Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

2e partie:Usages de la lecture et création

Blaise Cendrars, l’Errant des bibliothèques

Claude Leroy

Texte intégral

  • 1 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale, Paris, Gallimard, 1956, pp. 90-9 (...)

On a la bibliothèque que l’on mérite! Vingt fois j’ai essayé de m’en constituer une et je n’ai jamais pu y réussir: je n’en ai donc pas1.

1C’est par une fin de non-recevoir que Blaise Cendrars a répondu à l’enquête qu’avait lancée Raymond Queneau sur la constitution d’une bibliothèque idéale. C’était en 1956 et Queneau avait adressé un questionnaire à deux cents écrivains ou personnalités diverses pour leur demander quels étaient, selon eux, les cent titres que tout «honnête homme» se devait d’avoir lus. Les titres étaient à prendre parmi des ouvrages de littérature ou de philosophie et, pour faciliter le choix, l’enquête était accompagnée d’un mémorandum de trois mille cinq cents titres. Sur les deux cents destinataires sollicités, une quarantaine a répondu d’une façon positive à l’enquête, une vingtaine pour mettre en cause le jeu qu’on leur proposait. Le refus de Cendrars est l’un des plus désinvoltes. Ayant échoué à se constituer une bibliothèque, comment pourrait-il se mêler de «meubler» celle des autres? À première vue, on ne saurait lui donner tort.

2De la bibliothèque personnelle de Cendrars et de son histoire, on sait peu de choses et, comme toujours chez lui, la légende sur mesure se mêle vite à la réalité des faits. Mais la passion du livre n’a jamais fait de lui un collectionneur. Ce qui reste de sa bibliothèque est conservé aujourd’hui, avec ses dossiers personnels, aux Archives littéraires suisses de Berne, et son inventaire est plutôt décevant. On y découvre beaucoup de services de presse reçus dans l’après Seconde guerre mondiale, des envois d’amis (Gustave Lerouge, Cocteau, Jouhandeau…) et quelques livres, en nombre restreint, qui l’ont accompagné tout au long d’une vie mouvementée, comme une Bible qui appartenait à sa mère ou un exemplaire russe de L’Idiot qu’il avait commencé à traduire. Rien, en somme, d’une bibliothèque construite selon ses goûts ou qui permettrait de mieux entrer dans son atelier d’écrivain.

3De cette absence de bibliothèque, Cendrars rend d’abord responsable la vie qu’il a menée: beaucoup de voyages à travers le monde, des déménagements à répétition en France avec les pertes qui s’ensuivent inévitablement et il n’a été le propriétaire d’aucun des lieux où il a résidé. Sans fortune personnelle ni revenus fixes, vivant de sa plume avec les hauts et les bas qui s’ensuivent, il a souvent connu des jours de «purée» qui l’ont contraint à se séparer de ses livres les plus précieux. Pour comble d’infortune, la petite «maison des champs», dont il disposait entre les deux guerres dans le village du Tremblay-sur-Mauldre (Seine-et-Oise), a été pillée durant l’Occupation par les Allemands, qui ont mis à sac ses dossiers et ses livres. Impossible en conséquence d’établir ce que pouvait contenir cette bibliothèque saccagée.

  • 2 B. Cendrars, Bourlinguer [1948], Œuvres autobiographiques complètes, Paris, Gallimard, «Bibliothèq (...)
  • 3 Ibidem, p. 363.

4La suite relève de l’épopée, en particulier quand Cendrars évoque sa jeunesse aventureuse dans Bourlinguer. Il se déplaçait sans cesse mais emportait toujours avec lui «dix caisses immenses et immensément lourdes2» qui contenaient des livres achetés dans le monde entier. Durant des années, il raconte avoir «trimballé» ces caisses dans tous ses voyages jusqu’à ce qu’un camarade de trimard, un nommé Korzakow, l’«ampute»3 de ses livres en les vendant pour son propre compte à Anvers. «Amputer» est un verbe qui frappe sous la plume de celui que la Grande Guerre a rendu manchot, mais s’il présente la perte de ses livres comme une mutilation avant l’heure, c’est en connaissance de cause: le poète de la main gauche a payé cher pour apprendre qu’une perte peut être libératrice.

  • 4 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale cit., p. 91.
  • 5 Voir notamment B. Cendrars, Sous le signe de François Villon [1939], Œuvres autobiographiques comp (...)

5Toujours est-il que ce poète sans bibliothèque se refuse à «meubler» (c’est son mot) celle des autres, «comme le faisait à New York, ajoute-t-il pour enfoncer le clou, un ami qui a gagné une fortune en casant des tonnes cubiques de Classiques, rien que des éditions princeps, chez des millionnaires illettrés»4. Cette dernière comparaison, peu flatteuse pour l’«honnête homme» de 1950 auquel songe Queneau, rend manifeste que c’est le principe même de l’enquête qui agace Cendrars. Penser pour les autres, se proposer de régenter leurs rayonnages n’est pas l’affaire d’un écrivain tel qu’il le conçoit. C’est bon pour les profs, ces donneurs de leçons qu’il rudoie volontiers5. Le pire est que les résultats de cette enquête risquent de tomber dans les mains d’autres «millionnaires illettrés» pour qui une bibliothèque précisément n’est qu’un meuble, qui ne lisent pas mais accumulent des livres sous vitrine pour en faire parade auprès de leurs visiteurs. Prétendre programmer la lecture d’autrui risque fort de tourner à l’affaire de dupes. Mais il y a plus grave que de soumettre le plaisir de lire à un principe d’autorité.

La lecture buissonnière

  • 6 Ibidem, p. 130.
  • 7 Id., Bombay-Express, dans Dix-neuf poèmes élastiques [1919], Du monde entier au cœur du monde. Poé (...)

6Ce qui déplaît sans doute le plus à Cendrars dans le projet d’une bibliothèque idéale est son manque d’ambition. Dresser une liste de livres, quand bien même on l’étendrait de cent à trois mille cinq cents titres, c’est toujours consentir à un dénombrement fini. Et couper les ailes à «l’inassouvissement pharamineux des désirs6» qui caractérise un vrai lecteur. À quoi bon composer une bibliothèque si elle n’ouvre pas sur l’infini? Comment lire sans inconnu devant soi? C’est ce que donne à entendre un vers d’un des Dix-neuf poèmes élastiques: «Je ne lis plus les livres qui ne se trouvent que dans les bibliothèques»7.

  • 8 Id., Bourlinguer cit., p. 363.
  • 9 Ibidem, p. 62.
  • 10 Id., L’Homme foudroyé [1945], Œuvres autobiographiques complètes cit., t. I, pp. 470-471.
  • 11 Ibidem, p. 471.

7Quand on est depuis l’enfance un «intoxiqué de l’imprimé» auquel il faut sa «dose journalière»8, on sait que l’étincelle peut jaillir de la plus imprévisible et de la plus modeste des lectures. Loin de l’école, la «lecture désordonnée» est devenue la grande préoccupation de sa vie, probablement à la suite de son ancêtre lointain, Thomas Platter, ce petit chevrier suisse qui fit ses humanités en vagabondant à travers l’Europe et se lia avec Érasme et Calvin9. Quand Cendrars se rend au Brésil, qu’il considère comme sa seconde patrie spirituelle, il aime «flâner dans les librairies de quartier et les papeteries du coin», pour «voir ce que les gens du pays lisent, non pas les grands auteurs, mais les romans d’aventure, les feuilletons sentimentaux, les clefs des songes, les brochures de colportage et autres imprimés de même acabit comme Gustave Le Rouge en a tant signés10». C’est ainsi qu’un «gros bouquin sur les Fantômes, les Apparitions, les Évocations, les leurres de la fée Morgane, les amours de la Dame Blanche» et autres incongruités, qui ne se trouve dans aucune «bibliothèque distinguée», l’a fait «pénétrer plus avant dans l’âme du Brésil que n’importe quelle publication d’un membre de l’Académie brésilienne, poème, drame, roman, thèse historique ou étude folklorique»11. L’esprit souffle où il veut, aime-t-il répéter. Et un gros bouquin de compilation comme celui qui l’enchante au Brésil peut remplacer avantageusement toute une bibliothèque et, par la même occasion, vous délester de bien des livres.

8En fin de compte, Korzakow l’indélicat a rendu sans le vouloir un grand service à son compagnon de route. Rien n’est plus précieux que d’être délesté de ses caisses de livres, si ce n’est de s’en délester soi-même. Accumuler des livres pour s’en faire une bibliothèque fait bientôt de vous un propriétaire et Cendrars n’aime pas posséder. On est vite possédé par ce qu’on possède, et possédé prend alors un sens maléfique ou diabolique. L’humeur de Cendrars s’accorde davantage à celle de saint Jean de la Croix, dont il a traduit ces vers:

  • 12 Id., Le Lotissement du ciel [1949], Œuvres autobiographiques complètes cit., t. II, p. 572.

Pour parvenir à posséder le tout
Ne veuille posséder quelque chose en rien12.

9La bibliothèque importe moins que la lecture qu’elle permet, mais encore faut-il que cette lecture se change en vie. Avec l’univers des livres, Cendrars entretient une sorte de contradiction intime, un double lien vertigineux dont il a découvert la formule chez Ovide: Nec sine te nec tecum vivere possum. Sans doute le poète latin s’adresse-t-il à une femme et lorsque Cendrars a repris cette formule, en 1929, pour la placer en épigraphe de son roman Dan Yack, c’était lui aussi pour la dédier à une femme, Raymone, qu’il aimait d’amour lointain. Mais chez cet impatient définitif, l’aphorisme d’Ovide déborde la vie sentimentale pour se transposer en règle de vie: on ne peut pas vivre sans livres et l’on ne peut pas vivre non plus avec des livres – surtout s’ils s’amassent en bibliothèque.

  • 13 R. de Gourmont, La dissociation des idées, dans Id., La Culture des idées, Paris, Mercure de Franc (...)

10Pour sortir de l’impasse, il est tentant de recourir à l’une de ces dissociations d’idées que Cendrars admirait tant chez Remy de Gourmont13, qu’il s’était choisi pour maître à vingt ans. Dans la proposition de Queneau, dissocions donc «bibliothèque» et «idéale» pour mieux les réunir mais tout autrement. Au projet autoritaire et stérile de bibliothèque idéale, le lecteur selon Cendrars pourra alors objecter son idéal de la bibliothèque. Un autre aphorisme, emprunté cette fois à Lichtenberg, peut nous mettre sur la voie:

  • 14 G.C. Lichtenberg, Aphorismes, Paris, Pauvert, «Libertés», 1966, pp. 56-57.

Sa bibliothèque lui était devenue trop courte — comme une veste. C’est un fait que les bibliothèques peuvent devenir trop étroites ou trop longues pour l’esprit14.

11Ni trop courte ni trop longue, ce qu’il faudrait pour éviter ce problème de mesures, c’est une bibliothèque qui puisse être, à la demande, extensible ou rétractile, en somme, une bibliothèque élastique.

Une bibliothèque élastique

  • 15 G. Apollinaire, Le Flâneur des deux rives [1918], Œuvres en prose complètes, t. III, Paris, Gallim (...)

12Dans Le Flâneur des deux rives, Apollinaire évoque «un lecteur singulier qui était un amateur de bibliothèques»15. C’est dans celle du Musée social, rue Las-Cases, qu’il a rencontré ce personnage qui parcourt le monde mais ne rapporte de ses voyages que des souvenirs de bibliothèques et lui confie:

Je me souviens de lassitudes profondes dans ces villes où j’errais et afin de me reposer, de me retrouver en famille, j’entrais dans une bibliothèque.

  • 16 B. Cendrars, Bourlinguer cit., p. 364.

13Et ce singulier voyageur de dresser la liste impressionnante des bibliothèques – pas moins de dix-sept – qui composent sa «famille». Elles l’ont conduit de Paris à New York en passant par Lyon, Nice, Quimper, Oxford, Iéna, Cassel, Neuchâtel, Saint-Pétersbourg, Helsingfors, le wagon promenoir du transsibérien, Fort-de-France et la bibliothèque personnelle du savant Edison. Apollinaire ne donne pas le nom de celui qu’il présente comme «l’Errant des bibliothèques». Il faudra attendre la parution de Bourlinguer en 1948, trente cinq ans après la chronique d’Apollinaire, pour que Cendrars se reconnaisse dans ce collectionneur non pas de livres mais de bibliothèques16.

14Collectionner les bibliothèques du monde, voilà qui donne une belle extension au désir de lire! Et elle transforme en vases communicants une double vocation de voyageur et de lecteur. Cette façon de bourlinguer ouvre à l’Errant une bibliothèque infinie qui rend mesquine toute accumulation privée. Reste toutefois à organiser les trajets pour éviter la fringale. Quand il se rend d’une bibliothèque à l’autre, le boulimique doit disposer d’un en-cas. Le remède s’est vite imposé à lui. De même que le macrocosme se mire dans le microcosme, il suffit de mettre la bibliothèque indéfinie au miroir d’une bibliothèque miniature que l’Errant puisse emporter partout avec lui.

  • 17 Ibidem, p. 365.
  • 18 Id., L’Homme foudroyé cit., p. 456.

15Dans le soufflet de sa voiture Cendrars a donc inséré «une petite bibliothèque portative faite de quelques milliers de pages arrachées dans les ouvrages les plus divers, enveloppées dans une peau de chien et maintenues par une sangle»17. Rien de plus éclectique que cette anthologie personnelle. Des poèmes, de la Cantilène de sainte Eulalie à l’Ascenseur Dada, «un chapitre bien tassé sur les femmes», Brantôme, Schopenhauer, Odon de Cluny, des «aveux troublants (genre: Mon cœur mis à nu) ou extraordinaires (comme la maladie de Jack London) arrachés dans des confessions et des rapports médicaux, scientifiques ou judiciaires, en tout deux-trois mille pages dépareillées, sanglées dans une peau de chien rouge, la même que celle inusable de ma carrosserie»18

16Telles sont les formes extrêmes d’un idéal de bibliothèque élastique qui est à même de conduire son lecteur «du monde entier au cœur du monde». La formule est chère à Cendrars qui en a fait le titre de ses poésies complètes.

Une espèce de mouvement perpétuel

  • 19 Id., Bourlinguer cit., p. 360.
  • 20 Ibidem, p. 364.
  • 21 Ibidem.

17Du monde entier au cœur du monde, et du cœur du monde au monde entier, le mouvement se relance en boucle, et il est riche en étapes, en surprises comme en occasions à saisir. Un «inguérissable lecteur de livres»19 doit savoir s’adapter aux circonstances et saisir les chances qui surgissent en chemin. En mer, par exemple, la bibliothèque de bord du Volturno ne comprenait que les œuvres complètes de Goethe et durant l’année qu’il a passée sur ce «sinistre cargo d’émigrants»20, le voyageur n’aura lu que du Goethe, et en allemand. À bord d’un autre, il a lu tout Kipling, en anglais. À bord d’autres encore, tout Dostoïevski, en russe comme il se doit, ou saint Jean de la Croix, en espagnol. Ailleurs encore, l’«intoxiqué» aura pris ses doses journalières chez Jack London, Zola ou Balzac, qu’il ne cesse de relire depuis ses dix ans21.

  • 22 Ibidem, p. 363.
  • 23 Id., L’Homme foudroyé cit., p. 425.

18Quand Cendrars fait escale, il lui arrive de tomber à l’improviste chez des amis qui se demandent ce qu’il vient faire chez eux. Il vient tout simplement «dévorer leur bibliothèque avec frénésie, surtout si elle contient la collection des Mémoires de l’histoire de France ou des Chroniques de navigateurs lusitaniens»22. Ses proches ont fini par connaître ses goûts et même par deviner ceux qu’il n’affiche pas. Sa grande amie Paquita, une Gitane mexicaine entrée dans l’aristocratie française, possède une vaste propriété dans la banlieue de Paris. À la disposition exclusive de son visiteur elle a préparé toute une tour, appelée la Cornue. Cet étrange appartement vertical comporte deux bonnes douzaines de petites chambres sans portes ni fenêtres, réparties sur trois étages comme des alvéoles. Dans chacune des chambres Paquita a inséré des casiers remplis de livres qui portent tous les initiales du poète, B. C. au dos de leur reliure. Arrivé à l’improviste (il dispose d’une clef), le voyageur découvre que les casiers de gauche ne contiennent que des ouvrages mystiques et ceux de droite, rien que des ouvrages érotiques illustrés. Tout à la fois consterné et émerveillé d’avoir été si bien percé, Cendrars doit convenir que Paquita a touché juste: «Un poète c’est le ciel et l’enfer»23. Elle a compris qu’il était tiraillé, comme l’âne de Buridan, entre deux tentations entre lesquelles il est incapable de choisir.

  • 24 J.L. Borges, La Bibliothèque de Babel, dans Id., Fictions [1944], Œuvres complètes, t. I, Paris, G (...)
  • 25 B. Cendrars, L’Homme foudroyé cit., p. 410.

19Tandis que Cendrars décrit dans L’Homme foudroyé l’aménagement de la Cornue, à la même époque Jorge Luis Borges imagine la Bibliothèque de Babel. Dans une de ses Fictions, il la montre indéfiniment composée de galeries hexagonales, en somme, faite elle aussi d’alvéoles. «Chacun des murs de chaque hexagone porte cinq étagères; chaque étagère contient trente-deux livres, tous de même format; chaque livre a quatre cent dix pages; chaque page, quarante lignes, et chaque ligne, environ quatre-vingts caractères noirs»24. Chez Borges comme chez Cendrars, ces bibliothèques idéales portent l’esprit de système à son point de vertige et font plonger le lecteur dans un cauchemar carcéral. Paquita, l’organisatrice de la Cornue, peut à bon titre être présentée comme une «espèce de messagère de la mort25».

  • 26 Id., Bourlinguer cit., p. 363.
  • 27 Sur ces lectures de jeunesse voir B. Cendrars, Inédits secrets, Paris, Le Club français du livre, (...)

20Il n’a pas échappé à une hôtesse aussi perfectionniste que Cendrars est atteint de la rage de l’exhaustif. Les œuvres complètes le requièrent plus que tout: «j’ai le sadisme de vouloir épuiser un auteur en lisant non seulement tout ce qu’il a pu écrire, depuis A jusqu’à Z, mais encore tout ce qu’on a pu écrire sur lui!»26. C’est dans Bourlinguer – qui est pour ainsi dire son Éloge de la lecture –, qu’il fait cette confidence. Ses archives d’écrivain, à Berne, confirment que cette boulimie aura été précoce, de même que l’éclectisme avec lequel elle cherche à tromper sa faim. De nombreuses fiches, conservées dans ses dossiers, gardent trace d’une fréquentation assidue de la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg (1907-1909, 1911) et de la Central Library de New York (1912). Dans ses carnets de jeunesse, il dresse des bibliographies complètes, celle de Remy de Gourmont (ce qui ne surprend pas), mais aussi celles de l’écrivain suisse Carl Spitteler, du romancier allemand Hanns Heinz Ewers ou de Thérèse d’Avila. La Patrologie de Migne voisine avec les Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre et une bibliographie exhaustive d’Octave Uzanne27.

21Lire, lire sans cesse, partout, sans ordre, toutes sortes de livres ou d’imprimés et dans le plus grand nombre de langues possibles, voilà qui entre dans un idéal de bibliothèque élastique peu compatible avec les visées d’une bibliothèque idéale. Et c’est dans cet esprit de vagabondage qu’il termine sa réponse narquoise à l’enquête de Queneau:

  • 28 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale cit., p. 91.

Personnellement, je lis tout ce qui me tombe entre les mains; n’ayant aucune suite dans les idées, les livres sont pour moi une espèce de mouvement perpétuel et une bibliothèque, une pile atomique28.

  • 29 B. Cendrars, Bourlinguer cit., p. 295.

22Tout aussi frappante que son absence de méthode, est la violence qui marque ces façons de lire. Arracher des pages, dévorer une bibliothèque avec frénésie, épuiser un auteur avec sadisme, sans oublier l’autodafé de la collection complète du Mercure de France avec laquelle il aurait allumé à Pékin le calorifère du chauffage central de l’hôtel des Wagons-Lits… Par provocation il aurait même raconté l’épisode à Gourmont, le maître à penser de cette prestigieuse revue29. Si l’on en juge par le vocabulaire employé par Cendrars, lire n’a rien d’un divertissement  pour lui: c’est une affaire de vie ou de mort, et la violence de cet enjeu se propage de la lecture à l’écriture elle-même.

Écrire pour effacer

  • 30 Ibidem, p. 302.

23S’il n’y prend garde, la bibliothèque peut être un tombeau pour le lecteur. Celui qui s’y aventure prend le risque de s’y voir emmurer ou ensevelir. Pierre Reverdy aurait confié un jour à Cendrars que, chaque fois qu’il entrait dans la salle de lecture de la Bibliothèque nationale, il avait une sensation d’étouffement et qu’il était pris d’une envie de faire son trou dans ce capitonnage de livres pour retrouver la lumière. «C’est peut-être pourquoi il a publié une plaquette, La Lucarne ovale, pour respirer»30.

  • 31 F. Lacassin raconte cette découverte dans Les poèmes du Docteur Cornélius, appendice à G. Le Rouge(...)
  • 32 Voir M. Butor, À propos de “Documentaires”, Neuchâtel, À la Baconnière, «Continent Cendrars», n. 5 (...)

24Percer un trou dans la bibliothèque pour ne pas succomber sous le poids des livres: serait-ce cela écrire pour l’Errant? Une question de vie ou de mort, à n’en pas douter, car c’est d’effacer toute la bibliothèque qu’il s’agit quand on entreprend d’écrire. Chaque page qu’on arrache à la muraille de livres est un gage de survie, mais un gage précaire. C’est ce qui donne son enjeu le plus secret à la pratique du collage chez Cendrars, et à son exemple le plus fameux. En 1924, il a publié Kodak, un recueil de poèmes dont on n’apprendra que quarante ans plus tard, grâce à Francis Lacassin, qu’ils ont été prélevés dans un roman-feuilleton de Gustave Le Rouge31. Réduire les dix-huit fascicules que comprend Le Mystérieux Docteur Cornélius à quelques poèmes, voilà qui permet au lecteur de respirer. Plus qu’un cas limite, cette aventure fascinante est le révélateur d’une entreprise plus fondamentale, qui touche au paradoxe. En écrivant poèmes, romans ou chroniques, Cendrars ne se propose pas d’ajouter à la bibliothèque universelle: il écrit pour effacer32.

25Quand il lit en lecteur dévorant, c’est pour détourner, isoler, recueillir, combiner, s’approprier ce qu’il prélève. Et cette activité qu’il compare à celle d’une taupe qui creuse trouve, on l’a vu, une métaphore – résolument provocatrice – dans la bibliothèque portative sanglée dans une peau de chien que le voyageur emporte dans sa voiture. Mais c’est ainsi qu’il conçoit le travail de l’écrivain: un livre est toujours une compilation, autant dire un trou percé dans une bibliothèque. Reste à comprendre, il est vrai, comment certains compilateurs se changent en alchimistes.

  • 33 F. Picabia, Caravansérail, Paris, Belfond, 1975. Ce récit écrit en 1924 est resté inachevé.

26Dans sa jeunesse, Cendrars a dévoré tout Huysmans et il s’est pris de passion pour À rebours. De toute évidence, le collectionneur de bibliothèques qu’il est devenu n’est pas sans cousinage d’humeur avec Des Esseintes, cette figure absolue du collectionneur. Pourtant la question du livre ultime les sépare. Au terme de ses expériences, Des Esseintes a décidé de fermer sa bibliothèque sur un recueil de poèmes en prose dont il a composé l’anthologie. En revanche, rien ne saurait arrêter l’Errant des bibliothèques pour qui voyager, lire, écrire ne sont rien d’autre que des opérations converses et interminables. Ce n’est pas sans raisons d’écriture que Francis Picabia a pu qualifier Cendrars de Suisse errant33. Le placer dans la lignée fatale d’Ahasvérus, malice à part, c’était bien vu. Tant qu’il y aura des bibliothèques à effacer, l’Errant courra le monde, comme un poète qui veut vivre.

Notes

1 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale, Paris, Gallimard, 1956, pp. 90-91.

2 B. Cendrars, Bourlinguer [1948], Œuvres autobiographiques complètes, Paris, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», t. II, 2013, p. 53.

3 Ibidem, p. 363.

4 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale cit., p. 91.

5 Voir notamment B. Cendrars, Sous le signe de François Villon [1939], Œuvres autobiographiques complètes cit., t. I, 2013, pp. 11-13.

6 Ibidem, p. 130.

7 Id., Bombay-Express, dans Dix-neuf poèmes élastiques [1919], Du monde entier au cœur du monde. Poésies complètes, Paris, «Poésie-Gallimard», 2006, p. 112.

8 Id., Bourlinguer cit., p. 363.

9 Ibidem, p. 62.

10 Id., L’Homme foudroyé [1945], Œuvres autobiographiques complètes cit., t. I, pp. 470-471.

11 Ibidem, p. 471.

12 Id., Le Lotissement du ciel [1949], Œuvres autobiographiques complètes cit., t. II, p. 572.

13 R. de Gourmont, La dissociation des idées, dans Id., La Culture des idées, Paris, Mercure de France, 1900, pp. 69-106.

14 G.C. Lichtenberg, Aphorismes, Paris, Pauvert, «Libertés», 1966, pp. 56-57.

15 G. Apollinaire, Le Flâneur des deux rives [1918], Œuvres en prose complètes, t. III, Paris, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», 1993, pp. 34-37. Cette plaquette posthume recueille une chronique d’Apollinaire parue dans le Mercure de France le 16 février 1913. C’est Cendrars qui a corrigé les épreuves de l’édition originale aux Éditions de la Sirène.

16 B. Cendrars, Bourlinguer cit., p. 364.

17 Ibidem, p. 365.

18 Id., L’Homme foudroyé cit., p. 456.

19 Id., Bourlinguer cit., p. 360.

20 Ibidem, p. 364.

21 Ibidem.

22 Ibidem, p. 363.

23 Id., L’Homme foudroyé cit., p. 425.

24 J.L. Borges, La Bibliothèque de Babel, dans Id., Fictions [1944], Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», 1993, pp. 491-498.

25 B. Cendrars, L’Homme foudroyé cit., p. 410.

26 Id., Bourlinguer cit., p. 363.

27 Sur ces lectures de jeunesse voir B. Cendrars, Inédits secrets, Paris, Le Club français du livre, 1969.

28 R. Queneau (enquête présentée par), Pour une bibliothèque idéale cit., p. 91.

29 B. Cendrars, Bourlinguer cit., p. 295.

30 Ibidem, p. 302.

31 F. Lacassin raconte cette découverte dans Les poèmes du Docteur Cornélius, appendice à G. Le Rouge, Le Mystérieux Docteur Cornélius [1912-1923], Paris, Robert Laffont, «Bouquins», 1986, p. 1180-1247.

32 Voir M. Butor, À propos de “Documentaires”, Neuchâtel, À la Baconnière, «Continent Cendrars», n. 5, 1990, pp. 41-51.

33 F. Picabia, Caravansérail, Paris, Belfond, 1975. Ce récit écrit en 1924 est resté inachevé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search