Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

3e partie: Circulation et bibliothèques collectives

Au-delà des livres pairs de Faustroll. Bibliothèques, canons et érudition chez Jarry, Gourmont et Schwob

Julien Schuh

Texte intégral

1À quoi ressemblait la bibliothèque d’Alfred Jarry? À partir de cette question qui peut paraître triviale, j’aimerais définir quelques fonctions de la bibliothèque pour les écrivains fin-de-siècle, et tenter de comprendre les formes ondulantes que peut prendre cette réalité. Je citerai simplement pour commencer quelques souvenirs de visiteurs d’Alfred Jarry, qui mettent en scène l’intimité du créateur du Père Ubu, de manière évidemment outrancière, et présentent différents états de la collection d’objets qu’on peut désigner sous le terme de bibliothèque.

2André Salmon n’est pas un témoin très fiable de la vie de Jarry. Mais la description qu’il donne dans ses Souvenirs sans fin de la bibliothèque dans son demi-étage de la rue Cassette (visite qu’il situe vers 1903) est intéressante, ne serait-ce que comme exemple du genre de bibliothèque atypique que l’on peut rencontrer:

  • 1 A. Salmon, Souvenirs sans fin, Paris, Gallimard, 1955, p. 150.

La «librairie» se composait avec les livres et brochures, de vieux journaux dont un nombre surprenant d’exemplaires de «La Croix», les collections complètes du «Mercure de France» et de «L’Ymagier», la revue de Jarry et de Remy de Gourmont; des volumes offerts par les poètes de la rue de l’Échaudé, des ouvrages de philosophie, de mathématiques, de théosophie, un exemplaire de luxe de l’Almanach du Père Ubu par Alfred Jarry et Pierre Bonnard, le mieux désigné de ses illustrateurs; enfin la longue série des Aventures du colonel Ronchonnot, en petites brochures à couverture rose ornée du portrait de ce militaire1.

3C’est le même appartement que visite Apollinaire, qui en donne une idée fondée sur le principe de «réduction»:

  • 2 G. Apollinaire, Le Flâneur des deux rives, Paris, Gallimard, 1975, p. 90. Jarry lisait apparemment (...)

La bibliothèque n’était qu’une réduction de bibliothèque, et c’est beaucoup dire. Elle se composait d’une édition populaire de Rabelais et de deux ou trois volumes de la Bibliothèque rose2.

  • 3 Voir la liste complète dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade» (...)

4À ces souvenirs, il faut ajouter la bibliothèque idéale que Jarry construit dans les Gestes et opinions du Dr Faustroll, pataphysicien, un roman inédit du vivant de Jarry écrit entre 1897 et 18983. Dans cette bibliothèque, composée de vingt-sept ouvrages désignés comme des «livres pairs», on trouve aussi bien des œuvres canoniques du symbolisme (Mallarmé, Verlaine, Poe traduit par Baudelaire), des titres des amis de Jarry et des piliers des revues de l’époque (Rachilde sous le pseudonyme de «Jean de Chilra», Gustave Kahn, Léon Bloy) que des ouvrages que l’on assimile davantage aux lectures enfantines (un conte de Marceline Desbordes-Valmore, les Mille et Une Nuits, le théâtre de Florian) ou des textes hors catégorie (l’œuvre de Rabelais, l’évangile de Luc, Les Chants de Maldoror) – liste à laquelle il faut ajouter les estampes (affiches des Nabis ou images pieuses d’Épinal), que Jarry semble mettre sur le même plan.

  • 4 Voir ŒC III, p. 532.

5Il ne faut pas oublier la bibliothèque Sainte-Geneviève, qu’il fréquente assidument et qui peut apparaître comme une annexe de sa demeure; voire les librairies, dans lesquelles on peut lire aussi4. Exilé économiquement à Laval en janvier 1907, il profite de sa bibliothèque familiale qu’il se permet même d’agrandir avec les livres des bibliothèques publiques locales:

  • 5 Lettre à Claude Terrasse, fin janvier 1907, dans ŒC III, p. 641.

J’ai des tas de bouquins ici et la permission –  impossible à Paris – d’en emporter à mon gré de la bibliothèque de la ville et de celle des curés. […] Le dictionnaire de Bailly est chez notre ami Ferdinand, mais j’ai encore d’autres bouquins plus curieux ici si vous voulez des tuyaux sur le diatesaron…5

  • 6 Voir le Journal intime d’Apollinaire, cité par P. Besnier, Alfred Jarry, Paris, Fayard, 2005, p. 5 (...)

6Mais sa bibliothèque est aussi mentale: comme la plupart de ses contemporains, il pratique un art de la mémoire qui lui permet d’avoir à l’esprit une quantité impressionnante de citations, de fragments d’œuvres, voire de poèmes entiers, qui ne sont pas seulement des souvenirs de classes ou des textes canoniques, mais également des pièces qui viennent de paraître. Lorsqu’Apollinaire le rencontre pour la première fois, à l’occasion d’une soirée organisée par la revue «La Plume», le 18 avril 1903, Jarry lui récite d’emblée (alors qu’il ignorait qu’il allait le croiser) des vers inclus dans «L’Hérésiarque» qui n’avaient encore été publiés que dans «La Revue blanche» en mars 19026.

7*

8On peut déjà exposer quelques paradoxes qui vont à l’encontre d’une vision stéréotypée de la bibliothèque à cette époque:

  • Ce n’est pas forcément une collection cohérente: l’omniprésence de l’imprimé à la fin du xixe siècle signifie qu’un écrivain peut amasser une quantité impressionnante de documents sans qu’ils fassent forcément l’objet d’un choix conscient de conservation. Journaux, livres chinés, cadeaux, envois, livres pour comptes rendus forment souvent le plus gros de la masse. Les œuvres de haute littérature côtoient les livres populaires et les feuilletons des journaux. Le hasard tient une place prépondérante dans sa construction, et cela est sensible même dans les bibliothèques idéales des écrivains: les livres pairs mettent en avant l’artificialité de cette réunion.
  • Ce n’est pas un ensemble hiérarchisé et fonctionnel: on aura du mal à distinguer dans ces listes bibliothèque de travail ou d’étude, de loisir, d’apparat… Et c’est souvent cette absence même de hiérarchie qui déclenche, chez Jarry, le phénomène de l’écriture, par des rapprochements inédits, des raccourcis mentaux…
  • L’objet-livre, le codex, n’est pas la seule unité de ces bibliothèques, et leur contenu est difficile à analyser selon les catégories traditionnelles de la bibliothéconomie: feuilles volantes, journaux en vrac en collections partielles, volumes dépareillés, estampes (fragmentation qu’on peut mettre en rapport avec celle de l’objet revue; «L’Ymagier» peut ainsi apparaître comme un exemple de navigation dans une bibliothèque étrange).
  • Ses frontières ne sont pas celles, spatiales, d’un meuble accueillant des ouvrages (on peut y intégrer les livres d’autrui, voire des bibliothèques publiques), ni celles, temporelles, d’un état donné de la collection d’imprimés d’un auteur (à sa mort par exemple); ce sont des objets essentiellement dynamiques. Faut-il y intégrer tout ce qu’un auteur a lu? cité? Seulement ce qu’il a conservé?
  • On ne peut pas la conserver, ni même tenter de la reconstituer intégralement: l’espace qu’elle circonscrit est en partie imaginaire. Jarry lui-même n’a presque rien laissé derrière lui (dans son testament rédigé en 1906, il classe l’ensemble de ce qu’il lègue à sa sœur sous le terme d’«objets mobiliers»7, les rares documents qu’il avait conservés ayant presque tous disparu avec sa sœur).
  • Enfin, ce n’est pas le fruit d’un choix purement personnel: comme on le voit dans Albert Samain (Souvenirs), Jarry inscrit ses choix de lectures dans le cadre du mouvement décadent et symboliste, qu’il découvre avec un groupe de camarades, une «classe d’âge» qui s’influencent dans leurs découvertes, faisant de la configuration de la bibliothèque le fruit d’un travail collectif, de nature sociale.

9À partir de ces constats, j’aimerais explorer ici les formes limites de la bibliothèque d’un écrivain, analyser les contraintes qui président à sa structuration et préciser la manière dont ce concept (ou sa réalisation) est mis à mal au tournant du xixe et du xxe siècle, autour de la figure de Jarry et de quelques-uns de ses contemporains, en particulier Marcel Schwob (1867-1905) et Remy de Gourmont (1858-1915), qui furent des amis proches de l’auteur d’Ubu roi et qui, malgré les apparences (Schwob est connu pour ses goûts bibliophiliques et sa passion des archives, et Gourmont passe pour une forme de moine érudit), ne diffèrent pas tant de Jarry dans la manière dont ils pensent leurs bibliothèques.

La bibliothèque comme canon

  • 8 Voir A. Vaillant, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2011, pp. 269, 280 et 339 (le «systè (...)

10Pour comprendre les formes des bibliothèques d’écrivains au xixe siècle, il faut d’abord les penser au niveau politique, dans le contexte de la création et de la consolidation des États-Nations en Europe; et plus particulièrement, en ce qui nous concerne, de l’avènement de la IIIe République en France et du «sacre républicain de la littérature». Il faut également les penser sur le plan de la communication littéraire, dans le contexte de la mise en réseau des pratiques littéraires à la fin du siècle, les écrivains d’avant-garde ou d’élite se distinguant de la littérature industrielle et de son système économique en instituant cercles, cénacles, en se constituant en groupes réunis autour de petites revues8.

11La diffusion de la bibliothèque a dans cette perspective un double rôle: donner une légitimité à un autre panthéon littéraire que celui que l’État ou l’industrie du livre promeuvent; unifier ces cercles restreints de littérateurs autour d’un patrimoine commun (les autres fonctions étant, on le verra plus tard, de circonscrire l’espace littéraire selon lequel on souhaite faire lire son propre livre et de construire sa propre image d’auteur-lecteur).

Concrétiser le patrimoine culturel d’une communauté

  • 9 J. Schlanger, La Mémoire des œuvres, Lagrasse, Verdier, 2008, p. 104.

12Les images possibles de la bibliothèque des écrivains de cette époque doivent être mises en contexte par rapport à la transformation profonde de la civilisation occidentale depuis l’essor de ce qu’on peut nommer la «modernité», et qui commence au milieu du xviiie siècle par une modification des rapports de l’homme au monde et se concrétise par le mouvement des Lumières, l’industrialisation croissante, les révolutions politiques et la montée des nationalismes. Les références ont changé, et Judith Schlanger peut affirmer qu’à partir du romantisme, la littérature antique cesse d’être un horizon commun de la culture occidentale; on entre dans une ère de littératures nationales: «Désormais le patrimoine commun aux lettrés n’est plus (n’est plus censé être) l’Antiquité partagée, mais une anthologie éclectique des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale»9. La liste des auteurs qu’il faut posséder dans sa bibliothèque devient problématique; on ne peut plus se référer à un idéal humaniste et universel.

13Que doit alors contenir la bibliothèque d’un écrivain symboliste? Ou plus généralement que doit contenir une bibliothèque fin-de-siècle? On peut répondre à ces questions, non seulement parce que l’on peut consulter les inventaires des bibliothèques après le décès de certains écrivains (Pierre Champion dresse ainsi le Catalogue de la bibliothèque de feu M. Marcel Schwob, qu’il publie en 1905), mais parce que la bibliothèque se met en scène dans les romans et les écrits. L’une des bibliothèques littéraires les plus célèbres est ainsi une bibliothèque imaginaire: celle de Des Esseintes, dans À rebours, modèle de bibliothèques décadentes et symbolistes à venir.

  • 10 P. Citti, La Mésintelligence, Saint-étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2000, p. 62.

14La plupart des commentateurs font en effet remonter la fondation du canon des auteurs qu’il faut avoir lus dans le groupe symboliste au roman de Huysmans qui paraît en mai 1884: À rebours présente une constellation d’auteurs qui resteront ensuite les références du symbolisme, tout particulièrement le couple Mallarmé-Verlaine, héritiers de Baudelaire, lui-même interprété selon l’influence de la poésie décadente latine: «la bibliothèque d’À rebours est […] une manière d’événement historique, puisqu’elle fixe le catalogue de la littérature moderne pour les cinq ou dix ans à venir»10. Gourmont, déjà, faisait remonter l’unité du mouvement symboliste à la lecture d’À rebours:

  • 11 R. de Gourmont, Stéphane Mallarmé, «Promenades littéraires», quatrième série, Souvenirs du Symboli (...)

Ce mouvement, que la presse découvrit en 1885, remontait, en réalité, à près de vingt ans. Arrêté par la guerre, il acquit toute sa force le jour où des jeunes poètes, découvrant à la fois, guidés par un chapitre fameux d’À rebours de Huysmans, Mallarmé et Verlaine, s’en trouvèrent enthousiasmés et pour ainsi dire fécondés sur l’heure11.

  • 12 Voir les chapitres III et XIV d’À rebours.

15Le latin de la décadence (qui va fournir à Gourmont le prétexte du Latin mystique, préfacé dans sa première édition par Huysmans), le Flaubert de La Tentation de saint Antoine, les Goncourt, Zola, Baudelaire et Poe, Villiers de l’Isle-Adam et les déliquescences de la langue de Verlaine et de Mallarmé forment l’essentiel des rayons de la bibliothèque de Des Esseintes, ornée de pastels de Redon12.

  • 13 F. Barbier, Patrimoine, production, reproduction, «Bulletin des Bibliothèques de France», 2004, n. (...)

16Évidemment, le chapitre que consacre Huysmans à Mallarmé et autres décadents des Lettres n’est pas exempt d’une ironie cinglante, représentant en littérature la forme de dégénérescence mentale de Des Esseintes. Mais ce qui importe, c’est que ce canon, qu’il soit ironique ou repris ensuite de manière sérieuse par les écrivains symbolistes, prend la forme d’une bibliothèque, parce que la bibliothèque est devenue le lieu de conservation de la mémoire par excellence. Le modèle de toute bibliothèque en ce xixe siècle est la «Bibliothèque nationale»: monument spirituel, elle concrétise la mémoire d’une Nation, la somme d’information qui doit être conservée à travers les âges pour former sa culture. Mais cette culture, d’abord élue, au moment de la Révolution française et dans le prolongement de la pensée des Lumières, par la Nation considérée comme une collectivité de citoyens partageant des droits et des devoirs, devient au cours du xixe siècle le fondement même de l’identité de la Nation: «là où la collectivité définissait son patrimoine selon des catégories juridico-politiques, c’est, aujourd’hui, le patrimoine qui définit et fonde la collectivité»13.

17Les bibliothèques, qu’elles soient publiques, d’études, personnelles, incarnent de manière plus ou moins précise le patrimoine d’une communauté donnée. On lit comme ses pairs, qu’il s’agisse de la catégorie professionnelle des instituteurs, de sa classe sociale, de sa famille, de son village – les niveaux de granularité de ces communautés peuvent être très différents. C’est pourquoi la bibliothèque de Des Esseintes devient un modèle, que l’on retrouve chez différents écrivains. Le sommaire et la bibliographie du Latin mystique (1892) de Gourmont partagent bien des points communs avec le chapitre III d’À rebours – jusqu’à l’ordre d’apparition de certains noms.

18La bibliothèque de Faustroll, voire les bibliothèques de Jarry, regorgeant de textes religieux, s’inscrivent également dans cette filiation, malgré l’impression d’étrangeté que ces listes provoquent de prime abord chez le lecteur, étrangeté qui n’est que le signe d’une non-appartenance à cette communauté. En faisant de six des maîtres du symbolisme (Baudelaire, Verlaine, Mallarmé, Rimbaud, Rabelais et Poe) des auteurs pairs de la bibliothèque du Docteur Faustroll, Jarry ne fait que confirmer son inscription dans l’espace littéraire symboliste ou post-symboliste.

  • 14 E. Stead, La Chair du livre: matérialité, imaginaire et poétique du livre fin-de-siècle, Paris, Pr (...)

19La bibliothèque de Marcel Schwob, qui «fut unique, comme l’homme qui la constitua» selon Evanghélia Stead14, peut en réalité être largement comprise par référence aux canons symbolistes. On y trouve, comme chez Jarry, des livres d’occultisme et de spiritisme, des ouvrages religieux, des images (Dürer, dont Jarry et Gourmont reprennent des séries dans «L’Ymagier» et «Perhinderion»), des textes de la littérature antique, des livrets de littérature populaire (contes, chansons, le Catéchisme poissard…), les œuvres de Nerval, Baudelaire, Rabelais, le théâtre élisabéthain; autant d’ouvrages qui ne participent pas du canon classique, scolaire (Schwob ne possédant les grands ouvrages traditionnels de la littérature que dans des traductions rares ou des éditions précieuses), mais qui s’insèrent parfaitement dans le patrimoine symboliste (Schwob traduisait également des pièces pour le théâtre à côté de l’époque).

20Ainsi cette communauté symboliste, qui valorise la distance entre les écrivains et la foule, par la définition des littérateurs comme une caste aristocratique distincte, pour tenter d’échapper aux conditions de la communication littéraire dans l’économie de l’édition et préférer des réseaux fondés sur l’amitié et la réciprocité; cette communauté qui n’a pas de mots assez durs pour critiquer l’effet de nivellement social et culturel de la République, lui emprunte cependant ses outils pour se définir comme communauté. On parle en effet de «République des Lettres»; on désigne un «Prince des poètes»… par une élection, et l’on sélectionne les meilleures œuvres sur la base du consensus. Même si la communauté symboliste se définit par opposition à la culture républicaine, elle emprunte à la Nation ses procédés d’unification, parmi lesquels la bibliothèque figure en bonne place. La bibliothèque symboliste est d’une certaine manière le pendant de la Bibliothèque nationale: une réaction locale au modèle de patrimoine culturel proposé dans les États-Nations.

Formes de la bibliothèque: un objet médiatique

21Quelles formes prennent ces bibliothèques qui restent souvent virtuelles et n’ont pas de réalité autre que celle d’une liste sur une page? Le cas de Faustroll, qui présente une véritable liste de livres, est assez rare. Le plus souvent, le canon fin de siècle ne prend pas la forme de la bibliothèque, mais de listes plus ou moins repérables.

22L’une des formes limites de bibliothèque les plus intéressantes est celle du cahier de vers, dans lequel les jeunes poètes en devenir recopient patiemment, dans les bibliothèques ou en se prêtant des exemplaires de revues rarissimes, les poèmes des aînés qu’ils admirent – soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de se procurer les volumes, soit parce qu’il n’existe tout simplement pas de recueils disponibles (pensons particulièrement à l’œuvre de Mallarmé, qui attend longtemps une publication en volume). Gide, Valéry et Pierre Louÿs font de concert leur éducation littéraire en se recopiant des vers, en partageant leurs goûts, leurs découvertes, par le biais de la correspondance ou lors de jeux sociaux, ces fameux questionnaires où l’on peut se voir demander «Quel prosateur aimez-vous le plus?» Valéry écrit ainsi à Louÿs en 1890:

  • 15 Paul Valéry, lettre à Pierre Louÿs, juin 1890, Correspondance Gide-Louÿs-Valéry, n. 183; citée par (...)

Mes livres: La Tentation, Baudelaire, À rebours (c’est ma Bible), certains volumes de Verlaine, certains sonnets du splendide Heredia, Mallarmé l’enchanteur, les Goncourt, Gautier et Hugo passim. Enfin, l’artiste véritablement prodigieux pour moi […] Edgard Poe15.

  • 16 Voir P. Verlaine, Les Poètes maudits (1884), nouvelle édition ornée de six portraits par Luque, Pa (...)

23Pour ce qui est des matières imprimées, l’un des exemples les plus évidents de pseudo-bibliothèque est le recueil d’articles biblio-biographiques. La même année qu’À rebours paraît chez Vanier le volume des Poètes maudits de Verlaine, qui reprend des articles parus dans «Lutèce» à la fin de l’année 1883. Verlaine y célèbre Corbière, Rimbaud et Mallarmé, puis dans la seconde édition en 1888 Villiers de l’Isle-Adam et lui-même – sans oublier Marceline Desbordes-Valmore, qui trouvera également sa place parmi les auteurs pairs de la bibliothèque du Docteur Faustroll16.

24On pourra aussi classer dans les bibliothèques en devenir ou potentielles un ensemble d’éléments paratextuels: les textes en exergue et dédicaces (particulièrement présents dans les revues, où chaque poème ou conte est dédié à un collaborateur de la revue…), mais aussi les enquêtes (il faudrait dépouiller les journaux de l’époque pour repérer ce type d’article journalistique qui fait également florès à l’époque), voire les bibliographies. Un livre comme Le Latin mystique de Gourmont présente ainsi, selon le modèle de l’érudition universitaire, dix pages de bibliographie qui peuvent apparaître comme la bibliothèque de l’auteur.

25Le point le plus important à noter, partagé par ces formes, est leur caractère médiatique: la bibliothèque n’est plus une collection intime, un objet familier, mais, comme la bibliothèque publique, elle devient une forme à habiter collectivement, et elle est diffusée par le biais de l’édition mais surtout de la presse littéraire (Faustroll, inédit en volume du vivant de Jarry, voit quelques-uns de ses chapitres publiés dans le «Mercure de France» – pas celui de la bibliothèque de Faustroll, mais la navigation entre les îles littéraires qui sont une autre forme de bibliothèque). On peut d’ailleurs faire un parallèle entre ces listes d’auteurs ou de livres à lire et la pratique des banquets de l’époque, qui a à la fois une fonction de cohésion et de représentation. Les banquets, organisés par des revues, des éditeurs, à l’occasion de la sortie d’un ouvrage ou pour honorer un confrère, apparaissent sur la scène médiatique sous la forme de comptes rendus et surtout de listes de noms, qui pourraient aussi bien être lus comme des conseils de lecture.

  • 17 D’autres dîners eurent lieu jusqu’en 1905; voir J. Schuh, Les dîners de la Plume, «Romantisme», n. (...)
  • 18 L. Deschamps, Lettre à Stéphane Mallarmé, Paris, 23 janvier 1893, dans S. Mallarmé, Correspondance(...)

26Les Banquets de «La Plume», organisés par Léon Deschamps entre 1892 et 1894 dans un esprit de camaraderie entre les générations littéraires17, produisent une sorte de Panthéon de Grands Hommes qui forme un canon dans lequel les jeunes générations peuvent puiser leurs modèles – Léon Deschamps parle dans une lettre à Stéphane Mallarmé d’une «académie idéale»18.

La bibliothèque comme fondement de l’œuvre

27La bibliothèque symboliste, répétée, transmise entre écrivains par le biais des correspondances privées, des lectures ou des listes dans les revues, devient ainsi un véritable fonds patrimonial qui autorise l’écriture. Elle se retrouve au fondement de l’œuvre de deux manières: d’une part, elle délimite une sorte d’espace littéraire, elle circonscrit le possible textuel d’une communauté, livrant des modèles de textes pour l’écriture; de l’autre, elle est une source d’éléments à réutiliser, à réorganiser dans son propre texte, l’œuvre étant alors conçue comme une sorte de collage, de relecture, de réécriture, et la littérature comme ce qu’une communauté fait de son patrimoine culturel.

La bibliothèque comme espace littéraire

28On peut en effet considérer qu’un groupe ou un mouvement littéraire forme une microsociété, qui livre par le biais de ces bibliothèques virtuelles et canons le contexte dans lequel doit être lue toute œuvre émanant du groupe. La production et la réception des textes sont rendues possibles par une forme de situation d’énonciation factice, une fiction (pour reprendre le terme mallarméen) qui sert de situation d’énonciation aux textes produits par le groupe. Chaque communauté (groupes littéraires, classes d’âge ayant appris à lire dans les mêmes manuels, membres d’un groupe de recherche universitaire…) partage un même système littéraire, les mêmes œuvres de référence, les mêmes outils interprétatifs. Le champ dans lequel sont lus les textes est donc un espace imaginaire, un ensemble de règles et de connaissances qui forme la véritable «situation d’énonciation» de la communication littéraire, et que l’on peut nommer un espace littéraire.

  • 19 Voir P. Murphy, Rabelais and Jarry, «The French Review», vol. LI, n. 1, octobre 1977, pp. 29-36.

29Lorsque Jarry pose la bibliothèque de son héros à l’entrée des Gestes et opinions du Docteur Faustroll, il délimite la place que ce roman doit occuper dans cet espace littéraire précis et livre les clefs de son interprétation, tout en s’affiliant à un groupe d’écrivains. Au-delà de l’aspect social (de mise en réseau de son texte), il faut insister sur l’aspect herméneutique de cette pratique. Plusieurs de ces ouvrages livrent ainsi des modèles narratifs pour comprendre le contenu du livre à venir. Le livre III, «De Paris à Paris par mer ou le Robinson belge», est le récit d’une navigation «sur la terre ferme» (ŒC I, p. 665). Faustroll y emmène Panmuphle, l’huissier qui est venu saisir ses meubles (et donc sa bibliothèque) à la découverte d’îles qui incarnent chacune un univers littéraire ou artistique. Jarry cite parmi les livres pairs de grands manuels de navigation littéraire: l’Odyssée, et surtout l’œuvre de Rabelais, avec la quête de l’oracle de la Dive Bouteille du Quart livre et du Cinquième livre de Pantagruel19. Mais cette bibliothèque synthétise également de grandes options esthétiques que l’on retrouve dans le livre et dans le reste de l’œuvre de Jarry: le principe de synthèse de l’art primitif ou populaire, avec des contes (Marcel Schwob, Henri de Régnier, Rimbaud, Gustave Kahn…), l’importance du thème de l’enfance (le récit de Marceline Desbordes-Valmore, Les Mille et Une Nuits…), le rôle de l’image, l’ésotérisme (Poe, Rachilde, Péladan…)… Autant d’éléments qu’on retrouve également dans les bibliothèques réelles décrites par Salmon et Apollinaire, et qui apparaissent ainsi moins éloignées de l’idéal littéraire de Jarry qu’on aurait pu le croire à première vue.

La bibliothèque comme source pour un collage textuel

30Mais la bibliothèque peut aussi être conçue, non comme un espace à habiter, dans lequel on cherche à inscrire son texte pour le faire lire d’une certaine manière, mais comme un vivier d’idées, d’images, de citations pour construire l’œuvre. Le contenu de cette autre forme de bibliothèque est très différent de la bibliothèque canonique ou officielle: on ne pille pas les confrères. À l’époque symboliste, et particulièrement dans le milieu du «Mercure de France», autour de Gourmont, Schwob et Jarry, c’est la production artistique populaire qui devient une source acceptable d’éléments à réintégrer dans l’œuvre d’art la plus idéaliste, conçue comme un collage.

31Jarry présente ainsi la littérature moins comme une activité destinée à produire une œuvre que comme une sorte d’ascèse spirituelle, un exercice destiné à transformer les informations apportées par le monde pour éviter l’assimilation à la foule et la perte de sa propre singularité.

32Cette ascèse est une forme d’alchimie spirituelle:

Expliquons-nous: un cerveau vraiment original fonctionne comme l’estomac de l’autruche: tout lui est bon, il pulvérise des cailloux et tord des morceaux de fer. Qu’on ne confonde point ce phénomène avec la faculté d’assimilation, qui est d’autre nature. Une personnalité ne s’assimile rien du tout, elle déforme; mieux, elle transmute, dans le sens ascendant de la hiérarchie des métaux [ŒC  II, p. 393].

  • 20 Voir ŒC  I, p. 467.

33Il ne peut y avoir de création littéraire que dans la mesure où il y a eu une lecture préalable: l’œuvre selon Jarry ne peut être que la transformation du texte d’autrui, sa digestion et l’excrétion d’un rebut synthétique. Dans cette perspective, «Le Magasin pittoresque» est pour Jarry une source inépuisable de matériaux à intégrer à son œuvre: lié à l’enfance, période de l’existence où l’esprit déformateur est plus proche de l’absolu20, c’est également une sorte de Cosmographie moderne, réunissant des informations anonymes et variées, choisies pour leur caractère singulier, disponibles pour de nouvelles utilisations littéraires. Ceci explique la présence, dans ses bibliothèques, d’ouvrages qui ne sont pas légitimés par la culture dominante traditionnelle.

  • 21 Voir B. Fabre, L’Art de la biographie dans “Vies imaginaires” de Marcel Schwob, Paris, Champion, 2 (...)
  • 22 Voir R. de Gourmont, “Notice” du Miracle de Théophile, «L’Ymagier», n. 5, octobre 1895, p. 11 et C (...)

34Ces effets d’érudition, fondée non sur une bibliothèque d’étude de type universitaire mais sur la fréquentation d’ouvrages de vulgarisation ou de Magasins populaires, sont très fréquents. Si Schwob, formé par l’Université, utilise sa bibliothèque de manière véritablement érudite (Bruno Fabre étudie ainsi la manière dont Schwob réutilise différents documents, biographies, œuvres, documents historiques, pour construire ses Vies imaginaires21; les Archives et la Bibliothèque nationale sont maintes fois signalées sous sa plume), Gourmont, lui, utilise plutôt les bibliographies de ses ouvrages comme des vitrines pour faire montre d’une érudition qui est souvent de seconde main. Le programme iconographique de «L’Ymagier» est ainsi le fruit, non d’une patiente recherche dans ouvrages xylographiques du Moyen Âge, mais d’un choix parmi les estampes déjà répertoriées par ses prédécesseurs. Gourmont cite ainsi dans «L’Ymagier» n. 5 de nombreux ouvrages de magie et d’occultisme, avec des illustrations, comme s’il les connaissait de première main, alors que toutes les informations de son texte sont disponibles dans l’Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage de Charles Nisard22.

35Pour comprendre comment des éléments extérieurs à la bibliothèque symboliste peuvent être réutilisés dans une entreprise de collage textuel (et parfois plastique, comme c’est le cas chez Jarry), il faut examiner la bibliothèque sous un dernier angle, celui de la volonté de singularisation des artistes en régime démocratique, pour reprendre les termes de Nathalie Heinich.

La bibliothèque comme concrétisation du destin d’un lecteur

  • 23 Voir N. Heinich, L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallima (...)
  • 24 R. de Gourmont, Le Livre des masques, t. I, «Mercure de France», 1896, pp. 12-13.

36Selon un paradoxe propre à cette époque, la communauté symboliste se construit à la fois socialement sur la base d’un patrimoine commun, produit d’un choix collectif, et idéologiquement selon une éthique de la singularisation23. Selon le mot de Gourmont, «le symbolisme, c’est, même excessive, même intempestive, même prétentieuse, l’expression de l’individualisme dans l’art»24. La bibliothèque devient aussi le modèle de l’identité individuelle: comme un peuple se différencie par ce qu’il conserve de ses ancêtres, un écrivain se construit par ses choix singuliers de lecteur. Une dialectique se met en place entre la bibliothèque comme patrimoine commun et la bibliothèque comme patrimoine personnel; à travers ses choix, l’écrivain confirme à la fois son appartenance à une communauté, il intègre un certain habitus, mais cherche également à conserver son identité.

37Jarry est particulièrement conscient de ces processus; dans «La tiare écrite», article paru dans «La Plume» du 15 avril 1903, il décrit ainsi le rapport à la littérature moins comme une expérience fondée sur un canon partagé que comme la rencontre toujours singulière d’un lecteur avec un nouvel ouvrage, qu’il évalue selon sa propre bibliothèque, le produit de son parcours de lecture personnel:

Il y a dans toute cervelle de lecteur cinq ou six noms qui gravitent par association autour d’un plus grand, ou d’un plus gros, ou d’un plus n’importe quoi, mais qui était là le premier.
Il y a certainement une période d’adolescence où l’on juge un livre par rapport à Robinson Crusoé ou à Mme de Ségur [ŒC  II, p. 424].

38Cette conception de l’histoire littéraire est radicalement subjective: l’interprétation d’un livre, d’un auteur, d’un mouvement littéraire n’a jamais lieu dans le cadre idéal de l’histoire littéraire linéaire, mais dans le contexte des œuvres déjà lues par un lecteur, qui modèlent son espace littéraire personnel. Chacun recrée, par son expérience singulière de lecteur, sa propre histoire de la littérature. Le jeune Jarry connaît bien la littérature populaire: il affectionne «Le Magasin pittoresque», assiste sans doute à quelques représentations d’opérettes de Lecocq ou d’Offenbach jouées à Saint-Brieuc lorsqu’il y habitait, pratique des classiques de la littérature enfantine comme le Robinson suisse de Wyss, Fenimore Cooper, Jules Verne, Florian, Molière ou Töpffer. Les lectures scolaires (Goethe), le Romantisme européen, la philosophie et la psychologie de son époque (Ribot, Taine), les sciences (Haeckel, Lord Kelvin) et la littérature ésotérique (Péladan, Papus) forment ainsi la plus grande part d’un bagage littéraire hétéroclite. La bibliothèque officieuse de Jarry n’est donc pas celle d’un savant, ni d’un auteur strictement attaché au canon symboliste; sa culture est hétérogène, contingente, partielle, et c’est souvent dans les revues mêmes auquel il participe qu’il trouve son inspiration.

 

39Cette tension entre une bibliothèque collective, patrimoine d’une communauté, et une bibliothèque personnelle, fruit d’un parcours de lecteur anarchique, explique le caractère hétérogène et chaotique que peut prendre la bibliothèque de Jarry. La bibliothèque que décrit Salmon ou que Jarry met en scène dans Faustroll est le produit de son appartenance à une multitude de communautés: celle des élèves de l’Éducation nationale; celle des croyants; celle des artistes d’avant-garde; celle des écrivains «pour rire» (catégorie dans laquelle on le range après Ubu roi); celle d’un Breton de la fin du xixe siècle exilé à Paris… Cette fragmentation est également liée à la compartimentation des savoirs, liée à la spécialisation croissante des métiers et des sciences. Mais, d’une certaine manière, à travers leurs bibliothèques hétérogènes, Jarry, Gourmont et Schwob tentent paradoxalement de retrouver le principe des bibliothèques humanistes de la Renaissance, censées former un microcosme du savoir universel.

40On notera également que les deux manières, pour la bibliothèque, de fonder l’œuvre, en tant qu’espace littéraire ou en tant que source d’éléments à réintégrer, coïncident avec les deux pôles de la bibliothèque symboliste: communautaire et singularisante. Il peut être intéressant de remarquer que ces pôles peuvent aussi correspondre, du moins en partie, à une opposition entre la communication littéraire en réseau de l’avant-garde et la communication publique du marché de l’édition, aux pôles artistique et divertissant de la pratique littéraire – comme si le collage était une manière d’intégrer dans l’œuvre légitime la part de culture populaire qui fait partie intégrante de l’identité de toute personne élevée dans une société moderne.

41Mais cette analyse ne concerne pas uniquement le petit milieu des écrivains symbolistes. C’est la société industrielle de cette époque qui valorise de plus en plus la singularisation, la mise en scène de soi: la bibliothèque est conçue comme une vitrine, un miroir de l’identité qui se doit d’être particulière; elle ne se cache plus dans les études, mais paraît dans les salons, sur les tables basses, dans les bibliographies, les listes d’ouvrages conseillés. On fait la réclame dans les journaux et les revues pour les bibliothèques portatives, les reliures, les collections de romans; le marché de l’édition se construit en proposant aux particuliers de composer des collections et de s’entourer de livres. Il faudrait une étude de la place de l’imprimé dans les demeures bourgeoises pour mesurer cet impact. Ces écrivains s’inscrivent dans un mouvement qui les dépasse.

Notes

1 A. Salmon, Souvenirs sans fin, Paris, Gallimard, 1955, p. 150.

2 G. Apollinaire, Le Flâneur des deux rives, Paris, Gallimard, 1975, p. 90. Jarry lisait apparemment Rabelais dans l’édition de Burgaud des Marets et Rathery, Œuvres de Rabelais, chez Firmin Didot, parue en 1870; on y trouve des termes et des détails en notes qu’il réutilise dans Le Surmâle en 1902.

3 Voir la liste complète dans Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», 1972, p. 660 [désormais ŒC I, II ou III].

4 Voir ŒC III, p. 532.

5 Lettre à Claude Terrasse, fin janvier 1907, dans ŒC III, p. 641.

6 Voir le Journal intime d’Apollinaire, cité par P. Besnier, Alfred Jarry, Paris, Fayard, 2005, p. 527.

7 Testament olographe d’Alfred Jarry, 28 mai 1906, reproduit dans J. et É. Surcouf, Jarry, Autour d’un testament, Archives départementales de la Mayenne, Laval, 2007, pp. 14-15.

8 Voir A. Vaillant, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2011, pp. 269, 280 et 339 (le «système avant-gardiste»).

9 J. Schlanger, La Mémoire des œuvres, Lagrasse, Verdier, 2008, p. 104.

10 P. Citti, La Mésintelligence, Saint-étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2000, p. 62.

11 R. de Gourmont, Stéphane Mallarmé, «Promenades littéraires», quatrième série, Souvenirs du Symbolisme et autres études (1912), dixième édition, Paris, Mercure de France, 1927, p. 13.

12 Voir les chapitres III et XIV d’À rebours.

13 F. Barbier, Patrimoine, production, reproduction, «Bulletin des Bibliothèques de France», 2004, n. 5, pp. 11-20 [http://bbf.enssib.fr].

14 E. Stead, La Chair du livre: matérialité, imaginaire et poétique du livre fin-de-siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, «Histoire de l’imprimé», 2012, p. 317.

15 Paul Valéry, lettre à Pierre Louÿs, juin 1890, Correspondance Gide-Louÿs-Valéry, n. 183; citée par N. Celeyrette-Pietri, «Comment se défaire de Rimbaud…!», «Rimbaud vivant», n. 46, juin 2007, p. 7.

16 Voir P. Verlaine, Les Poètes maudits (1884), nouvelle édition ornée de six portraits par Luque, Paris, Vanier, 1888. B. Fisher signale le parallélisme entre les goûts de Verlaine et ceux de Jarry dans The Pataphysician’s Library. An Exploration of Alfred Jarry’s Livres pairs, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 46.

17 D’autres dîners eurent lieu jusqu’en 1905; voir J. Schuh, Les dîners de la Plume, «Romantisme», n. 137, 2007, pp. 79-101.

18 L. Deschamps, Lettre à Stéphane Mallarmé, Paris, 23 janvier 1893, dans S. Mallarmé, Correspondance, t. VI, Paris, Gallimard, 1981, p. 36.

19 Voir P. Murphy, Rabelais and Jarry, «The French Review», vol. LI, n. 1, octobre 1977, pp. 29-36.

20 Voir ŒC  I, p. 467.

21 Voir B. Fabre, L’Art de la biographie dans “Vies imaginaires” de Marcel Schwob, Paris, Champion, 2010.

22 Voir R. de Gourmont, “Notice” du Miracle de Théophile, «L’Ymagier», n. 5, octobre 1895, p. 11 et C. Nisard, Histoire des livres populaires ou de la littérature du colportage, t. I, deuxième édition, Paris, Dentu, 1864, pp. 153 sqq.

23 Voir N. Heinich, L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005, pp. 174 et 196.

24 R. de Gourmont, Le Livre des masques, t. I, «Mercure de France», 1896, pp. 12-13.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search