Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques d’écrivains

 | 
Olivier Belin
, 
Catherine Mayaux
, 
Anne Verdure-Mary

1re partie: Constitution et transmission

La constitution d’une bibliothèque royale: la Librairie de Charles V

Olivier Bertrand

Texte intégral

  • 1 Le terme de «librairie» doit ici être explicité: le mot entre dans la langue française dans la deu (...)
  • 2 S. Lusignan, Le français médiéval: perspectives historiques sur une langue plurielle, dans S. Lusi (...)

1La constitution de la Librairie1 de Charles V (1364-1380) est intimement liée à l’histoire politique et linguistique du royaume de France des xiiie et xive siècles. Avant le règne de saint Louis au xiiie siècle, les manuscrits royaux sont essentiellement en latin2 et il n’existe pas réellement de bibliothèque – au sens moderne du terme – ni même de sentiment d’une unité constituée ou encore d’une progression dans l’établissement d’une véritable bibliothèque du roi de France. Cela n’apparaîtra qu’au milieu du xive siècle, sous le règne de Jean II le Bon.

  • 3 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 719; M.-H. Tesnière, L’exemplaire de dédicace du Ti (...)

2Mais ce n’est véritablement qu’à la fin du xive siècle, précisément sous le règne de son fils Charles V que se développent à la fois une politique culturelle et une approche systématique de la conservation du patrimoine savant; conservation qui se traduit par la constitution d’une collection royale. Celle-ci sera inventoriée, recensée et scrupuleusement décrite dans les différents inventaires des biens de la couronne. Une manifestation saillante d’une telle bibliothèque royale réside dans le fait que le livre lui-même – c’est-à-dire le manuscrit médiéval – n’est plus la propriété personnelle du roi mais appartient au monarque en tant que personne publique3. Il s’agit bien là d’un fonds royal détenu par la monarchie. Comment une telle bibliothèque s’est-elle construite et dans quelles conditions? Quelle est la nature des ouvrages contenus dans la Librairie de Charles V?

  • 4 Le site est consultable à l’adresse: http://www.europeanaregia.eu/fr.
  • 5 M.-H. Tesnière, L’exemplaire de dédicace du Tite-Live de Bersuire et la réception de l’Antiquité c (...)

3Dans un premier temps, intéressons-nous aux sources qui permettent aujourd’hui d’apprécier toute l’importance de la Librairie du Sage roi. Nous l’avons mentionné, les inventaires royaux listent les biens de la couronne. Deux inventaires en particulier nous sont bien connus: celui de 1373, confié à Gilles Malet, garde de la librairie royale, et celui de 1380 effectué à la mort de Charles V. Les manuscrits eux-mêmes de la Librairie sont une source inestimable. Ceux-ci sont aujourd’hui dispersés ou disparus. Enfin, historiens, linguistes, lexicologues, philologues se sont penchés depuis la fin du xixe siècle sur cette bibliothèque royale et ont laissé de nombreux travaux qui nous permettent de recueillir aujourd’hui de précieuses informations sur ce que fut la Librairie du Louvre. Les travaux de Léopold Delisle (1826-1910), bien sûr, sont fondamentaux pour aborder le sujet. Grand médiéviste et Administrateur de la Bibliothèque de France de 1874 à 1905, il est l’auteur en particulier d’un ouvrage en deux tomes intitulé Recherches sur la Librairie de Charles V (publié en 1907). Cet ouvrage fait encore autorité. Mais la présente synthèse s’appuiera également sur les travaux, plus récents, de Jacques Monfrin, François Avril, Marie-Hélène Tesnière et Serge Lusignan. Conservateur général au département des Manuscrits de la BnF, Marie-Hélène Tesnière a largement contribué ces dernières années à faire connaître les manuscrits de la Bibliothèque de Charles V. Par ailleurs, la BnF a développé un programme intitulé Biblissima qui lui-même fait partie d’un projet européen Europeana Regia dont l’un des objectifs est de décrire et numériser les manuscrits français de la Bibliothèque de Charles V4. Ce projet vise en partie à éditer précisément les inventaires de la Librairie en identifiant les textes, leurs possesseurs et les manuscrits subsistant à travers le monde5.

4Trois parties jalonneront la présente contribution: nous envisagerons successivement la constitution de la Librairie (quelle est en somme la nature des ouvrages de cette bibliothèque royale), puis les liens entre la Librairie et le roi lui-même (le roi commanditaire, le roi lecteur) et enfin, l’organisation de celle-ci. Une conclusion évoquera alors rapidement l’histoire de la Librairie du Louvre après Charles V et les raisons de l’importance manifeste que l’historiographie moderne lui accorde depuis la fin du xixe siècle.

La constitution de la librairie de Charles V

  • 6 Il est le premier monarque français à porter ce titre avant son couronnement en sa qualité de fils (...)
  • 7 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans J.-F. Maillar (...)
  • 8 Notons que cela correspond à un nombre beaucoup plus important de textes puisqu’un manuscrit peut (...)

5Charles V règne de 1364 à 1380. Alors même que son père est retenu captif, il est dauphin6 de France, régent du royaume et de facto règne sur le pays depuis 1357. En ce milieu du xive siècle, plusieurs institutions ont déjà constitué de grandes bibliothèques. On pense évidemment à celle du collège de la Sorbonne qui détient plus de mille volumes à la fin du xiiie siècle et environ mille huit cent en 13387, ce qui est pour l’époque, considérable. Celle de Charles V compte environ mille manuscrits8.

  • 9 O. Bertrand, Le legs du moyen âge, éd. par V. Duché, Histoire des Traductions en Langue Française (...)
  • 10 F. Autrand, Charles V cit., p. 20.
  • 11 S. Lusignan, Le français médiéval: perspectives historiques sur une langue plurielle cit., tableau (...)

6Jean II le Bon (1350-1364) lit énormément, achète des manuscrits, commande des œuvres, des traductions. À titre d’exemple, Tite-Live est traduit en français par Bersuire entre 1352 et 13569. La bibliothèque qui sera celle de son fils ne vient donc pas de rien, loin s’en faut. Le grand-père même de Charles V, Philippe de Valois, fit faire une grande compilation historique dès 132610, sorte de manuel d’histoire. Il y a certainement une prédisposition familiale qui prendra réellement corps dans l’institution que sera la librairie de Charles V. Il n’est pas anodin d’évoquer en effet une «institution». Car le roi Charles s’entoure de lettrés – ecclésiastiques pour la plupart mais pas exclusivement – hommes de savoir donc auxquels il s’adresse pour traduire, copier, transmettre: à Nicole Oresme il commande la traduction du corpus aristotélicien, disponible à l’époque essentiellement en latin; à Raoul de Presles, qui est juriste, il impose la traduction de la Cité de Dieu de saint Augustin. Serge Lusignan a récemment synthétisé la répartition des livres de la bibliothèque sous Charles V dans un tableau que nous reproduisons ci-dessous11:

Les livres de la Librairie de Charles V

Domaine

%

Textes religieux et théologiques

29

Grands auteurs et florilèges

4

Arts libéraux et mécaniques

27

Morale, politique, histoire et droit

20

Médecine

4

Œuvres littéraires et théâtre

15

Indéterminé

1

  • 12 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans De Bibliothec (...)

7Ce qui ressort de ce tableau est que le corpus religieux arrive en tête de classement (29%), suivi de près par les Arts libéraux et mécaniques (27%) – ce qui peut paraître relativement incongru car il s’agit ici d’ouvrages sur l’étude de la nature et des planètes (mais on sait Charles V féru d’astrologie). Les œuvres morales et politiques représentent 20% du corpus, puis la littérature (15%), ce qui en soi n’est pas anodin. Le reste est négligeable. Retenons donc quatre grands domaines qui rendent compte de l’intérêt du roi – en tant que personne privée – pour la littérature et les Arts libéraux, et de l’intérêt de Charles V – personnage public – pour la théologie et la politique. On sait en outre que la période est particulièrement délicate politiquement, notamment dans les relations qu’entretient la monarchie avec le pape, relations qui vont conduire au grand schisme de l’Église gallicane à l’extrême fin du xive siècle et au début du xve. On retiendra enfin que la librairie est majoritairement composée d’œuvres en langue vernaculaire, ce qui fait dire à Marie-Hélène Tesnière12 qu’il s’agit en fait de «la première bibliothèque européenne de cette importance en langue vernaculaire».

Les commandes royales ou les deux corps du roi13

  • 13 Nous reprenons cette formule au titre de l’essai d’Ernst Kantorowicz: Les deux corps du roi, 1957; (...)
  • 14 Les prologues de la traduction du Policratique de Jean de Salisbury et de la Cité de Dieu de saint (...)
  • 15 C. Boucher, La mise en scène de la vulgarisation, les traductions d’autorités en langue vulgaire a (...)

8Tout au long de son règne, Charles V se forge une image de roi lettré14, de roi philosophe15 qui commande des œuvres, rétribue des auteurs et des traducteurs. Il est d’ailleurs souvent représenté dans les manuscrits assis au milieu des livres de sa bibliothèque, recevant les ouvrages des mains des traducteurs qu’il a sollicités. On sait par exemple que Raoul de Presles reçut 400 livres en 1371 pour entreprendre la traduction de la Cité de Dieu. Cela est dûment consigné:

  • 16 Acte du 28 octobre 1371, dans Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), éd. L. Delisle, (...)

Don de 400 l. à maître Raoul de Praelles, avocat et conseiller du roy, pour translater de latin en françois le livre de saint Augustin de La Cité de Dieu, pour l’utilité publique du royaume et de toute la crestienté16.

9Il y a bien là une politique de constitution de la librairie qui s’organise de manière très codée. Les prologues des traductions sont souvent aussi le lieu où l’on célèbre la personne royale tout autant que le commanditaire de l’ouvrage:

  • 17 O. Bertrand (dir.), La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375) ci (...)

À vouz, tres excellent prince, Charles le Quint, roy de France, je, Raoul de Praelles, vostre humble serviteur et subjet, tout vostre et tout ce que je scé et puis faire à votre commandement. Mon tres redoubté seigneur, les naturiens comme Plyne, Adelin, Aristote, Bede et autres qui firent les livres des proprietéz des choses, mettent l’aigle roy souverain de touz les oysiaus […] Et après ce, quand j’ay bien tout ce consideré, et avec ce avisé et regardé vostre haute nativité, la noblesce et grandeur de vostre personne, et en après vostre estude et continuele occupacion, et sus toutes ces choses la haute pensee qui est cheue en vostre cuer et qui vous a pleu a moy declarer, tout consideré et mis ensamble, il me semble que je vouz puis et doi encore asséz couvenablement comparer à l’aigle17.

10C’est bien la sapientia du monarque qui est ici célébrée. On retrouve cette mention chez de nombreux traducteurs, en particulier chez Jean Corbechon dans le prologue qu’il rédige en exergue de sa traduction du De proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais. Jean Golein également ne laisse pas de mentionner celle-ci dans son prologue au Rational des divins offices en 1372. Ce faisant, tous les traducteurs expriment alors une forme de manifeste public qui place le monarque au cœur du système politique et en fait, comme nous le verrons plus loin, non seulement un roi lettré (ce qui représenterait en somme la personne privée), mais aussi le symbole de la monarchie (la personne publique).

  • 18 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans De Bibliothec (...)

11Nous le rappelions en introduction, un «garde de la librairie du roi» est d’ailleurs attaché à l’institution. C’est en effet en 1369 que le roi confie sa bibliothèque à Gilles Malet qui sera chargé dès 1373 de procéder à un inventaire exhaustif des ouvrages. C’est le même Gilles Malet qui rédigera l’inventaire de 1380 après la mort du monarque. Il faut aussi noter – et le détail est d’importance – que cette librairie est «pour la première fois transmissible, c’est-à-dire qu’elle n’est pas le bien propre du roi, mais celui de la royauté»18.

L’organisation de la Librairie

12Cette royale librairie est loin d’être virtuelle. Elle a un lieu précis qui lui est dédié au Louvre, dans la Tour de la Fauconnerie. Il s’agit essentiellement de trois salles reliées entre elles. Marie-Hélène Tesnière résume parfaitement la configuration des lieux:

  • 19 Ibidem.

La bibliothèque est organisée en trois salles superposées de 4 à 4,50 m de diamètre chacune. Aussi somptueuse par la richesse du décor que par la préciosité des manuscrits qu’elle abrite, la salle du premier étage recèle la collection du prince (note: cette première salle est lambrissée d’un bois précieux venu de la Baltique; on a suspendu aux murs des lutrins; elle est éclairée de chandeliers d’argent). Là se trouvent rassemblés les manuscrits sur lesquels se fonde la sapientia royale: Bibles, Chroniques de France, encyclopédies, livres du gouvernement des princes, textes juridiques et les traductions que le roi a fait faire à partir de 1372 surtout. Le second étage abrite la collection des princesses où figurent livres de récréation, de prière et de dévotion. Essentiellement en latin, la bibliothèque du troisième étage est une collection de clerc, riche de livres d’astronomie et d’astrologie. À l’intérieur de ces trois ensembles qui paraissent relativement organisés, la bibliothèque semble être, au moins en partie, constituée d’une succession de petites bibliothèques particulières19.

13On voit dès lors que l’organisation même de la librairie de Charles V est savamment étudiée, sans doute dans un but assez pratique à la fois de conservation et de consultation. Le registre de la bibliothèque est scrupuleusement tenu par Gilles Malet. Le roi peut prêter (et éventuellement donner) des livres, cela est alors consigné. Au regard de l’inventaire de 1373, le récolement de 1380 permet d’obtenir une vision assez précise de l’évolution des entrées et des sorties d’ouvrages de la librairie.

14Nous avons évoqué déjà les différents traducteurs appelés par le roi lui-même pour effectuer un certain nombre de travaux. Il faut aussi avoir à l’esprit l’entreprise même de réalisation de ces ouvrages pour comprendre toute l’ampleur de la librairie royale. En effet copistes, relieurs, enlumineurs et calligraphes sont au service du roi pour produire très concrètement les commandes royales. On sait par une fine étude codicologique et paléographique qu’un de ceux-ci, nommé Raoulet d’Orléans, a copié une vingtaine de manuscrits de la bibliothèque royale.

15La cour étant souvent itinérante, d’autres bibliothèques royales complètent celle du Louvre. On pense volontiers à celle de la résidence de l’Hôtel de Saint-Pol, à Saint-Germain, mais surtout à celle de Vincennes où le roi se rend très fréquemment.

  • 20 F. Autrand, Charles V cit., p. 719.
  • 21 «Rex illiteratus est quasi asinus coronatus». On trouve cette formule dans les prologues du Policr (...)
  • 22 On sait que sous Jean le Bon, la librairie existe déjà et il serait abusif de considérer que tout (...)

16À la mort de Charles V en 1380, la bibliothèque royale est transmise au nouveau monarque, Charles VI. Ceci signifie bien que tous les livres sont à la couronne et non à la personne physique du roi. Il n’y a pas de partage entre les frères de Charles V. L’historienne Françoise Autrand rappelle justement que cette pratique est alors une nouveauté dans la maison royale20. Se manifeste magistralement ici la mise en place d’une double lecture, si l’on ose dire: la personne privée du roi qui lit et consulte les ouvrages, et la personne publique qui représente la monarchie et qui véhicule un idéal pour le royaume, qui transmet des valeurs, ce qui invite d’ailleurs les grands traducteurs de cette époque à rappeler au roi dans les prologues et dédicaces qu’un «roi sans lettres est comme un âne couronné»21. On a donc bien affaire à un roi lettré qui ne dispose pas par testament de sa librairie. C’est bien à partir de Charles V que la notion de «librairie royale» fait sens totalement22.

  • 23 Nous signalions en début d’article le projet Europeana Regia qui vise précisément à reconstituer – (...)

17Et pourtant, cette bibliothèque ne survivra que peu de temps à Charles V et son devenir sera tributaire des aléas et des désordres de la politique tourmentée du xve siècle en France. Elle sera littéralement vendue à titre privé au Duc de Bedford en 1424 lorsque celui-ci est régent de France et avant que Charles VII ne reprenne les rênes du pouvoir. À la mort de Jean de Lancastre, Duc de Bedford, la bibliothèque est définitivement dispersée. La Bibliothèque nationale de France possède aujourd’hui un certain nombre de ces manuscrits de la Librairie de Charles V, mais il y en a également dans le monde entier, dans des bibliothèques publiques et privées23.

18Au terme de ce rapide survol, une question reste en suspens: pourquoi donc cette bibliothèque de la fin du Moyen Âge a-t-elle pris autant d’importance dans la recherche contemporaine? Plusieurs raisons peuvent être avancées: en premier lieu, elle représente une formidable aventure éditoriale avant l’invention de l’imprimerie en Occident. C’est une histoire de mécénat qui fera des adeptes dans beaucoup de cours princières. Le propre frère de Charles V, Jean de Berry, sera lui-même un grand mécène et collectionneur de manuscrits tout au long de sa vie. L’œuvre en tant que telle devient aussi un véritable objet d’art. Pour ne considérer parmi les auctoritates que l’exemple de la Cité de Dieu déjà évoqué dans cet article, il est intéressant de constater que le roi et son frère possédaient de nombreuses copies du texte d’Augustin en latin et dans sa version traduite par Raoul de Presles. Ce n’est donc plus le texte seul qui importe mais le codex, l’exemplaire, le livre comme œuvre d’art. Le deuxième point important à retenir est sans doute le fait que cette bibliothèque est la première à avoir développé en français et non plus seulement en latin les grandes œuvres connues de l’Antiquité et du Moyen Âge. Cela eut pour conséquence un renouvellement assez substantiel des lexiques scientifiques et techniques en français. Enfin – corollaire du point précédent – en traduisant des œuvres de morale, de politique, mais aussi des textes purement scientifiques, tout en renouvelant les lexiques spécialisés, les traducteurs de Charles V inventent de nouvelles stratégies de traduction. En 1378, Jean Daudin traduit Pétrarque et classe son vocabulaire précis selon un ordre alphabétique. Nicole Oresme ne fera pas autrement pour lister les «mots divers et estranges» qu’il trouve en traduisant l’Éthique et la Politique d’Aristote; mots qui n’existent pas dans la langue française mais qu’il lui faut bien traduire. On comprendra alors que les néologismes soient légion dans toutes ces traductions des œuvres qui alimentent peu à peu la librairie de Charles V, avant même l’apparition des premiers dictionnaires de la langue française.

19Ainsi, la librairie du Sage roi dépasse la simple association consciente d’ouvrages épars mais participe singulièrement de l’émergence de certains lexiques scientifiques et techniques que le français contemporain connaît encore. Cette bibliothèque témoigne surtout d’une volonté marquée d’embrasser la connaissance le plus largement possible. En ceci le roi Charles V a sans doute bien mérité le qualificatif de «sage» qui lui est attribué dès la fin du xive siècle et au tout début du xve, notamment par Christine de Pizan dans un ouvrage qu’elle lui consacre dès 1404 intitulé Le Livre des faits et bonnes mœurs du Sage roi Charles V.

Notes

1 Le terme de «librairie» doit ici être explicité: le mot entre dans la langue française dans la deuxième moitié du xive siècle avec le sens de «bibliothèque» (que lui connaît encore l’anglais contemporain dans le terme library). C’est d’ailleurs la seule acception que l’on rencontre à cette époque; acception qui sera évincée au profit d’un sens bien différent «commerce de livres» à partir du xvie siècle. En français, le terme de «bibliothèque» n’apparaît qu’à l’extrême fin du xve siècle et ne se répand dans la langue qu’au milieu du xvie siècle. La tradition historiographique conserve l’expression «Librairie de Charles V» pour désigner la bibliothèque royale. Les deux mots seront utilisés indifféremment dans le présent article.

2 S. Lusignan, Le français médiéval: perspectives historiques sur une langue plurielle, dans S. Lusignan, F. Martineau, Y-Ch. Morin et P. Cohen, L’introuvable unité du français, contacts et variations linguistiques en Europe et en Amérique (xiie-xviiie siècles), Laval, Presses Université Laval, 2011, p. 71.

3 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 719; M.-H. Tesnière, L’exemplaire de dédicace du Tite-Live de Bersuire et la réception de l’Antiquité, dans Ch. Blondeau et M. Jacob, L’Antiquité entre Moyen Âge et Renaissance: l’Antiquité dans les livres produits au nord des Alpes entre 1350 et 1520 (éds), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2011, p. 252.

4 Le site est consultable à l’adresse: http://www.europeanaregia.eu/fr.

5 M.-H. Tesnière, L’exemplaire de dédicace du Tite-Live de Bersuire et la réception de l’Antiquité cit., p. 264.

6 Il est le premier monarque français à porter ce titre avant son couronnement en sa qualité de fils aîné du roi (Traité de Romans en 1349).

7 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans J.-F. Maillard, I. Monok et D. Nebbiai (dir.), De Bibliotheca Corviniana Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne, Budapest, Ozgazos Széchényi Könyvtar, 2009, p. 252.

8 Notons que cela correspond à un nombre beaucoup plus important de textes puisqu’un manuscrit peut contenir plusieurs textes différents.

9 O. Bertrand, Le legs du moyen âge, éd. par V. Duché, Histoire des Traductions en Langue Française (Htlf), xve-xvie siècles, Paris, Verdier, 2015; M.-H. Tesnière, L’exemplaire de dédicace du Tite-Live de Bersuire et la réception de l’Antiquité cit.

10 F. Autrand, Charles V cit., p. 20.

11 S. Lusignan, Le français médiéval: perspectives historiques sur une langue plurielle cit., tableau VI.

12 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans De Bibliotheca Corviniana Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne cit.

13 Nous reprenons cette formule au titre de l’essai d’Ernst Kantorowicz: Les deux corps du roi, 1957; 1989 pour la version française, Gallimard.

14 Les prologues de la traduction du Policratique de Jean de Salisbury et de la Cité de Dieu de saint Augustin, par exemple, le rappellent volontiers. Voir O. Bertrand, (dir.), La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375), Paris, Honoré Champion, I, 1, 2013.

15 C. Boucher, La mise en scène de la vulgarisation, les traductions d’autorités en langue vulgaire aux xiiie et xive siècles, Thèse de doctorat, Paris, École Pratique des Hautes Études, 2005, p. 248.

16 Acte du 28 octobre 1371, dans Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), éd. L. Delisle, Paris, Imprimerie nationale, 1874, p. VII.

17 O. Bertrand (dir.), La Cité de Dieu de saint Augustin traduite par Raoul de Presles (1371-1375) cit., pp. 163-165.

18 M.-H. Tesnière, Livres et pouvoir royal au xive siècle: la Librairie du Louvre, dans De Bibliotheca Corviniana Mathias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l’État moderne cit., p. 252.

19 Ibidem.

20 F. Autrand, Charles V cit., p. 719.

21 «Rex illiteratus est quasi asinus coronatus». On trouve cette formule dans les prologues du Policratique par Denis Foulechat et de la Cité de Dieu par Raoul de Presles.

22 On sait que sous Jean le Bon, la librairie existe déjà et il serait abusif de considérer que tout s’est constitué à partir de 1372. En effet, plusieurs traductions étaient déjà en cours sous le règne du père de Charles V. On pense notamment à celle de la Bible par Jean de Sy ou bien encore à celle des Décades de Tite-Live par Pierre Bersuire.

23 Nous signalions en début d’article le projet Europeana Regia qui vise précisément à reconstituer – virtuellement cette fois – cette magnifique bibliothèque du xive siècle.

Auteur

Université de Cergy-Pontoise, École polytechnique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search