Enfin, la durée des livraisons est attestée par une référence dans l’une des dernières lettres de Gaubil des années 1750, notamment celle du 11 février 1755 où il accuse réception d’une série de publications de Saint-Pétersbourg (Gaubil, p. 804).

  • 14 Voir H. Cordier, Documents inédits pour servir à l’histoire ecclésiastique de l’Extrême-Orient, «R (...)
  • 15 Avec l’inscription suivante: «Ex libris Ventavon missionarii Pekini, dono datus P. Fr. Josepho Mar (...)

21C’est sans doute pour ces raisons – une réception encore active et la continuité des contacts entre Paris et Pékin – que le Ministre d’État, Henri-Léonard-Jean-Baptiste Bertin (1720-1792) prépara un grand paquet de livres à envoyer à Pékin, dont le procès verbal est daté du 18 novembre 1774. Ce paquet, qui n’est peut-être jamais arrivé, comprend presque exclusivement des livres sur la botanique et la «materia medica»: il s’agit de Michel Adanson, de Chomel, de Garsault, Geoffroy, Leméry, Linné, de Tournefort et Trew. Les derniers échos que je connais de la bibliothèque des jésuites français à Pékin sont les suivants: en 1770 d’une part, Pierre-Martial Cibot se plaint de la situation «très mal assortie» de la bibliothèque de la résidence, «qui n’a rien de complet»14, mais qui est encore en 1776/1777 la destinataire d’un envoi de livres de la part du docteur portugais Antonio Nunes Ribeiro Sanchez à Paris; d’autre part le jésuite-horloger Matthieu de Ventavon travaillait encore à la Cour de Pékin entre 1771 et 1787, ce dont témoigne un livre personnel survivant à Pékin, à savoir un exemplaire du Nouveau Dictionnaire du voyageur François-Allemand-Latin édité à Francfort en 1757 (Verhaeren, n. 509)15.

 

22Après ces quelques «sondages», reste à faire quelques observations finales.

23Pour toute l’histoire de la bibliothèque, on ne dispose que d’une indication quantitative: en 1721, un visiteur coréen, dans le rapport de sa visite, décrit la bibliothèque des jésuites français comme une collection de dix mille «ce» ou volumes. Hélas ce nombre est très probablement plus proverbial que réaliste: vu les conditions logistiques de l’époque, il semble en effet difficile de croire que, dans un intervalle de vingt ou trente ans, dix mille livres aient été emportés de France en Chine sans laisser de traces dans les sources.

24D’un point de vue linguistique, je voudrais souligner le caractère très «classique» de la collection. Pour les livres survivants de la bibliothèque, la proportion est la suivante: 117 titres en latin (67 pour cent); 49 en français (28 pour cent); 5 en grec ancien; 1 en portugais, italien, anglais ou espagnol. Néanmoins, la bibliothèque des Jésuites français était, comme son homologue portugaise et peut-être plus que celle-ci, une bibliothèque «double», à savoir une bibliothèque européenne côtoyée par une bibliothèque chinoise, dans des espaces séparés.

25L’apport de nouveaux livres et d’informations actuelles en général était lié à une politique d’échange, dans laquelle livres, cartes et autres produits écrits de Chine étaient envoyés en France afin de stimuler et de provoquer l’attention des agents en Europe pour la nécessité des missions en Chine. Dans les lettres, les expressions de frustration et les reproches de négligence, même adressés aux procurateurs jésuites à Paris, sont suffisamment fréquents pour faire comprendre que la continuité du flux de livres était tout autre que fréquente, malgré toutes les précautions et l’organisation du système.

26L’échange de livres scientifiques reflète une autre caractéristique de la bibliothèque, à savoir le lien direct entre les nouvelles acquisitions et les recherches en cours des jésuites français en Chine. Celles-ci se situaient dans des domaines très divers, inventoriés dans les années 1960 par Pierre Huard et Ming Wong. Le rôle de la bibliothèque comme centre ou instrument de recherches actives est bien illustré aussi par deux catégories de publications signalées sur place. Premièrement, la présence d’un grand nombre d’instruments bibliographiques et linguistiques témoigne de la volonté de lire occasionnellement d’autres langues que le français (ou le latin) et de «travailler» activement avec des informations provenant d’un peu partout. Ensuite, la mise à disposition des «journaux» et des périodiques, presque tous sans exception des journaux «savants», était le fruit de grands efforts qui dépassaient le seul plan budgétaire: ce sont ces périodiques qui, encore plus que les livres, prouvent la volonté de rester au courant des publications les plus nouvelles et des observations les plus récentes, bref, des dernières évolutions du débat intellectuel en Europe.

27Bien que le souci de posséder une bibliothèque «complète» et représentative ait été très clairement formulé par Antoine Gaubil, l’analyse du matériau montre une nette tendance à la spécialisation dans les domaines de la botanique et de la médecine dans la période qui précède la fermeture de la bibliothèque.

  • 16 Voir P. Bornet, Les anciennes églises de Pékin. Notes d’histoire. Le Pei-t’ang, «Bulletin catholiq (...)

28Enfin, même si tout ceci montre très clairement combien cette bibliothèque fonctionnait dans un rapport étroit et direct avec les recherches en cours au Beitang, d’un point de vue aussi bien productif que réceptif, la bibliothèque-résidence avait encore une autre fonction envers l’Europe et la Chine: celle d’un instrument de propagation pour les Européens en général et la mission jésuite en particulier. Ainsi, des visites guidées étaient organisées pour des étrangers, tant chinois que coréens, comme c’était d’ailleurs le cas dans le Collège portugais et en d’autres endroits. À cet effet, les livres les plus prestigieux, à savoir ceux en grand format et pourvus d’illustrations splendides ou d’autres ornements («ornatus»; «ornées») comme des dorures, étaient présentés dans une salle spéciale, à côté, entre autres, des portraits du roi de France, afin d’impressionner les visiteurs chinois et coréens16 par une vraie «séduction» bibliophilique et intellectuelle qui n’était que le stade préparatoire d’une stratégie visant à les convaincre de la supériorité de la religion européenne, et notamment du catholicisme et de la Contre-Réforme.

Notes

1 Pour un recensement, voir H. Verhaeren, Catalogue de la bibliothèque du Pé-t’ang, Pékin, Imprimerie des Lazarises, 1949 (désormais Verhaeren, suivi du n. de l’ouvrage).

2 La première liste est du 16 novembre 1687 et a été envoyée par Jean de Fontaney de Ningbo. Elle comprend, entre autres, pour Claude de Visdelou, un Danet, la Grammaire raisonnée, Trigault, Martini; pour Louis-Daniel Le Comte, un Dictionnaire des arts et des livres sur les arts, les aqueducs, les fontaines, la manière de conduire les eaux, la fonte des canons et des bombes ainsi que des livres sur le vernis et la verrerie; pour Joachim Bouvet, des mémoires de Du Verney, Hortus Malabaricus, Bauhin, Histoire des animaux; la Micrographia de Hooke, des livres sur la botanique; le dictionnaire Tartare de Thévenot, des instruments pour le syriaque et l’hébreu; pour Gerbillon, un État présent de la France et de l’Europe. Les inscriptions les plus anciennes datent de 1698 (des copies de l’Anatomie de Bartholinus [Verhaeren, n. 947]; la grammaire latine de Despauterius [Verhaeren, n. 1445], et la Rosa Ursina de Scheiner [Verhaeren, n. 2692]).

3 Le nom informel de la bibliothèque n’est mentionné qu’une fois, à savoir dans une inscription en portugais datant de la fin de la mission: “livraria de Pe-tam” (Verhaeren, n. 398; après 1764).

4 Toutefois, pour un petit nombre de livres, il est possible d’établir avec certitude une provenance hors de Pékin.

5 Voir Verhaeren, nn. 278 et 611 («E.R» ou Étienne Rousset); nn. 470, 657 et 4089 (Antoine Gaubil); nn. 896 et 3150 (Dominique Parrenin); n. 509 (Jean Mathieu De Ventavon); et n. 1848 (un livre offert par De Saint-Bonnet du Collège Sainte Trinité à Lyon au «Musaeum Mathematicum» de la résidence française à Pékin).

6 Voir Verhaeren, nn. 17, 18 (Recueil de plusieurs traités de mathématiques de l’Académie Royale des sciences) et 705, 706.

7 Voir Verhaeren, n. 2470 («Rob. Gray M.D. 1697»); n. 4026 («Seb. Lainsant Méd(ecin) à Paris»); n. 1584 («Imbert, pharmacien à Paris»).

8 Voir A. Gaubil, s.j., Correspondance de Pékin. 1722-1759, éd. R. Simon, Genève, Droz, 1970. Désormais abrégé en Gaubil, suivi du n. de page.

9 A. Gaubil, s.j., Correspondance de Pékin. 1722-1759 cit., p. 326: «Nondum hîc vidimus Miscellanea Berolinensia, Acta Academiae Petropolitanae».

10 Voir M.-H. Froeschlé-Chopard, Regards sur les bibliothèques religieuses d’Ancien régime, Paris, Champion, 2014, p. 304.

11 Voir J. Dehergne, Une grande collection: Mémoires concernant les Chinois (1776-1814), «Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient», vol. 72, 1983, pp. 267-207.

12 P. Huard et M. Wong, Les enquêtes françaises sur la science et la technologie chinoises au xviiie siècle, «Bulletin de l’École Française d’Extrême Orient», 1966, pp. 137-226.

13 Dont un exemplaire de Lalande, Astronomie, Paris, Desaint & Saillant, 1764 (Verhaeren, n. 398).

14 Voir H. Cordier, Documents inédits pour servir à l’histoire ecclésiastique de l’Extrême-Orient, «Revue de l’Extrême-Orient», III, 1887, p. 262.

15 Avec l’inscription suivante: «Ex libris Ventavon missionarii Pekini, dono datus P. Fr. Josepho Mariae».

16 Voir P. Bornet, Les anciennes églises de Pékin. Notes d’histoire. Le Pei-t’ang, «Bulletin catholique de Pékin», n. 32, 1945, pp. 121-122.

Auteur

Katholieke Universiteit Leuven, Ferdinand Verbiest Instituut

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search