Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

II. Les Essais et la tradition lettrés

2. « Je viens de courre d’un fil, l’histoire de Tacitus »

Texte intégral

1Le chapitre « De l’art de conférer» s’achève sur un véritable « essai» consacré à Tacite. Montaigne y évoque avec une précision toute particulière sa lecture de l’œuvre de l’historien latin :

Je viens de courre d’un fil, l’histoire de Tacitus (ce qui ne m’advient guere, il y a vingt ans que je ne mis en livre, une heure de suite) et l’ay faict, à la suasion d’un gentil-homme que la France estime beaucoup : tant pour sa valeur propre, que pour une constante forme de suffisance, et bonté, qui se voit en plusieurs freres qu’ils sont. (III, 8 : 986)

  • 1 Les Essais, I, 20, p. 102.
  • 2 Voir M. Fumaroli, Aulæ arcana. Rhétorique et politique à la cour de France sous Henri III et Henri (...)

Cette lecture lui avait été conseillée par un personnage distingué. La remarque est importante. Elle confirme d’une part que Tacite était un auteur reconnu dans la culture noble, qui dépassait la seule tradition savante. La référence tacitéenne dans les Essais se chargeait ainsi d’un prestige, qui permettait au livre de Montaigne d’échapper au soupçon de pédantisme, pour entrer dans le cadre d’une conversation civile, où Montaigne lui-même, sur un mode modeste semble s’effacer derrière la leçon d’autrui. L’allusion aux trois frères a permis d’identifier le personnage particulier qui avait incité Montaigne à cette relecture ; il revêt ici la figure d’un initiateur. Il s’agit de l’époux de Diane de Foix-Candale à qui Montaigne avait déjà dédié le chapitre « De l’institution des enfans», Louis de Foix, comte de Gurson, un « comte de très bon lieu», qu’il avait déjà évoqué par allusion, sur un mode facétieux, dans le chapitre « De la force de l’imagination»1. La date de cette lecture, entre 1580 et 1587, ne peut être mieux précisée, non plus que l’édition dont Montaigne s’était servi : un exemplaire d’une édition ancienne qu’il aurait repris, ou au contraire l’édition due à Juste Lipse, publiée en 1574 et rééditée en 1585. Il n’est pas impossible que Montaigne fasse allusion aux quatre premiers livres des Annales (Paris, 1581) dans l’édition commentée par Charles Paschal, un personnage avec qui il était personnellement lié2. En tout cas, il employait le terme d’« histoire» dans un sens général, pour désigner l’ensemble de l’œuvre historique, Annales et Histoires confondues, en les distinguant des opuscules variés de l’historien latin.

2Ce développement est analogue aux notes de lecture consacrées à Commynes, à Guichardin et aux Du Bellay transcrites dans le chapitre « Des livres». Publié pour la première fois dans l’édition de 1588, il fut sensiblement remanié au cours de la révision des Essais qui donna lieu à l’édition posthume. Montaigne pose la question de savoir ce qui fait la valeur d’un livre ; il distingue ainsi entre l’inventio reposant sur des lieux communs et l’elocutio singulière de l’auteur, pour préciser ce qui est original et ce qui est emprunté à une culture générale. Son argument est éclairé par un exemple, un précepte « non vulgaire» qu’il avait trouvé chez Commynes :

Il se faut bien garder de faire tant de service à son maistre, qu’on l’empesche d’en trouver la juste récompense. (III, 8 : 985)

  • 3 Ph. de Commynes, Mémoires, III, xii (année 1474) ; Tacite : « Beneficia eo usque læta sunt, dum vi (...)
  • 4 Les Essais, p. 1779, variante de 1588.

La formule, qu’il avait notée pour sa pertinence et peut-être pour les échos qu’elle suscitait en lui au moment le plus dense de son activité publique, lui parut sinon moins belle, en tout cas moins originale lorsqu’il eut retrouvé une formule analogue chez Tacite3. Il ne s’agissait pas d’une « source» du texte de Commynes, mais de ce qu’on appelait alors, au masculin, « un rencontre». La formule de Tacite, que cite Montaigne, sert de prétexte à une longue digression sur sa lecture récente de l’historien romain, qui lui permet de mettre en forme son jugement, un jugement positif, non sans quelques réserves. La forme d’histoire telle que la développe Tacite, combinant le rapport des faits et l’analyse des mœurs, est « de beaucoup la plus utile» au lecteur, à la manière de Plutarque, ainsi que le portait la première rédaction4. Le bon lecteur sait l’apprécier, en dépit des choix propres et du dessein de l’historien, qui s’excuse de devoir s’attacher à de petits faits, indignes de la grande histoire. Montaigne considère Tacite comme un auteur qui, à l’intérieur d’un cadre politique d’ensemble, sait associer des considérations générales et particulières, d’ordre moral : en l’occurrence la cruauté des empereurs et les belles morts de citoyens courageux. Selon lui, la force de cette manière d’écrire l’histoire réside moins dans les narrations qu’elle permet que dans les préceptes qu’elle propose et dans la manière de susciter la réaction du lecteur et son jugement :

C’est plustost un jugement, que deduction d’histoire : il y a plus de preceptes, que de contes : ce n’est pas un livre à lire, c’est un livre à estudier et apprendre ; il est si plein de sentences, qu’il y en a à tort et à droict : c’est une pépinière de discours ethiques et politiques, pour la provision et ornement de ceux, qui tiennent quelque rang au maniement du monde. (Ivi : 986)

  • 5 Voir A. Merle et A. Oïffer-Bomsel (éd.), Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne, Pari (...)

Le jugement de Montaigne correspond à la réception de Tacite en Europe à la fin du xvie siècle. Celle-ci a pris la forme d’une mise en lieux communs et en préceptes tirés de cette « pepinière de discours ethiques et politiques», offrant un art de prudence politique et civile5. Mais cette utilisation ne concernait plus vraiment Montaigne, qui avait alors renoncé au « maniement du monde». À l’inverse, les critiques qu’il formule sont d’ordre stylistique ; elles portent sur la façon « poinctue et subtile», sur l’enflure, expression de l’affectation. Le style de Tacite fait l’objet d’une comparaison avec celui de Sénèque auquel il ressemble ; l’un plus « aigu», l’autre « plus charnu», présentant deux variantes d’une même recherche d’expression. Ces défauts appartiennent à leur siècle et à un état « trouble et malade», comme l’époque de Montaigne. Cette analogie donne à comprendre le style des Essais, en relation à son contexte.

3-Montaigne combine ensuite un ensemble de remarques ponctuelles, attestant une connaissance précise des Annales, et un discours apologétique justifiant l’historien fiable, aux opinions saines, ainsi que les choix de l’homme Tacite en son siècle, en particulier son rapport à la religion. Il reconnaît sa stature de « grand personnage, droicturier et courageux». Il conteste en revanche le jugement que Tacite avait porté sur Pompée, qu’il considère pour sa part comme une belle et noble figure républicaine. Il est également réservé sur certaines interprétations de détail. Mais s’il s’interroge sur la vraisemblance de certains faits miraculeux que rapporte l’historien, il justifie celui-ci de les rapporter et de faire ainsi connaître ce qui faisait le fonds des croyances et des superstitions de son époque :

En escrivant en un siècle, auquel la creance des prodiges commençoit à diminuer, il dit ne vouloir pourtant laisser d’inserer en ses annales, et donner pied à choses receues de tant de gens de bien, et avec si grande reverence de l’antiquité.

Cet éloge du respect que Tacite témoignait aux anciennes croyances constitue un parallèle implicite avec la « reverence» que Montaigne lui-même et de nombreux « gens de bien» continuaient de témoigner à l’ancienne religion catholique, au moment des guerres de religion. Reposant sur une analogie personnelle, l’intérêt et la déférence qu’il témoigne à l’historien latin servent ainsi à préciser son propre éthos d’écrivain grave et respectueux. Sa réserve la plus sérieuse, tout en portant sur une formule maladroite, est d’ordre éthique. Dans une addition tardive, il reproche à Tacite de se justifier de parler de soi dans ses Histoires ; cela lui permet, par contraste, d’affirmer la légitimité de son propre choix : « J’ose non seulement parler de moy : mais parler seulement de moy» (ivi : 987). À l’historien véridique et scrupuleux mais trop discret s’oppose ainsi un Montaigne, ni historien ni même biographe, mais non moins véridique et toujours plus prompt à se dévoiler en termes de franchise.

  • 6 J. Bodin, Methodus ad facilem historiarum cognitionem [Paris, 1566] ; La Méthode de l’histoire, tr (...)
  • 7 Voir P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., pp.  85-86
  • 8 Les Essais, p. 713 et 727 ; Tacite, Annales, XIV, 44 et XII, 47 ; J. Bodin, La Méthode de l’histoi (...)

4Le développement que Montaigne consacre à l’historien latin aurait pu constituer un simple ajout au chapitre « Des livres» où l’appelait son objet. La place particulière que lui donne l’écrivain fait apparaître le souci qu’il avait de la disposition savamment concertée de ses Essais, en faisant du chapitre « De l’art de conférer» une forme subtile de réécriture et de commentaire de « Des Livres», sur la base d’exemples de même nature. Ce commentaire, comme ceux qu’il avait formulés à propos de Guichardin et des frères Du Bellay, a pour source le jugement porté sur Tacite par Jean Bodin dans le long chapitre IV (« Du choix des historiens») de la Methodus, où il précède immédiatement les développements consacrés aux historiens modernes6. La relation de Montaigne à l’œuvre de Bodin ne se réduit pas à quelques suggestions liées à une lecture ponctuelle dans les années 1576-15787. L’exemple de Tacite révèle son rôle séminal et génétique sur une longue durée, comme il inscrit sa réflexion dans une série de débats contemporains. La Methodus concentrait alors le discours commun sur Tacite auquel se référaient Montaigne et ses contemporains, de même que c’était l’Anti--Machiavel de Gentillet qui concentrait le discours commun qu’ils répétaient sur le penseur italien. Montaigne avait déjà exploité le développement de Bodin consacré à Tacite dans sa première rédaction des Essais pour l’édition de 1580. Dans le chapitre « De la liberté de conscience», il avait mentionné, à la suite de Bodin, le rôle de l’empereur Tacite Auguste dans la diffusion de l’œuvre de l’historien, et ailleurs, dans « Nous ne goustons rien de pur» et dans « Des pouces», il lui avait pris deux allégations de Tacite, nommément désigné8. La citation de Tacite mise en relation avec la formule de Commynes, qu’il prétendait avoir trouvée directement chez Tacite, se retrouve en réalité dans le même passage de la Methodus.

5Bodin, comme Montaigne, ne considérait pas Tacite comme un auteur privilégié, mais comme un historien parmi d’autres, compris dans une conception générale de l’histoire universelle. Toutefois, par le nombre des citations et les jugements favorables sur des points de détail, il lui est concédé une place particulière. En humaniste, Bodin l’estimait principalement comme l’historien des Germains et un continuateur de Tite-Live pour ce qui regarde l’histoire romaine. Il l’inscrivait dans la catégorie des historiens du politique et du fait militaire, en le louant pour sa méthode, à l’égal de Polybe, un historien que Montaigne en revanche semble avoir complètement ignoré. Selon les témoignages qu’il avait recueillis chez les autres historiens, Bodin considère son œuvre comme très utile pour connaître l’histoire ancienne, d’autant plus qu’en se limitant au seul siècle qui va de Tibère à Nerva, Tacite avait pu analyser ce que Montaigne appelle les « considérations des mœurs», aussi bien que la matière traditionnelle de l’histoire, guerres, complots et ambitions politiques. La principale différence entre Bodin et Montaigne réside dans l’appréciation du style de l’historien romain. Bodin le juge « admirable de finesse et plein de prudence» et selon lui, il mérite la palme de l’éloquence. Mais le jugement de Bodin porte moins sur des traits stylistiques que sur l’effet produit par ce style ; de ce point de vue, son jugement correspond à celui de Montaigne.

6Si Montaigne dit avoir lu Tacite « d’un fil» au moment où il rédigeait le chapitre « De l’art de conférer», dès l’édition originale, les Essais font mention de Tacite à plusieurs reprises. Ces mentions confirment la connaissance ancienne que Montaigne avait de l’historien latin, comme tout lettré de son temps, formé aux humanités sous les meilleurs maîtres. Cette relation a été directe, à travers sa propre lecture. Mais comme Montaigne mentionne Tacite dans des argumentations particulières, en relation à d’autres auteurs et dans le cadre d’une confrontation d’exemples, elle a aussi été médiate, à travers deux ou trois intermédiaires, qui, à des époques diverses, ont pu jouer un rôle de catalyseurs, en réunissant des textes divers et en créant aussi les conditions d’une remémoration des textes déjà connus. La référence tacitéenne provient ainsi de sources humanistiques, mais surtout de la Methodus. Enfin, deux références tardives ont pu être suggérées ou rappelées par les Politicorum libri VI de Juste Lipse, que Montaigne lut après 1589. La constance de cette référence sur la longue durée dans les Essais, ainsi que le témoignage de lectures directes interdisent de tout rapporter aux seules sources de seconde main, comme de rattacher celles-ci à une manière scolaire, qui aurait caractérisé une première phase de rédaction. Montaigne, dans sa rédaction des Essais, met en œuvre des pratiques documentaires complexes, qu’illustre l’exemple de la référence tacitéenne.

  • 9 Voir J. Balsamo, Entre philologie et traduction : les Essais de Montaigne, in Chr. Stosetzki (éd.) (...)

7Le jugement tardif formulé par Montaigne éclaire en partie le choix, la nature et les fonctions de la référence tacitéenne dans les Essais. Celle-ci repose sur une connaissance précise de l’œuvre de l’historien latin, exploitée dans son ensemble. Elle renvoie aux opuscules, par trois références à la Vie d’Agricola, trois au Dialogue des orateurs, et une référence à La Germanie. Mais ce sont les œuvres historiques qui sont mises à contribution, les Histoires et surtout les Annales, auxquelles les Essais font une quarantaine de références, avec une attention toute particulière pour les livres II (43-83), IV (18-45), VI (1-48), XIII (44-56), XV (47-71). De ce point de vue, Montaigne prend ses distances avec Bodin en n’accordant à La Germanie et aux mœurs des Germains qu’un intérêt marginal, et il témoigne d’une évolution dans la réception de l’historien en France à son époque. Cette référence tacitéenne dans son ensemble fait la matière de près d’une soixantaine de « lieux» épars dans les Essais. Outre les développements généraux consacrés à l’historien dans le long développement du chapitre « De l’art de conférer» et quelques remarques critiques ponctuelles, elle est constituée de dix citations en langue originale, auxquelles s’ajoutent de nombreux exemples et apophtegmes traduits en français, clairement identifiables par la mention de l’auteur latin, le personnage allégué ou le contexte historique. Enfin, à ces citations et à ces exemples s’ajoutent de nombreux passages traduits sans indice apparent d’un texte-source, qui mettent en lumière la pratique d’un Montaigne traducteur habile, qui dissimule ses emprunts9.

8La répartition de la référence tacitéenne dans les Essais et partant, son importance, est différente selon que l’on prend en considération l’ordre du livre ou la chronologie de sa rédaction. Si on l’examine selon la disposition d’ensemble des Essais, on notera un écart entre le premier livre et les deux livres suivants : d’un côté 5 références, principalement des exemples, dans l’ensemble des 57 chapitres (une référence tirée du Dialogue des orateurs, une autre des Histoires et trois des Annales), alors que prédominent la matière politique et militaire et la relation à l’Antiquité ; de l’autre, 27 références dans 11 des 37 chapitres du deuxième livre, un livre à l’orientation plus morale, et 18 références dans 9 chapitres sur les 13 du troisième livre, en relation au discours personnel lié au portrait de Montaigne. Cette référence connaît des phénomènes de concentration : le seul chapitre « Coustume de l’Isle de Cea» regroupe six emprunts, exemples ou citations pris de Tacite.

9Inversement, l’histoire du texte des Essais fait apparaître une répartition différente, selon trois phases bien distinctes. Dans la première rédaction, antérieure à 1580, figuraient déjà quelque dix références, réparties entre un seul chapitre du premier livre et huit chapitres du second, auxquelles s’ajoutaient trois citations en latin dans le second livre. La rédaction des années 1585-1588, portée par l’édition parisienne de 1588, se caractérise par une trentaine de références tacitéennes nouvelles, réparties dans l’ensemble des trois livres, trois dans le premier livre, onze dans le deuxième livre, treize dans le troisième. Toutes les références sont tirées des Annales et accessoirement des Histoires, les opuscules étant négligés. À ces nombreux exemples s’ajoutaient trois citations en latin. Enfin, la rédaction postérieure, qui aboutit à l’édition posthume, est riche d’une quinzaine de nouvelles références tacitéennes, inégalement réparties. La part des citations est relativement importante ; elle correspond à un mouvement plus général, Montaigne s’étant mis à citer abondamment en latin des prosateurs, Cicéron et Tite-Live en particulier. Et tout en continuant à se reporter aux Annales, il revient aux opuscules, La Germanie et la Vie d’Agricola.

  • 10 Tacite, Les Annales des choses advenues en l’empire de Rome, Paris, L’Angelier, 1581, p. 2.
  • 11 Les Essais, III, 9, p. 1042.

10À sa manière, Montaigne cite moins Tacite en latin qu’il n’offre un Tacite en langue française. Il procède dans ses Essais et en particulier dans l’édition de 1588, à une véritable appropriation linguistique de l’historien latin. Celle-ci peut être rapprochée de la vulgarisation contemporaine de Tacite, à l’œuvre en France au début des années 1580, et dont les Essais, d’un point de vue éditorial, peuvent apparaître comme un écho ou un prolongement. En 1581 en effet, Abel L’Angelier, le libraire parisien éditeur de Montaigne, avait fait paraître une traduction complète des Annales. Il s’agissait de l’ancienne version partielle des cinq premiers livres attribuée à Étienne de La Planche ou à Jean Maugin, publiée pour la première fois en 1548, révisée et complétée par Claude Fauchet, qui restait dans l’anonymat. Dans un avis au lecteur, celui-ci se plaignait du découpage en chapitres que l’éditeur lui avait imposé « pour satisfaire à la plus-part de la jeunesse, si delicate qu’elle ne peut endurer le travail d’une longue lecture»10. Montaigne à son tour examinera pour son livre la pertinence d’une telle fragmentation qu’il finit par récuser11. Le succès de cette édition encouragea L’Angelier à faire, dès l’année suivante, les frais d’une édition des Œuvres de l’historien latin dans le format in-folio, qui fut reprise en petit format (1583, 1584). Celle-ci comprenait les Annales dans la version de La Planche revue par Fauchet, les Histoires ainsi que les opuscules, traduits par Fauchet, le Dialogue des orateurs faisant l’objet d’une édition séparée, qui fut publiée en 1585. Dans un long avis au lecteur, L’Angelier répondait aux critiques que Fauchet avait formulées contre lui et il justifiait ses choix éditoriaux, qui donnaient satisfaction à une demande insistante des lecteurs. Le libraire évoquait aussi la réaction critique des doctes, qui exprimaient leur réserve à l’égard de la possibilité de traduire Tacite :

  • 12 Tacite, Les Œuvres, Paris, L’Angelier, 1582, avis de l’imprimeur, f. ã1-2.

Un tres-sçavant homme dit, qu’il n’estoit possible de bien faire parler François à un si pompeux Chevalier Latin. Cestuy-là avoit longuement hanté Tacitus, et pensoit encores mieux cognoistre les forces de nostre Translateur, mesme il n’avoit pas envie que tu employasses ton argent en ceste marchandise, s’elle n’estoit Latine12.

Le libraire faisait allusion à Étienne Pasquier, un ami de Montaigne, qui considérait Tacite comme un auteur étrange et difficile, impossible à traduire. Pasquier précisait en effet :

  • 13 É. Pasquier, lettre à M. Pétau, XIX, 3, in Les Œuvres, Amsterdam, Compagnie des libraires, 1723, t (...)

Je le voy avoir esté de nostre temps, traduit en nostre vulgaire par un personnage d’honneur ; mais si j’en suis creu, en la rencontre des deux, vous y trouverez autant de différence du Latin au François, comme du jour à la nuict. Il y a je ne sais quel air en luy qui ne se peut rapporter à nostre langue13.

  • 14 P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., p. 253.

Dans les années 1580, traduire Tacite en français représentait un enjeu important dans le débat sur la langue vulgaire et l’affirmation de son excellence. En 1575, Blaise de Vigenère avait fait paraître une traduction de La Germanie, jointe à des textes de Cicéron et de César, « comme un essai de présenter en nostre langue la diversité des stiles latins». Henri Estienne, dans sa Precellence (1579), faisait référence à cette version, qu’il opposait à une traduction en italien par Giorgio Dati, publiée en 1563, afin de montrer la supériorité du français. Il avait beau jeu d’opposer le laconisme de Vigenère à une version qui prétendait précisément mettre en évidence l’abondance lexicale de l’italien, capable de rendre le style de Tacite au prix d’un effort de clarté. Estienne donnait à cette confrontation une interprétation morale et idéologique : la version française respectait la brièveté du texte original, expression de la vertu romaine. Il répétait un « lieu» du discours apologétique de la langue française, qui par contraste, présentait arbitrairement l’italien comme une langue bavarde et sans consistance, reflétant la corruption des mœurs que les Français attribuaient à l’Italie moderne. Or au même moment, un autre traducteur italien, Bernardo Davanzati, cherchait à rendre exactement le laconisme de Tacite. Sa version, achevée en 1590, prétendait à son tour l’emporter par sa concision sur la version française de La Planche et Fauchet et sur Tacite lui-même. Montaigne pour sa part, lorsqu’il traduit Tacite, est plus précis et plus fidèle que les premiers traducteurs français14. Ces traductions ponctuelles révèlent l’ensemble des tensions et de ces rivalités qui se croisent dans les Essais et auxquelles les lecteurs de l’époque étaient attentifs. Elles permettaient aussi à Montaigne de prouver par l’exemple la force de son propre style, capable de rendre l’expression difficile de Tacite.

11-Montaigne considère Tacite, avec l’autorité de Bodin, comme un auteur « fiable». Cette fiabilité lui sert à réfuter d’autres historiens, dans une pratique de l’essai comme examen critique fondé sur la comparaison des opinions contraires. Ainsi, dans le chapitre « Defense de Seneque et Plutarque», il rejette l’interprétation que proposait Dion, « duquel je ne crois aucunement le tesmoignage» (II, 32 : 758), en lui opposant « Tacitus et les autres», qui « parlent très-honorablement, et de sa vie, et de sa mort». Son apologie de Sénèque culmine sur le récit de la mort du sage stoïcien dans le chapitre « De trois bonnes femmes», constitué d’un véritable centon de formules traduites de Tacite. Celui-ci offre ainsi un répertoire infini de cas et d’exemples que Montaigne peut prendre en considération dans les Essais, conçus par lui comme un catalogue des usages et des comportements des Anciens et des Modernes qui lui permet de comprendre la condition humaine dans sa diversité. À côté de la description des usages antiques, civils et militaires, que Montaigne enregistre sur le mode de la compilation, en humaniste et en antiquaire, Tacite plus que tout autre auteur répond à la curiosité de celui qui peut, à juste titre, être considéré aussi comme un moraliste, c’est-à-dire un auteur curieux des mores et des « inclinations particulières». Tacite lui offre des traits remarquables de la vie des empereurs, les morts héroïques ou piteuses des citoyens, victimes de leur cruauté et de leurs caprices. Montaigne juge cette matière « plus attirante à discourir» que les batailles. Et c’est ce qui explique précisément sa réserve lorsqu’il critique Tacite qui, selon lui, ne donne pas à ces morts hors du commun toute l’importance qu’elles méritent, et reste « stérile» à les évoquer, alors que c’est la forme d’histoire la plus utile et la plus remplie d’agrément pour le lecteur. Ces belles morts, qu’il trouve dans le récit des cruautés de Tibère et de Néron, fournissent la moitié des références tacitéennes des Essais. Ces exemples nourrissent aussi un imaginaire de la violence, qui représente un des aspects les plus troublants des Essais.

12Bien qu’ils soient mis en relation à la tyrannie des empereurs, les exemples de morts, qui constituent la matière principale des exemples pris à Tacite, ne servent pas de support à un discours de nature politique. Les autres exemples évoquant des personnages historiques, des princes, voire les exemples des tyrans eux-mêmes ne sont pas davantage utilisés dans ce sens. Dans le chapitre « Comme nous pleurons et rions d’une mesme chose», l’évocation du déchirement éprouvé par Néron au moment où il faisait mettre à mort sa propre mère sert à une analyse de la contradiction des affections humaines. Ailleurs, le cas de Tibère est le second terme d’une comparaison destinée à mettre en évidence par contraste la nature civile et sociable de Montaigne lui-même :

Je ne cherche aucunement qu’on m’ayme et estime mieux, mort que vivant. L’humeur de Tybere est ridicule, et commune pourtant, qui avoit plus de soin d’estendre sa renommée à l’advenir, qu’il n’avoit [dict Tacitus 1588] de se rendre estimable et aggreable aux hommes de son temps. (II, 37 : 824)

Seuls quelques rares exemples peuvent être interprétés en termes politiques, dans un sens large, ainsi l’anecdote des deux soldats qui répondent insolemment à Néron, dans le chapitre « Nos affections s’emportent au-delà de nous». Il n’y a en réalité qu’un seul exemple tiré de Tacite qui soit inséré par Montaigne dans le contexte d’un développement explicitement politique, le débat anti-machiavélien sur le manque de foi, longuement argumenté sur le mode d’une apologie personnelle dans le chapitre « De la presumption» :

Ce seroit une grande simplesse à qui se lairroit amuser ny au visage ny aux paroles de celuy, qui fait estat d’estre toujours autre au dehors, qu’il n’est au-dedans : comme faisoit Tibère. (II, 17 : 686)

La référence tacitéenne se réduit ici à une simple allusion. Montaigne décrit moins une pratique de la dissimulation, qu’il n’insiste sur l’échec de cette pratique lorsqu’elle devient un système ou du moins une habitude, et il porte un jugement moral sur ceux qui se laisseraient duper. À aucun moment, la référence tacitéenne ne vient compléter un intertexte machiavélien ou se substituer à une formulation machiavélienne. Dans l’ensemble des chapitres des Essais, à portée politique, et en particulier dans le livre III, un seul chapitre, « De l’utile et de l’honneste» concentre la référence tacitéenne. Il est ouvert sur un mode paradoxal par l’exemple, longuement développé, de Tibère qui est contraint, par politique de faire le choix de l’honnête. Plus modestement, les autres exemples (les deux prétendants ; la fille de Séjan, le soldat de Pompée), n’ont qu’un rôle d’illustration et d’amplification.

  • 15 Les Essais, II, 20, p. 713, et III, 13, p. 1112.
  • 16 Ivi, II, 10, p. 436 ; II, 17, p. 670.
  • 17 Ivi, II, 35, p. 781 ; Tacite, Annales, II, 77.
  • 18 Les Essais, II, 12, p. 525 ; Germanie, xxxiv.
  • 19 Les Essais, II, 25, p. 725.
  • 20 La Boétie, De la servitude volontaire, éd. M. Smith, Genève, Droz, 2001, p. 58.

13Les passages de Tacite cités ou allégués par Montaigne en français sont dans leur ensemble des exemples à portée morale. Les dix citations en latin extraites de Tacite que Montaigne inscrit dans les Essais sont des maximes ou des préceptes ; elles n’ont pas davantage une portée politique et ne constituent pas l’esquisse d’une fragmentation du texte de Tacite dans le sens d’une codification des aulæ arcana. Montaigne les inscrit dans un contexte juridique ou moral, dans une argumentation gnoséologique ou un contexte méta-poétique : la critique des lois15, la vie privée, la réflexion sur les Essais16. Il privilégie le discours éthique jusque dans ses aspects les plus intimes et familiers. La citation du chapitre « De trois bonnes femmes», « Iactantius mœrent quæ minus dolent», est adaptée des Annales, pour être appliquée avec ironie aux relations conjugales et aux larmes des femmes après la mort de leur époux17. Dans l’« Apologie de Raymond Sebond», il utilise même la maxime tacitéenne « Sanctius est ac reverentius de actis Deorum credere quam scire» comme un argument au service du scepticisme chrétien18. Seules deux maximes illustrent les aulæ arcana : d’un côté, la maxime citée dans l’essai consacré à Tacite, qui peut servir, par analogie, à éclairer les relations entre un patron et un client dans le système nobiliaire français ; de l’autre, la formule « ut haberent instrumenta servitutis et regni», que Montaigne utilise en conclusion du chapitre consacré à « la grandeur romaine», et qui sert à expliquer par analogie un choix du sultan Soliman en matière de politique étrangère19. De surcroît, cette dernière formule, qui est tirée de la Vie d’Agricola et non pas des Annales, n’éclaire pas le contexte politique français des Essais. La Boétie avait déjà employée une expression analogue, en français, « les outils de la tyrannie», pour décrire les moyens qu’employaient les anciens empereurs pour séduire le peuple20.

14Le contexte des Essais dans lequel prend sens la référence tacitéenne, faite d’exemples et de citations, est un contexte moral, parfois développé dans un sens personnel. Ce n’est qu’exceptionnellement le contexte d’une réflexion politique et jamais le contexte personnel de l’engagement de Montaigne dans les troubles de son temps. Il convient ainsi de nuancer sensiblement l’interprétation que l’on pourrait donner d’une lecture politique de Tacite par Montaigne, sous l’effet d’une analogie avec un phénomène culturel légèrement postérieur, comme celle d’une utilisation politique, et de l’infléchissement de la référence tacitéenne en termes de tacitisme. Si Montaigne considère les écrits de l’historien romain comme « une pepinière de discours moraux et politiques», il en retient surtout la portée morale pour son usage personnel et celui de ses lecteurs. L’essai sur Tacite, né de sa relecture, pouvait faire croire à un intérêt nouveau et peut-être différent de Montaigne pour celui-ci à ce moment de sa carrière littéraire et de sa carrière publique. L’histoire des Essais et celle de la référence tacitéenne confirment au contraire la cohérence de sa compréhension de Tacite sur la longue durée. La référence à un Tibère machiavélien et la citation d’une maxime politique apparaissaient en fait dès l’édition de 1580. En même temps que la note consacrée à Tacite, l’édition de 1588 n’introduit que les exemples tacitéens illustrant le débat sur l’utile et l’honnête. Les rédactions postérieures et l’édition posthume n’accordent guère plus de place à cet aspect, alors que Montaigne avait pris connaissance des Politica de Juste Lipse. Toutefois, l’interprétation peu politique que Montaigne donne de l’œuvre de Tacite ne minore ni l’importance du problème politique que lui-même s’était donné pour but de comprendre, du moins dans une partie de sa carrière et un moment de son œuvre, ni l’intérêt de l’historien latin. Elle ne tient pas non plus à une forme d’incompétence de Montaigne à comprendre les aulæ arcana. Elle correspond à la réponse qu’il donne en termes toujours éthiques et individuels au problème politique. Elle correspond aussi à la nature des Essais, non pas un monument à l’antique, mais un exercice critique, rédigé en une prose d’art en français.

Notes

1 Les Essais, I, 20, p. 102.

2 Voir M. Fumaroli, Aulæ arcana. Rhétorique et politique à la cour de France sous Henri III et Henri IV, “Journal des Savants”, 1981, pp.  137-189. Les liens entre Montaigne et Paschal sont évoqués par Antoine de Laval, Desseins des professions nobles, Paris, L’Angelier, 1605, f. 189.

3 Ph. de Commynes, Mémoires, III, xii (année 1474) ; Tacite : « Beneficia eo usque læta sunt, dum videntur exolui posse, ubi multum anteuenere, pro gratia odium redditur» (Annales, IV, 18). Ce précepte semble avoir connu une certaine fortune ; il est recensé et traduit par Ascanio Piccolomini, Avvertimenti civili estratti da’ sei primi libri degli Annali di Cornelio Tacito, éd. D. Leremita, Firenze, Timan, 1609, p. 75, n° 49.

4 Les Essais, p. 1779, variante de 1588.

5 Voir A. Merle et A. Oïffer-Bomsel (éd.), Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne, Paris, H. Champion, 2017.

6 J. Bodin, Methodus ad facilem historiarum cognitionem [Paris, 1566] ; La Méthode de l’histoire, tr. J. Mesnard, Paris-Alger, Les Belles Lettres, 1941, pp.  54-56.

7 Voir P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., pp.  85-86

8 Les Essais, p. 713 et 727 ; Tacite, Annales, XIV, 44 et XII, 47 ; J. Bodin, La Méthode de l’histoire cit., p. 55.

9 Voir J. Balsamo, Entre philologie et traduction : les Essais de Montaigne, in Chr. Stosetzki (éd.), Übersetzung. Ursprung und Zukunft der Philologie ?, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2008, pp.  139-157.

10 Tacite, Les Annales des choses advenues en l’empire de Rome, Paris, L’Angelier, 1581, p. 2.

11 Les Essais, III, 9, p. 1042.

12 Tacite, Les Œuvres, Paris, L’Angelier, 1582, avis de l’imprimeur, f. ã1-2.

13 É. Pasquier, lettre à M. Pétau, XIX, 3, in Les Œuvres, Amsterdam, Compagnie des libraires, 1723, t. II, col. 543-546.

14 P. Villey, Les Sources et l’évolution des “Essais” cit., p. 253.

15 Les Essais, II, 20, p. 713, et III, 13, p. 1112.

16 Ivi, II, 10, p. 436 ; II, 17, p. 670.

17 Ivi, II, 35, p. 781 ; Tacite, Annales, II, 77.

18 Les Essais, II, 12, p. 525 ; Germanie, xxxiv.

19 Les Essais, II, 25, p. 725.

20 La Boétie, De la servitude volontaire, éd. M. Smith, Genève, Droz, 2001, p. 58.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search