Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

2e partie:Usages de la lecture et création

Gabriel Marcel: bibliothèque personnelle ou bibliothèque professionnelle?

Anne Verdure-Mary

Texte intégral

  • 1 Le fonds Gabriel Marcel est conservé à la BnF, au département des Manuscrits, sous la cote Naf 283 (...)

1Gabriel Marcel (1889-1973) se convertit au catholicisme en 1929, alors que sa pensée philosophique est déjà constituée. Outre son activité de philosophe, il est aussi auteur dramatique, critique littéraire, dramatique et musical, et éditeur chez Plon, champs de travail tous susceptibles de figurer dans sa bibliothèque. Or celle-ci a été dispersée entre ses héritiers: il nous faut donc la reconstituer de manière purement virtuelle, et forcément partielle. Même dans le cas d’une bibliothèque physiquement sauvegardée, il existe une distinction entre bibliothèque matérielle et lectures d’un auteur. Diverses sources, essentiellement manuscrites, permettent, sinon de reconstituer cette bibliothèque, du moins de tracer les grands axes des lectures de Marcel: ses notes de lecture, ses écrits, ainsi que sa correspondance1.

La bibliothèque de Gabriel Marcel de son vivant et son devenir

2D’après le témoignage de son petit-fils Henri Marcel, la bibliothèque était rangée par genres, et à l’intérieur de chaque genre par ordre alphabétique des auteurs. À la mort de Marcel, la bibliothèque a été dispersée entre son fils et ses petits-enfants, chacun ayant emporté les livres du domaine qui le concernait le plus: la philosophie pour l’une, la littérature anglo-américaine pour l’autre, le théâtre pour un autre… On trouve donc différents «gisements» qui permettent de se faire une idée générale de sa constitution initiale, et permettent de dégager quelques grands axes.

3Une quarantaine de livres de théâtre, pour la plupart des exemplaires avec envois des auteurs, sont arrivés par don à la BnF: donnés à la mort de Marcel à son neveu, Lucien de Sainte-Lorette, ils ont été restitués à la famille Marcel à la disparition de celui-ci. Ce sont les seuls livres ayant appartenu à Gabriel Marcel dont nous disposons. Cependant, la présence d’un livre dans une bibliothèque n’entraîne pas nécessairement lecture (et, à l’inverse, l’absence de traces écrites n’équivaut pas forcément à une absence de lecture). Grâce aux quelques livres conservés au département des Manuscrits, et aux témoignages de la famille de Gabriel Marcel, nous savons que ce dernier n’écrivait rien sur ses livres, et on ne trouve pas de feuillets annotés intercalés entre les pages. La seule marque de lecture consiste dans les pages, coupées ou non, ou même partiellement coupées parfois.

4Dans sa jeunesse, Marcel dévore toutes sortes de livres, ce dont témoigne sa correspondance avec son ami Jean Wahl, ou encore avec sa tante: lectures philosophiques et littérature, notamment anglaise et allemande, dans les lettres à Wahl; dans ses lettres à sa tante, romans et pièces de théâtre français, auxquels elle a accès plus facilement.

  • 2 Il s’en plaint notamment dans une lettre à Erik Kuehnelt-Leddihn le 23 novembre 1966 (BnF, Mss, NA (...)
  • 3 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre du 10 mai 1968 à Robert Rochefort, au sujet du livre de R. Rochefort, (...)

5À partir du milieu des années 1960, Marcel se plaint de la baisse de sa vue2, ce qui constitue une rupture importante dans sa vie: ses difficultés à lire modifient considérablement son rapport aux livres et à la lecture, et le rendent dépendant d’autrui (famille ou secrétaire). Ses plaintes sont récurrentes dans sa correspondance, il se désole de ne pouvoir lire ce que ses amis lui envoient, que ce soient des livres ou des manuscrits pour avis et corrections. Il prend alors connaissance d’un texte essentiellement grâce à la lecture à voix haute que lui font des proches. Pour les gros ouvrages en particulier, il ne s’agit donc que d’une lecture partielle, ce qui restreint son accès à certains pans de la littérature ou de la philosophie: «Je tâcherai de me faire lire un ou deux chapitres essentiels, mais ce ne sera sûrement pas suffisant pour me permettre d’écrire un article»3.

Le primat de la philosophie

6La philosophie constitue le domaine d’intérêt principal de Marcel, sur le plan professionnel. Si nous ne disposons pas de livres de philosophie lui ayant appartenu, sa correspondance et ses propres critiques, textes et entretiens, aident à déterminer quels ouvrages sont les plus fréquentés de sa bibliothèque.

  • 4 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Arthur Hubscher, 18 mai 1961: «ça m’aurait vivement intéressé d’avoi (...)

7Les grands classiques de la philosophie trouvent évidemment une place de choix sur ses rayonnages: il commence une thèse, qu’il ne termine jamais, consacrée à Coleridge et Schelling. Il lit un peu Kierkegaard qu’il découvre essentiellement par l’entremise de son ami Jean Wahl, mais moins que l’on pourrait croire pour un philosophe de l’existence; Schopenauer l’a beaucoup inspiré4; Nietzsche reste pour lui une référence incontournable. Il est généralement «rebuté» par les grands systèmes quels qu’ils soient, notamment ceux de Spinoza et Hegel, qu’il a évidemment lus pendant ses études mais n’apprécie pas.

  • 5 G. Marcel, W.E. Hocking et la dialectique de l’instinct, «Revue philosophique de la France et de l (...)

8Parallèlement à la philosophie allemande, il s’intéresse de très près à la philosophie idéaliste anglo-saxonne: dans ses lettres à Wahl, on voit Marcel faire découvrir Bradley à son ami dans les années 1920. Marcel écrit dans sa jeunesse un texte sur «La Métaphysique de Royce», publié en 1945: de nombreuses notes témoignent de l’attention portée aux textes du philosophe américain pour ce travail. Enfin, il lit aussi assidument la philosophie de William Ernest Hocking5. Il dédie d’ailleurs son Journal métaphysique, qui constitue son premier ouvrage philosophique publié en 1927, à Bergson et Hocking. Marcel reconnaît en effet Bergson comme un des principaux philosophes de son temps, même s’il lui reproche de ne pas aller assez loin dans l’ouverture à la spiritualité.

  • 6 Gabriel Marcel rencontre Blondel en mars 1932 puis, en 1933, rentre dans les milieux jésuites blon (...)

9Parmi ses contemporains, il lit un certain nombre de philosophes dont les pensées se rapprochent de la sienne: Maurice Blondel (qu’il découvre au début des années 1930)6, Martin Buber, Ferdinand Ebner, Karl Jaspers, Jean Wahl, Simone Weil. Il apprécie particulièrement des philosophes mettant l’accent sur le tragique de l’existence humaine, comme Nicolas Berdiaev et Miguel de Unamuno.

  • 7 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Renato Giorda, 26 décembre 1968.

10Il lit également les ouvrages inspirés par ses propres recherches ou qui, au contraire, sont susceptibles de lui être utiles dans sa réflexion personnelle: en 1968 il remercie Renato Giorda pour l’envoi de son livre Psicologia delli avere: «Je suis très heureux de constater que vous avez tiré profit de mes recherches sur l’Avoir et que vous les avez prolongées»7. On voit là l’exemple de lectures qui s’enrichissent l’une l’autre.

  • 8 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean-Louis Gardies, de l’institut français de Hambourg, 28 février (...)
  • 9 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Peter Securius, 25 mars 1960.
  • 10 G.K. von Dürkheim, Hara, centre vital de l’homme, traduit de l’allemand par A. Labzine, Paris, La (...)

11Il est en contact régulier avec des instituts français à l’étranger afin de découvrir, avant même leur traduction en français, de nouveaux ouvrages philosophiques. Ainsi, il se fait envoyer des livres de philosophes allemands en langue originale, par exemple un ouvrage de Gerhart Husserl et d’Adolf Reinach8. Il lit également en 1960 un livre de Karlfried von Durckheim, qu’il trouve très proche de ses propres recherches9 (cet auteur n’est traduit en français qu’à partir de 196410). Les conférences qu’il donne à l’étranger lui permettent également de rencontrer de nouvelles pensées et de nouvelles références. C’est le cas avec Jurgen Rausch, qu’il rencontre en Allemagne lors d’une émission télévisée:

  • 11 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Jurgen Rausch, 19 février 1964.

J’ai déjà lu une bonne partie du livre qui me paraît de la plus grande importance. […] Vous avez mis en lumière beaucoup plus clairement que je ne l’ai fait moi-même l’opposition entre l’homo technicus et l’homme en tant que représentant quelque chose qui le dépasse, et qui semble bien ne pouvoir s’exprimer que dans le mythe11.

12Il s’intéresse donc aux autres pensées en rapport avec la sienne: qu’elles soient proches, complémentaires ou qu’elles approfondissent certains aspects qu’il a lui-même à peine effleurés.

  • 12 Voir A. Verdure-Mary, Les rapports de Jean-Paul Sartre et de Gabriel Marcel: “le point de divergen (...)
  • 13 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aimé Patri, 6 juillet 1971.

13Gabriel Marcel prête aussi attention à ce qui s’écrit sous le terme d’existentialisme: sa philosophie ayant été, à son corps défendant, classée sous cette étiquette, il suit ce qui est édité dans ce domaine, notamment les écrits de Sartre, dont il n’est pas proche mais qu’il considère comme un philosophe important12. Un correspondant le remercie de lui avoir prêté L’Idiot de la famille13, qu’il avait donc dans sa bibliothèque.

  • 14 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Victor Erofeev, 10 novembre 1972.
  • 15 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Malaurie, 14 décembre 1955.

14Vers la fin de sa vie, il s’intéresse peu au structuralisme, qui s’apparente par trop, à ses yeux, au matérialisme14. Il manifeste cependant un grand intérêt pour l’œuvre de Lévi-Strauss, ce qui apparaît dans sa correspondance, notamment avec Jean Malaurie qui lui demande de «soutenir Tristes Tropiques de [sa] haute autorité»15.

  • 16 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Harvard University, 25 février 1964 («Les deux ouvrages que j’ai lus (...)
  • 17 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Henri-Charles Puech, 6 juillet 1961.

15De manière générale, Marcel est un homme de la première moitié du xxe siècle: s’il a été précurseur dans sa jeunesse, allant chercher à l’étranger des références encore peu connues en France, la philosophie contemporaine des années 1960 lui reste hermétique. Ses problèmes de vue ne lui permettent pas de lire de manière continue et fluide des ouvrages nouveaux. Cependant, alors qu’il a pris de l’âge et pourrait sembler dépassé, son manque de connaissance de certains nouveaux courants de pensée ne l’empêche pas de soutenir de jeunes philosophes. Il recommande notamment René Girard à l’Université de San Diego en 1963 et à l’Université d’Harvard en 196416. Parmi les philosophes de la génération suivante, le plus proche de lui est sans conteste Paul Ricœur, le seul qu’on puisse considérer comme son disciple. Il intervient en 1961 auprès de plusieurs professeurs au Collège de France pour que Ricœur y obtienne la chaire de Maurice Merleau-Ponty («À mon sens, personne parmi les hommes de sa génération ne peut lui être égalé sur le plan de la philosophie générale»)17.

La «bouffée d’air» de la littérature étrangère. Gabriel Marcel éditeur

  • 18 À la suite d’un changement de direction, la maison Plon lui ôte peu à peu le pouvoir sur la collec (...)
  • 19 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Philippe Jaccottet, 6 février 1958 («Monsieur, c’est connaissant vo (...)

16En parallèle de son activité de philosophe, Gabriel Marcel dirige chez Plon la collection de littérature étrangère «Feux croisés», au sous-titre évocateur: «Âmes et terres étrangères». À partir de 1927 et jusque vers le milieu des années 1960, soit presque 40 ans d’édition18, il suit donc de près les parutions de littérature étrangère et lit des manuscrits susceptibles de l’aider à alimenter cette collection. Sa connaissance approfondie de plusieurs langues (anglais, allemand, italien, espagnol) lui ouvre la porte de la littérature en langue originale (Philippe Jaccottet fait appel à lui pour l’aider dans une traduction de Musil en 195819). C’est cette connaissance des langues étrangères, tout comme son intérêt pour des cultures diverses, qui lui permet d’obtenir la direction de «Feux croisés», à la suite de son ami Charles Du Bos.

17Il édite des traductions de plusieurs langues: espagnol, italien, finnois, portugais, russe, grec, japonais même (Kawabata, Nuées d’oiseaux blancs), mais les domaines les plus représentés sont sans conteste les domaines allemand et anglo-saxon.

  • 20 Traduit du catalan par Bernard Lesfargues, publié chez Gallimard en 1962.
  • 21 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de C. Sandana au sujet du romancier et essayiste argentin Eduardo Mall (...)

18Marcel lit beaucoup dans un but de prospection, même quand ses lectures n’aboutissent pas à des publications. Il suit même des domaines assez rares: ainsi correspond-il avec un écrivain catalan, Joan Sales, qui le remercie le 2 avril 1962 pour son appréciation élogieuse de son roman Gloire incertaine, paru chez Gallimard peu auparavant20. Ces échanges donnent à Marcel l’occasion de se renseigner sur d’autres romans catalans «d’une qualité comparable». Il s’intéresse également à un livre du romancier et essayiste argentin Eduardo Mallea21.

  • 22 Georges A. Georgiadès le remercie de ce qu’il a fait pour la connaissance de la littérature grecqu (...)
  • 23 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Forster, 20 mars 1926: «I feel very grateful to you for all the tro (...)

19Cette collection connaît quelques beaux succès, parmi lesquels la série des Jalna, de Mazo de la Roche, La 25e heure, de Virgil Gheorghiu (préfacé par Gabriel Marcel) en 1949. Plon récupère l’écrivain grec Nikos Kazantzakis en 1954 (avec le titre Alexis Zorba22) et édite, parmi tant d’autres, Edward Morgan Forster (Route des Indes, 1927; Le Legs de Mrs. Wilcox, 1950…)23, Aldous Huxley (Contrepoint, 1930; Le Meilleur des mondes, 1933; La Paix des profondeurs, 1937), Graham Greene (L’Homme et lui-même, 1931), Somerset Maugham (Le Fil du rasoir, 1946; Il suffit d’une nuit, 1949), Tennessee Williams (Le Printemps romain de Mrs Stone, 1951), Doris Lessing (Vaincue par la brousse, 1953; Un Homme, deux femmes, 1967), Iris Murdoch (Dans le filet, 1957; Les eaux du péché, 1958), Ernst Jünger (Abeilles de verre, 1959; Orages d’acier, 1960)…

  • 24 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aurélien Sauvageot, 21 avril 1954.
  • 25 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Guy Jellinek-Mercédès, 17 avril 1954. Gabriel Marcel prête à Guy Je (...)
  • 26 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre au fils d’Emineh Pavrakan, 22 juin.
  • 27 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Kåre Foss, 25 juin 1957: «Je voudrais revenir une fois à votre idée (...)

20Au fil de la correspondance, on voit Marcel s’intéresser aux livres du hongrois Michel Babits (1954)24, à l’autrichien Heimito von Doderer25 dont il lit les ouvrages en langue originale (1954), aux nouvelles de l’auteur iranienne Emineh Pakravan (1960)26, ou même aux auteurs classiques norvégiens, tel Ibsen, dont il désire donner une bonne traduction27.

Goût personnel pour la littérature étrangère

  • 28 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Wahl, 30 novembre 1929.

21Dans sa bibliothèque, certains domaines étrangers sont particulièrement représentés, essentiellement liés aux langues maîtrisées par Marcel. Ses domaines de prédilection, dès sa jeunesse, sont la littérature anglo-américaine et la littérature allemande. Dans sa correspondance avec son ami Jean Wahl, il lui conseille des romans étrangers (notamment l’auteur anglais David Herbert Lawrence), ce dont Wahl se montre très reconnaissant: «vous me menez parmi la forêt des romans, en indiquant ceux auxquels il faut s’arrêter»28. Les classiques de la littérature anglaise comme Shakespeare, Thomas Hardy, George Eliot sont aussi très appréciés de Marcel, et présents dans sa bibliothèque. Dans le domaine de la littérature allemande, on trouve de nombreux poètes, notamment Rilke et Goethe, mais plutôt en traduction, ce qui semble étonnant car Marcel lisait parfaitement l’allemand. Le domaine espagnol est aussi présent, ainsi que le domaine russe (Dostoïevsky, Tchekhov…).

  • 29 Marcel possède Les vertes collines d’Afrique en traduction: les pages en sont découpées jusqu’à la (...)
  • 30 Il existe un exemplaire avec envoi autographe de l’auteur à Marcel du livre Le cœur est un chasseu (...)

22Grâce au témoignage d’Henri Marcel, qui a hérité principalement des livres de littérature américaine, nous avons une idée de ce que lisait Marcel dans ce domaine: il possédait les œuvres de Faulkner (les pages en sont toutes découpées). Il appréciait aussi beaucoup Hemingway29, Graham Greene, Carson Mc Cullers30, Flannery O’Connor, Steinbeck. On ne constate pas forcément de recoupements entre les auteurs présents dans la bibliothèque et ceux édités par Marcel chez Plon, ce qui signifie qu’ils sont présents par le goût qu’en a le philosophe, et non pour des raisons professionnelles. Ces livres sont présents soit en langue originale soit en traduction, selon les cas.

  • 31 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’ André Espiau de La Maëstre, 7 avril 1966 («Vous aurez peut-être déj (...)
  • 32 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de la Librairie Plon à Gabriel Marcel, 8 mai 1970.

23Même après avoir abandonné la direction de la collection, Gabriel Marcel continue à s’intéresser à la littérature étrangère, notamment contemporaine. Il demande à une connaissance de l’Institut français de Vienne de lui conseiller des ouvrages autrichiens récents, en 196631. Il se préoccupe en 1970 de faire rééditer La Marche de Radetzky de Joseph Roth, qu’il avait lui-même publié en 1934: il obtient satisfaction l’année suivante32.

  • 33 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Bernard Privat (éditions Grasset), 8 mai 1969.
  • 34 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de la Librairie Galignani à Gabriel Marcel, 19 février 1972. Susan Hil (...)

24Il s’intéresse à certains auteurs dont il cherche les traductions, réparties entre plusieurs éditeurs. Ainsi d’Ignazio Silone, auteur italien, dont Bernard Privat, chez Grasset, lui envoie le livre Le Pain et le vin et lui apprend qu’une nouvelle traduction du Grain sous la neige est sortie aux Éditions Mondiales33. Il suit les parutions en langue originale jusqu’en 1972, alors qu’il a 83 ans et lit difficilement. Une lettre de la librairie Galignani à Marcel le remercie de son intérêt pour les ouvrages de Susan Hill (qui fait alors paraître ses premiers livres) et de William Trevor34. D’après de nombreux témoignages, corroborés par la correspondance de Marcel, il allait souvent chez Brentano et chez Galignani pour se tenir au courant des nouveautés. Dans le domaine de la littérature étrangère, davantage encore qu’en philosophie, Marcel est éclectique et les lectures personnelles recoupent, voire priment les lectures purement professionnelles.

Théâtre

25À la fois dramaturge et critique dramatique, notamment aux Nouvelles littéraires de 1945 à 1965, Marcel possède de nombreux ouvrages de théâtre ou sur le théâtre. En tant que critique, il recevait de nombreux exemplaires, comme autant de demandes déguisées de recommandations à ses lecteurs: les livres avec envois autographes conservés au département des Manuscrits témoignent de cette place éminente et incontournable. Cette partie de la bibliothèque ne donne aucun indice valable sur les lectures de Marcel: les livres ne sont pas annotés, et pas toujours lus (avec des pages souvent non coupées). Marcel, qui assiste presque tous les soirs à des représentations, considère le théâtre comme un art de la scène: ses critiques de spectacles rendent bien mieux compte de ses goûts que sa bibliothèque, il lit moins de pièces qu’il n’en voit.

26La correspondance, en revanche, atteste à la fois de ses lectures et de leur évolution. Durant sa jeunesse, ses choix sont très liés à son milieu social et à son époque: ses lettres à sa tante évoquent avec enthousiasme les pièces d’Henri Becque, de François de Curel, d’Henry Bernstein, de Georges de Porto-Riche, tout un théâtre bourgeois et philosophique dont il s’éloigne par la suite. Rapidement, il s’inscrit dans une lignée de dramaturges admirés: Shakespeare, Ibsen, Strindberg, Tchekhov. Ses références les plus fréquentes sont liées au tournant du xixe et du xxe siècle, période essentielle en ce qui concerne la construction dramatique. Des auteurs comme Ibsen ou Strindberg font entrer le théâtre dans l’ère moderne, ce que Marcel perçoit très vite. Il suit aussi avec beaucoup d’attention le théâtre de Pirandello.

  • 35 Il a vu le spectacle en 1953 (critique dans les «Nouvelles littéraires» le 15 janvier 1953).

27En revanche, il reste absolument hostile au nouveau théâtre, représenté par Eugène Ionesco ou Samuel Beckett. Nous disposons de livres de Beckett ayant appartenu à Marcel: selon les titres, les pages sont ou non découpées. Mais Marcel connaissait les pièces, même sans les avoir lues, pour avoir assisté aux représentations. Il a par exemple lu Fin de Partie suivi de Actes sans paroles et Oh les beaux jours, partiellement En attendant Godot (jusqu’à la p. 4035) et Malone meurt (jusqu’à la p. 81), mais n’a pas lu Tous ceux qui tombent. De toute évidence, Marcel lit ces pièces pour se tenir au courant des évolutions du théâtre, non par goût personnel.

Bibliothèque personnelle ou bibliothèque professionnelle?

  • 36 M. De Jouvenel, Au diapason du ciel, Paris, La Colombe, Éditions du Vieux-Colombier, 1948.
  • 37 H. Bouvier, Une voyante témoigne, Paris, Fayard, 1966 (d’après ses notes recueillies par S. Saint- (...)

28Certains secteurs de la bibliothèque sont plus personnels, et strictement distincts de ses activités de philosophe, de critique littéraire et dramatique ou d’éditeur. C’est le cas, notamment, des livres concernant les phénomènes métapsychiques ou de la littérature policière. Fait étonnant pour un philosophe, Marcel s’est intéressé très tôt aux phénomènes métapsychiques qui apparaissent dans plusieurs de ses pièces. Sa correspondance témoigne de ce centre d’intérêt: après avoir lu sa préface au livre de Marcelle de Jouvenel, Au diapason du ciel36, nombreuses sont les personnes qui lui écrivent pour lui raconter leurs propres expériences, ou lui demander d’autres références bibliographiques sur le sujet. Il préface également le livre d’Hélène Bouvier, Une voyante témoigne37.

  • 38 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Christian Bourgois (en-tête des éditions René Julliard), 24 février (...)
  • 39 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Christian Bourgois, 2 mars 1970.

29La littérature policière n’est pas absente de sa bibliothèque, et il prend la peine d’écrire à certains éditeurs pour les féliciter lorsque l’ouvrage lui paraît de bonne facture. On trouve ainsi dans le fonds Marcel une lettre de Christian Bourgois38 dans laquelle l’éditeur remercie Marcel de l’intérêt qu’il porte à sa collection policière et de sa lettre de soutien spontanée. Gabriel Marcel, en réponse, félicite l’éditeur de la qualité exceptionnelle de ces ouvrages. Il s’agit d’Une bouffée de mort, d’Isaac Asimov, et de Par injuste retour des choses, de Philip Maitland Hubbard39.

  • 40 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à M. Maciej Wrzeszcz, rédacteur en chef de «Kierunki (...)
  • 41 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Claude Rostand, 1955 (au sujet de son livre Brahms, Paris, Plon, 19 (...)
  • 42 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aliocha Galpérine, 8 juillet 1969.

30Un autre domaine passionne Gabriel Marcel: la musique. De manière étonnante, à un hebdomadaire polonais lui demandant un texte sur la Pologne, Marcel signale qu’il connaît mal la littérature de ce pays, «même ses classiques», mais que ce qui l’attire au plus haut point, c’est la musique polonaise (Chopin et Szymanowski)40. Il est d’ailleurs critique musical, et encourage ainsi certains auteurs, par exemple Claude Rostand, en 1955, pour son livre sur Brahms41. Il envoie des livres sur la musique ou des biographies de compositeurs à des amis, afin de leur faire partager ses enthousiasmes: le petit-fils d’un de ses amis, Aliocha Galpérine, le remercie pour l’envoi d’un livre sur Brahms42. Marcel a dit à de multiples reprises le rôle primordial que la musique avait joué dans sa vie, et il n’est pas étonnant qu’on trouve une trace de cette passion dans sa bibliothèque.

31On s’attendrait à ce que la bibliothèque élective de Marcel contienne des ouvrages de spiritualité, voire de théologie. Or, Marcel n’a que très peu lu l’Ancien Testament, et ne s’y est guère intéressé. Il est avant tout philosophe et, ses idées s’étant formées avant sa conversion, il ne mêle que peu les deux univers. Par ailleurs, il n’est pas thomiste: il a beaucoup de mal à lire les ouvrages de ce courant majeur du catholicisme, incarné notamment par Jacques Maritain et le Père Garrigou-Lagrange. Il reste même assez hostile à cette pensée, qu’il a tenté d’accepter lors de sa conversion mais qu’il ne peut concilier avec sa propre philosophie et qu’il juge incompatible avec la philosophie moderne.

  • 43 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Paul Kurata, 2 juillet 1959.
  • 44 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Mlle R. Ebenstein, 16 mars 1961.
  • 45 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de frère Grégoire de Renaissance de Fleury. Bulletin de l’association (...)
  • 46 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Pélégri, 24 août 1960 à propos de son livre Les Oliviers de la (...)
  • 47 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Alfred Fabre-Luce, 21 mai 1971.

32En revanche, il recommande L’Itinéraire spirituel de Charles de Foucauld, de l’abbé Jean-François Six, à la maison d’édition Sobunsha au Japon (qui a édité en japonais plusieurs ouvrages de Marcel lui-même43), insistant sur la spiritualité élevée de Charles de Foucauld et sur son rayonnement. Il suit également de près les ouvrages des auteurs catholiques: il aide une étudiante qui travaille sur Julien Green à orienter son travail44, et participe à un numéro de revue consacré à cet auteur, pour lequel il est remercié par «Renaissance de Fleury»45. Il rédige régulièrement des critiques de livres de Mauriac, de Montherlant, suit les publications de Jean Pélégri, ce que nous confirme une lettre de remerciements de celui-ci à Marcel pour lui avoir permis d’obtenir le Grand Prix catholique de littérature en 196046. Enfin, il conseille des lectures à des amis dont il sent les centres d’intérêt proches: il recommande ainsi à Alfred Fabre-Luce la lecture de deux livres de Marcel Légaut, L’Homme à la recherche de son humanité et Introduction à l’intelligence du christianisme, et suggère une confrontation des points de vue des deux hommes47.

33Gabriel Marcel s’avère d’une inlassable curiosité, y compris dans des domaines inattendus. Ainsi, il entre en correspondance avec Michel Favre-Duchartre, professeur de botanique à la faculté de Reims. Celui-ci lui envoie un article «sur la Néotonie chez les plantes». La réponse de Marcel, dès le lendemain, est étonnamment enthousiaste:

  • 48 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Michel Favre-Duchartre, 12 juin 1967. La réponse de Gabriel Marcel (...)

Il y a là une vue qui me passionne, surtout dans son application au monde humain. […] Il m’a semblé que je m’ouvrais instantanément, malgré mon ignorance, à ce champ de recherches qui est vôtre et que s’éveillait en moi comme une adhésion frémissante à ce passionnant travail auquel vous vous donnez tout entier avec vos étudiants48.

34Gabriel Marcel agit beaucoup par passion: si un élan d’amitié l’entraîne vers une personne, il peut s’enthousiasmer pour des sujets arides ou très éloignés de ses préoccupations habituelles.

Préférences

  • 49 G. Eliot, Middlemarch, 1871.
  • 50 Livres de France, août-septembre 1965, n. 7.

35Au milieu de ces nombreuses lectures, de détente ou professionnelles, Marcel a bien évidemment des préférences, des auteurs qu’il considère comme majeurs. Répondant au questionnaire de Marcel Proust, il indique que ses héros de romans préférés sont «certains personnages de George Eliot et de Hardy, de Dostoïevski et de Tchekhov», ses héroïnes dans la fiction «peut-être Mme Arnoux dans L’Éducation sentimentale. Peut-être aussi Dorothée dans Middlemarch»49, ses auteurs favoris en prose «Nietzsche, Valéry. Pascal aussi, bien entendu», et ses poètes préférés «les grands lyriques anglais, Baudelaire, mais aussi Claudel et Rilke»50.

  • 51 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Mel B. Yoken, 3 février 1968.
  • 52 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Charles Galpérine, 17 janvier 1967.
  • 53 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre du rédacteur en chef de «Réalités», 6 février 1963.

36On voit se dessiner une prédilection particulière pour la littérature allemande (Rilke, Nietzsche), anglaise (Eliot, Hardy, les grands lyriques anglais) et russe (Dostoïevski et Tchekhov). La littérature étrangère occupe une place de choix, ce qui confirme l’intérêt que lui porte Marcel. Pour compléter le panorama des auteurs de prédilection de Marcel, citons également sa réponse à la lettre d’un lecteur américain admiratif: «Il m’est impossible de vous fournir la liste de mes écrivains favoris: il y en a beaucoup trop; parmi les Américains, j’ai une prédilection pour Henry James, mais aussi pour beaucoup d’autres, par exemple Thomas Wolfe. J’admire Faulkner, mais je le lis difficilement»51. En ce qui concerne Claudel, auquel il a consacré plusieurs articles, il a une position assez ambivalente. Il confesse un mélange d’admiration et d’irritation: «Je me suis fait lire les premiers chapitres de L’Apocalypse. C’est souvent magnifique et par moment un peu irritant»52. Cette ambiguïté apparaît régulièrement lorsqu’il évoque Claudel: au rédacteur en chef de la revue «Réalités» lui demandant «quelle est […] la formule que vous trouvez soit la plus importante, soit la plus séduisante et qui vous soutient ou vous exalte le plus au cours de votre vie»53 , Marcel répond:

  • 54 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à la revue «Réalités», 20 février 1963.

À la réflexion, je me suis rappelé le texte de Claudel que je reproduis ci-dessous, et qui lorsque je le lus pour la première fois il y a un demi-siècle, se présenta à moi comme une sorte d’épigraphe de ce que je voudrais devenir, de la signification que j’aimerais donner à mon œuvre:
«Faites que je sois comme un semeur de solitude et que celui qui entend ma parole
Rentre chez lui inquiet et lourd (5 Grandes Odes54.

  • 55 E.M. Cioran, Portrait d’un philosophe: Gabriel Marcel, dans Id., Gabriel Marcel, colloque organisé (...)

37L’absence de bibliothèque matérielle nous oblige à une reconstitution forcément partielle et partiale des lectures de Marcel, ce qui nous amène à nous intéresser davantage à ses lectures qu’aux volumes présents dans sa bibliothèque, et pour une partie d’entre eux probablement jamais ouverts. Ce qui frappe avant tout, c’est un champ d’intérêt très vaste, et surtout très ouvert sur le monde: sa faculté à lire plusieurs langues lui permet l’accès direct à des auteurs étrangers, soit non traduits en français, soit avec davantage de nuances. C’est la partie la plus originale de la bibliothèque de Marcel: autant ses lectures philosophiques et dramatiques, si nombreuses qu’elles soient, reflètent ses préoccupations de philosophe et de dramaturge, autant la littérature étrangère correspond avant tout à une curiosité perpétuelle et sans cesse en mouvement, qui trouve son équivalent dans les amitiés de Marcel, très cosmopolites. Laissons le mot de la fin à Cioran, grand ami de Marcel, qui témoigne sur le caractère du philosophe: «Encore un trait de vigueur intellectuelle chez Gabriel Marcel: il lit beaucoup plus qu’il ne relit»55.

Notes

1 Le fonds Gabriel Marcel est conservé à la BnF, au département des Manuscrits, sous la cote Naf 28349.

2 Il s’en plaint notamment dans une lettre à Erik Kuehnelt-Leddihn le 23 novembre 1966 (BnF, Mss, NAF 28349).

3 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre du 10 mai 1968 à Robert Rochefort, au sujet du livre de R. Rochefort, Robert Schuman, Paris, Éditions du Cerf, 1968.

4 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Arthur Hubscher, 18 mai 1961: «ça m’aurait vivement intéressé d’avoir cette occasion de préciser ma position en face de la pensée schopenauerienne qui a beaucoup compté pour moi à une certaine époque. Un texte des Parerga avait même tellement retenu mon attention que j’avais eu un instant l’idée de consacrer ma petite thèse à la finalité inconsciente chez Schopenhauer».

5 G. Marcel, W.E. Hocking et la dialectique de l’instinct, «Revue philosophique de la France et de l’étranger», juillet-août 1919, pp. 19-54.

6 Gabriel Marcel rencontre Blondel en mars 1932 puis, en 1933, rentre dans les milieux jésuites blondéliens. Il fait allusion à sa philosophie dans sa pièce en un acte, Le Fanal (Paris, Delamain et Boutelleau, 1936).

7 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Renato Giorda, 26 décembre 1968.

8 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean-Louis Gardies, de l’institut français de Hambourg, 28 février 1964: «Je vous envoie par le même courrier le livre de Reinach Zur Phänomenologie des Rechts dont je m’étais permis de vous conseiller la lecture. J’y joins le livre de Gerhart Husserl (fils d’Edmund H.) Recht und Zeit».

9 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Peter Securius, 25 mars 1960.

10 G.K. von Dürkheim, Hara, centre vital de l’homme, traduit de l’allemand par A. Labzine, Paris, La Colombe, 1964.

11 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Jurgen Rausch, 19 février 1964.

12 Voir A. Verdure-Mary, Les rapports de Jean-Paul Sartre et de Gabriel Marcel: “le point de divergence, c’est le fait même de Dieu”, «La Revue de la BnF», n. 48, novembre 2014, pp. 52-63.

13 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aimé Patri, 6 juillet 1971.

14 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Victor Erofeev, 10 novembre 1972.

15 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Malaurie, 14 décembre 1955.

16 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Harvard University, 25 février 1964 («Les deux ouvrages que j’ai lus de lui, Dostoievski et Mensonge romantique et vérité romanesque, m’ont donné une très haute idée, à la fois de sa pénétration et de ses qualités d’expression»).

17 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Henri-Charles Puech, 6 juillet 1961.

18 À la suite d’un changement de direction, la maison Plon lui ôte peu à peu le pouvoir sur la collection «Feux croisés», à partir de 1963 (BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Antonio Quadros, 14 février 1966).

19 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Philippe Jaccottet, 6 février 1958 («Monsieur, c’est connaissant votre intérêt pour l’œuvre de Musil que je me permets de vous écrire et, plus indiscrètement encore, de vous demander votre aide sur un ou deux points de traduction où vos vastes connaissances me seraient d’un grand secours»).

20 Traduit du catalan par Bernard Lesfargues, publié chez Gallimard en 1962.

21 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de C. Sandana au sujet du romancier et essayiste argentin Eduardo Mallea, le 20 décembre 1951.

22 Georges A. Georgiadès le remercie de ce qu’il a fait pour la connaissance de la littérature grecque contemporaine en France (BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Georges A. Georgiadès, 21 novembre 1963).

23 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Forster, 20 mars 1926: «I feel very grateful to you for all the trouble you take in my work, and all the interest you have».

24 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aurélien Sauvageot, 21 avril 1954.

25 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Guy Jellinek-Mercédès, 17 avril 1954. Gabriel Marcel prête à Guy Jellinek-Mercédès le roman Die Strudlhofstiege (publié en 1951), en 1954.

26 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre au fils d’Emineh Pavrakan, 22 juin.

27 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Kåre Foss, 25 juin 1957: «Je voudrais revenir une fois à votre idée de faire faire une bonne traduction d’une ou de plusieurs œuvres classiques norvégiennes, la faire par collaboration d’un philologue norvégien et d’un bon styliste français. Quant à Ibsen, la traduction de Lachesnais est assez correcte au point de vue philologique, elle aurait pu servir comme une sorte de “brouillon” pour le styliste en question».

28 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Wahl, 30 novembre 1929.

29 Marcel possède Les vertes collines d’Afrique en traduction: les pages en sont découpées jusqu’à la fin.

30 Il existe un exemplaire avec envoi autographe de l’auteur à Marcel du livre Le cœur est un chasseur solitaire, et les pages en sont découpées jusqu’à la fin.

31 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’ André Espiau de La Maëstre, 7 avril 1966 («Vous aurez peut-être déjà reçu les deux derniers romans du jeune auteur autrichien Thomas Bernhard. À votre passage à Vienne, vous m’aviez demandé de vous faire connaître, à l’occasion, des œuvres originales récentes»).

32 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de la Librairie Plon à Gabriel Marcel, 8 mai 1970.

33 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Bernard Privat (éditions Grasset), 8 mai 1969.

34 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de la Librairie Galignani à Gabriel Marcel, 19 février 1972. Susan Hill est une romancière anglaise née en 1942, et William Trevor un romancier irlandais né en 1928.

35 Il a vu le spectacle en 1953 (critique dans les «Nouvelles littéraires» le 15 janvier 1953).

36 M. De Jouvenel, Au diapason du ciel, Paris, La Colombe, Éditions du Vieux-Colombier, 1948.

37 H. Bouvier, Une voyante témoigne, Paris, Fayard, 1966 (d’après ses notes recueillies par S. Saint-Clair; préface de G. Marcel).

38 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Christian Bourgois (en-tête des éditions René Julliard), 24 février 1970.

39 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Christian Bourgois, 2 mars 1970.

40 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à M. Maciej Wrzeszcz, rédacteur en chef de «Kierunki», 22 mars 1966.

41 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Claude Rostand, 1955 (au sujet de son livre Brahms, Paris, Plon, 1955).

42 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre d’Aliocha Galpérine, 8 juillet 1969.

43 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Paul Kurata, 2 juillet 1959.

44 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Mlle R. Ebenstein, 16 mars 1961.

45 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de frère Grégoire de Renaissance de Fleury. Bulletin de l’association des Amis de Saint Benoît», 5 octobre 1970.

46 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Jean Pélégri, 24 août 1960 à propos de son livre Les Oliviers de la justice, roman publié chez Gallimard en 1959.

47 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Gabriel Marcel à Alfred Fabre-Luce, 21 mai 1971.

48 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre de Michel Favre-Duchartre, 12 juin 1967. La réponse de Gabriel Marcel est datée du 13 juin 1967.

49 G. Eliot, Middlemarch, 1871.

50 Livres de France, août-septembre 1965, n. 7.

51 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Mel B. Yoken, 3 février 1968.

52 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à Charles Galpérine, 17 janvier 1967.

53 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre du rédacteur en chef de «Réalités», 6 février 1963.

54 BnF, Mss, NAF 28349. Lettre à la revue «Réalités», 20 février 1963.

55 E.M. Cioran, Portrait d’un philosophe: Gabriel Marcel, dans Id., Gabriel Marcel, colloque organisé par la Bibliothèque nationale et l’association Présence de Gabriel Marcel, Paris, BNF, 1989, pp. 304-311.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search