Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

II. Les Essais et la tradition lettrés

1. La conversation des livres

Texte intégral

1Le portrait que Montaigne trace de lui-même le représente son livre à la main, dans sa bibliothèque, à la manière des frères Du Bellay, d’autres gentilshommes lettrés dont il suit le modèle. Il était fier de ce qu’il considérait avec une feinte modestie comme une « des belles entre les librairies de village» (II, 17 : 689), et dont il indique l’importance : « ayant mille volumes de livres, autour de moy, en ce lieu où j’escris» (III, 12 : 1103).

  • 1 Voir B. Pistilli et M. Sgattoni, La biblioteca di Montaigne, Pisa, Edizioni della Normale, 2014. C (...)
  • 2 Voir Fr. Rouget (dir.), Dictionnaire de Pierre de Ronsard, Paris, H. Champion, 2015, notice « Bibl (...)
  • 3 Voir I. de Conihout, Du nouveau sur la bibliothèque de Philippe Desportes et sur sa dispersion, in (...)
  • 4 Voir N. Ducimetière, La bibliothèque d’Honoré d’Urfé : histoire de sa formation et de sa dispersio (...)
  • 5 Voir E. Chayes, Bibliothèques bordelaises à l’époque de Montaigne, “Revue française d’histoire du (...)
  • 6 Voir Ph. Ford, La bibliothèque grecque de Montaigne, in Ph. Ford et N. Kenny (éd), La Librairie de (...)
  • 7 Voir R. Cooper, La bibliothèque italienne de Montaigne, in La Librairie de Montaigne cit., pp.  39 (...)
  • 8 Les Essais, I, 25, p. 181 ; II, 4, p. 382.
  • 9 Ivi, II, 12 : 462 et 542.

2-Montaigne utilisait ses livres en lecteur et en écrivain, il n’était pas un bibliophile, à la manière de son contemporain De Thou. Pour lui, les livres valaient pour les seuls textes qu’ils portaient et la relation personnelle, savante ou de curiosité qu’il avait avec eux. Sa belle « librairie» a été dispersée vers 1630. Elle n’est plus connue que par le témoignage d’une centaine de membra disjecta, à défaut d’un inventaire, si tant est que celui-ci a pu être établi, après le décès de l’écrivain, ou durant sa vie, sous sa dictée1. De ce point de vue, elle peut être comparée à d’autres bibliothèques partiellement connues d’auteurs contemporains, Ronsard2, Desportes3, Honoré d’Urfé4, ou de magistrats bordelais5. Elle leur est analogue par sa diversité. Cette bibliothèque conservée est constituée de livres savants, des produits de l’humanisme, qui ressortissent à deux grandes classes, les livres d’histoire, au sens large, et de belles-lettres. La plus grande partie d’entre eux est en latin (48). S’y ajoutent des éditions bilingues, latin-grec (5). Les livres en grec (12) sont aussi nombreux que les livres en langue vernaculaire6 : italien (15)7, français (13) ; espagnol (2), et leur présence conduit à nuancer les affirmations de Montaigne sur sa médiocre pratique de cette langue8. La part réduite de livres en français n’est pas proportionnelle à l’importante référence française dans les Essais. Pas plus qu’on ne conserve les éventuels exemplaires des Essais que Ronsard ou Desportes auraient pu avoir lus, on ne conserve les exemplaires des œuvres de Desportes ou de Ronsard qui auraient pu appartenir à Montaigne. Celui-ci, en tout cas, avait lu les Discours du premier, qu’il utilise dans sa polémique anti-protestante9.

3Dans les Essais, Montaigne se représente non seulement en homme au livre mais en lecteur et il fait plusieurs allusions à ses goûts et à ses pratiques de lecture. Les chapitres « Des livres», « De trois commerces» et « De l’art de conférer» ont de ce point de vue une importance particulière. Dans le premier, sous la forme apparemment modeste d’un développement paradoxal, une « fantasie», Montaigne traite en détail de son propre livre, dans sa relation à la mémoire littéraire et aux autres livres. Il se décrit en lecteur désinvolte, pratiquant une lecture en guise de passe-temps occasionnel, intéressé par des livres « simplement plaisants», dont il donne la liste : le Décaméron de Boccace, Rabelais, les Baisers de Jean Second. Il prétend se borner à feuilleter les livres sans s’y attacher, passant de l’un livre à l’autre :

Si ce livre me fasche, j’en prens un autre, et ne m’y addonne qu’aux heures, où l’ennuy de rien faire commence à me saisir. (II, 10 : 430)

Dans « De trois commerces», il développe une conception encore plus désinvolte :

Il a bel aller à pied, dit-on, qui mène son cheval par la bride […]. Le malade n’est pas à plaindre, qui a la guerison en sa manche. En l’experience et usage de cette sentence, qui est très-veritable, consiste tout le fruict que je tire des livres […]. J’en jouys, comme les avaritieux, des tresors, pour sçavoir que j’en jouyray quand il me plaira. (III, 3 : 869)

Deux proverbes définissent cette relation occasionnelle et ludique au livre et celui-ci, comme un objet d’agrément qu’il est content de trouver quand l’envie s’en fait sentir. Ils sont comme une variation sur l’expression « livre de chevet». Les périodes troublées ont connu l’épée de chevet : une arme de poing, que l’on gardait sous le traversin, à portée de main pour répondre à une attaque nocturne. Dans la langue classique, l’expression s’est élargie en une métaphore pour désigner ce que l’on garde près de soi pour pouvoir y recourir en cas de besoin. Elle constitue l’intertexte qui sert pour Montaigne à définir la relation qu’il prétend avoir aux livres. Il complète celle-ci en évoquant sa lecture par intervalles,

Je ne voyage sans livres, ny en paix, ny en guerre. Toutefois il se passera plusieurs jours et des mois, sans que je les employe : Ce sera tantost, dis-je, ou demain, ou quand il me plaira. (III, 3 : 869)

4Sa lecture est rare et brève ; une heure est beaucoup pour lui (II, 10 : 434) et inversement, dans le chapitre « De l’art de conférer», composé dix ans plus tard, il présente sa lecture suivie des Histoires de Tacite comme un fait exceptionnel. En réalité, la mise en évidence de cette figure de lecteur occasionnel, mais aussi de lecteur sans mémoire, correspond à une représentation de soi. Montaigne est un gentilhomme ; le mode de lecture qu’il met en exergue ressortit à des usages sociaux, il confirme une qualité, mais aussi un éthos destiné à exorciser la menace du pédantisme pesant sur les Essais : apparaître aux yeux du lecteur auquel ils sont destinés, comme un livre savant, rappelant le collège ou la chaire, au risque de perdre, avec sa dignité, toute force de persuasion et de suggestion.

  • 10 Un exemplaire des Opera de Xénophon (Bâle, 1551), portant la signature de Montaigne, est conservé (...)
  • 11 Voir Fr. Goyet, À propos de ces pastissages de lieux communs, “BSAM”, 5-6, 1986, pp.  11-26.

5En évoquant son manque de mémoire, Montaigne affirme « je feuillette les livres, je ne les estudie pas» (II, 17 : 690). Dans un ajout tardif au chapitre « Du pédantisme», il se représente toujours sur le même mode désinvolte, « escorniflant par cy par là des livres, les sentences qui me plaisent» (I, 24 : 141). Le verbe évoque les parasites dans les comédies de l’époque. En réalité, pour lui, il ne s’agissait pas seulement de feuilleter pour passer le temps, mais surtout de chercher dans les livres de quoi orner et nourrir un autre livre, le sien. Montaigne fait souvent allusion aux sources d’où il tire une allégation (« dit Aristote» ; « il me semble avoir vu en Plutarque»), un exemple ou un argument, sur un mode documentaire ou sous une forme plus complexe, de même qu’il cite d’innombrables fragments de vers ou de prose, qui ont pour origine les livres où il les a lus. Il mentionne également la lecture ou la relecture de certains livres au moment où il rédige le sien. Cette mention constitue un « lieu» rhétorique de son invention, afin de justifier l’amplification de son propos. Dans l’édition originale du chapitre « Des postes», l’incipit renvoyait précisément à cette lecture initiale : « Je lisois à cette heure» (II, 22 : 718), en l’occurrence la Cyropédie de Xénophon10. Ailleurs, une mention désinvolte en apparence, « Je feuilletois il n’y a pas un mois, deux livres Escossois» (III, 7 : 963), permet un développement savamment construit sur un mode ironique, proposant une vive critique du despotisme royal. Le verbe « feuilleter» recouvre en réalité un sens plus technique ; il désigne une forme de lecture documentaire et attentive, à la recherche d’un argument ou d’un exemple. Montaigne reconnaît ainsi un usage littéraire de ses livres, non sans prendre la précaution de distinguer celui-ci de la pratique scolaire du « gardoire», c’est-à-dire de la constitution de répertoires de lieux communs11.

  • 12 Pistilli et Sgattoni, n° 20 ; voir G.D.R. Hobson, ‘Et amicorum’, “The Library”, IV, 1949, pp.  87- (...)

6Cette représentation en lecteur désinvolte est corrigée par les Essais eux-mêmes et par l’analyse documentaire des pratiques de lecture de Montaigne, telles que les révèle l’examen de ses livres conservés. La découverte de son exemplaire de travail des Essais, aux marges surchargées d’additions et de repentirs, reste une surprise pour ceux qui prennent à la lettre ses proclamations d’écriture spontanée, « telle qu’en la bouche». Celle de ses livres n’est pas moins surprenante pour qui croirait à ses proclamations d’une lecture réduite à un simple passe-temps. Cette dernière concernait certains livres, mais elle se doublait d’une pratique, qui ressortit aux usages savants de son époque. D’une part, il prenait possession de ses livres en portant sur eux une marque d’appartenance. Sur un des premiers volumes qu’il avait acquis alors qu’il n’avait que 16 ans, une édition de César, Montaigne avait même porté la mention « et amicorum» accolée à son nom ; il imitait un modèle humaniste auquel Jean Grolier avait donné la plus célèbre illustration bibliophilique12. Ce volume est le témoignage survivant d’une forme de civilité académique, dont Montaigne s’éloigna pour une appropriation plus personnelle de ses livres. Outre sa signature il inscrivait parfois les dates de sa lecture et l’achèvement de celle-ci. D’autre part, dans certains cas, il y laissait des marques de lecture (traits, soulignements) et parfois les enrichissait d’une annotation, plus ou moins détaillée, en français, en latin, voire en grec. Celle-ci relève de la pratique qui consiste à « breveter» un livre, mais aussi de ce qu’il appelle le « barbouiller».

  • 13 Les notes ont été transcrites par A. Legros, Montaigne manuscrit, Paris, Classiques Garnier, 2010, (...)
  • 14 Voir A. Legros, édition des notes de lectures, in Les Essais cit., pp.  1251-1271 (N. Gilles), pp. (...)
  • 15 M.A. Screech, Montaigne’s Annotated Copy of Lucretius. A transcription and Study of the Manuscript (...)
  • 16 A. Legros, in Les Essais, éd. cit., pp.  1185-1187.

7La première est un usage savant ou du moins universitaire, qu’il fait remonter à l’Antiquité, en évoquant le rituel nocturne de Brutus, avant une bataille décisive, qui dérobe « quelques heures de nuict, pour lire et breveter Polybe en toute securité» (III, 13 : 1158). Pour un humaniste, il s’agissait d’établir la correction philologique du texte, sur la collation d’autres leçons ou la conjecture ; de le baliser, de le compléter de manchettes destinées à la fois à faciliter la relecture et à constituer des « lieux», qui pouvaient être réunis en une table pour être utilisés et réutilisés en d’autres discours. L’annotation conduisait à sélectionner des sentences ; elle s’enrichissait d’un commentaire critique, sur la base d’une confrontation (une « conférence») à d’autres textes cités. On conserve ainsi plusieurs livres que Montaigne avait systématiquement annotés : les comédies de Térence (Bâle, 1538), lues à deux reprises, vers 1549 et vers 1553, portant 227 notes13, l’exemplaire des Annales et croniques de France (Paris, 1562) de Nicole Gilles, probablement lu avant 1568, qui porte 160 annotations, celui des Commentarii de César (Anvers, 1570), lu en 1578, portant près de 700 annotations, la plupart en français, le De rebus gestis Alexandri de Quinte-Curce (Bâle, 1545), lu en 1587, portant 169 annotations14, et surtout le De natura rerum (Paris, 1563) de Lucrèce, portant un perlegi du 16 octobre 1564 et complété d’une quinzaine de feuillets servant à l’enregistrement d’annotations qui portent sur le texte de Lucrèce mais aussi sur le commentaire de son éditeur, Denis Lambin15. S’ajoutent à cette série bien connue d’autres volumes dans lesquels n’apparaissent que quelques notes éparses et de simples signes de lecture (œuvres d’Ausone, de Franchi Conestaggio, de Giraldi)16.

  • 17 Ivi, p. 1298.
  • 18 Ivi, p. 1299.
  • 19 Ivi, p. 1303.
  • 20 Ivi, pp.  1295-1296 ; liste des diverses transcriptions dans Pistilli et Sgattoni, n° 21.

8Le second mode, ce que Montaigne, et à sa suite, certains de ses lecteurs appellent « barbouiller», fait de la lecture un exercice du jugement, à travers le commentaire et la note de synthèse in fine, sur un mode plus personnel. Le terme désigne une forme d’annotation, mais aussi l’écriture des Essais : « Ceste fricassée que je barbouille icy, n’est qu’un registre des essais de ma vie» (III, 13 : 1126). Les chapitres « Des livres» et « De l’art de conférer» se concluent par la transcription de certaines de ces notes rédigées en français par Montaigne sur ses livres d’histoire à la suite de ses lectures, d’une part l’Historia d’Italia de Guichardin, les Mémoires de Commynes et ceux des frères Du Bellay, d’autre part les « histoires» de Tacite. Les exemplaires ayant appartenu à Montaigne n’ont pas été conservés. On connaît en revanche quatre autres ouvrages portant de sa main chacun une semblable note de synthèse. Brève dans L’Histoire des rois de Pologne (Paris, 1573), de Jan Herburt de Fulstin17, cette note est un peu plus détaillée dans l’édition de La Cronique de Flandres et des Mémoires d’Olivier de La Marche (Lyon, 1562)18. Elle est très amplifiée, dans le Quinte-Curce annoté19. Enfin, dans l’édition de César, dont Montaigne avait commencé la lecture le 25 février 1578 pour l’achever le 21 juillet, il s’agit d’une note de lecture détaillée20. Selon Montaigne, ces notes étaient censées pallier son absence de mémoire en répondant à une fin pratique, lui éviter de reprendre des livres qu’il aurait déjà lus, et lui permettre de se rappeler le jugement qu’il avait formulé à l’occasion de cette lecture. Or, plusieurs de ces livres sont des livres qu’il avait lus, mais aussi relus, et dont il fit un usage répété dans la rédaction des Essais, ainsi le César, mais aussi aussi le Guichardin ou le Commynes.

  • 21 Remarque de D. Gabe Coleman à propos du Diogène Laërce (1523) grec de Montaigne, non annoté, “BSAM (...)
  • 22 Voir A. Tournon, La Glose et l’essai, Lyon, Presses Universitaires, 1983, pp.  297-310.
  • 23 Voir C. Séguier-Leblanc, ‘Somme, c’est César’ : le jugement de Montaigne sur la Guerre civile, “Mo (...)
  • 24 Les Essais, III, 5, p. 941.

9Ces deux modes d’annotation se complètent. Ils illustrent une pratique de lecture active et critique. Ils révèlent les liens complexes unissant les livres lus à la composition des Essais. Dans un premier temps, la critique a insisté sur la portée génétique des annotations, dans une perspective documentaire et ponctuelle : les annotations, du simple soulignement à la note en marge, étaient considérées comme des « germes» du grand livre, avec, pour conséquence, de considérer les livres sans annotation ou sans correspondant exact dans les Essais comme des « livres morts»21. En réaction, on a voulu séparer le processus de lecture de la conception et de la rédaction, dans l’intention de mettre en évidence tout ce qui aurait exprimé une pensée autonome. Le risque était de négliger non seulement ce que les pratiques d’annotation ont apporté aux Essais, mais de façon plus générale, toute l’intertextualité et l’étroit système de référence qui structurent et nourrissent ceux-ci22. Depuis, de façon plus attentive à l’exactitude philologique et plus nuancée, on a mis en évidence la nature dynamique de l’annotation et de la rédaction, sur la base rhétorique de l’inventio23. Les Essais portent la trace précise de nombreux passages ponctuels qui ont fait l’objet d’une note de lecture sur les exemplaires de César, de Lucrèce ou de Quinte-Curce. Ils reprennent également, en les développant sous une forme synthétique, des remarques éparses dans les notes de lecture ; inversement, de nombreux passages des Essais sont la reprise directe ou amplifiée de textes lus, mais sans la médiation visible d’une note de lecture. Le chapitre « Sur des vers de Virgile» reproduit à sa manière un recueil des « lieux» de la poésie priapique que Montaigne avait établi à partir de ses lectures des poètes latins anciens et modernes ou d’une collection déjà constituée, celle des Priapeia, dont nous ne conservons pas son exemplaire. Ces reprises simples ressortissent encore à des manières d’emprunt ou de citation. Elles sont parfois compliquées par des phénomènes de contamination et de combinaison de différents textes. Dans leur nouveau contexte, elles sont surtout utilisées et transformées en fonction des formes (le paradoxe, la réfutation, la justification) et des intentions propres au discours de Montaigne et des effets qu’il cherche à susciter. Le même chapitre « Sur des vers de Virgile» apparaît ainsi comme un « notable» commentaire, défini comme tel par Montaigne lui-même, rédigé non plus dans les marges de ses exemplaires des poètes latins, mais de façon autonome24. La lecture et l’annotation se révèlent comme le support constant du travail littéraire. Les ajouts portés sur les Essais, tels qu’ils sont visibles dans l’Exemplaire de Bordeaux mettent en évidence non seulement la continuité des lectures de Montaigne, mais aussi leur renouvellement. D’une part, il continue à recourir aux livres annotés qu’il avait utilisés vingt ans plus tôt et il en exploite les ressources, mises en valeur par ses annotations. De ce point de vue, le Lucrèce, lu vers 1564, annoté en forme de loci, vers 1571, reste pour lui un livre d’usage sur la longue durée, dont il tire citations et « lieux» jusque dans ses derniers ajouts. D’autre part, il lit, ou du moins il utilise de nouveaux livres, en renonçant à porter sur eux des annotations systématiques ou une note de synthèse, en raison de la concurrence d’un autre livre, le sien, et de la conscience de l’urgence qu’il y avait pour lui à l’achever.

10Les livres de Montaigne étaient réunis dans une bibliothèque, au sens spatial du terme, une « librairie» ainsi qu’il la désigne, comme le lieu réflexif de sa propre écriture. Un développement dans le chapitre « De trois commerces» précise les enjeux, personnels et culturels de la « conversation des livres», au sein de la libraire, tout en les inscrivant dans le temps. Il l’avait fait aménager dans la tour principale de son château. Il la décrit en détail dans un passage amplifié et corrigé dans la dernière rédaction des Essais :

La figure en est ronde, et n’a de plat que ce qu’il faut à ma table et à mon siège : et vient m’offrant en se courbant, d’une veue, tous mes livres, rengez sur des pulpitres à cinq degrez tout à l’environ. Elle a trois veues de riche et libre prospect, et seize pas de vuide en diametre. (III, 3 : 870)

  • 25 Voir M. Chatenet, La Cour de France au xvie siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 20 (...)
  • 26 Voir A. Legros, Travail de deuil et art de vivre : les deux inscriptions votives de la tour de Mon (...)

Cette présentation suit la disposition et l’ordonnance des lieux. La librairie se trouve au troisième niveau du bâtiment, au dessus de la chapelle, de plain-pied, et de la chambre où Montaigne couche seul, et qu’il céda au roi de Navarre lors de la visite que celui-ci lui fit en 1584. Une garde-robe est au dernier étage. La librairie est prolongée, au même niveau, par un cabinet. La distinction entre ces deux pièces est ici fonctionnelle. Le cabinet est un espace réduit, qu’une cheminée permet de chauffer en hiver ; il est comme le lieu le plus intime de la librairie considérée dans son ensemble. Sa décoration confirme l’attention que Montaigne portait à ce lieu, non seulement en termes de confort, mais surtout en termes symboliques. Le cabinet, en effet, introduit dans les demeures royales au début du siècle, exprime un decorum25. Celui de Montaigne est « poly», orné de peintures et d’inscriptions, qui ont pu être partiellement déchiffrées ; elles renvoient à la vie de Montaigne, et les grotesques qui les accompagnaient, à la genèse des Essais26.

  • 27 Voir Michel de Montaigne et son temps. Collection Francis Pottiée-Sperry, Paris, Sotheby’s, 27 nov (...)
  • 28 Édition des sentences peintes par A. Legros, in Les Essais, éd. cit., pp.  1311-1318.

11La librairie proprement dite a un décor réduit à deux éléments principaux : d’une part les ouvertures sur le paysage, trois « veues de riche et libre prospect» ; d’autre part, l’ordonnance des livres que Montaigne assis voit autour de lui, dont il précise la disposition : ces livres sont « rangez sur des pulpitres à cinq degrez», disposés sur des étagères, selon l’usage qui s’est imposé à la fin du xvie siècle. Les volumes qui nous ont été conservés dans leur première reliure portent en effet des titres calligraphiés au dos. On ignore leur mode de classement. Certaines formules du chapitre « Des livres» suggère une répartition par genres27. En outre, les étagères étaient probablement munies d’un pupitre, d’une tablette inclinée, à hauteur d’appui, permettant la consultation. Montaigne ne mentionne pas la décoration de la librairie, au contraire de celle du cabinet, et il ne fait aucune allusion en particulier aux célèbres « poutres peintes», qui faisaient de ce lieu une véritable « bibliothèque parlante», en adaptant sur un mode provincial, sans autres exemples connus, marqué par la rusticité des poutres, le modèle humaniste des sentences peintes sur des murs28.

  • 29 Voir J. Guillaume, La galerie dans le château français : place et fonctions, “Revue de l’art”, 102 (...)

12À travers la description qu’en donne Montaigne, la bibliothèque apparaît comme un lieu à forte charge symbolique, elle révèle dans leur cohérence une suite d’éléments en apparence contradictoires, conjuguant l’ostentation d’un statut noble et une référence culturelle présentée comme un art de vivre. Dans sa dimension spatiale, la librairie renvoie précisément, fût-ce sous forme allusive, à un modèle architectural princier, par rapport auquel Montaigne cherche à se situer, en intégrant sa connaissance de l’architecture de son temps dans un discours moral et politique. À Fontainebleau, la librairie du roi se trouvait au-dessus de la galerie. Or Montaigne parle précisément de la galerie qu’il aurait pu faire élever sur un mur, pour la « coudre» à sa bibliothèque : elle aurait eu cent pas de long et douze de large, et il aurait pu déambuler à loisir, comme en un « proumenoir» (III, 3 : 870). Mais cette belle galerie restait pour lui de l’ordre du regret. Sous une forme négative, il fait ici une claire référence au modèle prestigieux de l’architecture royale, et il témoigne qu’il sait parfaitement ce que représente la galerie : celle-ci est un lieu privé, et non pas public, où se met en scène pour quelques intimes la personne privée du souverain29. Dans la seconde moitié du siècle, suivant l’exemple donné par François Ier, de nombreux gentilshommes avaient fait édifier et orner des galeries à l’échelle de leurs demeures en province. En renonçant lui-même à un tel projet, Montaigne cédait à des impératifs financiers et à des dépenses, incompatibles avec la situation dans laquelle il se trouvait au moment des guerres civiles ou après la mairie de Bordeaux. Il exprime surtout, à sa manière, un refus. Il ne rejette certes pas le modèle royal en tant que tel, qu’il continue de respecter, lié par une obéissance qui le confirme dans son rang. Mais il refuse de suivre ce modèle de cour et d’y être soumis chez lui, en un lieu désormais voué à la retraite et à la solitude, en un lieu où il entend se soustraire à toute « communauté» et à toute « domination». Le désir de retraite et d’autonomie est devenu si fort en lui qu’il peut considérer comme aliénant de bâtir une galerie et d’imiter une forme d’architecture qui, tout en définissant un lieu privé, ressortirait encore à une forme d’obligation civile liée à des negotia. La bibliothèque telle que la conçoit Montaigne, n’est pas seulement le lieu où vivre sa solitude, mais le lieu même, à l’intérieur du château, marquant les limites qui séparent les negotia de l’otium, le lieu où cette opposition est constamment mise en évidence. Dans son château, Montaigne vit encore en société ; il impose son autorité seigneuriale sur son « mesnage», il confirme son rang, il reçoit ses hôtes et vit avec sa famille. Dans sa librairie, il s’en détourne et fait de la solitude non plus le double positif d’une activité nécessaire, mais l’activité par excellence, qui finit par occuper toute sa vie et se confondre avec elle. La bibliothèque est le lieu ultime de la solitude complète, acceptée et assumée, sinon entièrement voulue, une solitude silencieuse.

13Or c’est pourtant en relation à autrui et à la vie sociale que Montaigne évoque ce lieu. Il décrit sa bibliothèque dans un chapitre consacré aux trois « commerces» ou aux « conversations», dans le sens large de fréquentation, dans lequel il traite précisément des relations choisies, fondées sur l’échange et la parole, auxquelles il aime se dédier, ou du moins qu’il a aimées, et qu’il distingue des relations civiles, dues « au monde par obligation» : la compagnie des hommes habiles et doctes, le commerce des dames et la galanterie et, s’ajoutant à la fréquentation des personnes, celle des livres. Ces trois fréquentations, réunies en une même argumentation, sont habituellement présentées comme le triptyque harmonieux de la sociabilité idéale que Montaigne édifierait à travers un art de la parole privée, qui reprendrait le modèle donné par les théoriciens italiens de la civilité, Stefano Guazzo en particulier, dont la Civil conversazione (1574) connaissait un succès européen. À l’exemple de Guazzo, Montaigne trace en effet le cadre des « conversations», des relations privées mais aussi de la parole qui les régit, en définissant ses acteurs et en examinant les conditions de leur perfection. Dans la suite du livre III, dans des développements complémentaires qui prolongent différentes perspectives ouvertes dans les deux premiers livres, il examine en termes critiques les formes des échanges privés comme celles des relations civiles et politiques, avec le prince, les Grands, les institutions. Il met en lumière leurs aspects particuliers et pour ainsi dire techniques, rhétoriques et argumentatifs, mais aussi leur condition éthique dans le discours de « diversion», le discours politique, les formes du conseil au prince, le discours familial, l’esthétique du débat. Le chapitre « Sur des vers de Virgile» est un exemple longuement amplifié de la conversation avec les dames. Cette typologie des conversations et de leurs modes constitue à sa manière une subtile variation des formes de parole publique et privée dont Guazzo avait donné le canon. Dans le chapitre « De trois commerces», Montaigne propose, en apparence du moins, un développement original du premier thème porté sur le titre de l’ouvrage italien : « Si tratta in generale de’ frutti che si cavano dal conversare». La première fréquentation, celle des hommes doctes, régie par les règles de l’amitié, éclairée par la vérité, est la plus exquise ; celle des dames « belles et honnestes», fondée sur le désir et illuminée par la beauté, repose sur une relation de séduction qui exige une économie savamment réglée, capable de tenir la balance entre la passion et la dissimulation des sentiments. Ces deux conversations ont leurs lieux : pour la première, toutes les occasions où se rencontrent les honnêtes hommes, en voyage comme à la cour ; pour la seconde, l’intimité est requise, celle du cabinet des dames, où elles peuvent offrir leur « commerce un peu privé» (III, 5 : 889). C’est cette intimité que Montaigne évoquait, dès 1580, dans le chapitre dédié à la comtesse de Guiche : en lui offrant le recueil des sonnets amoureux de La Boétie, il lui promettait de dire « un jour à l’oreille» la « belle et noble ardeur» qui brûlait son austère ami (I, 28 : 202).

14À la différence de la Civil conversazione toutefois, la typologie élaborée par Montaigne dans « De trois commerces» n’a rien d’un programme et elle ne cherche pas à enseigner. Montaigne ne fait pas la théorie de la parole en société. Son choix se donne d’emblée et se confirme, à mesure qu’il s’énonce, sur le mode de la difficulté, de la nostalgie et du regret, comme l’échec et la fin des conversations privées, des amitiés savantes et de la galanterie, également exquises. Montaigne prétend même être incapable de se plier aux conversations familières, dont la banalité émousse ses facultés. Son tempérament, sa « complexion difficile» le rend « délicat à la pratique des hommes» en général :

Peu d’entretiens doncq m’arrestent sans vigueur et sans effort : […] il m’advient souvent, en telle sorte de propos abattus et lasches, propos de contenance, de dire et respondre des songes et bestises indignes d’un enfant, et ridicules : ou de me tenir en silence, plus ineptement encore et incivilement. (III, 3 : 860)

Les défauts de sa parole lui interdisent toute véritable conversation. Il ne sait plus parler. Sa parole manque de convenance ; il est trop concis, trop recherché, trop spirituel pour ses interlocuteurs ; il est toujours pris par la tentation de « favellar in punta di forchetta» (III, 3 : 863). Montaigne ne souligne pas un goût pour une conversation conçue comme une subtile escrime mondaine, faite de piques, il déplore l’agressivité et l’impertinence de sa parole vive. Cette formule en langue italienne a souvent été mal comprise, parce que son origine et son contexte n’ont pas été identifiés. Montaigne la tire en fait de l’Hercolano de Benedetto Varchi, et d’un passage satirique, où elle a un sens clairement péjoratif :

  • 30 B. Varchi, Hercolano, Venezia, Giunti, 1570, p. 82.

Di coloro, che favellano in punta di forchetta, cioè troppo squisitamente, e affetatamente, e (come si dice hoggi), per quici, et quindi, si dice andare sù per le cime degli alberi simile à quello, cercare de’ fichi in vetta30.

Mais si cette expression renvoie bien à la trattatistica italienne et si elle confirme non seulement la connaissance parfaite que Montaigne avait de l’art de parler mais aussi l’ampleur et la diversité de ses lectures italiennes, le chapitre « De trois commerces» ne propose pas une conversation à la française. Il en est au contraire la critique radicale et la réfutation, qui conclut à l’impossibilité de toute relation civile et de la conversation qui l’accompagne. Celle-ci ne peut se déployer que dans une relation d’amitié parfaite, où l’âme peut mettre au jour toutes ses ressources les plus exquises. Or la relation des amis est rare à la mesure de sa perfection ; celle des « belles et honnestes Dames» est soumise au passage du temps et « se flestrit avec l’aage». Ces relations ont eu leur temps et Montaigne en déplore la fin. Les autres, qu’elles soient privées ou publiques sont aliénantes ; toutes sont bornées et fragiles, ces « commerces sont « despendants d’autruy», incompatibles avec l’autonomie de celui qui ne veut dépendre de personne. C’est dans cette situation de déshérence que prend sens, comme un pis-aller, le « commerce» avec les livres, dans la librairie. Mais contrairement aux deux autres « commerces», il s’agit d’une simple fréquentation, au sens large du terme, qui n’implique pas d’échange de paroles.

  • 31 Voir A. Legros, La main grecque de Montaigne, “BHR”, LXI, 1999, pp.  462-478.

15La conversation avec les livres est une relation silencieuse, au sein de la solitude. Il n’y a dans cette formulation aucun paradoxe, il ne s’agit pas d’un oxymore, mais plutôt d’une figure d’ironie, par laquelle Montaigne renverse un grand « lieu» de la culture européenne depuis l’Antiquité, dont il met à nu le fondement métaphorique. Dans un autre chapitre des Essais, dans un passage rédigé quinze ans plus tôt, il évoquait une première conversation avec ses livres : « Quelque langue que parlent mes livres, je leur parle en la mienne» (II, 10 : 440). Cette relation était conçue comme un échange de deux paroles, par la lecture et l’annotation. Montaigne présentait alors en détail ses modes de lecture, il faisait allusion aux annotations dont il truffait les marges de ses livres et les notes de synthèse qui les ouvraient ou les concluaient. Certains des volumes lui ayant appartenu confirment à leur manière une telle conversation, en français, mais aussi en latin et parfois même en grec31. Mais de même que la langue de ses annotations, son rapport aux livres avait changé.

16-Montaigne définit sa relation aux livres selon deux époques, la première était marquée par la conscience du prestige social et intellectuel de leur ostentation :

Une humeur vaine et despensiere que j’avois pour cette sorte de meuble : non pour en prouvoir seulement mon besoing, mais de trois pas au-delà, pour m’en tapisser et parer : je l’ai pieçà abandonnée. (III, 3 : 871)

La connotation négative de meuble s’éclaire par son emploi en une maxime définissant le rôle du savoir dans la formation morale : « J’ayme mieux forger mon âme, que la meubler» (ivi, 866). La seconde époque correspondait à une forme de repli et de solitude, où les livres valaient pour l’usage privé qu’ils permettaient, en une conversation tout autre que naïve avec des auteurs et avec lui-même. En évoquant son dernier « commerce» avec eux, Montaigne se représente plus que jamais en lecteur indifférent et nonchalant. Cette représentation, contredite par ce que nous connaissons des pratiques effectives de Montaigne en tant que lecteur, n’est pas à prendre au pied de la lettre. Toutefois, on ne saurait la réduire à l’expression factice d’une pose. Comme souvent chez lui, le discours personnel est chargé d’une intention, il repose sur l’ironie, mais il porte sa réalité, inscrite dans le temps. Quelques années après avoir lu Tacite, au moment des derniers ajouts portés sur les Essais, Montaigne avait perdu l’ami qui lui avait suggéré cette lecture, il était privé de sa conversation et de ses conseils. Les livres, qui jusqu’alors le liaient à des amis réels, ne suscitaient plus une même curiosité de sa part ni la même attention. Les propos désabusés du lecteur qui se borne à feuilleter des livres en passant ne sont pas en contradiction avec d’autres passages des Essais ; ils sont l’expression du temps qui passe et du changement à l’œuvre dans la longue durée du livre, de la rédaction des premiers chapitres, vers 1572, aux derniers ajouts portés sur la copie d’auteur, dans les semaines précédant la mort de Montaigne, en septembre 1592. Les lectures et les modes de lecture reflètent trois phases de la vie de l’écrivain, le temps de l’étude, le temps de l’action, le temps de la solitude. Les livres dont il parle dans la dernière rédaction du chapitre « De trois commerces» participent à une conversation indifférente ; il les considère comme inutiles voire néfastes, dans la mesure où ils offrent à l’instar des autres conversations courantes « un plaisir qui n’est pas net et pur» et qui n’apporte aucun soulagement au corps malade. Dans le chapitre « De la Solitude», il avait déjà consacré un développement à ce qu’il appelait l’« occupation des livres», dont il mettait en évidence les aspects fastidieux :

Cette occupation des livres est aussi penible que toute autre ; et autant ennemie de la santé, qui doit estre principalement considerée. (I, 38 : 250)

La fatigue apportée par cette occupation s’était accrue avec l’âge. Montaigne révèle ailleurs avoir besoin d’une plaque de verre pour adoucir l’éclat du papier et préserver ses yeux lassés, et il évoque un changement dans ses habitudes : il était réduit à se faire faire la lecture à haute voix par son secrétaire :

J’ay la veue longue, saine et entiere, mais qui se lasse aiséement au travail, et se charge : A ceste occasion je ne puis avoir long commerce avec les livres, que par le moyen du service d’autruy. (II, 17 : 691)

Au milieu de ses livres, dans sa bibliothèque, Montaigne ne se soucie plus des livres, il n’entretient avec eux aucun commerce suivi, il ne leur parle pas ou plus exactement, il ne leur parle plus. Ce sont des livres sans titres et sans auteurs, au contraire de ce qu’ils étaient pour lui, quinze ans plus tôt, alors qu’il rédigeait le chapitre qui leur était dévolu.

17Ce serait donc une erreur que de considérer le dernier « commerce» avec les livres, que Montaigne situe dans sa bibliothèque, comme une véritable conversation avec les grands auteurs du passé. Montaigne n’évoque plus une telle relation fondée sur l’échange de la parole. Ce qu’il écrit de sa relation aux livres est à cet égard très différent et dans son ton et dans ses implications de ce qu’écrivait Machiavel, dans une lettre adressée à son protecteur Francesco Vettori. Le secrétaire florentin évoque son séjour dans sa maison des champs, loin de Florence, en une retraite volontaire, liée à ses difficultés financières. Il déplore la vacuité des heures passées à fréquenter les gens du peuple, et il se réjouit au contraire de la qualité de ses soirées :

  • 32 Machiavel, Lettre à Francesco Vettori, in Opere, éd. C. Vivanti, Torino, Einaudi, 1999, t. II, pp. (...)

Venuta la sera, mi ritorno in casa, et entro nel mio scrittoio : et in su l’uscio mi spoglio quella vesta cotidiana, piena di fango e di loto, e mi metto panni reali e curiali ; e rivestito con decentemente entro nelle antiche corti degli antichi uomini, dove, da loro ricevuto amorevolmente, mi pasco di quel cibo, che solum è mio, e che io nacqui per lui ; dove non mi vergogno parlare con loro, e che domandarli delle ragioni delle loro azioni : e quelli per loro umanità mi rispondono, e non sento per 4 ore di tempo alcuna noia, sdimentico ogni affano, non temo la povertà, non mi sbigottisce la morte32.

Il ne s’agit pas seulement, pour Machiavel, d’une lecture ou du moment privilégié de la lecture, après des occupations moins nobles, mais d’une cérémonie. Car la journée banale est aussi entrecoupée de moments de lecture. Machiavel lit alors des livres qui appartiennent à un genre particulier, des recueils de poésie lyrique, dont il nomme les auteurs, italiens et latins. Le soir, il ne lit pas, ou du moins il fait plus que lire, et l’acte physique de la lecture n’est qu’une étape préliminaire, une médiation. Ce n’est plus une lecture présentée comme telle, mais une véritable conversation, non pas avec des livres ni avec des auteurs précis, mais avec les Anciens, avec toute la « cour des Anciens», dans une relation immédiate. Et dans cette conversation, c’est à Brutus et à Caton qu’il s’adresse, et ceux-ci lui répondent.

  • 33 Voir D. Thorton, The Scholar in his Study. Ownership and Experience in Renaissance Italy, New Have (...)

18Dans un cas, sous une forme familière, dans un cadre champêtre, la lecture suscite le souvenir, prétexte heureux à l’évocation de la jeunesse et des amours passés ; elle est un passe-temps qui recrée, elle permet le retour au passé immédiat du lecteur, elle l’aide à vaincre la nostalgie. Par elle, Machiavel, en s’ouvrant aux livres, rentre en lui-même. Dans le second cas, sans rien de parodique ou de factice, la lecture ouvre un rituel aulique, marqué par le changement de vêtement et de langue, dont la puissance est véritablement magique à la manière d’une incantation : la lecture permet d’abolir la durée historique des siècles ; les fantômes des grands hommes se révèlent, ils expliquent les mobiles de leurs actions passées, ils font comprendre les secrets de l’histoire. Rentrant chez lui, dans le secret de son studiolo improvisé, qui n’est pas même une véritable librairie, Machiavel sort de lui-même, sort de son temps propre et de son époque ; le temps se dilate pour lui, non pas comme le temps trop long de la solitude, mais comme un temps plus plein, qui conduit à l’oubli de soi en tant qu’être soumis aux circonstances et aux malheurs, ennui, tourments, pauvreté, crainte de la mort. La conversation des livres, c’est-à-dire des Anciens et non pas seulement des auteurs anciens, est pour Machiavel une libération de l’âme, et son lieu propre, la bibliothèque, d’abord simple refugium animi, devient ainsi le lieu où s’opère une guérison intérieure, en une forme d’eutrapélie, de victoire sur la mélancolie et d’ouverture au monde. Cette conversation revigorante permet le retour à la conscience civile en même temps que la leçon donnée par les Anciens devient à son tour la matière d’un livre, Il Principe, les Discorsi, qui permettra de comprendre le présent. Sous cette forme, la lettre de Machiavel constitue un des textes majeurs de l’Humanisme et de la culture européenne. Elle définit une relation vivante au passé, fondée sur les livres, mais dans l’oubli des livres en tant que médiation, une relation de parole, une conversation qui se fait écriture. Elle définit son rituel et sa symbolique, qui permettent la magie d’une double métamorphose : celle d’une solitude en présence vivante, celle d’une conversation en livres. Avec ce texte se définit aussi le lieu qui permet d’accueillir, sous forme réelle ou imaginaire, toute conversation civile et savante. Ce lieu prend ainsi une figure, au moment même, au début du xvie siècle, où se fait, en termes concrets, inscrits dans l’architecture civile, le passage du studiolo à la bibliothèque, porteurs l’un et l’autre d’une fonction et d’une symbolique propres33.

19Rien de tel en revanche chez Montaigne, ou du moins plus rien de tel dans la dernière rédaction du chapitre « De trois commerces». Alors que les Essais ne cessent de témoigner de l’omniprésence de l’Antiquité et de ses grands hommes jusque dans les ultimes rédactions, la bibliothèque n’est plus le lieu de leur évocation et les livres ne servent plus à les appeler auprès d’un Montaigne malade et vieilli. Dans le chapitre « De la vanité», Montaigne évoquait la force de suggestion de certains lieux : c’est à Rome qu’il avait pu pratiquer la « mémoire, l’amitié et société» (III, 9 : 1043) des morts, qu’il avait pu converser avec Pompée et Brutus, mieux et plus pleinement qu’à travers les livres. Chez lui, les livres ne sont plus lus, mais simplement feuilletés, comme s’ils risquaient de détourner leur ancien lecteur d’un « commerce» plus essentiel. Dans les deux premiers livres, et dans la première rédaction du livre III, publiée en 1588, Montaigne opposait déjà la lecture à la conversation, suivant une opposition topique dans la culture noble, sur laquelle reposera la célébration de « l’honnêteté» à l’âge classique : une heure d’entretien choisi vaut mieux que la lecture des livres les plus savants. Dans le chapitre « De l’art de conférer», Montaigne confirmait sa préférence pour cette forme de conversation :

L’estude des livres, c’est un mouvement languissant et foible qui n’eschauffe poinct : là où la conférence apprend et exerce en un coup. (III, 8 : 967)

Dans ce texte toutefois, cette opposition joue sur un plan plus limité. Montaigne considère le livre comme un moyen d’étude, et cette limitation du rôle qu’il lui attribue se rattache à un argument d’ordre pédagogique, qui avait déjà été longuement développé dans le chapitre « De l’institution des enfans» : le livre apparaît moins efficace pour enseigner que la parole vive du maître, que l’échange et le dialogue.

20Dans l’argumentation du chapitre « De trois commerces» en revanche, le « commerce» des livres et celui des hommes ne s’opposent pas mais se complètent. Les livres sont présentés comme le substitut des deux autres conversations. Ils sont toujours disponibles, même s’ils offrent moins d’agréments. Leur commodité est l’objet d’un éloge, que vient compléter la description de la librairie. Montaigne célèbre les livres en général, quels qu’ils soient et quel qu’en soit le sujet, en développant deux « lieux» rhétoriques complémentaires. Le premier, traditionnel et que Machiavel avait déjà évoqué, est celui du livre consolateur, du livre remède à la mélancolie :

Il me console en la vieillesse et en la solitude : il me decharge du poix d’une oisiveté ennuyeuse : et me deffait à toute heure des compagnies qui me faschent : il emousse les pointures de la douleur, si elle n’est point du tout extreme et maistresse. (Ivi : 868)

Le second argument topique de l’éloge est celui du livre servant de passe-temps. Montaigne met en évidence la portée de cette conception : « Si quelqu’un me dit, que c’est avilir les muses, de s’en servir seulement pour jouet». En ne les prenant que pour se divertir, pour détourner de soi le chagrin et l’ennui, il ôte aux livres leur importance lettrée et leur prestige savant.

  • 34 S. Guazzo, La civil conversazione [1574], éd. A. Quondam, Ferrara, Panini Editore, 1993, t. I, p.  (...)

21Stefano Guazzo situait dans une bibliothèque la conversation privée entre le cavaliere et le médecin qu’il transcrivait dans sa Civil conversazione et qui en constituait la matière34. Cette conversation avait une fin thérapeutique et devait permettre la guérison de la mélancolie dont était affecté l’homme de cour. En associant lui aussi la conversation et la bibliothèque, Montaigne témoigne de sa connaissance du traité de Guazzo, auquel il fait une implicite référence. Mais la bibliothèque, celle à laquelle il consacre un si ample développement, n’est plus destinée à accueillir une conversation civile. Elle sert de substitut à celle-ci, de même que les peintures érotiques du cabinet qui la jouxte, lui rappellent un temps qui n’est plus et dont le souvenir sert à adoucir les souffrances de la maladie et de la vieillesse. Quelle autre conversation peut donc trouver sa place dans cette libraire édifiée en un pays « sauvage», que Montaigne, en un vigoureux contraste, situe loin de toute bonne société, une librairie vouée au souvenir des conversations passées avec l’ami disparu, avec les dames aimées ou désirées, au milieu de livres, lus jadis et désormais ennuyeux ? Ces conditions de déshérence ne lui offraient plus qu’une conversation avec lui-même.

22Tout l’effort de Montaigne contre l’aliénation de la solitude, dont il avait mis en évidence le danger, vingt ans plus tôt, dans le chapitre « De l’Oysiveté», était de faire de celle-ci l’occasion d’une véritable conversation. Mais à la différence de la situation qu’il avait connue au moment de sa retraite du Parlement, cette conversation avec lui-même était plus aisée. Elle pouvait prendre la forme d’une conversation avec un livre, un seul, celui qui concentrait son effort, un livre qu’il ne cessait de lire, de relire, d’annoter et de commenter, celui avec lequel il parlait et qui portait sa parole : ses Essais, son véritable livre de prédilection, qu’il rédige et dont il dicte la transcription à un secrétaire, pour une mise au net, qu’il relit, corrige et sur laquelle il porte d’ultimes modifications. La conversation avec le livre était aussi une conversation avec le secrétaire, même si celle-ci n’était pas une véritable conversation civile.

23Plusieurs années auparavant, les Essais avaient eu pour origine des conversations amicales dans la librairie, ainsi que Montaigne le rappelle à plusieurs reprises. Le chapitre « De l’institution des enfans» était né des suggestions d’un visiteur anonyme qui avait eu la primeur en manuscrit du chapitre « Du pédantisme» :

Quelcun doncq’ ayant veu l’article precedant, me disoit chez moy l’autre jour, que je me devoys estre un peu estendu sur le discours de l’institution des enfans. (I, 25 : 153)

  • 35 Les Essais, II, 37, p. 823.

La vicomtesse de Duras elle aussi était venue lui rendre visite à Montaigne en ce lieu. Il rédigeait alors le chapitre « de la ressemblance des enfans aux pères» qu’il lui dédia, en le rattachant précisément à leurs entretiens35. Douze ou quinze ans plus tard, les Essais se poursuivaient seuls, désormais, comme la seule forme de conversation possible qui restait à leur auteur, une conversation avec lui-même, plus franche, plus confidentielle et plus enjouée que celle qu’il avait pu avoir avec ses amies les plus proches. Avec un art consommé, il ne cessait pourtant d’associer à cette conversation littéraire un lecteur séduit et flatté par la confiance dont il était honoré en participant à l’intimité de celui dont il lit le portrait littéraire.

Notes

1 Voir B. Pistilli et M. Sgattoni, La biblioteca di Montaigne, Pisa, Edizioni della Normale, 2014. Cet ouvrage complète et corrige toutes les études antérieures sur le sujet.

2 Voir Fr. Rouget (dir.), Dictionnaire de Pierre de Ronsard, Paris, H. Champion, 2015, notice « Bibliothèque», p. 82-84.

3 Voir I. de Conihout, Du nouveau sur la bibliothèque de Philippe Desportes et sur sa dispersion, in J. Balsamo (éd.), Philippe Desportes (1546-1606). Un poète presque parfait entre Renaissance et Classicisme, Paris, Klincksieck, 2000, pp.  120-160 ; Fr. Rouget, Éléments nouveaux pour la reconstruction de la bibliothèque de Philippe Desportes, in R. Gorris Camos et A. Vanautgaerden (éd.) Les Labyrinthes de l’esprit. Collections et bibliothèques à la Renaissance, Genève, Droz, 2015, pp.  383-401.

4 Voir N. Ducimetière, La bibliothèque d’Honoré d’Urfé : histoire de sa formation et de sa dispersion à travers quelques exemplaires retrouvés, “XVIIe siècle”, LXII, 249, 2010, pp.  747-773.

5 Voir E. Chayes, Bibliothèques bordelaises à l’époque de Montaigne, “Revue française d’histoire du livre”, 138, 2017, pp.  53-77.

6 Voir Ph. Ford, La bibliothèque grecque de Montaigne, in Ph. Ford et N. Kenny (éd), La Librairie de Montaigne, Proceedings of the Tenth Cambridge French Renaissance Colloquium (2008), Cambridge French Colloquia, 2012, pp.  25-38.

7 Voir R. Cooper, La bibliothèque italienne de Montaigne, in La Librairie de Montaigne cit., pp.  39-57.

8 Les Essais, I, 25, p. 181 ; II, 4, p. 382.

9 Ivi, II, 12 : 462 et 542.

10 Un exemplaire des Opera de Xénophon (Bâle, 1551), portant la signature de Montaigne, est conservé à la BnF (Rés. Z. Payen 508) ; voir A. Legros, Trois livres annotés par La Boétie, “Montaigne Studies”, XVI, 2004, pp.  11-36.

11 Voir Fr. Goyet, À propos de ces pastissages de lieux communs, “BSAM”, 5-6, 1986, pp.  11-26.

12 Pistilli et Sgattoni, n° 20 ; voir G.D.R. Hobson, ‘Et amicorum’, “The Library”, IV, 1949, pp.  87-99.

13 Les notes ont été transcrites par A. Legros, Montaigne manuscrit, Paris, Classiques Garnier, 2010, pp.  161-205.

14 Voir A. Legros, édition des notes de lectures, in Les Essais cit., pp.  1251-1271 (N. Gilles), pp.  1272-1297 (César), pp.  1300-1308 (Quinte-Curce) ; sur ce dernier, voir I. Pantin, Montaigne lecteur de Quinte-Curce : quelques réflexions sur la collecte de Dezeimeris, “Montaigne Studies”, XVII, 2005, pp.  135-154.

15 M.A. Screech, Montaigne’s Annotated Copy of Lucretius. A transcription and Study of the Manuscript, Notes and Pen-Marks, Genève, Droz, 1998, complété et précisé par A. Legros, Le ‘Lucrèce’ de Lambin annoté par Montaigne, lecture de commentaires, in La Librairie de Montaigne cit., pp.  81-102. L’annotation a été transcrite par Legros, in Les Essais, éd. cit., pp.  1188-1250.

16 A. Legros, in Les Essais, éd. cit., pp.  1185-1187.

17 Ivi, p. 1298.

18 Ivi, p. 1299.

19 Ivi, p. 1303.

20 Ivi, pp.  1295-1296 ; liste des diverses transcriptions dans Pistilli et Sgattoni, n° 21.

21 Remarque de D. Gabe Coleman à propos du Diogène Laërce (1523) grec de Montaigne, non annoté, “BSAM”, 27-28, 1978, pp.  93-95.

22 Voir A. Tournon, La Glose et l’essai, Lyon, Presses Universitaires, 1983, pp.  297-310.

23 Voir C. Séguier-Leblanc, ‘Somme, c’est César’ : le jugement de Montaigne sur la Guerre civile, “Montaigne Studies”, XVII, 2005, pp.  174-190.

24 Les Essais, III, 5, p. 941.

25 Voir M. Chatenet, La Cour de France au xvie siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, pp.  152-153.

26 Voir A. Legros, Travail de deuil et art de vivre : les deux inscriptions votives de la tour de Montaigne, “Montaigne Studies”, XI, 1999, pp.  137-154.

27 Voir Michel de Montaigne et son temps. Collection Francis Pottiée-Sperry, Paris, Sotheby’s, 27 novembre 2003, p. 84, n° 80.

28 Édition des sentences peintes par A. Legros, in Les Essais, éd. cit., pp.  1311-1318.

29 Voir J. Guillaume, La galerie dans le château français : place et fonctions, “Revue de l’art”, 102, 1993, pp.  32-42.

30 B. Varchi, Hercolano, Venezia, Giunti, 1570, p. 82.

31 Voir A. Legros, La main grecque de Montaigne, “BHR”, LXI, 1999, pp.  462-478.

32 Machiavel, Lettre à Francesco Vettori, in Opere, éd. C. Vivanti, Torino, Einaudi, 1999, t. II, pp.  294-297 ; voir L. Bolzoni, ‘Entro nelle antique corti degli antiqui huomini’ : la lettura come incontro e dialogo con l’autore, in C. Nativel et C. Mouchel (éd.), République des Lettres, République des Arts. Mélanges en l’honneur de Marc Fumaroli, Genève, Droz, 2008, pp.  37-58.

33 Voir D. Thorton, The Scholar in his Study. Ownership and Experience in Renaissance Italy, New Haven - London, Yale University Press, 1997, en particulier pp.  116-120.

34 S. Guazzo, La civil conversazione [1574], éd. A. Quondam, Ferrara, Panini Editore, 1993, t. I, p. 14.

35 Les Essais, II, 37, p. 823.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search