Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

1re partie: Constitution et transmission

La bibliothèque de recherche Lawrence Durrell de Paris Ouest: initiation à la poétique durrellienne

Isabelle Keller-Privat

Texte intégral

1La bibliothèque Lawrence Durrell de Paris Ouest offre l’espace d’une rencontre inégalable avec les sources et les manuscrits de l’auteur. D’autres bibliothèques comme la British Library à Londres, la Morris Library de Carbondale dans l’Illinois et d’autres universités (McMaster, Western dans l’Ontario, Victoria en Colombie-Britannique) possèdent un fonds Lawrence Durrell mais les documents y sont accessibles uniquement sur commande, de sorte que le chercheur ne peut nulle part ailleurs pénétrer le monde de Lawrence Durrell, se laisser imprégner par le contexte littéraire, philosophique et artistique qui baigne ses œuvres, mesurer les ramifications multiples de sa production, toucher du doigt le lien subtil qui conjoint le monde et l’œuvre. Dans toutes les autres bibliothèques, le nombre d’ouvrages accessibles est limité et ceux-ci sont souvent entreposés hors les murs, ce qui oblige le chercheur à identifier précisément ce dont il a besoin et à se fier à la description, nécessairement partielle des catalogues, avant de les commander. Or, c’est bien souvent le hasard qui fait les rencontres passionnantes avec les textes et les écrits. En outre, la classification choisie ici, thématique, permet de trouver des ouvrages auxquels le chercheur n’aurait pas nécessairement pensé. Cette proximité physique, presque sensuelle, avec les outils d’écriture de l’auteur et sa production rend cette salle de consultation des archives Durrell irremplaçable.

  • 1 Je tiens à remercier aussi ici Janine Boukhris, Thierry Salomon et Véronique Maylin, qui ont égale (...)

2Cette expérience unique ne fut possible que grâce au dévouement sans borne et à l’engagement intellectuel passionné de Corinne Alexandre-Garner qui a toujours veillé, malgré les innombrables difficultés, à ce que la bibliothèque puisse ouvrir ses portes aux chercheurs1.

 

  • 2 Voir M. Caplan-Philippe, La couleur dans l’œuvre de Lawrence Durrell, Thèse, Littérature anglaise, (...)
  • 3 Voir T. Stephanides, Lettres à Lawrence Durrell [1961-1982], introduction et traduction critique d (...)

3Mes premières recherches ont porté sur les sources du Quintette d’Avignon, en particulier la documentation de Lawrence Durrell sur les Cathares, les Templiers et les Gnostiques, mais aussi sur la correspondance de Van Gogh, sur Nietzsche, Pétrarque, le Marquis de Sade, Freud, et le bouddhisme zen ainsi que sur les sources se rapportant à la Provence et, notamment les ouvrages sur l’histoire et la topographie d’Avignon et du comtat Venaissin. Mes premières consultations d’ouvrages se sont faites à partir des fiches cartonnées manuscrites qui indiquaient si l’ouvrage faisait partie de la réserve (RES), c’est-à-dire du fonds qui provenait de Sommières et qui avait appartenu à Lawrence Durrell. Par la suite ce fonds originel a été complété par Corinne Alexandre-Garner qui a fait commander par l’université un exemplaire des ouvrages utilisés par Lawrence Durrell mais ne provenant pas de ses archives personnelles. J’ai ainsi pu trouver dans les ouvrages de Lawrence Durrell des passages entiers de textes sources soulignés et annotés, parfois de simples index indiquant des références à des pages où l’extrait était discrètement signalé par une étoile en marge, et d’autres fois, rien du tout, comme si l’auteur, après avoir visiblement recopié des passages entiers d’une œuvre dans ses carnets, se refusait à livrer explicitement sa source exacte, se cachant derrière ses livres. Par ailleurs, on remarque que Lawrence Durrell s’appropriait aussi des citations entières de livres. Ainsi, la description du mirage d’Alexandrie qui ouvre Balthazar est directement héritée de l’ouvrage orientaliste de R. Talbot Kelly Egypt dont Durrell possédait un exemplaire2, tandis que son récit sur Corfou reprend des extraits d’ouvrages inachevés que lui confia Theodore Stephanides3.

  • 4 Voir l’article de Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque, «Bulletin des bibliothèques de France», (...)

4De telles découvertes ont un double intérêt: elles permettent de retracer le mouvement de l’écriture à ses débuts et elles ouvrent le champ de la lecture et de l’interprétation en révélant le contexte historique, philosophique et esthétique dans lequel l’œuvre a vu le jour. Les citations non avouées comme celles avouées (dans le Quintette, Durrell cite en note de bas de page un article de psychiatrie dont il s’inspire pour la description de l’autisme) ouvrent la lecture à d’autres écrivains: Philip Sidney, William Shakespeare, William Wordsworth, Percy Bysshe Shelley, mais aussi le marquis de Sade, Stendhal, Gérard de Nerval, Paul Valéry, Albert Camus, ou bien encore T.S. Eliot, Sacheverell Sitwell, Henry Miller, et Anaïs Nin. La fréquentation de la Morris Library de Carbondale m’a également permis de mesurer l’importance de ces ouvrages qui mériteraient de constituer l’objet d’une recherche portant parallèlement sur ce qu’Yves Peyré appelle la «bibliothèque de formation» et «la bibliothèque de travail»4 de l’écrivain, toutes deux d’égale importance pour le chercheur qui tente de remonter aux sources de la genèse d’une écriture. On se souvient à ce sujet de la fascination qu’éprouvait Lawrence Durrell pour les bibliothèques, en particulier pour la British Library où il se rendait fréquemment jeune homme afin de se documenter sur les poètes élisabéthains. Dès cette époque, il avait constitué des carnets de citations contenant des phrases importantes que l’on retrouve plus tard.

  • 5 The Alexandria Quartet, London, Faber, 1974, p. 357.

5On ne saurait également oublier que la bibliothèque tient dans l’œuvre de Lawrence Durrell une place de choix. On songe ainsi à la bibliothèque des Cervoni où se réfugie Darley dans Le Quatuor pendant la soirée de Carnaval où Toto de Brunel est assassiné: il s’y dirige en quête de paix et de silence, espérant y trouver «le dernier manuscrit de Cavafy»5. Mais l’armoire est fermée à clé; il trouve là Capodistria qui lui cite l’édition en huit volumes des manuscrits bouddhistes édités par le père de l’ambassadeur Mountolive. Aux textes inaccessibles, mais authentiques, du poète se substitue alors le texte philosophique du personnage, comme si l’œuvre romanesque cherchait à masquer le texte original de Cavafy derrière la citation fictive:

  • 6 Ibidem, p. 358. «Il approcha son papier du feu et lut lentement, d’un air de satifaction embarrass (...)

He held his paper out to the fire and read slowly with an air of puzzled pleasure the quotation he had copied out: «The fruit of the tree of good and evil is itself but flesh; yes, and the apple itself is but an apple of the dust»6.

6L’auteur semble ainsi se moquer à la fois de lui-même et de son lecteur à travers la figure de Da Capo fasciné par sa propre citation, satisfait des quelques mots arrachés comme une gemme à la masse des huit volumes et dont il espère qu’ils éclaireront sa vision de l’homme. Un tel procédé ne saurait manquer d’évoquer les nombreuses citations fictives qui jalonnent l’œuvre durellienne, comme si l’auteur incitait le chercheur à constituer à son tour sa propre bibliothèque d’œuvres rêvées: celles de Mountolive père, de Pursewarden, de Darley, de Keats, et plus tard, dans Le Quintette, de Blanford, de Sutcliffe ou de Livia. À côté des citations authentiques de Sade, de Freud, de Cavafy, de textes historiques sur les Templiers, ou d’études de psychiatrie sur l’autisme, pour n’en citer que quelques unes, le texte élabore sa propre bibliothèque imaginaire qui croise la bibliothèque réelle.

7Il est alors symptomatique de constater que le livre est, dans l’œuvre durrellienne, toujours le signe d’une absence: c’est l’œuvre de Pursewarden, God is a Humourist, perpétuellement mentionnée mais jamais citée et dont on croit deviner les bribes par intermittence dans le texte et au seuil, dans les notes de Keats rapportant les mots de Pursewarden à la fin de Balthazar ou dans les «Notes» destinées à Clea à la fin du dernier volume. De même, le lecteur n’a jamais accès à l’interlinéaire de Balthazar qui vient corriger Justine, le roman absent de Darley que celui-ci semble pourtant écrire sous nos yeux tout au long du premier volume du Quatuor. Le livre comme matérialisation de l’absence préside également aux origines du Black Book, roman en trois livres, qui s’écrit à partir d’un journal intime accessible seulement par fragments, comme dévoré déjà par l’écriture en formation. À cela s’ajoute l’histoire particulièrement mouvementée de la publication de ce roman qui fut d’abord censuré en Angleterre et aux États-Unis et parut pour la première fois en France en 1938, perpétuellement menacé, pour ainsi dire, par le risque de l’absence.

  • 7 The Alexandria Quartet cit., p. 468. «Ces livres étaient, en quelque sorte, son excuse et sa justi (...)
  • 8 Ibidem.

8Il semble alors que la relation au livre chez Durrell se donne comme un paradoxe: l’écriture signe l’absence du livre là précisément où celui-ci se construit, tandis que le livre, lui, signe l’absence de l’auteur. C’est le cas, dans Le Quatuor, des textes de Mountolive père qui, resté en Inde pour devenir moine et poursuivre ses recherches, adresse pour seuls signes de vie à sa famille laissée en Angleterre, ses publications scientifiques: «The books were, in a way, both his excuse and his apology»7. Il est devenu «the invisible author»8, l’incarnation parfaite de l’Auteur.

  • 9 The Ikons, London, Faber, 1966, p. 40.
  • 10 Cities, Plains and People, London, Faber, 1946, p. 57.
  • 11 On Seeming to Presume, London, Faber, 1948, p. 22.
  • 12 The Tree of Idleness, London, Faber, 1955, p. 18.

9Ce statut particulier du livre dans l’œuvre romanesque se retrouve dans les textes poétiques. On pourrait par exemple citer dans le recueil The Ikons, publié en 1966, plusieurs poèmes qui s’écrivent sur un texte absent, tel «Paullus to Cornelia» qui s’inscrit dans le prolongement d’une élégie de Properce: «See the eleventh elegy of Propertius»9 indique la note du titre. L’étude textuelle montre une parenté intime entre les poèmes durrellien et latin, tout comme dans le poème suivant, «Moonlight», où le lecteur reconnaît des passages de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Des poèmes plus anciens, comme «Cities, Plains and People»10, «On Seeming to Presume»11 ou «The Dying Fall»12, se situent, eux, dans la lignée des textes de T. S. Eliot avec lequel Lawrence Durrell entretint une correspondance très riche, consultable à la Morris Library, mais qu’il se garde de citer explicitement dans ses recueils.

  • 13 The Alexandria Quartet cit., p. 469.

10La connaissance du texte implicite est indispensable à la compréhension des poèmes, comme si l’ouverture de la bibliothèque de l’écrivain en cachait toujours une seconde, sorte de présence absente qui habite l’œuvre. Lawrence Durrell laisse ainsi éclater la force de la voix poétique, cet écho désincarné et néanmoins réel, parole d’un auteur invisible qui se confond avec celle de ses pères, l’amplifie, la rejoint. On songe encore une fois aux objets hétéroclites de la bibliothèque que le père de Mountolive laisse derrière lui (mandalas peints, objets votifs, roue de prière tibétaine, livres rares) dont le jeune ambassadeur pense qu’ils feront un jour le bonheur des musées, lorsqu’ils rejoindront leur statut d’objets anonymes13. Et c’est précisément là une pensée qui, loin d’apaiser le chercheur, l’inquiète car on saisit aisément le risque d’une telle dissémination: le point où l’œuvre ne fera plus sens parce que dispersée, atomisée, invisible.

 

  • 14 C. Buignet, Tropismes photographiques: indicible et inimageable, dans J.-P. Montier, L. Louvel, D. (...)
  • 15 E.M. Forster, Howards End [1910], Harmondsworth, Penguin, 1967, p. 174.

11Le mouvement de va-et-vient qui naît de la fréquentation de la bibliothèque réelle et livresque permet de saisir les possibilités infinies d’exploitation de la bibliothèque de l’auteur. La bibliothèque est à la fois le lieu bien réel où le lecteur peut consulter les sources de l’auteur et cet espace virtuel qui rouvre la lecture: en convoquant Cavafy ou Properce Lawrence Durrell nous rappelle que toute bibliothèque est fondamentalement un espace à la fois ouvert et intime destiné à faire voyager le lecteur. Elle apparaît alors comme ce dispositif qui, en un seul espace, conjoint «[…] objet structuré et effet non limité […] permettant une brusque ouverture à quelque chose de l’ordre de l’indicible […]»14. La bibliothèque est en effet aux fondements de l’écriture comme de la lecture et incarne le leitmotiv traversant l’œuvre durrellienne: «Connect, connect» dit Blanford dans le Quintette, faisant écho aux mots célèbres de E. M. Forster dans Howards End, «Only connect the prose and the passion, and both will be exalted […] Live in fragments no longer»15. Car il s’agit bien de cela: retrouver les fils qui sous-tendent l’élaboration non seulement de l’œuvre mais de l’imaginaire auquel elles appartiennent, suivre les connexions entre les textes, mais aussi entre les sensibilités artistiques qui s’épousent et se répondent à travers le temps.

12La bibliothèque nous ouvre ainsi le monde secret de l’auteur, se faisant le lieu d’une rencontre à la fois impossible et ineffable, comme lorsque le lecteur retrouve la main d’Anaïs Nin sur l’exemplaire de Art and Artist que Durrell reçut de Nin et de Miller à son arrivée à Paris, ou lorsqu’il consulte les lettres reçues par l’auteur. La bibliothèque de l’auteur devient alors un espace de découverte où le chercheur se perd et se retrouve, bifurque au hasard des rencontres: un mot sur le recto d’une couverture, une citation non identifiée dans un carnet, un dessin au feutre qui trace les méandres d’une création à venir. Le lecteur se retrouve ainsi, étrangement, dans la position des narrateurs durrelliens (que l’on songe à Darley dans le Quatuor ou à Blanford dans le Quintette) qui peinent à rassembler les bribes de carnets disparus. Le livre annoté par l’auteur, le cahier d’écrivain deviennent alors autre chose qu’une simple source utile pour le chercheur: c’est le lieu d’un passage, le témoignage d’une errance que chaque lecteur vient poursuivre. La transmission du savoir dépasse ainsi le simple cadre textuel dans la mesure où la bibliothèque nous invite à creuser toujours plus loin les échos entre les sources et l’œuvre, à mettre nos pas dans le sillage tracé par l’écrivain qui, dans son cheminement de texte en texte, tout comme dans son cheminement géographique – l’Inde, l’Angleterre, la Grèce, l’Argentine, la Bosnie, la Provence – laisse toujours un vide, une marge, que seule l’imagination poétique peut combler.

  • 16 «[…] a system of poetical collage […]», Caesar’s Vast Ghost, London, Faber, 1995, p. 6.
  • 17 Voir à ce sujet I. Keller-Privat, “L’Ombre infinie de César” de Lawrence Durrell, Paris, Atlande, (...)
  • 18 Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque cit.
  • 19 Ibidem.

13On trouve ainsi dans le fonds Durrell de nombreux textes qui ont servi de source à son dernier ouvrage, Caesar’s Vast Ghost, Aspects of Provence, et qui, bien que référencés pour la plupart dans les sources à la fin de l’œuvre, sont pour certains incorporés au texte sans que l’auteur ait pris la peine d’user de guillemets. Les passages concernés proviennent essentiellement du texte de Pierre Charles Lenthéric, La Grèce et l’Orient en Provence, de celui de Sabine Baring-Gould, In Troubadour-Land ainsi que de l’ouvrage de Theodore Andrea Cook, Old Provence. Mais on constate également qu’une partie des sources de l’auteur n’est pas dévoilée. Ainsi, de nombreux passages de Caesar’s Vast Ghost sont directement tirés de l’ouvrage de Raymond Chevallier, Provincia, ainsi que de ses sources sur Sade, comme le texte de Gilbert Lely, Vie du Marquis de Sade, ou celui d’Henri Fauville, La Coste. Sade en Provence, incitant à lire, en marge des sources avouées, ces textes que la bibliothèque abrite mais que la bibliographie fournie par l’auteur masque. Certaines descriptions de l’art de la tauromachie sont également empruntées à des ouvrages illustrés non référencés que possédait l’auteur et qui sont consultables à la bibliothèque de recherche Lawrence Durrell. Un jeu curieux s’établit alors entre le texte et la bibliothèque. Caesar’s Vast Ghost, qui se définit lui-même comme un «collage poétique»16, invite le lecteur à un jeu de pistes, suggérant des lectures qui nous éloignent momentanément du texte durrellien pour nous faire découvrir une Provence qui est moins une réalité géographique qu’une entité livresque17. Il semblerait que la bibliothèque prenne alors l’ascendant sur le livre, que les multiples ramifications, implicites ou explicites, que le texte tisse avec ses origines participe du délitement de l’œuvre elle-même. Relire Caesar’s Vast Ghost à la lumière de ses sources c’est en effet traverser les écrits de Lenthéric, de Chevallier, de Lely, de Fauville, mais également de Tite-Live, de Tacite, de Suétone, de Mistral, de Van Gogh, c’est-à-dire reconstituer une bibliothèque immense qui embrasse l’écriture de la Provence à travers les siècles et les genres, une bibliothèque à la fois bien réelle et infinie. Le lecteur qui retrouve les annotations de Lawrence Durrell en marge des textes qui lui ont permis de construire sa Provence éprouve la curieuse impression de rencontrer une «bibliothèque de travail» qui est bien la preuve que l’auteur cherche à «vérifier [ses] intuitions et à s’obliger de les étayer au prix de maintes recherches18», comme l’explique Yves Peyré, mais qui est également la trace d’un égarement. Dans cet ultime texte Lawrence Durrell se laisse une dernière fois hypnotiser par le pouvoir de la bibliothèque et, se réfugiant derrière les œuvres qui lui ont ouvert le chemin de la Provence, il choisit de disparaître en livrant à son lecteur ces livres qui «ont arrêté [le] créateur, […] l’ont incité à être, à devenir»19, des livres qui sont à la fois le signe d’un passage et l’esquisse d’un avenir qui échappe au texte.

14Consulter la bibliothèque de recherche Lawrence Durrell permet au lecteur non seulement de saisir le rapport complexe que l’œuvre établit avec ses sources mais également de remonter la genèse des textes et de comprendre les enjeux éditoriaux et littéraires cachés.

15Deux exemples précis tirés du fonds Durrell sont particulièrement éloquents: il s’agit du texte célébrant Henri Michaux et du poème Bitter Lemons dont les manuscrits et les éditions originales ne sont consultables sous cette forme qu’à la bibliothèque de recherche Lawrence Durrell.

 

  • 20 Ibidem.
  • 21 Voir à ce sujet I. Keller-Privat, Poetry at the risk of criticism in “Key to Modern Poetry” by Law (...)
  • 22 «Clusters of points dancing a farandole from tribes of words», L. Durrell, Henri Michaux, Saint Cl (...)
  • 23 Ibidem, p. 23.

16Le premier, témoigne du désir profond de l’auteur d’inscrire son travail dans la chaîne des écrivains qu’il a toujours aimés et qui l’ont accompagné. Il s’agit moins ici d’une «bibliothèque de travail» que d’une bibliothèque intime rassemblant ce qu’Yves Peyré nomme ces «lampes de papier trouant les nuits»20 de l’écrivain. Lawrence Durrell nous plonge ainsi à deux reprises au cours de sa carrière dans les textes qui habitent son écriture. La première fois, il publie en 1952 un ouvrage critique Key to Modern Poetry qui propose une analyse passionnante des grands romantiques, comme Coleridge ou Wordsworth ainsi que des poètes modernes, tels T. S. Eliot ou Gerard Manley Hopkins21. La deuxième fois, il choisit de consacrer au poète français Henri Michaux un texte qui défie toute classification générique. Écrit au début des années 1970 et publié pour la première fois par Peter Baldwin en 1990, Henri Michaux est à la fois un texte d’auteur, une lecture critique et un acte poétique. Le texte se décompose en deux parties: la première est un hommage, la deuxième, un court poème en prose. Le choix de deux éditions précieuses à petit tirage, toutes deux délicatement illustrées, confère au livre un statut particulier: c’est une œuvre à part à de multiples titres. Le manuscrit est lui-même magnifiquement illustré, comme si Durrell, en hommage à Henri Michaux, voulait lui consacrer une œuvre d’art, véritable tombeau littéraire à l’égard d’un poète qu’il admira tant. Enfin, «A Poem in honour of Henri Michaux» constitue un bref éloge poétique qui laisse éclater une parole affranchie du discours critique comme de la forme poétique, sorte d’adresse destinée, post mortem, à l’un de ceux qui s’inscrivent désormais parmi ces «poussières d’étoiles dansant une farandole qui s’échappe de la tribu des mots»22. On comprend, en feuilletant le manuscrit et l’édition originale de Peter Baldwin, que Lawrence Durrell esquisse dans ce texte une nouvelle approche critique et poétique à travers laquelle la lecture de l’autre devient le lieu d’un passage vers une nouvelle écriture qui est indissociable d’une réflexion sur la langue, sur le monde et sur soi: «Au sein de tous ses poèmes une mèche brasille qui soudain met le feu aux poudres. Est-ce précisément sa quête lumineuse de la réalité intérieure qui nous interroge? Les mots révèlent son étrange pouvoir»23 affirme le poète à propos d’Henri Michaux. C’est cette même mèche que le lecteur ne cesse de chercher dans les rayons de la bibliothèque, celle même que Lawrence Durrell nous laisse en partage au cœur des livres qui ont fait naître et croître sa passion.

 

  • 24 La bibliothèque Lawrence Durrell détient le n. 18.
  • 25 Cet ouvrage mesure à peine 10x10 cm. Une reproduction est consultable dans I. Keller-Privat, Betwe (...)

17Si l’on en vient maintenant au poème Bitter Lemons, on découvre que sa présence dans les archives de la bibliothèque Lawrence Durrell révèle les liens étroits et complexes de la poésie durrellienne avec la terre grecque. On connaît les recueils principaux de poèmes, en particulier The Tree of Idleness, publié en 1955 et consacré à l’île de Chypre. La même année, Durrell publie Private Drafts, sur sa propre presse à Nicosie24. En 1957, Lawrence Durrell clôt le récit de résidence Bitter Lemons of Cyprus par le poème Bitter Lemons qui figurait dans Private Drafts mais qui n’avait pas été inclus dans l’édition du recueil destiné à un large public, The Tree of Idleness. C’est avec stupéfaction qu’on découvre dans les armoires de la bibliothèque Lawrence Durrell la présence de ce poème, emblématique de l’île de Chypre, et de la perte de l’île par l’auteur et, simultanément, par la Couronne, publié dans une édition privée limitée à 100 tirages. Sans aucun doute l’un des plus beaux poèmes de Durrell sur la Grèce, Bitter Lemons dit la perte de la terre grecque et le désarroi de l’auteur qui ne devait plus jamais revenir s’y installer. La présence de ce poème en conclusion au récit de résidence au fil duquel le lecteur perçoit toute l’ambiguïté du rapport de Durrell avec Chypre, le place en marge à double titre: rejeté à la périphérie du récit de résidence et exclu du recueil The Tree of Idleness, il est ce texte décentré qui dit, par son absence, l’impossible confrontation avec la terre chypriote qui, tout au long du récit, échappe également au narrateur. La première publication dans une édition imprimée de la main de l’auteur et destinée à la sphère privée, lui confère un statut privilégié: il trouve sa place dans un ouvrage aussi délicat que minuscule25 présentant des textes inachevés, comme une confidence poétique réservée aux initiés et leur ouvrant le jardin secret de la blessure. L’élision du poème Bitter Lemons à la fin du recueil s’apparente alors à un refoulement, comme si Durrell se refusait à clore ce cycle de poèmes sur la perte de la terre aimée. Bien des années plus tard, dans son ouvrage The Greek Islands paru en 1978, Durrell arguera de la complexité de la situation politique de Chypre pour justifier à nouveau l’absence de toute description de l’île.

18La présence du poème absent dans ce petit recueil, pour ainsi dire inaperçu, constitue un indice crucial pour le chercheur qui, en remontant l’histoire de la publication de ce court poème, saisit pleinement les enjeux du texte. Bitter Lemons est en effet ce poème qui dit la perte de la terre chypriote, le déchirement de l’écrivain qui perd la Grèce tout entière, et se trouve coupé des amitiés grecques qui ont tant nourri sa vie et sa poésie. Le poème est exilé du recueil The Tree of Idleness, comme l’auteur lui-même qui vivra à jamais en exil de la Grèce, choisissant le Languedoc comme dernière terre d’asile parce que sa lumière lui rappelait tant la lumière grecque. Concluant le récit de résidence, Bitter Lemons dit l’insoutenable de la perte dans une langue qui fait scission avec la prose, qui refuse le discours pour laisser place à l’émotion:

  • 26 Bitter Lemons of Cyprus, London, Faber, 1959, p. 252.

Better leave the rest unsaid […]
And the Greek sea’s curly head
Keep its calms like tears unshed
Keep its calms like tears unshed26.

  • 27 Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque cit.

19Le recueil Private Drafts se livre ainsi, au sein de la bibliothèque Lawrence Durrell, comme une de ces «lampes de papier»27 inattendues qui vient éclairer, au hasard des rayonnages, non seulement la lecture du recueil The Tree of Idleness, mais aussi la spécificité de l’entreprise poétique de Lawrence Durrell. En dehors de ce lieu, ce tirage rare n’est plus qu’un simple objet de collection, une pièce de prix, certes, mais dénuée de sens.

 

  • 28 S. Sitwell, Agamemnon’s Tomb [1933], Edinburgh, The Tragara Press, 1972.

20La bibliothèque Lawrence Durrell est riche de tels trésors. On ne saurait oublier, par exemple, la préparation de la deuxième édition des Selected Poems qui reprend en 1964 l’édition de 1956. On trouve en effet la table des matières corrigée de la main de Durrell qui réorganise l’ordre des poèmes, et de nombreux feuillets tapuscrits correspondant aux nouveaux poèmes à insérer, eux-mêmes abondamment corrigés. On saisit ainsi l’importance de la matérialité des recueils dont Durrell travailla avec soin la composition. De même, les corrections apportées au poème Omega Grey qui se trouve dans le premier cahier sur le Quintette (Réserve Avq 1) constituent une source précieuse pour le chercheur qui peut ainsi mieux comprendre le cheminement de l’écriture poétique. On trouve également dans la bibliothèque le tapuscrit corrigé de Constance ainsi que la liste des corrections de Quinx mais aussi des textes difficilement accessibles, tel le poème de Sacheverell Sitwell, Agamemnon’s Tomb28, qui éclaire le poème Nemea que Durrell publia dans son premier recueil édité par T. S. Eliot chez Faber en 1943, A Private Country.

21La bibliothèque Lawrence Durrell de Nanterre constitue ainsi véritablement un lieu de rencontre, de partage et de transmission. Elle est cet espace clos où le chercheur retrouve un peu l’antre de l’écrivain dans lequel il va saisir, rayon après rayon, les textes et les images qui ont nourri son œuvre. Mais elle est aussi un espace résolument ouvert – les lecteurs reconnaîtront ici sans mal la caverne chère à la fiction durrellienne, simultanément espace d’enfermement et de dissémination, qui engloutit les personnages à la fin du Quintette et qui explose. La bibliothèque, elle aussi, dissémine, mais tout autrement. Elle engage le chercheur, non pas seulement dans un rapport utilitariste, mais aussi, plus largement, dans un rapport à l’œuvre qui est un rapport au monde. Elle ouvre les perspectives de recherche, elle fait fructifier les centres d’intérêt, elle déploie le champ des échanges: études durrelliennes, milleriennes, lawrenciennes, études des écrivains modernistes à Paris dans les années 1930, études de la représentation de l’espace et du temps, modalités et spécificités des nouvelles écritures de l’ailleurs, interrogation des problématiques de l’exil et des migrations, inscription de la conscience de soi et de l’autre dans un univers perpétuellement mobile dont les frontières ne cessent de se déplacer et de faire travailler l’imaginaire.

Notes

1 Je tiens à remercier aussi ici Janine Boukhris, Thierry Salomon et Véronique Maylin, qui ont également, avec professionnalisme et sollicitude, guidé mes pas en ce lieu.

2 Voir M. Caplan-Philippe, La couleur dans l’œuvre de Lawrence Durrell, Thèse, Littérature anglaise, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, Ufr du Monde Anglophone, novembre 2002.

3 Voir T. Stephanides, Lettres à Lawrence Durrell [1961-1982], introduction et traduction critique de Barbara Papastavrou-Koroniotakis, préface de Corinne Alexandre-Garner, Paris, Athènes, Presses universitaires de Paris X - Éditions Gavrielides.

4 Voir l’article de Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque, «Bulletin des bibliothèques de France», t. 47, n. 6, 2002, pp. 12-20, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-06-0012-002.

5 The Alexandria Quartet, London, Faber, 1974, p. 357.

6 Ibidem, p. 358. «Il approcha son papier du feu et lut lentement, d’un air de satifaction embarrassée, le passage qu’il avait copié: ‘Le fruit de l’arbre du bien et du mal n’est autre que la chair; oui. Et la pomme n’est rien de plus qu’une pomme de poussière’», Le Quatuor d’Alexandrie, trad. par R. Giroux, Paris, Librairie Générale Française, 1992, p. 405.

7 The Alexandria Quartet cit., p. 468. «Ces livres étaient, en quelque sorte, son excuse et sa justification», Le Quatuor d’Alexandrie, p. 531.

8 Ibidem.

9 The Ikons, London, Faber, 1966, p. 40.

10 Cities, Plains and People, London, Faber, 1946, p. 57.

11 On Seeming to Presume, London, Faber, 1948, p. 22.

12 The Tree of Idleness, London, Faber, 1955, p. 18.

13 The Alexandria Quartet cit., p. 469.

14 C. Buignet, Tropismes photographiques: indicible et inimageable, dans J.-P. Montier, L. Louvel, D. Méaux et P. Ortel (éds), Littérature et photographie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, pp. 498-499.

15 E.M. Forster, Howards End [1910], Harmondsworth, Penguin, 1967, p. 174.

16 «[…] a system of poetical collage […]», Caesar’s Vast Ghost, London, Faber, 1995, p. 6.

17 Voir à ce sujet I. Keller-Privat, “L’Ombre infinie de César” de Lawrence Durrell, Paris, Atlande, 2015.

18 Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque cit.

19 Ibidem.

20 Ibidem.

21 Voir à ce sujet I. Keller-Privat, Poetry at the risk of criticism in “Key to Modern Poetry” by Lawrence Durrell, dans K. Schwerdtner et G. de Viveiros (éds), «Interférences Littéraires - Literaire interferenties», n. 15, Au risque du métatexte. Formes et enjeux de l’autocommentaire, février 2015, pp. 91-109.

22 «Clusters of points dancing a farandole from tribes of words», L. Durrell, Henri Michaux, Saint Clément, Fata Morgana, 1990, p. 42 (ma traduction).

23 Ibidem, p. 23.

24 La bibliothèque Lawrence Durrell détient le n. 18.

25 Cet ouvrage mesure à peine 10x10 cm. Une reproduction est consultable dans I. Keller-Privat, Between the lines. L’écriture du déchirement dans la poésie de Lawrence Durrell, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2015, p. 216.

26 Bitter Lemons of Cyprus, London, Faber, 1959, p. 252.

27 Y. Peyré, L’écrivain et sa bibliothèque cit.

28 S. Sitwell, Agamemnon’s Tomb [1933], Edinburgh, The Tragara Press, 1972.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search