Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

III. Justifier, exhorter, célébrer

3. « Il est séditieux en son cœur »

Texte intégral

1Les Essais ont été reçus par les contemporains de Montaigne et la génération suivante comme des « discours politiques». La formule se retrouve aussi bien sur le titre de la traduction italienne des deux premiers livres par Girolamo Naselli, que sur celui de la version anglaise due à John Florio. La première traduction, publiée en 1590, prenait sens dans un projet plus vaste, qui associait alors les Essais à La Naissance, durée et cheute des Estats (1588) de René de Lucinge et aux Discours politiques et militaires (1587) de François de La Noue ; elle présentait Montaigne, à l’usage de la cour de Ferrare, comme l’illustration probable de la position des « politiques», entre celle des Ligueurs et celle des protestants, au prix de bien des malentendus. Il s’agit certes d’un effet de réception et d’un argument éditorial. Cette conception politique ne se justifiait pas moins par les titres de certains chapitres, la nature des arguments et des exemples traités, par le contexte dramatique dans lequel furent publiées les premières éditions du livre, par la culture des lecteurs à qui celui-ci s’adressait, et surtout par la personnalité de l’auteur, un gentilhomme de distinction, engagé dans la vie publique de son temps, dont les Essais présentaient le portrait le plus expressif. Pourtant dans son avis au lecteur, Montaigne n’en avait pas explicitement suggéré une lecture en ces termes, même si l’évocation de sa « bonne foi» en était un clair indice, en relation à la polémique anti-machiavélienne des années 1570. C’est précisément en répondant à des critiques, réelles ou fictives, qui s’interrogeaient sur la portée réelle d’un livre voué en apparence à une fin trop personnelle, que Marie de Gournay, dans la longue préface apologétique ouvrant l’édition posthume donnait à comprendre les Essais, en liant explicitement le portrait que Montaigne avait tracé de lui-même à cette intention politique :

  • 1 M. de Gournay, « Préface», in Les Essais, éd. cit., p. 17.

Quelle escole de guerre et d’estat est-ce que ce livre ? […] Montaigne peinct la guerre et l’estat avec luy1.

Elle définissait à la fois le politique par son objet (la guerre et les affaires d’État), le mode de son exposition, en relation à un discours personnel, et la portée du livre, une « école». Le politique était en quelque sorte connaturel à la personnalité Montaigne, dans le portrait qui le représentait dans toute sa complexité, privée, publique, littéraire, en relation à la guerre et aux affaires d’État ; comme tel, il faisait la matière et l’objet d’une « escole», d’une leçon.

  • 2 Les Essais, I, 23, p. 128.
  • 3 Voir M. de L’Hospital, Discours et correspondance, éd. L. Pétris, Genève, Droz, 2013, t. II, p. 15 (...)

2L’action des princes, la lutte pour le pouvoir, les relations entre États, la diplomatie et la guerre sont omniprésents dans les deux premiers livres des Essais, dès la première phrase du premier chapitre. Ils constituent une matière cohérente, même si le discours qui en traite n’est pas unifié, et ils s’expriment à travers d’innombrables exemples qui servent d’illustration souvent contradictoire, dans un catalogue des mœurs destiné à soumettre des comportements, des modes de pensée et des valeurs sociales à un examen critique. Les deux premiers livres présentent quelques chapitres dont les titres annoncent une argumentation portant de façon précise sur des questions diplomatiques ou militaires, le plus souvent dans une perspective historique, allant de l’Antiquité aux guerres d’Italie. Dès 1580, plusieurs chapitres avaient élargi exemples et références à des événements plus récents, dans le contexte des guerres pour la religion, en proposant un commentaire toujours critiques de la situation française contemporaine : « De la bataille de Dreux», « De la liberté de conscience», « Des mauvais moyens employés à bonne fin». Plusieurs chapitres enfin dissimulaient un discours politique sous un titre détourné : dès le chapitre « Divers événements de même conseil», Montaigne évoquait les guerres, « nos premiers troubles», occasion d’un récit du siège de Rouen et d’un éloge du duc de Guise2. C’était aussi pour lui l’occasion de mettre en exergue la qualité et la fiabilité de son information, celle d’un homme bien introduit. De même, le chapitre « Des Cannibales», avant la lecture anachronique qui allait en faire un exercice d’anthropologie, est une critique détournée de la France contemporaine, sur les bases d’un discours de Michel de L’Hospital, tenu quinze ans plus tôt devant le parlement de Bordeaux3, comme « De l’amitié» met en valeur le Discours de la servitude volontaire de La Boétie tout en semblant le récuser. Enfin, certains chapitres portent des dédicaces. Derrière les relations amicales, dans le cadre d’une conversation civile, et sous l’apparence d’un livre pour des Dames, se précisaient des relations de patronage et les réseaux de clientèle, qui définissaient le cadre de l’action publique de Montaigne et la portée de son discours politique : la haute noblesse de Guyenne, les familles de Foix, de Duras, de Gramont, la comtesse de Guiche, dans une relation conflictuelle avec Henri de Navarre, sans compter la princesse pour qui Montaigne avait probablement rédigé l’« Apologie de Raymond Sebond», vigoureux texte de controverse dirigé contre le dogmatisme protestant.

3Le livre III, rédigé entre 1584 et 1587, dans le prolongement immédiat de l’expérience municipale dont Montaigne fit une précise évocation dans le chapitre « De mesnager sa volonté», s’inscrit dans un contexte politique nouveau, celui d’une guerre civile à trois adversaires, le pouvoir royal, le chef de guerre protestant devenu prétendant, la Ligue catholique. La publication eut lieu au mois de juin 1588, au moment de la sédition parisienne et l’effondrement du pouvoir royal. Le livre ne porte aucune dédicace. Le réseau des patrons n’apparaît plus qu’en creux et en situation de faiblesse, dans le chapitre « De la diversion», qui évoque la mort du comte de Gramont, tué au siège de La Fère. Ailleurs, en une claire allusion, Montaigne fait l’éloge du gentilhomme qui l’avait incité à lire Tacite, Louis de Foix, qui venait d’être tué avec ses deux frères, des seigneurs catholiques au service de Navarre, au cours d’une escarmouche contre les troupes du roi. Ces morts simultanées anéantirent un lignage dont Montaigne était le client. Elles suscitèrent la réaction surprenante du père survivant, le marquis de Trans, adversaire du roi, qui, selon une autre allusion dans les Essais, les « print à faveur et gratification singulière du Ciel» (I, 40 : 271).

4La matière politique, fragmentée et discontinue, est inscrite de façon systématique dans le cadre d’un discours personnel, qui lui donne à la fois son unité, ses limites et son sens, en tant que portrait de l’auteur et récit de sa vie. Dans sa forme, ce discours se distingue des modèles antiques et modernes évoqués et utilisés par Montaigne. Il ne s’agit pas non plus d’une histoire de son temps, analogue aux Mémoires des Du Bellay. Montaigne avait récusé le propos historiographique auquel le conviaient ses proches. Aux raisons d’ordre stylistique liées à son incapacité de rédiger une narration « estendue», il ajoutait les exigences de son propre caractère qui le conduisait à une liberté de jugement et une franchise, incompatibles avec le respect public dû aux princes. Il ne pouvait pas publier les jugements qu’il portait sur eux. Or les Essais, quand on les lit dans le détail, sont remplis de tels jugements, mais dans le cadre d’un discours privé et sous la forme de l’allusion, du paradoxe et de la dissimulation :

Joint, qu’à l’adventure ay-je quelque obligation particuliere, à ne dire qu’à demy, à dire confusement, à dire discordamment. (III, 9 : 1042)

  • 4 Les Essais, III, 13, p. 1118.

Aussi long que les précédents, mais plus resserré, le livre III fait apparaître une construction plus concertée ou moins rhapsodique. Deux chapitres sont clairement définis par leur titre comme des discours politiques ou traitant de politique, tous les deux en position remarquable : d’une part, le chapitre liminaire, dont le titre « De l’utile et de l’honnête» offre une formule qui allait être reprise et développée en termes médicaux dans le dernier chapitre ; d’autre part, le modeste chapitre « De l’incommodité de la grandeur». Le premier représente Montaigne en négociateur entre des princes, non nommés, et justifie un choix éthique : le refus de la trahison ; le second fait une satire des rois et s’achève sur des exemples qui confirment la violence royale. Sous un titre en forme de précepte à connotation morale, le chapitre « De ménager sa volonté» n’est pas moins entièrement consacré à la question civile de l’engagement dans une charge publique. Ailleurs, le politique, en relation à la guerre civile, la puissance souveraine, l’organisation civile, fait l’objet d’un discours fragmenté, en ce qui peut sembler des digressions, sous forme d’exemples variés, de narrations venant illustrer des analyses ou leur servant de support, complétés d’une codification en forme de sentences et de préceptes. Le chapitre « De l’experience», consacré à la représentation d’un Montaigne en tant qu’homme privé et en vieillard malade, ne s’ouvre pas moins sur un long développement critique, portant sur les défauts de l’ordre judiciaire français, examiné tant sous le rapport du législateur que de l’exécution des lois. Il a été amplifié par un éloge de la « police» des Chinois4. Cette critique généralise un ensemble de défauts, dont le chapitre « Des boiteux» avait illustré un cas particulier. Dans une perspective plus politique, plusieurs chapitres développent une critique du pouvoir royal, dans le contexte des années 1580. Le chapitre « Du repentir» peut être mis en relation aux pratiques pénitentielles de Henri III et à son ostentation repentante. Dans le chapitre « Des coches», sous le leurre séduisant d’un discours érudit et exotique, se dissimule une sévère critique des dépenses somptuaires, que poursuit le chapitre suivant. « De la vanité» évoque les voyages de Montaigne. Il n’est pas pour autant qu’un chapitre consacré au voyage, destiné à offrir une variation personnelle et paradoxale en relation à une methodus apodemica en train de se constituer. Montaigne développe un « lieu» de cette méthode et du discours viatique, la justification du voyage par la « causa incommodi fugiendi» ; il le détourne pour l’amplifier en un discours politique, plus longuement et plus précisément traité : le second argument par lequel il justifie son propre goût pour le voyage est bien celui de la « disconvenance» avec la situation française, qui lui permet un ample développement consacré aux guerres civiles et à leurs conséquences.

  • 5 Voir Ph. Desan, Montaigne cit., p. 518.

5En même temps que les deux premiers livres, entre 1588 et 1592, le livre III a fait l’objet d’une réécriture destinée à une nouvelle édition, consistant en ajouts, mais aussi en de nombreuses modifications du texte original. Dans le chapitre liminaire, en une généralisation à la première personne du pluriel, la concession que faisait Montaigne aux réalités du politique sous la forme d’une maxime (qui peut aussi être un précepte), « Le bien public requiert qu’on trahisse, et qu’on mente», a été complétée d’un ajout significatif, « et qu’on massacre» (III, 1 : 830), généralement mise en relation avec l’assassinat du duc de Guise. Cette formule, parfois invoquée comme une preuve de son prétendu machiavélisme, est l’expression de l’indignation et non pas de l’approbation. Dans le chapitre « De mesnager sa volonté», la narration de l’action municipale de Montaigne s’élargit à l’ensemble de son action publique, en une nouvelle apologie de l’engagement non partisan, explicitement mise en relation au nouveau contexte politique par une comparaison entre les deux « partis fiévreux» qui se sont succédé en France, mais aussi en relation à un argument déjà développé ailleurs, « J’ai touché ailleurs le zèle» (III, 10 : 1058), en l’occurrence dans le chapitre « De la liberté de conscience». Ces ajouts portés sur l’édition de 1588, également répartis sur les trois livres, donnent à ceux-ci une unité nouvelle et devrait conduire à les étudier ensemble, dans la mesure où ils amplifient sur un mode entièrement cohérent aussi bien le discours personnel que la matière politique. Ils ont été rédigés au cours d’une période qui correspond à la retraite de Montaigne, conséquence probable de sa maladie, mais peut-être aussi d’un choix lié à un échec, auprès de Matignon ou de Navarre, auquel il est fait plusieurs fois allusion dans le livre. La dernière période de rédaction des Essais a ainsi pu être interprétée comme une phase de rupture avec le politique et une orientation nouvelle, privée, développant une curiosité d’ordre littéraire ou philosophique, donnée à un livre qui jusqu’alors avait reflété les exigences de la carrière de Montaigne5. Or, loin de perdre en intensité, le discours politique n’a cessé d’être poursuivi et enrichi sur l’Exemplaire de Bordeaux et les derniers ajouts sur la copie, base de l’édition posthume. Ce discours met en évidence la cohérence sur la longue durée du livre et du projet qui le sous-tend, indépendamment des péripéties que représentent les éditions successives : il ne cesse d’être à la fois un discours personnel et politique.

  • 6 P. de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. cit., p. 447 et p. 544.

6Ce discours politique n’est pas abstrait, il sert manifestement à décrire et à comprendre le drame de la guerre civile dont Montaigne est non seulement le témoin mais aussi un des acteurs. Tous les chapitres du livre III évoquent les malheurs de la guerre civile tels que Montaigne les éprouve en relation à son action publique et au gouvernement de son pays, de façon plus ou moins développée ou simplement allusive, en traitant d’autres sujets, en particulier de la conversation civile. Plusieurs d’entre eux font référence à des événements contemporains, mais toujours sous forme allusive. Dans le chapitre « De l’utile et de l’honneste», Montaigne évoque « la poisante experience» (III, 1 : 836) que lui-même et ses alliés ou ses contemporains venaient de faire de la trahison6. Pierre de L’Estoile mentionne dans son journal deux épisodes qui peuvent correspondre à l’allusion de Montaigne. En mai 1586, le duc de Mayenne avait assiégé Monségur, dont la garnison avait été massacrée, en dépit de l’accord de reddition ; les protestants ayant eux même trahi leur serment de ne plus prendre les armes contre le roi, le massacre pouvait être justifié par l’adage juridique frangenti fidem fides frangatur eidem. Les Essais se font l’écho de cette justification :

Si la trahison doit estre en quelques cas excusable : lors seulement elle l’est, qu’elle s’employe à chastier et trahir la trahison. (III, 1 : 837)

Le second épisode relaté par L’Estoile et auquel pouvait renvoyer Montaigne avait eu lieu en février 1588, en Armagnac : un gentilhomme protestant massacra les convives qu’il avait invités à une noce ; son crime avait été « commis de tacite consentement du roi de Navarre», qui soupçonnait les victimes, tous ligueurs, de fomenter un complot contre lui. L’argument du bref chapitre « De l’incommodité de la grandeur» repose sur une autre allusion, qui reste obscure :

L’incommodité de la grandeur, que j’ay pris icy à remerque, par quelque occasion qui vient de m’en advertir. (III, 7 : 963)

Ces allusions rappellent que le discours politique des Essais ne constitue pas un discours historique, même s’il est toujours contextualisé et inscrit dans son temps. Tel quel, il est lié à une expérience personnelle, à un ensemble de relations, de débats et de conflits, impliquant Montaigne. Celui-ci cherche à comprendre cette situation et les contraditions qu’elle révèle. Celles-ci sont « sans remède». L’expression revient à plusieurs reprises dans le livre.

  • 7 Voir R. Trinquet, Aspects généraux sur l’attitude politique de Montaigne après la mairie de Bordea (...)

7Le discours de Montaigne a été généralement examiné selon deux perspectives différentes et d’une certaine manière contradictoires. En tant qu’il est porté par un discours personnel, voire confondu avec lui, il a été mis en relation à la vie de Montaigne et à un référent extérieur aux Essais, le contexte historique, dans lequel se sont déployées une carrière et une action publiques. Le discours personnel, considéré comme une source documentaire objective en dépit de son écriture allusive et de la nature paradoxale de son argumentation, permettrait d’éclairer celles-ci. De même que le chapitre « De l’expérience» a nourri les biographies de Montaigne de tous les éléments éclairant ses usages privés, la paraphrase du chapitre « De la physionomie» a servi à reconstituer un moment critique de sa vie publique : il s’agit d’une fiction, qu’aucun autre document ne venait appuyer7.

8Inversement, en tant qu’il a pour objet le politique, ce discours a été lu en toute indépendance du discours personnel qui le porte et de ses enjeux rhétoriques, pour être réordonné sur un mode systématique. Il a pu être ainsi inscrit dans une histoire des doctrines et se résoudre en termes conceptuels, ceux d’un Montaigne « penseur politique», proposant une théorie de la souveraineté, partisan d’un machiavélisme modéré, voire suggérant un libéralisme avant la lettre. Cette conception a longtemps négligé le contexte historique dans lequel les Essais ont été rédigés et publiés. Des travaux mieux informés ont cherché à contextualiser la « pensée» de Montaigne, pour en faire celle d’un penseur « en son temps». Mais ils ont aussi eu recours à l’approche biographique censée l’éclairer, au risque de faire de cette « pensée» le support de l’action de l’homme politique, sans considération pour la réalité discursive des Essais. Or Montaigne ne propose ni le récit d’une pratique ni un traité consacré à la meilleure forme de gouvernement, la définition de la souveraineté, l’ordonnance de la « police», à la manière des trois grands traités publiés en 1576, La Politique d’Aristote commentée par Loys Le Roy, La République de Bodin, le Discours contre Machiavel de Gentillet. Montaigne les a lus sur un mode critique. Ils constituent, avec les sources classiques, une partie de son cadre conceptuel et ses références, avec le Discours de la servitude volontaire.

  • 8 Voir P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., t. I, pp.  84-85 et 96-97.

9S’il ne met pas en forme une théorie, le discours politique dans les Essais met en œuvre des notions et repose, de façon plus générale, sur une culture politique à la fois partagée et originale. Ce n’est pas de Tacite que Montaigne tire de quoi connaître l’action publique. Le livre III est marqué par une référence bien plus fréquente au De officiis de Cicéron. Montaigne évoque aussi par allusion sa lecture de deux traités contemporains, « deux livres Escossois» (III, 7 : 962), le De iure regni apud Scotos (1579) de George Buchanan et la réponse donnée par Adam Blackwood, l’Apologia pro regibus (1581)8. Le premier traité, dû à un ancien maître de l’écrivain, se rattache à la tradition monarchomaque protestante. Il propose une conception du pouvoir royal réglé, soumis à la loi, dans le cadre d’un contrat avec un peuple considéré comme ensemble de citoyens. Le second, dû à un juriste écossais établi à Poitiers, appartenant au cercle réuni autour de Scévole de Sainte-Marthe, développe une conception absolutiste. Dans le texte des Essais, Montaigne oppose les deux ouvrages sans pencher, en apparence du moins, pour l’un ou pour l’autre. Il souligne au contraire, la « naturelle envie et contestation» à l’œuvre dans le débat pour « la maîtrise et la sujétion» (III, 7 : 962) qui empêcherait une approche rationnelle et objective. Toutefois, dans le contexte du chapitre, l’évocation des inconvénients de la grandeur, assimilée à l’exercice du pouvoir royal, est implicitement une correction de la seconde thèse, celle de Blackwood, qui assimile le roi à un dieu. Le dernier discours politique des Essais par ses formules et ses références révèle ainsi, sinon une orientation, du moins une sensibilité monarchomaque, en rupture avec la loyauté publiquement affichée par Montaigne et son engagement au service de la cause royale.

  • 9 Voir J. Balsamo, ‘Le plus grand bien que j’atande de cete miene charge publique’ : Montaigne entre (...)

10Les approches biographique et philosophique ont leur intérêt, mais elles sont d’une pertinence heuristique limitée pour comprendre le discours politique des Essais, dans sa nature et dans l’espace singulier où il se déploie, rhétorique et littéraire. Celui-ci, en tant que discours personnel, ne se réduit pas à la doctrine, même lorsqu’elle est replacée dans le contexte historique des guerres civiles. Il ne se réduit pas non plus à la biographie, dans la mesure où il s’agit d’un discours élaboré, porteur d’intentions et d’effets, qui offre une représentation de Montaigne savamment ordonnée, bien différente d’un document objectif. Postérieur aux événements auxquels il fait allusion, ce discours ne se confond pas avec le discours public du Montaigne politique, engagé dans les affaires de son temps. Les annotations sur l’Ephemeris de Beuther, un texte d’ordre privé et non pas littéraire, mettent en évidence ces différents plans. Montaigne y fait l’éloge du duc de Guise, en mentionnant son assassinat. Cet éloge éclaire la réfutation ironique « Il est de la Ligue : car il admire la grace de Monsieur de Guyse» (III, 10 : 1058). Le discours politique public ou officiel, que Montaigne a tenu dans ses lettres, et en particulier les lettres adressées en 1590 à Henri de Navarre devenu Henri IV, ou celui qu’il pouvait tenir dans ses entretiens avec les princes et les Grands, était un discours obligé, exprimant le respect, la soumission, l’obéissance, en relation à un rang, une étiquette des obligations9. Les Essais font souvent allusion à ces discours publics, ils en rapportent la substance, mais sur un mode toujours allusif. Ils les corrigent en les adaptant à une persona, dans le portrait que Montaigne trace de lui-même en gentilhomme prudent, en sujet loyal, en écrivain véridique. Toutefois, ils ne se confondent pas avec ce discours public, ils disent plus et autre chose que la parole permise à Montaigne dans l’exercice de ses fonctions. Deux chapitres du livre III révèlent cette différence et d’une certaine manière ce discours en excès, le chapitre « De la vanité», précédé du modeste chapitre « De l’incommodité de la grandeur».

  • 10 Voir J. Lafond, ‘De l’incommodité de la grandeur’, ombilic du livre III, in Lire, vivre où mènent (...)

11Longtemps négligé, ce chapitre a fait l’objet d’une légitime réévaluation10. Il ne se présente pas comme une apologie de l’action publique de Montaigne, développée ailleurs, dans le chapitre liminaire et dans « De mesnager sa volonté». Il s’agit d’un discours consacré au prince, dans un lien de continuité et de variation avec le chapitre « Des Coches». Après la critique du prince prodigue, Montaigne apporte une correction à celle-ci, par une considération sur la difficulté de l’exercice du pouvoir et la solitude qu’il implique. La position centrale du chapitre, au cœur duquel est mentionné un livre monarchomaque du maître de Montaigne, n’est sans doute pas un effet du hasard ; elle répond à la position centrale du chapitre consacré à La Boétie et à la Servitude volontaire dans le premier livre. Le chapitre ne se comprend pas moins selon une relation interne aux Essais, comme une réécriture de l’argument du chapitre « De l’inégalité qui est entre nous», longue démythification des distinctions de rang, qui relèvent de l’apparence voire de l’imposture si elles ne sont pas fondées sur la vertu. L’exemple de Hiéron, tiré de Xénophon, est l’intertexte qui relie ce développement au Discours de La Boétie. Il définit très précisément les « incommodités» de la royauté, que Montaigne résume en une maxime : « Les avantages principesques sont quasi avantages imaginaires». Toutefois, le chapitre « De l’incommodité de la grandeur» n’est pas une simple variation sur un chapitre du premier livre. Dans la suite de ses rédactions, il se précise par l’opposition entre la grandeur incommode du prince et le choix vertueux de l’homme « médiocre». La critique de l’état royal et de sa fausse grandeur met en évidence, par contraste, la perfection paradoxale de l’état moyen de Montaigne, qui se représente ironiquement en « oyson», en niais. Cette modestie apparente révèle, par une série d’antithèses, l’effort vertueux que recouvre le refus de la grandeur : contre le désir et l’ambition, il célèbre des qualités intérieures et personnelles, conformes à sa « constitution naturelle» et à l’ordre de la Providence. Cet accord correspond à un choix éthique qui guide toute sa conduite publique. Il est formulé non sans véhémence par une allusion dépréciative à un mot bien connu attribué à César, actualisé par une référence à la hiérarchie parlementaire et au premier office de la carrière publique de Montaigne, qui avait fait ses débuts en qualité de conseiller à la cour des Aides de Périgueux, avant d’être intégré au parlement de Bordeaux :

Et tout à l’opposite de l’autre, m’aymerois à l’avanture, mieux deuxiesme ou troisiesme à Périgueux, que premier à Paris : Au moins sans mentir, mieux troisiesme à Paris, que premier en charge. (III, 7 : 961)

12L’argumentation est entièrement régie sur un mode personnel. La représentation de Montaigne se développe en une suite d’affirmations servant moins à décrire un caractère qu’un comportement, privé et public. Elle se développe également, du moins dans la dernière rédaction, par une série d’exemples, qui peuvent être directement rapportés à sa propre figure, dont ils constituent comme autant d’avatars. Parmi ses singularités, ce chapitre est le seul chapitre du livre III à ne comporter aucune référence à Socrate, laissant Montaigne, dans l’affirmation de soi en homme prudent et en gentilhomme, s’approprier des exemples plus conformes à sa qualité que celui du philosophe grec. Les exemples auxquels il s’identifie, ceux de Thorius Balbus et d’Otanez, se déploient de part et d’autre de l’expression « Je suis desgousté de maistrise et active et passive» (III, 7 : 962). La figure de Thorius Balbus, d’une part, est présentée comme un véritable « exemplaire», un patron sur lequel Montaigne pourrait, le cas échéant, former son propre comportement :

L. Thorius Balbus, gallant homme, beau, sçavant, sain, entendu et abondant en toute sorte de commoditez et plaisirs, conduisant une vie tranquille, et toute sienne, l’ame bien preparée contre la mort, la superstition, les douleurs, et autres encombriers de l’humaine necessité, mourant en fin en bataille, les armes en la main, pour la défense de son païs. (III, 7 : 962)

13Cet exemple est positif ; il représente un citoyen de rang moyen, réunissant en lui le bonheur privé et la vertu civique. Introduit sur l’Exemplaire de Bordeaux, il vient corriger ce que la rédaction initiale publiée en 1588 avait de dépréciatif dans le portrait que Montaigne traçait de lui-même (« J’ai ainsi l’âme poltronne»). L’exemple de Thorius Balbus, pris de Cicéron, illustre la vertu à l’antique du privatus capable de se dévouer à la res publica. Il correspond en tout point à la justification que Montaigne fait de sa propre action dans les chapitres apologétiques du livre III, où il justifie un engagement limité, fondé sur la distinction entre vie privée et action publique, mais capable d’aller jusqu’au sacrifice de soi.

  • 11 Machiavel, Discorsi, III, 6.
  • 12 Voir T. Ménissier, L’autorité dans les Essais de Montaigne. Nature et limite de la relation d’obéi (...)

14Le second exemple, celui d’Otanez, pris d’Hérodote, également introduit par un ajout tardif, illustre le refus vertueux de la grandeur, c’est dire du pouvoir. Machiavel l’avait déjà mentionné pour illustrer la victoire de seigneurs vertueux sur l’imposture tyrannique d’un mage11. Montaigne s’en sert pour amplifier la formule qui le définit (« Je suis desgousté…»). Cette formule est dissociée de son premier contexte, sous la forme d’une paraphrase (« hors de toute subjection et maîtrise, sauf celle des lois antiques», et « impatient de commander comme d’être commandé»). Son argumentation, plus complexe, a été interprétée comme la tentative de fonder une paradoxale souveraineté d’ordre privé, mais qui révélerait de ce fait une certaine approximation conceptuelle12. En réalité l’exemple du prince perse n’oppose pas une souveraineté privée à une souveraineté publique, mais deux souverainetés publiques, sous forme de deux couples antagonistes. Le premier couple oppose la souveraineté de la loi à celle du roi, une souveraineté bonne, à laquelle Montaigne, qui s’identifie à Otanez, accepte d’obéir, et une souveraineté oppressive, dont il demande d’être exempté. Cette opposition structure l’ensemble du discours politique des Essais. Portée par les Monarchomaques et les théoriciens du contrat, elle correspond à la conception plus ancienne de la monarchie réglée définie par Claude de Seyssel, base de l’idéologie parlementaire des années 1550, à laquelle La Servitude volontaire avait donné une contribution décisive. De ce point de vue, le livre III, et ce chapitre en particulier, semble marquer un retour à la leçon de La Boétie.

  • 13 Dans le Journal du voyage, le secrétaire note que Montaigne et ses compagnons ont été pris pour «  (...)

15Le second couple oppose la souveraineté royale et la « maistrise» publique qui lui appartient, à la souveraineté d’Otanez. Celle-ci n’est pas d’ordre privé, il s’agit d’une souveraineté publique et reconnue, quoi qu’elle soit individuelle, au sein d’un même empire, où elle s’exerce en toute liberté. Cette conception ne relève plus d’une position monarchomaque, fondée sur la conception d’une souveraineté royale modérée par la loi. Elle illustre un idéal nobiliaire, qui définit la noblesse par son autonomie, en termes de liberté et de franchise, et non pas dans une relation d’honneur et d’obéissance au prince souverain. Sur un mode exotique, Montaigne rêve ici d’être son propre souverain. Cette conception, illustrée par un prince perse, avait sa réalité contemporaine, dans le Saint-Empire, que Montaigne avait visité et dont il avait laissé la relation, celle d’une noblesse immédiate, du « Freiherr» ou « liber baro», soumis aux seules lois générales, dont il avait pu faire l’expérience en Allemagne13. Cette réalité n’existait pas en France. Elle correspondrait à un statut exorbitant, celui du prince souverain, inconcevable dans le cadre de la monarchie française et de son évolution absolutiste dirigée contre toute souveraineté individuelle et toute liberté privilégiée, celle des individus comme celle des collectivités.

16Le contexte dans lequel s’inscrivent les Essais et qui éclaire véritablement ceux-ci n’est pas seulement celui des événements des guerres civiles, ni celui, personnel, de la carrière de Montaigne et de sa relation aux rois. Il est plus général et d’ordre idéologique, il s’agit de la relation des Français et plus précisément de la noblesse française à la souveraineté. Les Essais en décrivent l’évolution, ils illustrent la réaction qu’elle suscita. Dans le chapitre « De l’inegalité qui est entre nous», Montaigne pouvait encore évoquer l’ancienne liberté qui accompagnait sa qualité noble, en relation à une souveraineté reconnue et acceptée, aux lois et au prince :

À la verité nos loix sont libres assez ; et le pois de la souveraineté ne touche un gentil-homme François, à peine deux fois en sa vie : La subjection essentielle et effectuelle, ne regarde d’entre nous, que ceux qui s’y convient. (I, 42 : 287)

  • 14 Voir N. Le Roux, Honneur et fidélité. Les dilemmes de l’obéissance nobiliaire au temps des guerres (...)

Il célébrait la conception modeste d’une noblesse de province, éloignée de la cour et de ses contraintes. Dix ans plus tard, il avait fait l’expérience de l’action publique et du service aux princes. La conscience qu’il pouvait avoir de s’affirmer comme un « seigneur retiré et casanier», libre d’engagement, était devenue moins sereine, elle avait pour limite le devoir de l’obéissance nobiliaire au temps des guerres civiles et les implications d’une telle obéissance14. Dissimulée derrière l’exemple vertueux de Thorius Balbus, la figure d’Otanez en seigneur immédiat, sous laquelle se rêve le gentilhomme Montaigne, a bien une portée politique, qui s’éclaire dans le cadre institutionnel français et son évolution à la fin du xvie siècle. La formulation de Montaigne va au rebours du mouvement général de la royauté française, dont elle est la critique. C’est en ce sens dynamique que peut se comprendre ce que l’on a appelé le « conservatisme» de Montaigne, tel qu’il s’exprime dans les Essais : un conservatisme critique et à sa manière, subversif. Élargi à l’ensemble du livre, ce discours politique est bien une mise en garde contre le pouvoir absolu de rois devenus, non pas des tyrans, mais des despotes, qui considéraient que leurs sujets leur appartenaient. À la fin du chapitre « De l’incommodité de la grandeur», à travers les exemples de deux condamnations arbitraires formulées par Denys, Montaigne met en évidence la menace que représente le pouvoir de coercition du prince, la violence qu’il exerce contre quiconque ne se plie pas à son caprice. Dans sa simplicité brutale, la chute du chapitre est la conclusion logique d’une critique de la mauvaise royauté, des rois qui « veulent aussi legerement que nous, mais [qui] peuvent plus» (II, 12 : 501), ainsi que Montaigne le précisait ailleurs dans un ajout contemporain. L’homme prudent a raison de les fuir, ou d’éviter de leur déplaire.

17Le discours politique et personnel qui se déploie dans les Essais renvoie directement ou de façon allusive aux guerres civiles et à la carrière publique de Montaigne. L’apologie de son action en termes moraux sert à justifier son action. Mais les Essais, dans l’ensemble de leur rédaction et leur cohérence, sont bien plus que l’expression documentaire du Montaigne politique. La représentation que celui-ci donne de lui-même en homme de bien, soucieux du bien public et de l’ordre, sert en même temps à justifier un discours paradoxal dans le contexte français, et à le garantir contre l’accusation de subversion. Dans le chapitre « De l’amitié», Montaigne célébrait le Discours de la servitude volontaire, dans la sincérité de sa portée scandaleuse, en soulignant que le goût de La Boétie pour la liberté n’était pas incompatible avec son civisme, respectueux des lois et du « repos de son pays» (I, 27 : 201). De façon analogue, les Essais dans leur ensemble, peuvent être lus comme la tentative de concilier une liberté de parole extrême, liée à la franchise du gentilhomme, et la vertu civique fondée le respect de la loi. Mais dans les deux cas, chez La Boétie comme chez Montaigne, la possibilité de libertas, de la parole libre au point de passer pour séditieuse, devait reposer sur une concession destinée à minorer en apparence la portée de ce discours : d’un côté, Montaigne réduisait le Discours à n’être qu’un « sujet traité […] par manière d’exercitation» ; de l’autre, il présentait son propre discours politique comme un discours personnel, contenant des « fadaises» tenues par un simple privé, voire par un « oyson», un niais.

Notes

1 M. de Gournay, « Préface», in Les Essais, éd. cit., p. 17.

2 Les Essais, I, 23, p. 128.

3 Voir M. de L’Hospital, Discours et correspondance, éd. L. Pétris, Genève, Droz, 2013, t. II, p. 15 et 72n.

4 Les Essais, III, 13, p. 1118.

5 Voir Ph. Desan, Montaigne cit., p. 518.

6 P. de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. cit., p. 447 et p. 544.

7 Voir R. Trinquet, Aspects généraux sur l’attitude politique de Montaigne après la mairie de Bordeaux (1585-1592), “BSAM”, IV, 11, 1967, pp.  3-22.

8 Voir P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., t. I, pp.  84-85 et 96-97.

9 Voir J. Balsamo, ‘Le plus grand bien que j’atande de cete miene charge publique’ : Montaigne entre vie publique et vie privée, “NBSAM”, IV, 2008, pp.  359-375.

10 Voir J. Lafond, ‘De l’incommodité de la grandeur’, ombilic du livre III, in Lire, vivre où mènent les mots. De Rabelais aux formes brèves de la prose, Paris, H. Champion, 1999, pp.  61-68 ; R. Scholar, ‘L’Oyson’ du IIIe livre, in Ph. Desan, Les Chapitres oubliés des Essais de Montaigne cit., pp.  225-238.

11 Machiavel, Discorsi, III, 6.

12 Voir T. Ménissier, L’autorité dans les Essais de Montaigne. Nature et limite de la relation d’obéissance, in P. Magnard et Th. Gonthier (éd.), Montaigne, Paris, le Cerf, 2010, pp.  179-204.

13 Dans le Journal du voyage, le secrétaire note que Montaigne et ses compagnons ont été pris pour « barons et chevaliers» et qu’il « avait voulu qu’on s’y contrefît», éd. cit., p. 274.

14 Voir N. Le Roux, Honneur et fidélité. Les dilemmes de l’obéissance nobiliaire au temps des guerres de religion, “Nouvelle revue du seizième siècle”, 22/1, 2004, pp.  127-146.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search