Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

1re partie: Constitution et transmission

La Bibliothèque Lawrence Durrell à l’Université Paris Ouest Nanterre

Corinne Alexandre-Garner

Texte intégral

1Nous souhaitons présenter le Fonds Durrell situé à l’Université Paris Ouest afin de partager non seulement l’histoire de l’acquisition du fonds, de sa composition, de son catalogage, de sa place parmi les autres collections Durrell dans le monde, mais également d’échanger sur les bibliothèques d’écrivains dans les universités françaises et de confronter nos expériences sur ces espaces si particuliers. Il nous semble essentiel de présenter d’abord l’auteur et son œuvre afin de faire sentir combien son empreinte est inscrite en ce lieu, non seulement parce qu’il abrite une partie de sa bibliothèque personnelle et de ses ouvrages de travail, mais surtout parce que la disposition originelle des ouvrages sur les rayons qui a été préservée révèle la cartographie intellectuelle et l’univers mental de cet auteur qui a traversé le siècle et parcouru le monde: pour lui, l’espace de la bibliothèque témoigne en quelque sorte de ses trajets réels, de sa géographie symbolique et de l’esprit des lieux qui sont au cœur de son œuvre.

Rappel bio-bibliographique

  • 1 Son livre Les Îles grecques, paru en en 1978, a été réédité en français aux Éditions Bartillat en (...)
  • 2 Voir article de l’auteur de ces lignes dans «Le Nouvel Observateur» du 5 janvier 1985.
  • 3 Dans cet article les dates de parution des ouvrages de Lawrence Durrell correspondent à la premièr (...)

2Né aux Indes en 1912, Lawrence Durrell vit à Sommières, en Languedoc pendant plus de trente ans. Ce sont ses récits de voyage qui le rendirent célèbre1, et, comme Jacques Lacarrière et Michel Déon qui furent ses amis, il devint «un écrivain de la Grèce». Expatrié par choix, à la suite d’un exil originel imposé, il est par excellence un écrivain de l’ailleurs et s’inscrit dans la tradition de Rudyard Kipling, T.E. Lawrence, D.H. Lawrence, Malcolm Lowry ou George Orwell. Comme Kim, le personnage de Kipling, né aux Indes d’une mère indigène et d’un père anglais, Durrell apprend très tôt l’existence de deux mondes que tout oppose aux Indes coloniales, ce qu’illustre avec brio le prologue de son premier roman. Il meurt à Sommières en 1990 quelques jours après avoir reçu les premiers exemplaires de son ultime ouvrage L’ombre infinie de César, hommage à la Provence, cette terre d’élection où il avait prédit en 1985 qu’il finirait ses jours à vivre dans un arbre, comme une nonne tibétaine2. À douze ans, il est chassé de son enfance heureuse en Inde avec pour tout bagage une malle plus grande que lui qui va le suivre à l’école anglaise, dans sa résidence à Corfou, puis dans son parcours d’enseignant et de diplomate en Angleterre, en Grèce, en Égypte avant de revenir définitivement en France après un court séjour en Amérique du sud et quelques années à Belgrade. C’est un voyage qui semble mener d’Orient en Occident, du passé au présent comme un long poème porté par la fluidité d’une langue tramée d’ombre et de lumière, qui ressemble à cet étrange auteur. Fuyant les cercles littéraires, ignoré par la critique comme par ses compatriotes agacés de ses remarques acerbes et souvent provocatrices sur leur pays, ce noir pays de la mort anglaise qu’il nomme «l’île du Pudding», il fut adulé outre-mer par la jeunesse des années 1960 et 1970 pour son roman en quatre volumes Le quatuor d’Alexandrie (1957, 1958, 1960)3 dans lequel elle croyait lire un message sur l’amour et une invitation au voyage.

  • 4 Elle crée également un prix pour jeunes chercheurs qui travaillent sur l’œuvre de Lawrence Durrell (...)

3À la suite du décès de l’écrivain, sa dernière compagne, Françoise Kestsman, décide d’ouvrir sa maison et de la transformer en centre de résidence pour chercheurs: Centre d’étude et de recherche Lawrence Durrell (Cerld)4. Elle leur donne libre accès à la bibliothèque et à certaines archives de l’écrivain. Cette entreprise ne dure guère plus de trois ans, et, faute de financement pérenne, en 1994, il lui faut se résoudre à vendre le fonds et la maison de Sommières. C’est entre octobre et décembre 1994 que je constitue le dossier pour acquérir ce fonds précieux au nom de l’Université de Nanterre. Comme Lawrence Durrell m’avait fait part de son désir que sa bibliothèque reste en France et qu’elle n’aille pas rejoindre les autres fonds qu’il avait déjà vendus à l’étranger, j’entrepris de nombreuses démarches pour l’acquisition de cette bibliothèque. Il fallut trois ans entre les premières démarches et l’inauguration officielle de la Bibliothèque de Recherche Lawrence Durrell.

Fonds d’écrivains et de chercheurs dans les universités en France

4S’il n’est pas rare que les universités américaines achètent des fonds d’écrivains qui font la réputation de recherche de certaines bibliothèques, comme celle d’Austin au Texas, en France la démarche est encore assez rare même s’il existe une tradition de don par les chercheurs, artistes ou intellectuels qui, à leur décès, lèguent leur bibliothèque à leur institution ou à des bibliothèques spécialisées. En ce qui concerne la littérature anglophone, on trouve un fonds William Faulkner à la bibliothèque de l’université de Rennes II et un fonds Anthony Burgess à l’université d’Angers. Chaque fonds sis à l’université doit inventer son propre mode de fonctionnement et solliciter des ressources. Le Fonds Lawrence Durrell de l’Université Paris Ouest présente la particularité d’être rattaché à un centre de recherche: le Centre de recherches Espaces/Écritures (Cree) qui fait partie du Centre de Recherches d’Études Anglophones (Crea, EA 370). Ce fonds est constitué d’ouvrages (monographies et revues) qui constituaient la bibliothèque personnelle de l’auteur à la date de son décès et d’archives privées qui correspondent à la dernière partie de sa vie (années 1975 à 1990).

Les différents fonds Durrell

  • 5 A.G. Thomas, Preserving the Archive, «Twentieth Century Literature: A Scholarly and Critical Journ (...)

5Alan G. Thomas, libraire à Bournemouth, ami de toujours à qui Durrell confiait régulièrement archives et ouvrages lorsqu’il partait à l’étranger, a raconté le destin de ces documents dans un article intitulé «Preserving the Archive» 5. Plusieurs institutions se partagent aujourd’hui les ouvrages et archives de Lawrence Durrell. Alan G. Thomas a sauvé de la destruction de nombreux documents, dont les épreuves du premier roman Pied Piper of Lovers (publié pour la première fois en français en 2012 sous le titre Petite musique pour amoureux). Il a ainsi rassemblé, mais aussi stocké de nombreux documents qu’il a ensuite catalogués. À la veille de chaque départ mais aussi lorsqu’il se trouvait à l’étranger, Durrell lui envoyait des documents, brouillons, épreuves, correspondances, ouvrages, pour qu’il les garde précieusement afin de pouvoir les retrouver à son retour. Ainsi dans Bitter Lemons, on découvre les demandes précises de Durrell qui souhaitait que certains cartons lui soient envoyés non seulement pour son usage personnel, mais également pour les offrir à un des libraires de Chypre afin de l’aider à constituer son stock.

6Cette première collection Alan G. Thomas, qui appartenait à Durrell, fut tout d’abord proposée à l’Université Ucla lorsque Durrell chercha à financer les écoles privées de ses deux filles, mais c’est finalement la Morris Library de la Southern Illinois University à Carbondale  qui acheta ce fonds dont le catalogue est en ligne. Un lien créé sur le site de notre bibliothèque Durrell rend ce catalogue accessible. La Morris Library a fait ainsi deux acquisitions à deux périodes différentes et, jusqu’à récemment, c’était le fonds Durrell le plus complet: il comprend de nombreux manuscrits et différentes versions du Quatuor d’Alexandrie. C’est un fonds riche, illustrant  les années de jeunesse de l’écrivain grâce à de nombreux ouvrages, des manuscrits et carnets, les fameux «notebooks» qui recueillent les notes et les différentes versions des romans et nouvelles, mais également des dessins, doodles, aphorismes, poèmes et des correspondances.

7Alan G. Thomas a vendu sa collection personnelle à la British Library de Londres qui a acquis des fonds divers depuis ces dernières années et qui les a classés et préservés dans des albums, en particulier une correspondance très bien mise en valeur. Certaines lettres, certains textes inédits de la fin des années 1930, quand Durrell retrouva Henry Miller et Anaïs Nin à Paris, sont tout à fait intéressants. La British Library possède donc le deuxième fonds majeur sur cet auteur. La Bibliothèque de recherche Lawrence Durrell de Nanterre est en relation constante avec La British Library et la Morris Library.

8Le Fonds Durrell de Nanterre est le troisième Fonds Durrell par son importance. Alors qu’aux USA et à Londres se trouvent des documents qui se complètent et datent des années 1930 à 1975, le fonds de Nanterre est unique en ce qu’il est le seul des trois fonds qui corresponde aux dernières années de la vie de l’auteur à l’époque de la rédaction du Quintette d’Avignon, les cinq volumes de sa dernière suite romanesque, et de son livre d’hommage à la Provence, L’Ombre infinie de César. Il est donc indispensable pour tout chercheur qui s’intéresse à cette période de création parce qu’il trouvera non seulement les sources directes liées au monde de la Méditerranée mais également de nombreux ouvrages sur la psychanalyse et les philosophies orientales qui étaient au cœur des interrogations de l’écrivain.

9Enfin, on peut trouver dans certaines universités américaines, de nombreux petits fonds Lawrence Durrell qui regroupent surtout des correspondances partielles et certaines versions de poèmes publiés par la suite (universités de Louisville, Wake Forest, Tulsa). Au Canada, on trouve des documents de Durrell à la National Library of Canada, à l’Université de Victoria, à l’Université de Toronto et à l’Université McMaster. Nous avons toujours le projet de constituer, depuis nos échanges en 1997 avec le Dr David Koch qui dirigeait alors la Morris Library, une bibliothèque virtuelle Lawrence Durrell qui pourrait réunir les ouvrages et archives de tous les fonds dispersés dans le monde.

Historique de l’acquisition

10Les démarches en vue de l’acquisition ont été longues et tortueuses. Le fonds Durrell a été acheté 400 000 francs à la suite de l’offre exclusive que fit Françoise Kestsman. Connaissant l’importance de ce fonds, je décidai de tout faire pour exaucer le vœu de l’auteur de voir ses livres rester dans sa patrie d’adoption. Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche accepta, à la suite de la lecture du rapport présentant le fonds, de financer la moitié de la somme nécessaire si l’Université Paris X finançait l’autre moitié, ce qui fut voté en Conseil d’Administration en 1995. Le Conseil Général des Hauts de Seine attribua 50 000 francs à ce projet pour l’installation du fonds, l’acquisition de matériel informatique, la création d’une base documentaire numérique et la rémunération d’un personnel.

Descriptif et organisation du Fonds Durrell de l’Université Paris Ouest

11Ce Fonds Durrell se décompose en Fonds Durrell originel ou Fonds Sommières, dont la cote commence par S et en nouveau fonds ou Fonds Nanterre dont la cote commence par N.

12Le Fonds originel ou Fonds Sommières. L’inventaire de ce fonds n’avait pas été fait lors du départ de Sommières: quelque 2500 documents figuraient sur un catalogue papier qui n’avait pas été mis à jour et se répartissaient en ouvrages et archives. Les ouvrages étaient classés à l’origine en cinq fichiers distincts que nous avons tenté de préserver:

durrell: Œuvres sans les cycles romanesques (nous les avons rajoutés).

about: essais, travaux universitaires et interviews (nous le tenons à jour).

around: concerne ses amis et relations (rubrique Friends).

biblio 1 et 2: une partie de la bibliothèque personnelle de l’auteur ainsi que les œuvres acquises qui concernent son travail.

letters: correspondances passives ( lettres reçues par l’auteur) pour lesquelles nous avons une autorisation de mise à disposition.

13Dans la bibliothèque personnelle et parmi les documents de travail de l’auteur figurent les documents sources sur le monde méditerranéen, les philosophies orientales, la psychanalyse et les revues et ouvrages sur lesquels il s’appuya pour écrire ses dernières œuvres, Le Quintette d’Avignon et L’Ombre infinie de César. Les archives ont été reclassées en 2008 et on peut en consulter la liste sur le site de la bibliothèque.

14La partie la plus précieuse de ces archives comprend:

La correspondance passive répartie en huit classeurs. Cinq classeurs renferment des lettres d’amis de Durrell: on y trouve des lettres de Jacques Lacarrière, Paddy Leigh Fermor, Brassaï, Alfred Perlès…, et des lettres avec des croquis écrites en anglais et parfois en grec par son ami de Corfou, le biologiste humaniste Théodore Stéphanidès, dont nous avons édité les plus révélatrices.

  • 6 Toutes ces informations proviennent du travail de Mémoire de maîtrise de Sarah Varron, p. 42. On l (...)

Les carnets manuscrits. Ce sont certainement les documents les plus précieux du fonds. Ils font partie de la série Réserve et sont conservés dans un environnement sécurisé. La plupart de ces carnets concernent la rédaction du Quintette d’Avignon; on a ainsi huit documents. Dans ces carnets se trouvent également toutes sortes de notes (chiffrées parfois) correspondant aux comptes personnels de l’auteur, des réflexions, des aphorismes, des poèmes, des citations et de petits dessins. On peut également y lire des contributions, par exemple, l’introduction à une réédition du livre de E. M. Forster Alexandrie, et une introduction à un livre de correspondance entre Arthur Miller et Brenda Venus. Il existe d’autres sous-séries: Henri Michaux; Tapuscrits et manuscrits divers; Livres avec ex-libris; Livres annotés; Éditions originales; Livres dédicacés; Poésie6.

Valorisation et gestion du Fonds

Inventaires et catalogages

15Le fonds originel est arrivé à l’Université avec un catalogue papier, mais celui-ci existait aussi sous forme numérique. Le catalogue de nos ouvrages est désormais sur la base Aleph, assez détaillée, qui regroupe les ouvrages du campus de l’Université Paris Ouest et permet leur localisation, et sur le Sudoc qui est lui-même visible du monde entier. De nouvelles fiches ont été créées pour les quelque 300 ouvrages qui ne se trouvent nulle part ailleurs en France et qui ne peuvent être consultés qu’à la Bibliothèque Lawrence Durrell.

Le Fonds Durrell originel: composition et mode de classement

16Aujourd’hui le fonds d’archives est organisé en trois séries:

  • La série documentation (Subject files)
  • La série correspondance (Correspondance Series)
  • La série réserve (Reserve Series)

17Nous avons bien entendu tenté de respecter la géographie originelle du fonds et de garder les cotes lorsque c’était possible. Une première armoire vitrée contient toutes les œuvres de l’auteur en version originale et en traduction. À ces ouvrages qui proviennent du fonds originel ou fonds Sommières, nous avons jugé bon d’ajouter les nouvelles publications de et sur l’auteur après l’acquisition du fonds; ils portent une étiquette qui commence par N (pour fonds Nanterre); la première lettre de la cote permet donc d’identifier la provenance des ouvrages dans cette première armoire. De nouvelles thèses s’ajoutent régulièrement au fonds ainsi que des articles sur l’auteur et des monographies. La Réserve contient les documents les plus rares dans deux armoires spéciales. Le fonds originel est un fonds clos sauf pour les ouvrages posthumes de Durrell ainsi que pour les ouvrages critiques qui ont été classés dans la première vitrine mais signalés par une cote spécifique.

Le Fonds Nanterre

18Ce fonds Nanterre, acquis depuis 1995 se décompose lui-même en deux fonds, le nouveau fonds Durrell qui complète le fonds Durrell originel: il s’agit soit d’ouvrages qui figuraient dans la bibliothèque de l’auteur et qui ne se trouvaient pas dans les caisses et que nous avons rachetés (Spengler, Suzuki…); soit de nouvelles parutions critiques sur l’auteur, soit d’éditions rares que nous avons récemment acquises. À ce jour nous avons acquis à peu près 600 nouveaux documents en 17 ans, ce dont témoigne le livre d’inventaire. Comme nous avions plusieurs ouvrages en plusieurs exemplaires, nous avons adopté une politique de dons; ils sont répertoriés dans l’inventaire et ont servi à aider de petites bibliothèques étrangères liées à la recherche sur Lawrence Durrell à se développer: ce sont la bibliothèque de l’Université de Saratov (où enseigne le traducteur en russe du Quatuor d’Alexandrie) et la bibliothèque du Centre Lawrence Durrell du S.B. College de Changarnassery (Kerala) en Inde.

Valorisation du Fonds Durrell: manifestations, expositions et publications

19Afin de valoriser ce fonds de nombreuses manifestations ont eu lieu au fil des ans: colloques, expositions d’archives et d’éditions rares, journées d’études pour jeunes chercheurs et collaborations avec nos institutions partenaires dont l’International Lawrence Durrell Society. Grâce au service audio-visuel de l’Université Paris X, nous avons réalisé un film d’une soixantaine de minutes à partir du film en 8mm réalisé dans les années 1970 par Michel Aberlen (interview en anglais). Nous avons des projets de films courts et souhaitons mettre en ligne une présentation du fonds en anglais pour les chercheurs étrangers, déjà présentée à la British Library. En 2008, un atelier théâtre bilingue réunissant des étudiants, enseignants et personnels administratifs de l’Université a mis en scène au théâtre Bernard-Marie Koltès de notre campus une adaptation de la pièce Sappho de Lawrence Durrell, en présence de sa fille, alors qu’une nouvelle exposition de manuscrits mettait en valeur les documents les plus rares.

20Les Presses Universitaires de Paris Ouest ont aussi joué un rôle essentiel en acceptant la création d’une collection durrellienne qui a pris la suite des Cahiers Durrelliens dont l’initiative revient à Christiane Séris, directrice de l’Association Durrell en Languedoc. Les Presses Universitaires de Paris X, renommées Presses Universitaires de Paris Ouest, ont publié une demi-douzaine d’ouvrages sur l’auteur.

Conclusion provisoire

21La question essentielle est bien entendu celle de la pérennisation de cette bibliothèque d’écrivain qui est également une bibliothèque de recherche. S’il est vrai que la question se posait déjà lors de la décision de l’achat du fonds par les deux institutions mentionnées, il semblait que son rattachement à un centre de recherches pouvait être une solution, car elle allait susciter l’intérêt de toute la communauté des chercheurs; or, il n’en a rien été. Le carnet de bord que remplissent les chercheurs qui sont venus travailler dans ce fonds témoigne qu’à part les deux ou trois jeunes chercheuses françaises qui ont rédigé leur thèse sur l’auteur, la plupart des visiteurs sont des étrangers. À l’heure actuelle, faute de personnel dans la bibliothèque, il est difficile de répondre à toutes leurs demandes et les craintes exprimées par mes différents interlocuteurs lors de mes premières démarches se sont révélées fondées: la situation de cette bibliothèque est devenue inquiétante. Qu’adviendra-t-il du fonds lorsqu’il n’y aura plus d’enseignant-chercheur à Nanterre pour en assumer la responsabilité?

Notes

1 Son livre Les Îles grecques, paru en en 1978, a été réédité en français aux Éditions Bartillat en septembre 2010. Lorsque je rencontre Durrell en 1984, il vient de publier Sébastien et le court article que j’écris sur ce texte inaugure les nombreux échanges et l’amitié qui se noue autour de son travail.

2 Voir article de l’auteur de ces lignes dans «Le Nouvel Observateur» du 5 janvier 1985.

3 Dans cet article les dates de parution des ouvrages de Lawrence Durrell correspondent à la première parution en langue originale et non à la date de parution en français.

4 Elle crée également un prix pour jeunes chercheurs qui travaillent sur l’œuvre de Lawrence Durrell, dont elle est membre du jury avec Jacques Lacarrière, Michel Déon et moi-même.

5 A.G. Thomas, Preserving the Archive, «Twentieth Century Literature: A Scholarly and Critical Journal», vol. 33, n. 3, pp. 345-347.

6 Toutes ces informations proviennent du travail de Mémoire de maîtrise de Sarah Varron, p. 42. On lira avec beaucoup d’intérêt ce travail sur les archives de la Bibliothèque Lawrence Durrell.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search