Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

III. Justifier, exhorter, célébrer

4. Faveurs, obligations, servitude

Texte intégral

  • 1 Essais, Paris, L’Angelier, 1588, f. 442.

1Le chapitre « De la vanité» s’achève sur une prosopopée du dieu de Delphes, Apollon, exhortant l’homme à se connaître dans la misère de sa condition. Ce brillant développement de nature délibérative suit la transcription d’une bulle de bourgeoisie octroyée par les Conservateurs de la ville de Rome, faisant de Montaigne un citoyen romain. Dans l’édition originale de 1588, ce document est reproduit graphiquement à la manière d’un fac-similé, à l’exception de ses « sceaux et lettres dorées»1. Cette disposition soignée, en bonne page, qui rompt la suite du texte, lui confère une présence ostentatoire. Le diplôme ainsi reproduit est un texte hétérogène dans les Essais, par son statut et par son énonciation. Il est différent des citations en vers qui les scandent, mais il peut être rapproché du recueil des sonnets de La Boétie inséré à la suite du chapitre « De l’amitié», qu’on pouvait encore lire dans l’édition de 1588. Comme l’œuvre de La Boétie, comme un « tableau riche, poly et formé selon l’art», le diplôme est encadré par le discours de Montaigne. Celui-ci était comparé à des « grotesques ». Il est qualifié ici de façon moins valorisante d’« excréments d’un vieil esprit» (III, 9 : 989).

  • 2 Voir P. J.-R. Armogathe, Michel de Montaigne, ciuis Romanus, in P. Desan (dir.), Montaigne à l’étr (...)
  • 3 W. Boutcher, The School of Montaigne in Early Modern Europe, Oxford, Oxford University Press, 2017 (...)
  • 4 Voir M. McKinley, Vanity’s Bull : Montaigne’s Itineraries in III, 9, in M. Tetel et G. Mallary Mas (...)

2La dignité de citoyen romain a été conférée à Montaigne au printemps 1581. Sa nature et les conditions de son octroi ont été éclairées récemment pour préciser la mention faite par le bénéficiaire dans le Journal de son voyage en Italie2. De leur côté, de nombreux critiques ont analysé le chapitre « De la vanité». S’ils ont bien évoqué la citoyenneté romaine de Montaigne et sa mention, ils se sont le plus souvent bornés à renvoyer au passage du Journal qui évoque la réception de la bulle. Certains d’entre eux ont commenté le développement consacré aux ruines de Rome qui précède la transcription, ou les conclusions morales consacrées à la vanité qui la suivent. À l’exception de Warren Boutcher, aucun ne s’est intéressé à la bulle en tant que document, à son insertion dans le texte même des Essais, aux raisons qui avaient pu conduire l’auteur à son ostentation, sous cette forme et à cet endroit, comme s’il ne s’agissait pour eux que d’un élément purement matériel et documentaire, un simple support au discours qui l’accompagnait et sans autre portée3. Acceptant la représentation en voyageur oisif et sans but que Montaigne donnait de lui-même, ils ont estimé que ce long chapitre était lui-même une promenade sans structure et sans ordre, alors que Montaigne, comme Hercule gaulois, menait son lecteur enchaîné à sa parole au Capitole, où il lui révélait soudain qu’il avait été gratifié de la citoyenneté romaine, tout en faisant semblant de souligner la « vanité» d’une telle distinction. Certains ont pu considérer avec dédain ce titre comme une concession à un goût puéril pour les honneurs, dont Montaigne n’aurait su complètement se défaire ; d’autres, de façon plus littéraire, paraphrasant les termes mêmes de l’auteur, ont considéré l’acte qui le conférait comme une allégorie de la vanité de la condition humaine, permise par le jeu de mots sur la « bulle» romaine et l’homo bulla de trempe érasmienne4.

3Or ce document est bien là, reproduit dans le texte de Montaigne, aussi fortement mis en exergue par le contraste entre sa solennité et le discours ironique, modeste et dépréciatif en apparence qui l’entoure, que par les effets de la typographie. Il s’impose en fait dans son extravagance, à la mesure même d’un chapitre célébrant l’extravagance. Sous le prétexte utilitaire d’offrir un modèle de titulature à un futur postulant qui serait lui-même « malade de pareille curiosité» (ivi, 1045), Montaigne en donne la transcription fidèle, et par ce biais, il fait du portrait à divers aspects qu’il entend laisser de lui-même dans les Essais, un portrait d’apparat, en noble citoyen romain. Une telle représentation n’est pas anodine dans un livre « consubstantiel» à son auteur, dans une histoire de la vie de celui-ci, et dans un discours personnel à portée apologétique. Elle est provocante, si on la replace dans le contexte politique tout autre que serein du printemps 1588, au moment de la publication du livre III des Essais, à la cour de France, et dans la tradition polémique anti-romaine qui prévalait alors.

  • 5 Montaigne, Journal du voyage en Italie [1774], éd. P. Desan, pp.  560-563.
  • 6 Document conservé à l’Archivio Storico Capitolino, découvert et publié par P. Pavan, « Cives origi (...)
  • 7 Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 2152).

4-Montaigne, en rédigeant les chapitres du livre III, semble avoir trouvé un intérêt renouvelé au Journal qu’il avait rapporté de son voyage en Italie. En une page bien connue de celui-ci, il évoquait précisément cette citoyenneté romaine, qu’il reçut le 5 avril 1581, sous la forme de « lettres […] très-autantiques», au sens juridique du terme5. Il rappelle à cette occasion que lui-même l’avait sollicitée, en précisant les démarches qu’il avait effectuées et l’appui qu’il reçut du camérier du Pape, Paolo Musotti. Il confirmait implicitement l’intervention du pouvoir pontifical auprès des autorités municipales pour appuyer sa requête, au rebours de l’usage. Les conditions de l’octroi de ce titre sont connues par plusieurs documents : la requête elle-même, datée de 11 mars, portant la signature de Montaigne et la mention autographe, en italien, de ses titres français6, l’accusé de réception daté du 13 et l’inscription sur le registre romain des privilèges, une copie tardive de l’expédition de la bulle7. En revanche, le diplôme original dont la transcription figure dans les Essais n’a pas été retrouvé ; il a probablement disparu avec l’ensemble des archives de l’écrivain.

5Dans le Journal, l’épisode s’inscrit à la suite d’un long développement général, appartenant à la topique du récit de voyage, consacré aux « commodités de Rome», une cité dont Montaigne célèbre le caractère universel par une comparaison avec Venise : dans un cas « chacun y est comme chés soi», dans l’autre les étrangers « sont comme chés autrui». Cette qualité constitua tout au long du siècle un des « lieux» de la célébration de Rome, dans l’entreprise de restauration du pouvoir pontifical qui avait suivi le sac de 1527. Dans le chapitre « De la vanité», Montaigne l’évoquait encore, pour appuyer l’éloge de la Ville :

Seule ville commune, et universelle. […] C’est la ville metropolitaine de toutes les nations Chrestiennes. L’Espaignol et le François, chacun y est chez soy. (III, 9 : 1044)

  • 8 Les Essais, III, 9, p. 1796 var.

En revanche, Venise, plusieurs fois évoquée dans les Essais et rattachée au souvenir de La Boétie, n’est plus mentionnée dans ce chapitre que parmi les considérations sur la mort en voyage. La cité apparaît simplement comme une retraite possible, dont Montaigne pourrait envisager la possibilité dans le cas d’une extrême décrépitude. Cette mention fut même supprimée de l’édition posthume8. Venise était pour lui dépossédée de toute dimension publique, alors qu’elle avait constitué un véritable mythe politique républicain pour la génération des années 1550 et pour La Boétie en particulier. La cité avait perdu de son influence diplomatique, comme elle avait perdu de son prestige pour les lettrés français. En 1576, dans La République, Jean Bodin avait longuement analysé ses mécanismes politiques pour dévoiler l’imposture de son régime « harmonique», qui prétendait conjuguer les trois formes de gouvernement. Montaigne en avait reçu la confirmation au cours de son séjour, par son ami, l’ambassadeur Arnaud du Ferrier. Même l’agrément qu’offrait Venise avait fait l’objet d’une mise à l’épreuve sans indulgence, Montaigne évoquant « l’aigre senteur [….] de son maraits» (I, 56 : 335).

  • 9 Journal du voyage, éd. cit., pp.  243-244.

6Dans « De la vanité», l’éloge de Rome n’est plus mis en regard avec celui de Venise, mais avec celui de Paris. Ces deux éloges, deux encomia urbium, constituent un genre fondateur de la littérature de voyage à la Renaissance. Le premier est consacré à Paris. Il est inscrit dans un développement qui permet à Montaigne de justifier son goût des voyages par les menaces que font peser sur lui les guerres civiles. Introduit par une correction, il nuance la critique faite de la situation française au début du chapitre. Dans le Journal du voyage, le secrétaire de Montaigne assimilait cette critique à une forme de « passion du mespris de son païs qu’il [-Montaigne] avoit à haine et à contrecœur pour autres considérations»9. Dans les Essais, en même temps qu’il exprime tout son dégoût pour la « corruption du siècle» (III, 9 : 990), Montaigne juge nécessaire de redire l’affection qu’il porte à la capitale, « gloire de la France». Elle seule lui permet de se considérer comme Français. Dans l’éloge qu’il consacre à Paris, il développe un « lieu» commun au genre, celui du vœu, ici une prière, pour la prospérité de la cité ainsi célébrée. Celui-ci a une portée politique que précise une admonestation :

Dieu en chasse loing nos divisions : entière et unie, je la trouve deffendue de toute autre violence. Je l’advise, que de tous les partis, le pire sera celuy qui la mettra en discorde : Et ne crains pour elle, qu’elle mesme. (III, 9 : 1017)

  • 10 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. cit., p. 545.

Ces discordes (le texte de 1588 portait « divisions») sont celles qui déchirent l’ensemble du pays, le « pire» des partis est celui de la Ligue dont Montaigne envisage la menace. En date du 1er mars 1588, au moment même où Montaigne était arrivé dans la capitale, Pierre de L’Estoile notait que peuple de Paris était « empoisonné des bruits artificieux de la Ligue»10.

  • 11 Sur le discours de Montaigne consacré à Rome, voir E. McPhail, The Voyage to Rome in French Renais (...)
  • 12 Les Essais, III, 9, p. 1043.

7Le second encomium urbis est consacré à Rome. Il met en évidence le lien particulier qui unit Montaigne, dès son enfance, à la cité antique, remplie du souvenir de ses héros, Brutus et Pompée, objets d’une nouvelle évocation11. La vis admonitionis loci, la force de suggestion du lieu, dont il emprunte la définition à Cicéron et à Quintilien, est liée au souvenir des personnes chères et admirées12. Elle relie Montaigne à un réseau intemporel des vertueux d’une romanité idéale, qu’il honore et auquel il associe subtilement son père et l’ami disparu, lui-même plus authentiquement romain que vénitien. C’est là et sous cette forme, celle d’un rite funèbre sublime, que s’expriment pour Montaigne les formes pures de l’échange vertueux, le bienfait et l’obligation, en toute générosité, dans le désintéressement, sans calcul, sans « retrogradation et reflexion» (ivi, 1042), sans obligation de rendre la pareille. L’expérience de Rome est celle de la générosité. Cet éloge ne se réduit pas à une « image» de Rome et encore moins, selon une formule anachronique, à des clichés culturels. La célébration de la cité par Montaigne est un discours savamment élaboré, dynamique et critique, hérité d’une longue et prestigieuse tradition humaniste, qui exprime le plus riche de sa culture et le plus profond de sa personnalité. Elle ne concerne pas la Rome antique dans son ensemble, mais le moment lumineux de celle-ci, la République. Montaigne porte le blâme sur la Rome des rois et des empereurs. Or, c’est sur la célébration d’Auguste que se fit, dès la fin du xvie siècle, le panégyrique de la monarchie française restaurée par Henri IV, en opposition avec le culte voué à la Rome républicaine, qui avait caractérisé la tentation « sénatoriale» des milieux parlementaires et de La Boétie en particulier. Montaigne quant à lui continue de célébrer Brutus, même s’il juge sévèrement les conséquences de son acte.

  • 13 Voir G. Gadoffre, Du Bellay et le sacré, Paris, Gallimard, 1978, ainsi que L. Sozzi, Rome n’est pl (...)

8De façon plus singulière encore, l’éloge de Rome par Montaigne englobe celui de la Rome moderne : « Cette mesme Rome que nous voyons, merite qu’on l’ayme» (III, 9 : 1043). De ce point de vue aussi, le discours de Montaigne va au rebours de toute la tradition française, y compris celle des milieux parlementaires. Il s’oppose à la fois à la condamnation de la Rome pontificale comme nouvelle Babylone par les protestants, comme il se distingue de la position gallicane dans laquelle se retrouvaient à la fois les propagandistes de la monarchie et la haute magistrature, de Michel de L’Hospital à De Thou et Pasquier. Son encomium est paradoxal, non pas dans le sens d’un simple et futile jeu avec les mots, lié au seul plaisir de déraisonner, mais dans la mesure où il choque profondément une doxa, le discours officiels français et ses prolongements littéraires. Durant tout le siècle, les lettrés français avaient certes célébré Rome, mais ils l’avaient fait dans la longue durée et dans une perspective nationale : l’histoire de sa grandeur et de son déclin, qui leur permettait de mettre en évidence le processus de translatio imperii et studii faisant de la monarchie française l’héritière de la Rome antique et la rivale victorieuse de la Rome moderne. Montaigne, en quelques phrases, s’oppose ainsi à la plus célèbre des représentations idéologiques françaises, celle dont Du Bellay avait donné la mise en forme poétique dans les Antiquités et dans les Regrets, où la contemplation des ruines de la Rome antique servait au contraire à la deprecatio de la Rome pontificale pour appuyer les prétentions de la monarchie des Valois à l’imperium13. En 1588, sous le règne malheureux de Henri III, ces prétentions s’étaient provisoirement estompées, mais le discours de la translatio et l’hostilité à toute forme d’ultramontanisme n’avait rien perdu en vigueur. La bulle d’excommunication frappant Henri de Navarre, le 21 septembre 1585, avait suscité l’indignation conjuguée des trois instances rivales, le prétendant, le roi et le Parlement, qui s’entendaient face à un adversaire commun. Dans la littérature polémique des guerres de religion, de nombreux libelles retournèrent contre la Rome pontificale la célébration des vertus de la Rome antique.

9Or dans les Essais comme dans le Journal du voyage, l’éloge de Rome par Montaigne se complète bien d’une célébration de la Rome moderne et chrétienne, qui semble avoir échappé à la plupart des commentateurs. Pour être culturelle et célébrer l’Antiquité, la romanité de Montaigne n’est pas moins une romanitas catholique, et explicitement, une prise de position religieuse, confirmant la fidélité de Montagne à l’Église. Cet éloge, élargi à d’autres chapitres, allait encore être renforcé dans la dernière rédaction du livre, après 1588, par un éloge des ordres religieux de la réforme catholique, Capucins et Feuillants, de l’héroïsme de Charles Borromée et surtout dans le chapitre « Des coches», du pape Grégoire XIII, le bienfaiteur de Montaigne :

L’emploitte me sembleroit bien plus royale, comme plus utile, juste et durable, en ports, en havres, fortifications et murs : en bastiments sumptueux, en Eglises, hospitaux, colleges, reformations de rues et chemins ; en quoy le Pape Gregoire treiziesme lairra sa memoire recommandable à long temps. (III, 6 : 946)

-Montaigne célèbre moins un mécénat artistique que la saine gestion des deniers publics par un pontife éclairé, et il dénonce par un mouvement contraire, confirmé par l’adjectif « royale», l’incurie financière de rois français dépensiers. Le passage est complété par un éloge analogue de Catherine de Médicis ; cette dernière, morte dans l’indifférence en 1589, avait été une protectrice de Montaigne, qui lui rend ainsi un hommage désintéressé. Avant toute considération liée à un engagement partisan, ce double éloge illustre, dans le discours de Montaigne, la part de l’éthique noble, la place centrale accordée à l’expression de la gratitude, à une émulation de générosité.

  • 14 Voir J. Thomas, Sur la composition d’un essai de Montaigne, “Humanisme et Renaissance”, V, 1938, p (...)

10L’encomium Urbis est suivi par un remerciement à la Fortune. Montaigne ne nommait plus ses protecteurs particuliers. Sur un mode littéraire, il désignait une déesse toujours dangereuse mais provisoirement apaisée, qu’accompagnait de façon topique, une formule apotropaïque pour rappeler combien cette déesse restait capricieuse : « Mais gare le heurt» (III, 9 : 1044). Cette évocation à une puissance supérieure n’a pas de connotation religieuse ou anti-religieuse ; elle sert à faire disparaître, de façon générale, toute considération de brigue, mais surtout, sur le mode de la modestie, toute revendication de mérite personnel dans l’octroi des faveurs dont il avait été honoré, et partant, toute considération de service rendu donnant lieu à une récompense. Le développement permet ainsi un dernier éloge, d’autant plus paradoxal : celui de Montaigne lui-même. Cet éloge constitue en fait une apologie de son action14, à portée familiale, en réponse à un mauvais pronostic des siens : tout voyageur et dépensier qu’il était, il n’avait pas ruiné sa maison, même s’il ne lui avait pas assuré de descendance. Bien au contraire, il l’avait conservée, augmentée et surtout, il l’avait honorée par les faveurs « non pas accordées mais offertes» (III, 9 : 1045) dont il avait été le bénéficiaire. À la fin d’un chapitre consacré au voyage, Montaigne se représente non plus seulement en voyageur, mais à nouveau en gentilhomme, inscrit dans une lignée, dans son ingenuitas noble, dans l’univers des honneurs.

11-Montaigne avait sans doute plusieurs raisons de souhaiter cette dignité singulière que représente la citoyenneté romaine. Il n’en révèle dans le Journal du voyage que la plus apparente, sa portée symbolique :

  • 15 Journal du voyage, éd. cit., p. 560.

Je recherchai pourtant, et amploiai tous mes cinq sans de nature pour obtenir le titre de Citoyen Romein, ne fut-ce que pour l’antien honur, et religieuse mémoire de son authorité15.

  • 16 Ivi, p. 563.

Celle-ci rattachait le récipiendaire au prestige de la Rome antique par un titre, « cives Romanus», correspondant aux anciennes institutions de la cité. Elle a pu être ainsi interprétée comme l’anachronisme pleinement assumé d’un lettré tourné vers le passé, un passé poétique et nostalgique. Les Essais de leur côté passent sous silence les démarches, pour souligner le seul plaisir que Montaigne reçut à être ainsi honoré : « Parmy ses faveurs vaines, je n’en ay point qui plaise tant à cette niaise humeur» (III, 9 : 1045). À distance et dans ce contexte, le plaisir est présenté de façon d’autant plus contradictoire que Montaigne prétend qu’il vient satisfaire à son tempérament « tout matériel», qui lui fait habituellement préférer la richesse à la noblesse. Or cette « faveur vaine» ne manque pas pourtant de le contenter. Il s’agit d’une formule ironique qui sert précisément à mettre l’accent sur l’enjeu honorifique. Le plaisir suscité par l’octroi de la bulle avait déjà fait l’objet d’une mention dans le Journal du voyage à la date de sa réception : « tant-y a que j’ai receu beaucoup de plesir de l’avoir obtenu»16. Il réside dans la satisfaction liée au succès de la démarche, à la difficulté vaincue, à la confirmation de l’influence de certains amis haut-placés et de leur bienveillance. Tous ces éléments sont également passés sous silence dans les Essais, voués à la représentation publique en gentilhomme que Montaigne donne de lui-même.

12La citoyenneté romaine était habituellement concédée à des étrangers qui s’étaient établis dans la Ville et qui y possédaient des biens. Elle correspondait à un droit de bourgeoisie concret. Elle était également conférée à des prêtres ou des prélats actifs à la Curie. Dans de rares cas, elle pouvait être accordée à titre honorifique à des bénéficiaires qui ne s’étaient pas établis à Rome. La condition pour en être honoré était de justifier d’une noblesse éclatante ou d’une illustration particulière, que cette distinction venait confirmer en retour, comme un honneur supplémentaire. En bénéficièrent surtout des princes et des gentilshommes italiens, ainsi que quelques Espagnols. L’on ne compte guère de nobles français. Toute romaine qu’elle était, cette distinction prenait ainsi un sens tout particulier pour Montaigne, dans la mesure où elle honorait en lui un Français, comme le confirme a contrario une allusion dans le Journal du voyage, où il prétend n’avoir « employé […] la science sulemant d’aucun François» dans sa démarche pour obtenir le titre.

  • 17 Ivi, pp.  460-464 et 1050.

13Les compatriotes de Montaigne qui l’avaient obtenu étaient très rares. À l’exception de l’ambassadeur André Guillart de L’Isle en 1561, ils se rangeaient dans les premières catégories, celle des résidents ou des religieux. Après Montaigne, la citoyenneté romaine fut attribuée en 1585 au cardinal de Pellevé, archevêque de Sens, un proche des Guises. Établi à Rome, celui-ci avait contribué à la bulle d’excommunication qui frappait Henri de Navarre, de même qu’il allait jouer un rôle décisif dans l’excommunication de Henri III après l’assassinat du duc et du cardinal de Guise. Au cours de son séjour à Rome, Montaigne le rencontra et fut traité par lui avec de grands égards17.

14Dans la notice qu’il avait consacrée à Marc-Antoine Muret, François de La Croix du Maine met en exergue cette même qualité, accordée au grand humaniste,

  • 18 La Croix du Maine, La Bibliothèque cit., p. 305.

Prestre et citoyen de Rome (qui n’est pas un petit honneur, car cela n’est donné qu’à ceux qui le méritent beaucoup), comme auparavant luy, avoit esté Chrestofle de Longueil, dit Longolius et de recente mémoire Hubertus Goltzius, si excellent rechercheur de l’antiquité18.

  • 19 Ce document, qui désignerait Montaigne comme « Socrate della Francia», a été mentionné par A. D’An (...)
  • 20 Journal du voyage, éd. cit., p. 576.

-Montaigne avait été l’élève de Muret, qu’il évoque à la fin du chapitre « De l’institution des enfans». Il l’avait aussi fréquenté à Rome et avait partagé son intérêt pour Tacite. Le fait de ne pas mentionner Muret, qui aurait pu le conseiller dans ses démarches, n’est probablement pas l’indice d’une rivalité avec lui. L’enjeu que représente la citoyenneté romaine pour Montaigne était différent, ainsi que l’évoque le modèle même de titulature qu’il croyait pouvoir choisir : il ne s’agissait pas d’un simple droit de bourgeoisie, mais d’un honneur noble. Et son succès alors pouvait lui apparaître d’autant plus exceptionnel qu’il ne récompensait pas un prêtre résidant depuis de longues années dans la Ville, où il s’était définitivement établi, ni un érudit à la belle latinité, comme Longueil ou Goltzius, des Belges de surcroît, mais, dans le contexte de relations diplomatiques tendues entre la cour de France et la cour de Rome, un laïc et un gentilhomme. La bulle rappelle en effet les titres de Montaigne, dont la noblesse avait déjà été confirmée et rehaussée par la dignité de chevalier de Saint-Michel et la charge de gentilhomme de la chambre du roi. Elle ne fait en revanche aucune allusion à l’écrivain, un auteur en langue vulgaire de surcroît, ni à son œuvre, même si, selon un document souvent allégué mais non retrouvé, un des attendus pour l’octroi de la citoyenneté romaine aurait été qu’elle couronnait le « Socrate français»19. Ce n’est en effet qu’après qu’il eut été honoré de cette distinction que Montaigne reçut, le 15 avril, la caution du Maestro del Sacro Palazzo, à la suite de la censure ecclésiastique dont son livre avait fait l’objet. Si à cette occasion les prélats le prièrent « d’aider à l’Eglise par [s]on éloquence»20, rien à l’inverse, ne lui avait été demandé en échange de la bulle, ni argent ni service ; celle-ci ne confirmait pas non plus un choix politique explicite, analogue à l’engagement du cardinal de Pellevé.

15-Montaigne précise dans le Journal du voyage la nature de la dignité dont il était le bénéficiaire : « C’est un titre vain». Il donne de cette définition une glose dans le chapitre « De la vanité», en rappelant les « quelques faveurs venteuses, honnoraires, et titulaires, sans substance» (III, 9 : 1045) qui lui avaient été octroyées par le passé et qu’il commente d’une manière analogue ailleurs dans les Essais. Le rôle de la Fortune est rappelé dans l’octroi de la bulle romaine, mais aussi dans sa nomination dans l’Ordre de Saint-Michel (II, 7) et même dans son élection à la mairie de Bordeaux (III, 10). L’adjectif « vain» apparaît également en relation à ces trois distinctions. Dans le chapitre « De ménager sa volonté», la citoyenneté romaine et la charge de maire semblent liées et peut-être même confondues par Montaigne. Un développement sur le rôle de la Fortune dans sa « promotion» est illustré par un exemple qui combine deux passages du De beneficiis de Sénèque. Or cet exemple, qui concerne l’octroi du droit de citoyenneté de Corinthe à Alexandre, ne convient qu’indirectement à l’évocation des charges municipales de Montaigne. La comparaison implicite, mais approximative que celui-ci trace entre le roi de Macédoine et lui-même porte en fait non pas sur la fonction de maire, mais sur une émulation analogue, qui avait poussé le premier à accepter la faveur qu’on lui offrait, par le seul fait que celle-ci avait déjà été octroyée à des dieux, et le second à s’estimer « brave» dans sa charge de maire, honoré par le fait qu’elle avait été conférée à des personnages de plus haut rang que le sien, deux maréchaux de France. Les deux passages sont étroitement reliés par le même adjectif, « vain(e)» et la même instance, la Fortune, qui d’un côté offre des « faveurs vaines», et de l’autre, « non vaine du tout» (III, 10 : 1050), n’a pas agi en vain lors de l’élection à la mairie, confirmée par un ordre royal.

  • 21 Montaigne possédait le traité de Richard Streinn, baron de Schwarzenau, Gentium et familiarum Roma (...)

16Toutefois, dans le cas de la citoyenneté romaine, l’adjectif « vain» n’a pas le sens moral qu’on lui prête. Il ne s’agit pas tant de « vanité» que de vacuité : celle d’un titre vide. L’adjectif a une acception juridique : contrairement à d’autres, la citoyenneté romaine, octroyée dans ces conditions honorifiques, est bien une intégration au patriciat romain21, mais elle n’est pas liée à la possession de biens fonciers et ne confirme pas un privilège de propriété ; elle n’apporte aucun bénéfice concret, aucune pension, comme elle ne recouvre ni charge, ni office ni emploi. En ce sens, elle correspond exactement à la définition de la « récompense d’honneur», qui avait fait la matière d’un chapitre du livre II.

17Rédigé au moment de la création de l’Ordre du Saint-Esprit par Henri III en 1579, ce chapitre est consacré à un usage honorifique, connu dans toutes les nations, l’octroi de

Certaines merques vaines et sans prix, pour en honnorer et recompenser la vertu : comme sont les couronnes de laurier, de chesne, de meurte, la forme de certain vestement, le privilege d’aller en coche par ville, ou de nuit avecques flambeau, quelque assiette particulière aux assemblées publiques, la prerogative d’aucuns surnoms et titres, certaines merques aux armoiries, et choses semblables. (II, 7 : 400)

Ces marques symboliques et « vaines» ne servent pas à récompenser des mérites, mais à honorer la seule « vertu», en distinguant les « hommes rares et excellents». Leur octroi parcimonieux et leur absence d’utilité, leur « vanité», leur confèrent leur prix et justifient qu’on les recherche pour leur seul prestige :

La vertu embrassant et aspirant plus volontiers à une récompense purement sienne, plustost glorieuse, qu’utile. (Ibid.)

L’argumentation du chapitre portait sur deux points. D’une part, Montaigne, qui n’évoque son cas personnel que par une subtile allusion à ses détracteurs, répond sur un mode satirique à ceux qui font mine de dédaigner ces distinctions faute d’en bénéficier. D’autre part, sur le mode d’une critique sévère, il déplore à travers l’élargissement de ces distinctions, leur utilisation intéressée en termes politiques et de clientélisme par le prince, pour récompenser de simples services militaires, au moment où la « vertu» militaire se banalise, dans le contexte des guerres civiles.

18En France, les ordres de chevalerie avaient cette fonction de distinction, au sein même de la noblesse. Dans un passage de l’« Apologie», Montaigne rappelle à la fois combien vivement, dans sa jeunesse, il avait désiré obtenir l’Ordre de Saint-Michel, « extreme marque d’honneur de la noblesse Française et très rare» (II, 12 : 612), et il évoque, avec une même désinvolture et une même modestie feinte, sa propre nomination, comme une faveur, non pas octroyée par le roi, seul pourtant à décider, mais offerte par la Fortune. Dans le chapitre « De la vanité», il exhibe ainsi la « vaine faveur» reçue sans contrepartie de la cour de Rome comme une marque d’honneur, non pas récompense mais distinction, mettant en évidence sa seule vertu. Elle lui avait été octroyée selon les termes d’une générosité entière, par laquelle les magistrats romains étaient allés jusqu’à inverser la relation de faveur, pour faire de celle-ci, qu’ils offraient librement, l’expression d’un témoignage de gratitude de leur part :

  • 22 Notre traduction. Le document porte : « In quo censere Senatum P.Q.R. se non tam illi Ius Ciuitati (...)

En quoi le Sénat et le Peuple Romain ont considéré moins accorder un droit de cité que payer une dette, et moins octroyer un bienfait qu’en recevoir de celui qui, en acceptant ce droit de cité, aura honoré la Cité elle-même d’un nouvel ornement22.

  • 23 L’épitaphe mentionne successivement l’Ordre de Saint-Michel, la citoyenneté romaine, la mairie de (...)

Dans un assaut de générosité, les donateurs faisaient du don le paiement d’une dette antérieure, et du récipiendaire-débiteur un donateur qui les honorait. Une telle faveur, si généreusement concédée et si généreusement déguisée en remerciement, libérait le récipiendaire de toute obligation ; il pouvait exprimer sa gratitude sur le mode d’une célébration désintéressée. Montaigne, devenu noble citoyen romain, ne fit jamais état de sa citoyenneté de son vivant dans les actes officiels connus ni sur le titre de ses livres ; mais celle-ci figura après sa mort sur son épitaphe latine23. Ce sont les Essais qui la mettent véritablement en évidence ; elle y apparaît, sur un mode critique, comme le contraire des obligations, sinon sans faveurs, du moins sans générosité, que les princes français lui imposaient en contrepartie des distinctions qu’ils lui octroyaient et qui le confirmaient comme leur sujet.

  • 24 Le Livre de raison de Montaigne, éd. cit., p. 296 ; le document est daté de Blois, 18 octobre 1571
  • 25 Sur cette procédure, voir Ph. Desan, Montaigne cit., pp.  395-460.
  • 26 Le Livre de raison, lettre de Henri III, datée du 25 novembre 1581, p. 301.

19À la différence de ce qu’il fit pour la bulle de citoyenneté romaine, Montaigne avait fait état de sa dignité de chevalier de l’Ordre sur le titre des premières éditions des Essais, avant d’en supprimer la mention sur celui de l’édition de 1588. À l’inverse, il ne transcrivait pas le diplôme dans le texte, si du moins un tel document lui avait été remis, ni la lettre du roi Charles IX qui accompagnait sa nomination. Celle-ci pourtant est connue24. Le roi, reconnaissait les « vertus et merites» de Montaigne, il lui témoignait son affection pour l’encourager à « persévérer en la dévotion» qu’il avait manifestée à son égard. La distinction était bien la récompense d’un service, elle engageait celui qui la recevait comme une marque de sujétion, le collier que portait le chevalier était aussi une chaîne qui le liait. Il en allait de même pour la charge de maire et gouverneur de Bordeaux, mentionnée sur le titre des éditions de 1582-1587. Dans le chapitre « De ménager sa volonté», après un long exorde, Montaigne fait la narration de sa nomination. Il s’agissait d’une décision conjointe du vote des jurats et de la volonté royale25. Comme l’octroi de la bourgeoisie romaine, cette nomination fit l’objet de mentions dans le Journal du voyage, mais contrairement à elle, Montaigne ne transcrivit dans les Essais ni la lettre de nomination ni la lettre comminatoire du roi : celui-ci, rappelant qu’il tenait en estime sa « fidelité et zellée devotion», lui ordonnait d’accepter la charge, en ajoutant que « le contraire [lui] desplairoit grandement»26. Montaigne décrit la fonction qu’il avait remplie :

C’est une charge qui en doit sembler d’autant plus belle, qu’elle n’a, ny loyer ny gain, autre que l’honneur de son execution. (III, 10 : 1050)

Il estompait ce lien de subordination, il cachait, comme en une muette protestation, le fait que Bordeaux était une ville soumise à l’autorité royale et sévèrement contrôlée. Il présentait la charge de maire comme une autre « récompense d’honneur» qui lui offrait une distinction supplémentaire. Mais toute la suite du chapitre révèle que cette distinction, loin d’être « vaine», était une charge, dont il évoque précisément le poids, à la fois par le rappel des souffrances de son père lorsque celui-ci l’avait assumée, et par la longue apologie de sa propre activité municipale, qui est une autre réponse à ses détracteurs.

20Sous l’apparente errance de son propos, le chapitre « De la vanité» révèle une cohérence profonde. L’ostentation de la bulle met en évidence la générosité qui accompagne l’échange entre vertueux ; elle constitue le second terme d’une antithèse, opposant Rome et la France, l’honneur sans obligation offert par la première aux honneurs aliénants imposés par la seconde. De façon plus précise, elle résout en termes symboliques un long développement intermédiaire consacré à l’échange, aux faveurs et aux relations d’obligations. Celui-ci est inséré dans un tableau de la situation politique dans laquelle se trouve Montaigne. Concluant le « lieu» des « fugiendi causæ» propre à la topique du discours viatique, qui sert à justifier le voyage comme une fuite, ce développement, loin d’être un simple excursus, apparaît au contraire comme un élément déterminant, dans un discours biaisé.

  • 27 « Depuis dix-huict ans, que je gouverne des biens», Les Essais, III, 9, p. 998 ; Montaigne avait s (...)
  • 28 Voir N. Le Roux, Servir un roi méconnaissable. Les incertitudes de la noblesse au temps de Montaig (...)
  • 29 Son exemplaire de l’Examen du discours contre la maison royalle de France […] sur la loy Salique ( (...)
  • 30 Voir P.J. Smith, Montaigne, Juste Lipse et l’art du voyage, “Romanic Review”, 94, 2003, pp.  73-91

21-Montaigne justifie en effet ses voyages par la « disconvenance aux mœurs présentes» (III, 9 : 1000), au pire moment des guerres civiles, en un « temps malade» (ivi : 1039). En rédigeant son chapitre, vers 1586 si l’on suit une des rares indications chronologiques données dans le texte27, il trace le tableau des conséquences personnelles de cette situation. Il évoque sa solitude qui l’éloigne de ses voisins, il déplore la menace qui pèse sur ses biens et sur sa liberté. C’est en ces termes que se pose le problème politique, qu’il définit dans le livre III et auquel il cherche à donner une réponse. Il ne s’agit pas pour lui d’affronter une tyrannie royale, dont il aurait à subir les conséquences. Montaigne, ni protestant ni ligueur, ne reprend pas à son compte la propagande contemporaine dénonçant un roi machiavélien. Son roi au contraire est devenu « méconnaissable»28. Au moment de l’effondrement du pouvoir légitime sous les coups de boutoir contraires du chef de guerre protestant et des nobles ligueurs, c’est le problème du choix et de l’engagement, dans un affrontement qui oppose deux « parts de chois doubteux, et difficile» (ivi : 1040) : d’un côté, un prétendant reconnu selon le droit de succession, mais que sa religion rend inapte à la succession ; de l’autre, des chefs catholiques mais sans légitimité. Montaigne est attentif à cette question, et il connaît la réponse officielle donnée par les publicistes royaux29. La comparaison avec l’histoire romaine met en évidence les conditions et la nature du choix non seulement politique mais aussi éthique auquel il est confronté. Celui-ci eût été facile entre deux partis opposés, l’un mauvais, l’autre bon, entre César et Pompée, entre la menace dictatoriale et la tradition républicaine ; Montaigne aurait suivi Pompée sans hésiter. Mais il lui aurait été impossible de choisir « entre ces trois voleurs qui vinrent depuis», entre les membres du triumvirat. La situation française s’apparente au second cas, le choix entre trois « voleurs» ou entre deux partis séditieux face à un roi faible. La formule est à la mesure de la sévérité avec laquelle Montaigne juge, sans hésitation ni complaisance, tous les protagonistes des guerres civiles. Ne pas choisir entre deux maux, mais les fuir ; telle pourrait être la réponse au dilemme, dont il anticipe le développement en même temps qu’il en éprouve les effets : « Mon élection sera volontiers, d’eschapper, et me desrober à ceste tempête» (ibid.). Le chapitre « De la vanité» n’est pas seulement le récit des voyages passés, il sert à justifier un voyage à venir, un voyage auquel Montaigne risque d’être contraint, dans des conditions nouvelles et difficiles, qui seraient celles de la vieillesse et de l’exil. Son projet viatique, dont les « lieux» rhétoriques structurent son discours, s’inscrit dans une réflexion politique ainsi que l’avait fait Juste Lipse dans le De constantia30. Mais plus qu’il ne réfute implicitement l’argumentation de Langius, exhortant son interlocuteur à souffrir avec constance les malheurs de sa patrie plutôt que de les fuir, Montaigne en déplace les enjeux : il ne fuira pas les malheurs de la France, il y restera même « planté», du moins tant que le Royaume sera sous l’autorité de son roi légitime et dans sa religion. Mais il choisira de partir lorsqu’on l’obligera à un engagement impossible et à un reniement de sa parole et de ses valeurs.

22-Montaigne rappelle à plusieurs reprises la situation exposée dans laquelle il se trouve, à la fois par ses fonctions et son rôle d’intermédiaire entre les partis, mais aussi, du fait de la situation de son château dans le proche voisinage des places de sûreté protestantes, dangereux par lui-même et par les projets militaires des troupes royales sur celles-ci. La situation qu’il dépeint est confirmée par ses lettres au maréchal de Matignon. Sa demeure elle-même est menacée :

Le lieu où je me tiens, est tousjours le premier et le dernier, à la batterie de nos troubles ; et où la paix n’a jamais son visage entier. (III, 9 : 1016)

Il craint la prise et le pillage de son château, qui n’est pas un « outil de guerre» (ivi : 1010). Une tentative de coup de main fit même l’objet d’un récit bien connu dans le chapitre « De la physionomie». Toutefois, Montaigne souligne le fait qu’il n’a pas encore eu à souffrir directement de ces menaces et qu’il bénéficie d’une sorte d’immunité : « J’eschappe» (ibid.). Dans un long ajout au chapitre « Que notre désir s’accroît par la malaisance», il attribuait cette protection à la faveur divine. Dans « De la vanité», un ajout en forme de prosopopée corrige et précise la concession exorbitante qui lui est faite :

Nous luy condonons la libre continuation du service divin, en la chapelle de sa maison, toutes les Eglises d’autour, estans par nous désertées : et luy condonons l’usage de ses biens, et de sa vie. (III, 9 : 1011).

On lui permet de continuer de pratiquer sa religion, alors que c’est son droit et que c’est la religion du roi. Il bénéficie d’une forme d’immunité, définie par le verbe condonner, une faveur accordée à un homme respectable et à un intermédiaire, mais qui ne se confond pas avec la protection légale due à chacun par la loi. Précisant les raisons de cette immunité pour en analyser les conséquences, Montaigne déplore que sa situation échappe au cadre des lois et que sa sauvegarde soit due pour la plus grande partie à la seule « faveur d’autruy» (ivi : 1010), une allusion qu’il précise : c’est la seule « bénignité des Grands» qui lui assure cette protection. Il est en effet un client de la maison de Foix, il agit pour le roi, sous les ordres du maréchal de Matignon. Mais il bénéficie également d’une situation privilégiée à la cour de Navarre, en tant que gentilhomme de la chambre. Cette fonction lui avait été attribuée en 1577, ou plutôt lui avait été imposée à son insu et il n’avait pas pu la refuser ; elle avait pour seule fin, non pas de l’honorer, même si elle était honorable, mais de faciliter le rôle d’intermédiaire entre les deux partis qui lui avait été dévolu. Elle faisait de lui un obligé et un protégé du roi de Navarre. À la différence de tous ses autres titres, Montaigne n’a jamais fait état publiquement de cette charge imposée.

23L’immunité dont il bénéficie est pour lui une « rude obligation». D’une part, elle contredit la conception qu’il ne cesse de formuler de la primauté du droit :

Or je tiens, qu’il faut vivre par droict, et par auctorité, non par recompense ny par grâce. (Ibid.)

D’autre part, elle l’engage plus profondément dans le système d’échange et de rétribution, qui structure la société nobiliaire post-féodale. Montaigne connaît toutes les implications et la rigueur de cette « science du bienfait». Il dramatise ainsi la relation d’obligation qui le lie à autrui, en l’appuyant sur le respect de sa propre parole, appliquant dans ce domaine la même fides, la même bonne foi, qui constitue le fondement de son éthique, précisé en ouverture du livre III, dès le chapitre « De l’utile et de l’honnête». Plus qu’une parole réelle, formulée, plus qu’une promesse ou qu’un engagement qu’il aurait effectivement donnés, l’obligation est implicite : elle lui est imposée par le seul fait qu’il lui a été accordé une faveur, même s’il n’avait pas sollicité celle-ci, et il en doit une reconnaissance publique, selon des formes dont il dévoile la complexité, en relation à un code social et à des usages : la faveur oblige, l’obligation engage, la dette se paie ; on ne s’en libère qu’en les assumant scrupuleusement, selon un « devoir d’honneur» et une « loi d’honnêteté». Un gentilhomme ne peut répondre au don que par la surenchère d’un contre-don. Dans un ajout, Montaigne précise la nature conflictuelle de cette relation, qui impose une autorité et qui a pour conséquence une sujétion : « Comme le donner est qualité ambitieuse, et de prerogative, aussi est l’accepter qualité de summission» (ivi : 1014). Pour se libérer de la dette, mais en même temps pour ne pas être affecté symboliquement par un statut humiliant de débiteur et de sujet, il doit exagérer l’importance de la faveur reçue, pour donner au fait de la rembourser au-delà de son dû « quelque splendeur de liberté» (ivi : 1012), pour faire de ce dû un don, en renversant le rapport d’obligation au prix d’une surenchère épuisante. L’obligation, au sens le plus compréhensif, est une contrainte aliénante. Elle détermine toute l’action personnelle et publique de Montaigne, qui cherche autant qu’il peut à se « décharger et désobliger», non seulement en remboursant scrupuleusement toute dette, mais surtout en fuyant toute occasion d’en contracter. Cet argument de nature économique éclaire rétrospectivement le discours consacré à la libre dépense en voyage, développé dans la première partie du chapitre. Il est subtilement amplifié en termes généraux, portant sur l’ensemble des relations affectives et sociales, avant de se préciser en termes politiques.

24Dans le domaine privé, Montaigne dit tirer prétexte des manquements de ses amis ou de ses proches à son égard pour se « décharger» de ce qu’il leur doit, en tant qu’ils sont précisément ses amis ou ses proches. Il peut alors remplacer le devoir de conscience qu’il s’imposait par une simple politesse ressortissant aux seuls usages civils : s’ils se conduisent mal à son égard, ils le libèrent des devoirs de l’affection et de la bienveillance qu’il leur devait ès qualités. Pour ce qui est de demander quelque chose à autrui, il se donne lui-même en exemple, unique dans la radicalité de son refus. Ce dernier point est essentiel. Il marque un élément de rupture dans la relation de Montaigne aux pratiques nobiliaires de son temps. D’une part en effet, il prétend ne jamais solliciter de faveurs, car il connaît trop bien le prix de celles-ci en termes de services à rendre, et d’autre part, il refuse d’entrer dans le jeu des requêtes par tiers interposé, qui consiste à « charger sur autrui», à solliciter un autre à intervenir en votre faveur pour vous procurer un bienfait. Montaigne explique par son tempérament son refus de solliciter comme d’être sollicité :

Un peu de fierté naturelle : l’impatience du refus : contraction de mes désirs et desseins : inhabilité à toute sorte d’affaires : Et mes qualitez plus favories, l’oysiveté, la franchise. (III, 9 : 1014)

Il refuse très précisément les « témoignages d’amitié». Son refus peut sembler si choquant au lecteur de son époque, si contraire aux usages, qu’il doit le corriger en opérant une distinction entre les « choses négotieuses», pour lesquelles il refuse de s’engager, et le secours qu’il est conscient de devoir à autrui et qu’il acceptera toujours d’offrir.

25Sur le plan politique, l’argumentation de Montaigne n’est pas moins radicale. Elle est formulée en une maxime à valeur de précepte, où son expérience prend une portée gnomique :

Les Princes me donnent prou, s’ils ne m’ostent rien : et me font assez de biens, quand ils ne me font point de mal : c’est tout ce que j’en demande. (III, 9 : 1013)

Dans sa forme négative, cette maxime exprime sa défiance à l’encontre des princes, son pessimisme profond, nourri de sa culture antique et de la maxime tacitéenne mise en lumière dans « De l’art de conférer», qui éclaire l’interprétation qu’il donne, à travers son cas personnel, de l’évolution politique qu’entraînent les guerres civiles. Elle sert aussi de clé pour déchiffrer les dernières lettres échangées avec Henri de Navarre, devenu Henri IV, et comprendre les limites de l’obligation qu’il entendait remplir en faveur d’un souverain légitime, en refusant de lui toute faveur et tout subside qui l’auraient engagé outre sa liberté, hors des formes d’un service librement et généreusement consenti.

26Jusqu’alors en effet, rappelle Montaigne, il avait pu vivre libre, sans dettes comme sans procès, mais non pas sans devoirs, dans la parfaite connaissance des usages, sans recevoir ni rien demander. Ses seules obligations étaient « communes et naturelles». Il décrit cette situation favorable à plusieurs reprises dans les Essais et en particulier dans le bref chapitre « De l’incommodité de la grandeur». C’est celle d’un noble casanier, vivant dans une « bienheureuse franchise», libéré du besoin et des contraintes matérielles. Montaigne oppose sa condition à celle de l’homme de cour : ayant su renoncer à une « trafique plus fertile que toute autre» (III, 7 : 993), il n’a pas été au service des rois. Il se présente en simple particulier, en gentilhomme de « moyenne condition» (ivi : 998), indifférent à toute ambition de carrière. En reconnaissant que « la plus honorable vacation est de servir au public et être utile à beaucoup», comme l’avait fait son père, il va jusqu’à dissocier le service du roi de celui, plus général et plus légitime, du « public», tel qu’il l’évoque dans le chapitre suivant, consacré à justifier son action à la mairie de Bordeaux. Le seul service qui lui agrée est celui qu’il choisit lui-même, librement ; le service au prince est à cette condition, fondé sur une « libre élection» du jugement et de la raison et, précise-t-il, « sans obligation particulière » (III, 1 : 831).

27Sur ces bases, Montaigne peut alors dénoncer ce que l’obligation qui lui est imposée, et qui découle de l’immunité provisoire qui lui est accordée, a d’abusif et d’inquiétant, dans la mesure où elle est imposée par la « loi de cette misérable guerre» et non pas par un « légitime titre», et parce qu’elle joue d’une menace latente, destinée à garantir sa fidélité et sa soumission à des protecteurs, toujours libres de révoquer leur protection. Il fait l’épreuve de la contrainte politique et sociale, en même temps qu’il découvre ou reconnaît la fragilité de sa condition. À travers son cas personnel, Montaigne met ainsi en évidence le bouleversement des anciennes structures et des valeurs qui les accompagnaient, entre l’ancienne allégeance de type féodal et la sujétion à un pouvoir absolu. Il souligne la contradiction du statut noble qu’il revendique et qui garantit sa propre liberté : d’un côté la confirmation de celui-ci repose sur un principe de distinction, fondé sur l’ostentation des faveurs et des dignités ; de l’autre, faveurs et dignités enserrent le gentilhomme dans les liens de l’obligation et du devoir d’honneur, qui le conduisent à aliéner nolens volens sa liberté et sa « franchise» au prince qui les octroie. Cette aliénation, justifiable dans le cadre pacifique de la vie de cour et du service qu’elle impose, est inacceptable pour Montaigne dans le contexte des guerres civiles, où elle implique un choix partisan. Cette contradiction n’a pas de solution, sinon en termes éthiques et symboliques. D’un côté, les Essais constituent l’apologie de l’action publique de Montaigne, en même temps qu’ils contribuent à l’effort d’autonomie, d’ordre et de rigueur morale que leur auteur revendique pour lui. Ils constituent à la fois la représentation du modèle, le « patron» sur lequel il adapte son action, et un discours délibératif confortant l’exercice vertueux. D’un autre côté, les Essais offrent, en tant que grand texte littéraire et dans l’espace du vraisemblable qui est le leur, la mise en œuvre d’une culture et d’un imaginaire capables de donner à comprendre la réalité et de l’assumer.

28C’est dans cette perspective que peut se comprendre l’ostentation de la citoyenneté romaine et plus généralement de la romanité de Montaigne : à côté d’une Antiquité retrouvée, l’écrivain fit à Rome, « où la gratitude est là, justement en son lustre» (III, 9 : 1042) l’expérience vécue d’une liberté conforme à son statut noble. On pourra ajouter que la singularité de sa citoyenneté romaine ainsi exhibée, et qu’aucun autre noble français n’était alors en mesure de revendiquer, ne précise pas seulement une qualité sociale ou une condition, mais, sur un mode sublime, confirmé par une institution libre, elle définit un éthos de gentilhomme libre, celui dont les Essais tout entiers portent la parole. Il serait sans doute inexact d’interpréter l’ostentation de la bulle, en termes politiques directs, comme une prise de position ultramontaine et moins encore comme un aveu crypté en faveur de la Ligue. En revanche dans un livre, qui offre un discours public, cette ostentation extravagante permet de faire comprendre quelques vérités qui, comme telles, ne peuvent être dites directement.

29La romanité de Montaigne, telle qu’elle s’exprimait à travers l’ostentation de la bulle, n’a pas échappé aux lecteurs de l’époque, et parmi eux, Scévole de Sainte-Marthe, un des principaux représentants de la grande Robe, politique et gallicane, au service de Henri IV. Celui-ci corrigea d’une sévère réserve l’éloge qu’il consacrait à Montaigne :

  • 31 Notre traduction ; le texte porte : « Quantam porrò sibi pepererit ex illius pulcherrimi operis ed (...)

De surcroît, le fait que Rome elle-même, qui prétend pour soi la première place parmi toutes les cités de la terre entière, le choisit et le coopta au nombre de ses citoyens, confirme l’immense réputation d’érudition et de sagesse qu’il s’était acquise jusque chez les peuples étrangers par l’édition de son très beau livre. Mais ce personnage, par ailleurs totalement éloigné de tout désir de vaine gloire, ne put se retenir de faire savoir à la postérité qu’il avait reçu cet honneur, et d’insérer son diplôme de citoyenneté romaine dans ses propres écrits31.

La bulle de citoyenneté romaine récompensait certes un lettré français, et de ce point de vue, elle confirmait la translatio studii, mais, acceptée et exhibée par Montaigne, elle donnait une caution française au magistère romain et à sa vocation universelle. Il ne restait à Sainte-Marthe qu’à faire semblant d’ignorer la portée symbolique et politique de l’insertion du diplôme dans les Essais, en réduisant celle-ci à un incompréhensible accès de vanité.

Notes

1 Essais, Paris, L’Angelier, 1588, f. 442.

2 Voir P. J.-R. Armogathe, Michel de Montaigne, ciuis Romanus, in P. Desan (dir.), Montaigne à l’étranger, Paris, Classiques Garnier, 2016, pp.  305-313, et W. Boutcher, La citoyenneté romaine de Montaigne : la supplica des archives dans son contexte, ivi, pp.  293-304.

3 W. Boutcher, The School of Montaigne in Early Modern Europe, Oxford, Oxford University Press, 2017, pp.  300-317.

4 Voir M. McKinley, Vanity’s Bull : Montaigne’s Itineraries in III, 9, in M. Tetel et G. Mallary Masters (éd.), Le Parcours des Essais : Montaigne 1588-1988, Paris, 1989, pp.  195-208.

5 Montaigne, Journal du voyage en Italie [1774], éd. P. Desan, pp.  560-563.

6 Document conservé à l’Archivio Storico Capitolino, découvert et publié par P. Pavan, « Cives origine vel privilegio», in L. Spezzaferro e M.E. Tittoni (dir.), Il Campidoglio e Sisto V, Roma, 1991, pp.  37-41 ; voir A. Legros, Montaigne manuscrit, Paris, Classiques Garnier, 2010, pp.  665-667.

7 Bibliothèque de l’Arsenal (ms. 2152).

8 Les Essais, III, 9, p. 1796 var.

9 Journal du voyage, éd. cit., pp.  243-244.

10 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. cit., p. 545.

11 Sur le discours de Montaigne consacré à Rome, voir E. McPhail, The Voyage to Rome in French Renaissance Literature, Saratoga, 1991, pp.  161-206, ainsi que M. McGowan, The Vision of Rome in Late Renaissance France, New Haven - London, Yale University Press, 2000, pp.  228-250.

12 Les Essais, III, 9, p. 1043.

13 Voir G. Gadoffre, Du Bellay et le sacré, Paris, Gallimard, 1978, ainsi que L. Sozzi, Rome n’est plus dans Rome et autres essais sur la Renaissance, Paris, Champion, 2002.

14 Voir J. Thomas, Sur la composition d’un essai de Montaigne, “Humanisme et Renaissance”, V, 1938, pp.  297-306.

15 Journal du voyage, éd. cit., p. 560.

16 Ivi, p. 563.

17 Ivi, pp.  460-464 et 1050.

18 La Croix du Maine, La Bibliothèque cit., p. 305.

19 Ce document, qui désignerait Montaigne comme « Socrate della Francia», a été mentionné par A. D’Ancona, Journal du voyage de Michel de Montaigne, Città di Castello, 1889, p. 321, d’après une information transmise par le cavaliere Alessandro Moroni.

20 Journal du voyage, éd. cit., p. 576.

21 Montaigne possédait le traité de Richard Streinn, baron de Schwarzenau, Gentium et familiarum Romanarum stemmata (s.l., H. Estienne, 1569) consacré au patriciat romain moderne (Bibliothèque de Bordeaux).

22 Notre traduction. Le document porte : « In quo censere Senatum P.Q.R. se non tam illi Ius Ciuitatis largiri quàm debitum tribuere, neque magis beneficium dare quàm ab ipso accipere, qui hoc Ciuitatis munere accipiendo, singulari Ciuitatem ipsam ornamento atque honore affecerit», Les Essais, III, 9, p. 1046.

23 L’épitaphe mentionne successivement l’Ordre de Saint-Michel, la citoyenneté romaine, la mairie de Bordeaux, de celui « qui témoigna de son absolue fidélité aux lois de sa patrie et à la religion de ses ancêtres», voir A. Legros, Deux épitaphes pour un tombeau, “BSAM”, IV, 2008, pp.  391-400, ici p. 398.

24 Le Livre de raison de Montaigne, éd. cit., p. 296 ; le document est daté de Blois, 18 octobre 1571.

25 Sur cette procédure, voir Ph. Desan, Montaigne cit., pp.  395-460.

26 Le Livre de raison, lettre de Henri III, datée du 25 novembre 1581, p. 301.

27 « Depuis dix-huict ans, que je gouverne des biens», Les Essais, III, 9, p. 998 ; Montaigne avait succédé à son père et hérité de la seigneurie en 1568.

28 Voir N. Le Roux, Servir un roi méconnaissable. Les incertitudes de la noblesse au temps de Montaigne, in Ph. Desan (dir.), Montaigne politique cit., pp.  155-174.

29 Son exemplaire de l’Examen du discours contre la maison royalle de France […] sur la loy Salique (1587), de Pierre de Belloy est conservé (BnF : Rés. Z Payen 482).

30 Voir P.J. Smith, Montaigne, Juste Lipse et l’art du voyage, “Romanic Review”, 94, 2003, pp.  73-91.

31 Notre traduction ; le texte porte : « Quantam porrò sibi pepererit ex illius pulcherrimi operis editione vel apud exteras nationes eruditionis et sapientiæ opinionem tum patuit, cum ipsa illa Roma, quæ inter omnes totius orbis terræ ciuitates principem sibi locum vendicat, eum ultro in civium suorum numerum allegit atque cooptavit. Nec potuit sibi temperare vir cæteroquì ab inani gloriæ cupiditate remotissimus quominus hunc honorem sibi habitum posteris prædicaret, ipsumque Romanorum diploma scriptis suis interfereret», Sc. de Sainte-Marthe, Elogia, pp.  67-68.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search