Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

1re partie: Constitution et transmission

La bibliothèque de Zbigniew Herbert (1924-1998)

Henryk Citko

Texte intégral

1Zbigniew Herbert est une figure majeure de la poésie polonaise d’après-guerre. Depuis cinquante ans, on le nomme «Le prince des poètes» – distinction liée au nom du prix littéraire «Le prince de la parole», qui lui a été attribué en 1961.

2Herbert est né en 1924 à Léopol (à l’époque ville multiculturelle de Pologne; aujourd’hui Lviv en Ukraine), où il a passé ses vingt premières années: son enfance et son adolescence et où – pendant la Seconde guerre mondiale – il a survécu à l’occupation soviétique, puis allemande. Occupation qui l’a marqué pour toute la vie.

3En 1944, il a déménagé avec sa famille à Cracovie où, après la guerre, il a suivi les cours de l’Académie de Commerce, puis les cours de droit à l’Université de Cracovie, qu’il a poursuivis à l’Université de Toruń, où il a obtenu son diplôme et où, en 1947, il a entamé des études de philosophie poursuivies en 1951 à l’Université de Varsovie.

4Herbert a passé les années du «réalisme socialiste» – décrété en Pologne en janvier 1949 – en exerçant différents petits métiers et a publié très peu dans des périodiques; il écrivait pourtant beaucoup pour «le tiroir» – ce n’est qu’en 1956, l’année du dégel culturel en Pologne, que son premier recueil de poèmes – Corde de lumière – a vu le jour. À sa mort il en avait publié neuf, dont en 1974 le recueil Monsieur Cogito. Ce personnage – alter ego du poète – qui est présent dans tous les recueils postérieurs, est la marque distinctive de Herbert dans le monde de la poésie.

5Dans ses œuvres, il a évoqué les traditions et les symboles de la civilisation méditerranéenne, ainsi que les traditions issues de la culture chrétienne de l’Europe, en évoquant sur cet arrière-plan la question de la morale et de la condition spirituelle de l’homme moderne.

6Entre 1958 et 1991, Herbert a fait de nombreux séjours en Europe occidentale (il a passé environ quinze ans en France et en Allemagne et a voyagé en Autriche, Italie, Grèce, Pays-Bas et aux États-Unis). Ils sont à l’origine de ses recueils d’essais: Un barbare dans le jardin publié en 1962, consacré à la culture méditerranéenne; Nature morte avec bride et mors publié d’abord en anglais en 1991, consacré à la peinture hollandaise; Le Labyrinthe au bord de la mer publié à titre posthume en 2000, consacré à la Grèce.

7Il est également l’auteur de pièces de théâtre et de pièces radiophoniques.

8Depuis plusieurs années, nous découvrons une autre facette de l’écrivain: Herbert épistolier. Plusieurs volumes de sa correspondance avec des gens de lettres polonais ont été publiés, quelques-uns sont en préparation.

9Les écrits de Herbert ont été traduits en trente-cinq langues, dont les œuvres poétiques complètes et tous les essais, en anglais et en allemand, et récemment en français, présentés par Brigitte Gautier, qui a aussi traduit la poésie de Herbert.

10Le portrait de Herbert ne serait pas complet si l’on omettait ses principaux traits de caractère. Tout récemment, pendant le colloque consacré à Herbert du 27 au 29 octobre 2014 à Varsovie, l’historien et essayiste britannique de l’université d’Oxford, Timothy Garton Ash, a donné une excellente synthèse de Herbert et de son œuvre qu’il nomme héro-ironique. Une caractérisation plus précise apparaît sous la plume du prix Nobel de littérature Seamus Heaney (dans la traduction de Brigitte Gautier): «La force supplémentaire de l’écriture de Herbert, cette force qui en fait quelque chose de plus que l’inscription réussie des impressions d’un homme cultivé, c’est ce sentiment historique, sceptique, propre au poète, du caractère faillible et incertain du monde».

Le fonds Herbert à la Bibliothèque nationale de Pologne à Varsovie

11Les papiers de Herbert, qui représentent environ 16 mètres linéaires – manuscrits et tapuscrits, croquis, correspondance, documents personnels, photos – sont conservés depuis décembre 2006 à la Bibliothèque nationale de Pologne à Varsovie. Herbert souhaitait les vendre à la Bibliothèque Beinecke de l’université de Yale, à New Haven, aux États-Unis. Il voulait en effet passer ses derniers jours à Bayonne, où il pensait acheter une maison; l’autre motif de cette vente non réalisée était que ses papiers voisinent avec ceux de Czesław Miłosz, Witold Gombrowicz, Aleksander Wat et autres personnalités de la littérature polonaise. Après sa mort en 1998, sa veuve – Katarzyna Herbert – souhaitait réaliser la volonté de son mari. Les autorités polonaises, soutenues par des gens de lettres et les medias, l’ont poussée à abandonner cette idée, bien que la loi polonaise de l’époque n’interdît pas la sortie de ce type de fonds hors de Pologne. Finalement, madame Herbert et la sœur de Herbert ont vendu tous les papiers de Herbert (sauf sa bibliothèque) à la Bibliothèque nationale de Pologne.

  • 1 Archiwum Zbigniewa Herberta: inwentarz, établi par H. Citko, Warszawa, Biblioteka Narodowa, 2008.

12Pendant deux ans (entre décembre 2006 et décembre 2008) nous avons établi un ordre dans ces papiers et j’ai rédigé l’inventaire détaillé de ce fonds1. Pour le faire, je me suis permis de me servir de l’exemple de l’inventaire du fonds Patricia Highsmith, disponible en ligne dans le format ead, rédigé par nos collèges bernois des Archives Littéraires Suisses.

13Avant 2006, deux recueils inédits en polonais: le recueil d’essais Le Labyrinthe au bord de la mer et le recueil de poèmes en prose Le Roi des fourmis ont été reconstruits d’après les manuscrits et tapuscrits des archives et publiés. Après le transfert du fonds Herbert à la Bibliothèque nationale, le poète et éditeur Ryszard Krynicki a pu étudier longuement tous les papiers concernant la poésie et publier une édition critique des œuvres poétiques complètes et un recueil de poèmes inédits.

14En décembre 2008, le fonds Zbigniew Herbert était prêt à accueillir – officiellement – les premiers lecteurs. Depuis six ans, nous faisons numériser les papiers de ce fonds – ses principales parties sont disponibles sur les ordinateurs de la salle de lecture de la Bibliothèque nationale de Pologne, les autres parties – dont la correspondance – sont consultables en original dans la salle de lecture des collections spécialisées. Depuis six ans, nous avons accueilli des dizaines de chercheurs de tous les centres universitaires de Pologne, ainsi que des chercheurs du monde entier: du Canada, des États-Unis, d’Australie et bien sûr d’Europe: France, Italie, Allemagne, Angleterre, Lituanie, Ukraine… J’ai répondu à des centaines de questions qui m’ont été adressées par mail, dont celles d’un traducteur chinois.

La bibliothèque de Herbert

15Il était évident que les papiers de Herbert et sa bibliothèque constituaient un ensemble, mais qu’il fallait – malheureusement – les séparer dans un premier temps. Dans le contrat d’achat du fonds Herbert, il était stipulé que cette bibliothèque aurait pu être cédée à la Bibliothèque nationale et faire partie de ses collections. Les pourparlers entre la BN et madame Herbert n’ont pas abouti, et la bibliothèque est restée chez elle – actuellement elle fait partie des biens de la Fondation Zbigniew Herbert, créée par madame Herbert en 2010.

16Avec l’accord de madame Herbert et de la Fondation, depuis trois ans cette bibliothèque fait l’objet d’un projet de catalogage et d’analyse – réalisé par l’Institut de la Documentation et des Études sur la Littérature Polonaise auprès du Musée de la Littérature à Varsovie.

17Le volume de la bibliothèque n’est pas très important – il a dû dépendre de l’espace limité de l’appartement. La bibliothèque de Herbert compte environ 7000 volumes, y compris des volumes de périodiques littéraires, d’histoire, d’histoire de l’art, guides de voyage, catalogues d’exposition, dictionnaires…

18L’ordre établi par Herbert est thématique. Les sujets principaux sont:

  • la philosophie,
  • l’histoire de l’art (surtout l’Antiquité, les peintures italienne et hollandaise),
  • l’histoire générale,
  • la littérature mondiale, la littérature polonaise,
  • des sujets divers: criminologie, biologie, psychologie…

19Les principales langues des livres sont le polonais, l’allemand, le français, l’anglais, le russe – Herbert les connaissait toutes. Il y a aussi des livres en italien, latin, grec.

20La lecture des interviews avec Herbert et de sa correspondance, ainsi que les souvenirs de ses amis peuvent donner une certaine idée quant à la formation de cette bibliothèque.

21La base de la bibliothèque est la collection commune de Herbert et de son père Bolesław – juriste et homme cultivé. On y retrouve les exemplaires des livres de la bibliothèque de Bolesław, achetés dans les années 1920 et 1930 qui ont fait le voyage de Léopol, par Cracovie, Sopot jusqu’à Varsovie. Après l’installation des parents de Herbert à Sopot, alors que Herbert faisait ses études à Cracovie et à Toruń, c’est à Sopot que cette bibliothèque trouve son commencement. Le père de Herbert achetait des livres pour son fils, dans ses lettres, il l’informait sur ses achats récents, lui demandait son avis.

22Après son déménagement en 1951 à Varsovie, et jusqu’en 1956, Herbert habitait par-ci, par-là, se rendait souvent à Sopot. Les photos de 1961 montrent un modeste studio à Varsovie, encore presque vide (mais les étagères sont remplies de livres) qui pendant une quinzaine d’années – entre 1957 et 1971 – n’a été qu’un point de départ vers ses voyages proches et lointains, surtout lointains.

23Ce n’est qu’en 1974 que Herbert, marié depuis six ans avec Katarzyna, s’est installé dans un appartement de trois pièces, où il a pu rassembler tous ses livres et compléter sa bibliothèque.

  • 2 Henri Michaux: une étude, un choix de poèmes et une bibliogr. par René Bertelé, un manuscrit, des (...)

24De ses voyages, Herbert rapporte beaucoup de livres – on peut observer déjà en 1959 sa manière de marquer ses livres: signature, date et lieu sur la page de titre ou de faux-titre, comme il le fait dans un livre sur Henri Michaux de la collection «Poètes d’aujourd’hui»2: «Herbert Zbigniew / Paris / listopad [novembre] 1959».

  • 3 Aristote, Les Politiques, trad., introd., bibliogr., notes et index par P. Pellegrin, Paris, Flamm (...)

25Parfois il y ajoute des notes: nom d’une librairie, nom d’une personne, nom d’un lieu, circonstances, comme par exemple dans un livre d’Aristote acheté à Paris3: «Herbert Zbigniew / Q. L. [Quartier Latin] / La Hune / 6. V. 1990».

  • 4 J. Aaron, Second sight: poems, New York, Harper & Row, 1982.

26On trouve des livres offerts par ses amis, des livres dédicacés par leurs auteurs comme celui du poète américain Jonathan Aaron4: «For Zbigniew Herbert, guiding light & éminence grise, with deep admiration & affection / Jonathan Aaron / 8. X. 89 / loin, mais pas loin» [Pour Zbigniew Herbert, lumière qui me guide et éminence grise avec ma profonde admiration et mon affection].

27Parfois, lors de sa lecture, il souligne des mots, des phrases, fait des annotations, des commentaires. C’est sa pratique courante, surtout dans les ouvrages philosophiques, dont le nombre s’élève à environ quatre cents.

28Il lui arrive de faire des croquis, par exemple dans les guides de musées, mais c’est rare. Herbert visitait les musées avec un cahier à dessins et un stylo-bille et faisait de nombreux croquis de fragments de tableaux ou de sculptures.

  • 5 P. Jaccottet, Cahier de verdure, Paris, Gallimard, 1990.

29On peut trouver aussi des lettres dans les volumes, comme celle de Philippe Jaccottet dans son recueil de poèmes et de proses5:

Grignan, le 19 XI 90
Cher Zbigniew Herbert,
pouvoir vous lire enfin, et dans cette belle édition de Fayard qu’on vient de m’envoyer, c’est une grande et joyeuse émotion pour moi, parce que votre force, je ne la connaissais que de loin, à travers des traductions allemandes éparses. Maintenant je l’ai touchée du doigt comme on touche un grand arbre douloureux et j’en suis raffermi:
répète les grandes paroles,
répète les obstinément
à ma manière, beaucoup trop légère sans doute, cette injonction me convient, elle m’aide.
Dans un entretien à paraître au Magazine littéraire – que vous ne lisez sans doute pas plus que moi – j’ai mentionné au moins votre nom, avec un amical respect, et j’aimerais faire mieux un jour.
Donnez-moi de vos nouvelles, si cela ne vous coûte pas trop.
Bien à vous,
Philippe Jaccottet

  • 6 Wierność: wspomnienia o Zbigniewie Herbercie, établi par A. Romaniuk, Warszawa, Pwn, 2014.

30Faute de place, Herbert éliminait certains livres de sa bibliothèque – il en a transmis quelques centaines à la Bibliothèque municipale de Szczecin (grande ville au nord-ouest de la Pologne). Il offrait aussi des livres de sa bibliothèque à ses amis en écrivant quelques mots – ces amis les rappellent dans des textes de souvenirs6.

31Qu’y a-t-il d’intéressant dans cette bibliothèque pour un chercheur ou pour un éditeur?

32Des livres marquent les principaux centres d’intérêt de Herbert pour le savoir, l’art, la littérature. Mais ils ne constituent pas bien sûr l’ensemble de ses lectures. Celles-ci ont été complétées dans les bibliothèques, ce dont nous pouvons trouver les traces dans ses papiers: ses cartes de lecteur des bibliothèques en Pologne, en Allemagne, en Italie et en France, où il aimait particulièrement la Bibliothèque Sainte-Geneviève dans les années 1950 et Beaubourg dans les années 1980. On trouve partout dans ses papiers les traces de ses lectures.

  • 7 W. Szymborska, Wszelki wypadek, Warszawa, Czytelnik, 1972.

33Les dédicaces sont certainement complémentaires de la correspondance conservée dans le fonds Herbert. Voici la dédicace de Wisława Szymborska, prix Nobel de littérature en 1996, une dédicace pleine d’humour dans son recueil de poèmes7, qui s’inscrit dans le climat de ses lettres:

  • 8 Kochany Wspaniały Frąckowiaku! | Przyjmij tę książeczkę wraz z osobistym wyznaniem, które zrodziło (...)

Cher et Magnifique Frąckowiak!
Je t’offre ce livre et une confidence.
Tu me manques. Ne me réponds pas, mais téléphone à ton admiratrice la prochaine fois que tu seras à Cracovie.
n° tél. 34347
Wisława
mai 728

  • 9 P. Valéry, Rzeczy przemilczane: z pism o sztuce, trad. et notes par Joanna Guze, Warszawa, Piw, 19 (...)

34Une autre dédicace, celle de son amie Joanna Guze, traductrice de Choses tues de Paul Valéry9, parodie Valéry dans sa dédicace:

Daignez, mon très doux Herbert, accepter ces «choses tues» à Vous offertes par ma traductrice (elle se croit capable de faire une traduction convenable).
Amicalement, le cœur tout ému,
Votre
Paul Valéry
Le 20 juillet 74

  • 10 Poème publié dans C. Miłosz, Na brzegu rzeki, Kraków, Znak, 1994, p. 11.

35Des livres avec des soulignements de fragments, des annotations, des commentaires témoignent d’une lecture attentive. Les commentaires révèlent des réflexions de Herbert beaucoup plus spontanées et franches que les opinions exprimées dans ses textes publiés ou dans ses lettres, où domine la création d’un artiste. Aux chercheurs de les explorer, de déchiffrer par exemple le sens du commentaire sur la page du poème «À un certain âge» de Czesław Miłosz (son ami et aussi son adversaire, prix Nobel de littérature en 1980) publié en 199410, alors que Herbert est l’auteur du poème Monsieur Cogito et le poète d’un certain âge, publié en 1972:

  • 11 Może jest to poezja | spowiedź zatrzymana | pogardą wobec siebie | grzesznika nie | wystarczy [-] (...)

Peut-être est-ce de la poésie
une confession suspendue
par mépris pour soi-même
mais pas pour le pécheur
il suffit [illisible]
la poésie révèle la fissure morale de M[iłosz]11

36Les petites notes qui contiennent les dates, les lieux ne sont pas non plus dénuées d’importance. Je m’en suis déjà servi pour enrichir la chronique de sa vie et de son œuvre, que je suis en train de compléter.

  • 12 Paul Celan, la bibliothèque philosophique = Die philosophische Bibliothek: catalogue raisonné des (...)
  • 13 Y. Bernier, Inventaire de la bibliothèque de Marguerite Yourcenar, Clermont-Ferrand, Siey, 2004.

37Le projet de catalogue de la bibliothèque, réalisé par l’Institut de la Documentation et des Études sur la Littérature Polonaise, prend exemple sur deux publications françaises: catalogue de la bibliothèque philosophique de Paul Celan12 et inventaire de la bibliothèque de Marguerite Yourcenar13.

38Le catalogue de la bibliothèque de Herbert sera composé – à l’instar de l’inventaire de la bibliothèque de Yourcenar – de notices bibliographiques, organisées topographiquement: par pièces d’appartement, rayonnages, étagères. Elles seront accompagnées d’une brève description d’éléments (s’il y en a) qui font d’un livre un exemplaire unique: notes, ex-libris, dédicaces, annotations, soulignements, feuilles insérées, coupures de journaux. Les notes de Herbert feront l’objet d’une transcription in extenso, les textes plus longs seront résumés. Les travaux prévus doivent durer encore deux à trois ans, la publication du catalogue dépendant de la mise à disposition de la bibliothèque aux chercheurs par la Fondation Herbert.

39L’ouverture de la bibliothèque de Herbert permettra certainement de voir sa vie et son œuvre au miroir des ses lectures, ce que les chercheurs ne font que supposer. En effet, Zbigniew Herbert appartient à ce genre de poètes qui effaçaient discrètement les traces de sa biographie en la recréant – dans ses poèmes, essais, interviews – à l’image de celui qu’il voulait être. L’analyse de la bibliothèque – tout comme l’analyse du fonds Herbert – nous rapproche du portrait, caché derrière le masque du penseur ironiste.

 

40En Pologne il n’est pas de tradition d’inclure la bibliothèque entière d’un homme célèbre (écrivain, intellectuel, artiste) dans les collections des grandes bibliothèques et de la maintenir séparée du reste des collections. De telles bibliothèques fonctionnent en tant que partie d’un musée, consacré à une personne, à un sujet. Aujourd’hui, il est difficile de créer l’équivalent de la bibliothèque du président Jefferson à la Bibliothèque du Congrès à Washington ou des cabinets d’écrivains à la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles. Actuellement, la Bibliothèque nationale de Pologne se prépare à faire un essai en ce sens avec la bibliothèque de Czesław Miłosz (environ 10 000 exemplaires), qu’elle vient d’acquérir – les volumes seront dispersés dans des magasins, mais ils seront liés par le champ «provenance» dans le catalogue général, disponible en ligne. C’est une moins bonne solution que de voir tous les livres rassemblés, rangés par leur propriétaire, mais c’est une meilleure solution que de chercher des informations sur les livres vendus aux enchères, ce qui est, malheureusement, le destin de la plupart des bibliothèques des personnes importantes dans notre culture.

Notes

1 Archiwum Zbigniewa Herberta: inwentarz, établi par H. Citko, Warszawa, Biblioteka Narodowa, 2008.

2 Henri Michaux: une étude, un choix de poèmes et une bibliogr. par René Bertelé, un manuscrit, des inédits, des dessins et des peintures, Paris, Seghers, 1957.

3 Aristote, Les Politiques, trad., introd., bibliogr., notes et index par P. Pellegrin, Paris, Flammarion, 1990.

4 J. Aaron, Second sight: poems, New York, Harper & Row, 1982.

5 P. Jaccottet, Cahier de verdure, Paris, Gallimard, 1990.

6 Wierność: wspomnienia o Zbigniewie Herbercie, établi par A. Romaniuk, Warszawa, Pwn, 2014.

7 W. Szymborska, Wszelki wypadek, Warszawa, Czytelnik, 1972.

8 Kochany Wspaniały Frąckowiaku! | Przyjmij tę książeczkę wraz z osobistym wyznaniem, które zrodziło się z tęsknoty za Tobą. | Nie odpisuj mi, tylko kiedy będziesz znów w Krakowie, to zadzwoń do osoby, która jest Twoją wielbicielką. | Nr tel. 34347 | Wisława | maj 72.

9 P. Valéry, Rzeczy przemilczane: z pism o sztuce, trad. et notes par Joanna Guze, Warszawa, Piw, 1974.

10 Poème publié dans C. Miłosz, Na brzegu rzeki, Kraków, Znak, 1994, p. 11.

11 Może jest to poezja | spowiedź zatrzymana | pogardą wobec siebie | grzesznika nie | wystarczy [-] | poezja ujawnia pęknięcie moralne M[iłosza].

12 Paul Celan, la bibliothèque philosophique = Die philosophische Bibliothek: catalogue raisonné des annotations, établi par A. Richter, P. Alac et B. Badiou; préface de J.-P. Lefebvre, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 2004.

13 Y. Bernier, Inventaire de la bibliothèque de Marguerite Yourcenar, Clermont-Ferrand, Siey, 2004.

Auteur

Bibliothèque nationale de Pologne, Varsovie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search