Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

I. L’ethos noble des Essais

6. Dans la « boutique de Libraire»

Texte intégral

  • 1 Voir H. Friedrich, Montaigne cit., pp.  20-21.

1Le portrait que Montaigne trace de lui-même est à sa manière la version littéraire d’une riche tradition picturale. Celle-ci a été illustrée en France dès 1535 par un portrait dû à Jean Clouet, L’homme au Pétrarque, conservé au château de Windsor. Il s’agit d’une allégorie de la conjonction des lettres et de la noblesse d’épée à la cour de François Ier sous le magistère du grand poète toscan. Toutefois, le portrait en mots que propose Montaigne est différent : le livre qu’il tient n’est pas celui d’un autre, mais le sien. En se représentant lui-même, il exhibe ses propres Essais, un livre qui lui est « consubstantiel» (II, 18 : 703). Il le présente comme un symbole inattendu de sa qualité, au même titre que son habit, son épée et son château. Montaigne inaugure la dignité moderne de l’écrivain libre, en adaptant à une qualité sociale un mode nouveau d’écrire1. Dans les Essais, cette relation s’exprime en un discours réflexif sur l’écriture du livre et le style qui l’ordonne, pour définir d’emblée sa nature littéraire, voire poétique. Ce discours porte aussi sur les pratiques éditoriales, dans le cadre d’une institution née à la Renaissance et de ses contraintes : l’institution éditoriale, qui trouve son lieu dans l’atelier de l’imprimeur et plus précisément encore dans la « boutique de Libraire» (III, 9 : 1026). Celle-ci a contribué de façon décisive à préciser la figure de l’auteur.

  • 2 Voir G. Hoffmann, La Carrière de Montaigne, Paris, H. Champion, 2009, pp.  82-94.
  • 3 Voir Les Essais, éd. cit., pp.  xxxi-lv.
  • 4 Sur le libraire et sa politique éditoriale, voir J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier & Franço (...)

2Dans un ajout au chapitre « Du repentir», Montaigne évoque la réception contradictoire de son livre, incompris de ceux à qui il avait été destiné à l’origine, mais devenu objet d’une diffusion publique. Il fait état de la modification de son propre statut : « J’achette les Imprimeurs en Guienne : ailleurs [en France var EB] ils m’achettent. (III, 2 : 849). Montaigne évoquait l’édition parisienne de 1588, augmentée d’un troisième livre, publiée par Abel L’Angelier. Comme les précédentes, cette édition était ouverte par l’avis Au Lecteur, sans dédicace particulière ni pièces liminaires de nature encomiastique. Le volume ne portait pas non plus de manchette ni d’index ou des tables des lieux communs. Tout le distinguait d’un livre savant. Le contrat d’édition n’a pas été retrouvé. L’édition porte un privilège pour 9 ans, dont L’Angelier était le seul bénéficiaire ; il se voyait assurer l’exclusivité de l’impression et de la vente des « Essais du Seigneur de Montagne, reveus et amplifiez de plus de cinq cens passages, avec l’augmentation d’un troisiesme livre». Il n’était pas fait mention de la cession d’un privilège d’auteur. L’édition était bien assumée par le seul libraire. Il ne s’agissait plus d’une publication à compte d’auteur ou à compte partagé, comme la première édition, publiée à Bordeaux, en 1580, chez Simon Millanges2. Une deuxième édition, corrigée et augmentée fut publiée en 1582 chez le même imprimeur. Les Essais, toujours en deux livres furent réédités à Rouen, en 1584, et à Paris en 1587, probablement avec l’accord de Millanges3. De surcroît, ils furent présentés dès 1581 à la foire de Francfort. Ce premier succès, inattendu, encouragea peut-être Montaigne. Au moment où il était libéré de ses obligations publiques, mais où il eut à affronter critiques et inimitiés, il put chercher à amplifier son livre en lui donnant une suite destinée à se justifier en se faisant mieux connaître. Le succès suscita également l’intérêt de L’Angelier, très attentif aux nouveautés littéraires et à l’exploitation intelligente de best sellers4. Le libraire était en relation avec son confrère bordelais, dont il diffusait certains titres, en particulier ceux de Pierre de Brach et François de Foix-Candale, des proches de Montaigne. Au mois de juillet 1585, alors que Montaigne achevait son second mandat à Bordeaux, il avait envoyé un de ses associés en Guyenne pour négocier avec le poète Du Bartas les droits d’une nouvelle édition de La Sepmaine. Il est possible que ce soit par ces intermédiaires qu’il approcha Montaigne pour lui proposer de publier une nouvelle édition de son livre. La rédaction du livre III prenait sens dans le cadre d’un projet défini par le libraire.

3L’Angelier avait une activité et des ambitions d’une tout autre ampleur que Millanges. Il poursuivait sur un mode nouveau le programme voué à l’illustration de la langue française, auquel collaborait sa famille depuis trois générations, en encourageant tout particulièrement la prose d’art en français. Ce n’est pas un hasard si ce fut lui qui publia La Bibliothèque (1584) de François de La Croix du Maine, première bibliographie nationale. Montaigne y faisait déjà l’objet d’une longue notice qui le célébrait en tant que personnage public et qu’auteur des Essais, présentés dès cette époque comme une « ample déclaration de [s]a vie» :

  • 5 La Croix du Maine, La Bibliothèque cit., pp.  328-329.

Ce livre est très recommandable, soit pour l’institution de toutes personnes, et pour autre choses très-remarquables qui sont comprises en iceluy […]. Si Plutarque est tant estimé pour ses beaux œuvres, cetuy-cy le doibt estre pour l’avoir imité de si près5.

Les Essais prenaient place dans un catalogue original, dont ils allaient constituer pour près de vingt ans un titre phare. Le livre de Montaigne, trop souvent considéré comme un objet unique, détaché de tout contexte, s’éclaire dans le cadre d’une véritable « politique éditoriale», ambitieuse et cohérente, en relation à la fois à d’autres ouvrages qu’il complétait ou qu’il pouvait remplacer et à des lecteurs réels, auxquels le libraire savait pouvoir le destiner, sa clientèle au Palais, haut lieu de la nouveauté éditoriale. L’Angelier offrait aux robins lettrés, du droit et de l’éloquence juridique en français, des livres de poésie et d’histoire, aux dames et aux gentilshommes, des traités de civilité, du théâtre et de la littérature mondaine, pour tous, missels et livres de dévotion. Avant les Essais, en quinze ans d’activité, il avait publié près de 125 titres en 200 éditions ou émissions. À côté des ouvrages partagés avec d’autres libraires, plus de 70 titres caractérisaient sa politique éditoriale personnelle. Celle-ci était marquée par une importante part italianisante, en version française et en langue originale, ainsi que des traductions du latin et du grec : Platon par Loys Le Roy, Tacite par Claude Fauchet, la réédition du Plutarque d’Amyot. Après 1586, le libraire publia des ouvrages français originaux, illustrant des genres variés, dans une conception compréhensive des Belles-lettres, ouverte à l’histoire, à l’éloquence et à la philosophie : les Lettres d’Étienne Pasquier, les œuvres de Blaise de Vigenère, les Discours philosophiques de Pontus de Tyard, La Bibliothèque historiale et Les Fastes des Anciens de Nicolas Vignier, La Saincte Philosophie de Guillaume du Vair. Il entretenait avec ces auteurs des relations choisies, souvent de nature amicale. Les Essais, dans leur singularité, s’inscrivaient en relation à ces ouvrages. Ils semblent aussi avoir intéressé L’Angelier comme un grand ouvrage de civilité et de philosophie morale, dû à un gentilhomme français, capable de renouveler une matière qui jusqu’alors avait été traitée par les Anciens et surtout par les Italiens. En 1581, il avait publié la traduction de L’Institution morale d’Alessandro Piccolomini, par Pierre de Larivey ; en 1583, le traité De la noblesse de Giambattista Nenna et l’année suivante, le Dialogue de la noblesse du Tasse, par Antoine Le Fèvre ; en 1584, les Dialogues philosophiques de Giambattista Giraldi Cinzio, et en 1588, le traité Du secrettaire, adapté de Francesco Sansovino par Gabriel Chappuys. Montaigne était un bon connaisseur des lettres italiennes. Son livre porte la trace de sa lecture de Castiglione, de Guazzo et du Tasse. Les autres ouvrages présentent des points communs avec sa propre réflexion, mais il est peu probable qu’il les ait utilisés. Lui-même traitait une même matière, nourrie des mêmes références antiques, dans une même perspective conjuguant la magnanimité antique et l’humilité chrétienne, mais il le faisait d’une manière entièrement différente dans sa forme. Il proposait, pour la première fois, une invention française, en un style brillant, propre à une véritable conversation civile, porteur d’un agrément et d’une force de conviction que n’avaient ni les formes obsolètes du dialogue moral à l’italienne ni les médiocres traductions d’un Gabriel Chappuys, principal pourvoyeur de cette littérature. Il est un fait que dès la publication des Essais, la trattatistica italienne disparut définitivement du catalogue L’Angelier.

4L’édition des Essais portait les ambitions complémentaires de l’écrivain et de son éditeur. Montaigne reçut quelques exemplaires. Il adressa les uns à quelques amis et connaissances et en garda d’autres pour son usage personnel ; quatre exemplaires connus portent des ajouts et des corrections autographes. Mais cette belle édition fut frappée par la malchance, à la fois victime de la situation insurrectionnelle du mois de mai 1588 et de la concurrence. Le 12 novembre 1593, après la mort de l’écrivain, L’Angelier finit par protester devant le Parlement contre les contrefaçons de ses ouvrages, parmi lesquels les Essais, dont le libraire d’Avignon Gabriel La Grange écoulait une édition frauduleuse imprimée à Lyon. Cette édition présentée comme la « dernière édition», reproduisait celle de L’Angelier. Elle dépossédait de leurs droits l’éditeur parisien et l’auteur défunt. Pendant ce temps, le gros du tirage de l’édition de 1588 restait dans les magasins du libraire, dans Paris assiégé et tenu par les ligueurs. Sa diffusion n’eut véritablement lieu que dix ans après sa parution ; le libraire vendit les exemplaires de l’édition de 1588 en bénéficiant du succès de l’édition posthume et de sa réédition, publiées entre-temps, en 1595 et en 1598.

5Pour récupérer ses droits sur l’œuvre de Montaigne menacée par les contrefaçons, L’Angelier envisagea la publication d’une nouvelle édition, corrigée et augmentée, alors que la précédente n’avait pas été commercialisée. Dès l’été 1588, Montaigne, de son côté s’était mis à relire ses Essais, en poursuivant la correction et l’amplification du texte de l’édition qui venait d’être publiée. L’Exemplaire de Bordeaux est le témoin subsistant de cette activité. Celle-ci obéissait au génie de l’écrivain, reprenant sans cesse son ouvrage dans un effort de justesse et de précision. Elle marquait aussi la nouvelle orientation qu’il donnait à l’entreprise de se peindre et de se dire, en relation au progrès de sa maladie et à sa réflexion sur la situation politique. Elle prenait tout son sens dans la perspective d’une nouvelle publication. Dans un ajout rédigé vers 1590 porté au chapitre « Du desmentir», Montaigne exprimait son inquiétude et il estimait devoir justifier la forme trop personnelle de son livre. Cette justification était liée à l’échec provisoire de la publication de 1588, dont les exemplaires, écrivait-il, étaient voués à servir de papier d’emballage :

J’empescheray peut estre, que quelque coin de beurre ne se fonde au marché. […] Et quand personne ne me lira, ay-je perdu mon temps, de m’estre entretenu tant d’heures oisives, à pensements si utiles et aggreables ? (II, 18 : 705)

  • 6 A. Loisel, De L’Œil des rois ou de la Justice, Paris, L’Angelier, 1595, f. A2.

Montaigne reprenait une formule topique, illustrée par des vers de Martial et de Catulle, qui avait servi à exprimer son doute sur la diffusion de son livre. Il cherchait à conjurer la crainte de ne pas être lu, au moment où il amplifiait son livre pour une nouvelle édition. Celle-ci, « revue et augmentée d’un tiers» par l’auteur, ne fut publiée qu’après sa mort. Elle marquait de façon splendide le retour de la paix civile et l’activité retrouvée du libraire, dont le catalogue, sous le patronage symbolique de Montaigne, témoignait d’un net renouveau, pour célébrer un grand style français et catholique. C’est dans cette édition que les contemporains de Henri IV lurent les Essais et reçurent la leçon civile de Montaigne. Les Essais étaient accompagnés de La Constance et de L’Eloquence françoise de Du Vair, de traités de Jean de Sponde et de Blaise de Vigenère, des Remonstrances d’Antoine Loisel, rééditées pour être adaptées au nouveau contexte politique. Parmi ces textes, L’Œil des rois, avait été adressé en 1584 à Montaigne, célébré comme « l’un des principaux ornemens non seulement de la Guyenne, mais aussi de toute la France»6.

  • 7 G. Hoffmann, La Carrière de Montaigne cit., pp.  129-154.

6Dans la mesure où les Essais étaient un choix du libraire, il n’est pas étonnant qu’ils portent la marque de celui-ci. Pour bénéficier d’un nouveau privilège, la nouvelle édition des Essais ne pouvait plus être la simple réédition des livres précédents, fût-elle corrigée. Elle devait offrir une nouveauté7. Montaigne rappelle cette obligation qui lui était faite de modifier et d’amplifier son œuvre, tout en cherchant à confirmer l’unité profonde de son propos, suivant une métaphore empruntée à Cicéron :

Mon livre est tousjours un : sauf qu’à mesure, qu’on se met à le renouveller, afin que l’acheteur ne s’en aille les mains du tout vuides, je me donne loy d’y attacher (comme ce n’est qu’une marqueterie mal jointe) quelque embleme supernumeraire. (III, 9 : 1008)

  • 8 Cicéron, Brutus, 274 ; voir H. Friedrich, Montaigne cit., p. 416, note 282.

L’emblema désigne une pièce de marqueterie8. C’est sur cette exigence éditoriale que prit corps le livre III, le « troisième allongeail» (ibid.) ainsi que le qualifie son auteur. Sa rédaction accompagnait la modification substantielle des deux premiers livres, qui portaient 641 additions et étaient enrichis de 543 citations nouvelles. En amplifiant son livre pour une nouvelle édition, Montaigne avouait modifier ses propres pratiques de lecture dans un sens plus intéressé :

Quoy si je preste un peu plus attentivement l’oreille aux livres, depuis que je guette, si j’en pourray friponner quelque chose dequoy esmailler ou estayer le mien ? (II, 18 : 704)

Il évoque ici les exemples et les passages narratifs ajoutés, si fréquents dans la dernière rédaction, témoignant de nouvelles lectures et de l’approfondissement des textes fondateurs de son œuvre, auxquels il ne cessait d’avoir recours. Ces ajouts semblent lui avoir été suggérés par le libraire, qui lui prodiguait ses conseils pour son amplification :

Je m’en charge [de ces parements empruntés] de plus fort, tous les jours, outre ma proposition et ma forme premiere, sur la fantasie du siècle : et par oisiveté. (III, 12 : 1102)

  • 9 Les Essais, III, 12, p. 1826, variante.

Dans une première rédaction sur l’Exemplaire de Bordeaux, Montaigne avait écrit « la fantasie du siecle et enhortement d’autrui»9, révélant jusque sur ses brouillons une dépendance à l’instance éditoriale, dont la mention fut au contraire adoucie dans l’édition posthume. Le travail d’amplification que celle-ci imposait, loin d’aliéner sa « forme» originale par la concession à des emprunts, lui permettait au contraire d’intégrer ceux-ci à sa propre expression. La longueur des chapitres a aussi pu faire l’objet de semblables conseils ou de débats. Dans une leçon de l’Exemplaire de Bordeaux, l’écrivain confirmait l’importance des modifications portées sur ses Essais :

Je preste l’espaule aux reprehantions que l’on faict [les amis font var] en mes escris : et les ai souvant changez, plus par raison de civilité, que par raison d’amendement. (III, 8 : 1774 variante)

  • 10 Ivi, III, 8, p. 969,

Le texte posthume fait disparaître, là aussi, l’allusion aux « amis», auteurs de ces répréhensions10. Elles ne lui avaient pas été faites par des lecteurs anonymes, mais par des lecteurs choisis, qui entouraient le libraire et constituaient une instance critique au sein de l’instance éditoriale, comme une sorte de comité de lecture. De telles remarques sont précisément évoquées dans le chapitre « Sur des vers de Virgile» :

Tu es trop espais en figures, voylà un mot du cru de Gascongne : voylà une phrase dangereuse […], voylà un discours ignorant : voylà un discours paradoxe, en voylà un trop fol. (III, 5 : 918)

  • 11 Voir C. Magnien, Étienne Pasquier ‘familier’ de Montaigne ?, “Montaigne Studies”, XIII, 2001, p. 2 (...)

Étienne Pasquier, lié à la fois à Montaigne et à L’Angelier, a laissé une longue série de ses observations sur les Essais11. Cette liste, utilisée dans une lettre tardive, a pu avoir été adressée à l’auteur dès cette époque. Enfin, Montaigne déplorait avoir dû rédiger son livre chez lui,

en pays sauvage, où personne ne m’aide, ny ne me releve […] : Je l’eusse faict meilleur ailleurs, mais l’ouvrage eust esté moins mien. (Ibid.)

Au moment de l’édition de son livre, en 1588, il trouvait à Paris cette aide qui le rendait meilleur tout en le gardant parfaitement sien. Sa « nouvelle manière», si visible dans le livre III, en apparente rupture avec la manière plus scolaire des deux premiers livres dans les premières éditions était le résultat de ces conseils et de ces critiques.

  • 12 Les Essais, p. 1229-1852.

7La succession des éditions originales des Essais met en évidence l’évolution d’un texte, non pas seulement amplifié, mais profondément corrigé, modifié et remanié par son auteur. Ce processus se confirmait en 1588, pour s’accentuer dans la dernière phase de rédaction, sur l’Exemplaire de Bordeaux et jusqu’aux ultimes retouches portées par l’édition posthume. Le livre III a fait ainsi l’objet d’un remaniement d’ensemble. Dans l’Exemplaire de Bordeaux, 215 pages sur 302 portent de façon visible des modifications par ajout. Toutefois, le processus de renouvellement ne se lit pas seulement de façon visible dans des couches d’ajouts mises en évidence par une méthode éditoriale approximative. Il se découvre en creux, dans les centaines de variantes textuelles de détail recensées ailleurs12, les milliers de variantes de ponctuation qui distinguent le texte de l’édition de 1588 des rédactions provisoires de l’Exemplaire de Bordeaux, et celles-ci du texte de l’édition posthume. Il se lit aussi dans les nombreux passages du texte de 1588, supprimés sur l’Exemplaire de Bordeaux, qui donnent à voir d’innombrables corrections de mots ou de passages entiers, biffés et remplacés.

  • 13 Ivi, II, 37, p. 1701, variantes.

8Montaigne affirmait pourtant : « J’adjouste, mais je ne corrige pas» (III, 9 : 1008). Cette formule reprenait une affirmation analogue : « Au demeurant, je ne corrige point mes premières imaginations par les secondes» (II, 37 : 796), qu’il avait nuancée plus tard par un ajout : « ouy à l’aventure quelque mot : mais pour diversifier, non pour oster». Partout dans son texte, Montaigne, ajoutait, mais il corrigeait aussi et il supprimait, pour récrire. Dans le seul livre III, on dénombre ainsi 27 pages portant des corrections par suppressions de plus d’une ligne. L’ensemble des passages biffés et supprimés sur l’Exemplaire de Bordeaux, représente plus de quinze pages entières de format in-4°. Dans le chapitre « De la ressemblance des enfans aux pères», dans un développement consacré à réfuter les prétentions des stoïciens à maîtriser la douleur, Montaigne supprima ainsi plusieurs lignes d’argumentation : outre un exemple, disparaît une antithèse opposant la poésie et la philosophie, ainsi qu’une citation de trois vers pris de l’Orlando furioso. La réécriture, poursuivie sur plusieurs pages, conduisait Montaigne à passer d’une argumentation ironique, procédant par réfutation, à une éloquence de l’exhortation, reposant sur un tout autre éthos13. En écrivain attentif à l’économie de son discours et à la justesse de son propos, il remplaçait l’évocation poétique d’une douleur morale par celle de la douleur physique, à travers une citation du Philoctète d’Attius, prise des Tusculanes, où il avait trouvé l’exposé de la doctrine stoïcienne concernant la maîtrise de la douleur. Non seulement l’écrivain assurait constamment la liaison argumentative de son texte, mais il mettait l’accent sur sa propre persona d’homme malade.

9Par les innombrables corrections qu’il portait sur son texte, Montaigne ne cessait de démentir par sa pratique ce que lui-même avait écrit lorsqu’il évoquait une correction restreinte et réticente de son œuvre. Ces affirmations servaient à une représentation de lui-même en écrivain spontané, correspondant à son éthos noble. Dans le cas du livre III, elles servaient sans doute aussi à valoriser celui-ci comme un ajout complétant et enrichissant les deux premiers livres d’une peinture de soi toujours plus précise et plus détaillée, sans corrections stylistiques qui eussent correspondu à une correction morale, à une forme de repentir. Or les « répréhensions d’autrui» ont probablement joué leur rôle dans ces corrections.

  • 14 Voir H. Friedrich, Montaigne cit., p. 362, note 298. Le rôle du secrétaire, présent durant toute l (...)
  • 15 F. Garavini, Sur deux phrases des ‘Essais’, in Études montaignistes en hommage à Pierre Michel, Pa (...)

10Montaigne n’avait cessé d’entretenir une conversation avec lui-même, qu’il décrit longuement dans le chapitre « De trois commerces». Il s’agit d’une conversation suivie avec un livre, celui qu’il ne cessait de lire, de relire mais aussi d’écrire et d’enrichir, ces Essais qu’il écrit comme il leur parle et qu’il qualifie de « songes», qu’il « enregistre et dicte» (III, 3 : 869) ou qu’il « redicteroi[t]» (III, 9 : 1010) plus volontiers que d’en assurer la correction. Le verbe « dicter» a bien son sens moderne, comme dans ses autres emplois dans les Essais14. On a interprété la première expression comme un doublet synonymique, en donnant au verbe « dicter» le sens d’écrire à la main15. En réalité, les deux verbes « enregistrer» et « dicter» décrivent, avec une précision technique, la préparation du livre, selon les habitudes éditoriales de l’époque. Ils ne sont ni antinomiques ni synonymes, mais complémentaires, et correspondent à deux étapes d’une même tâche. Montaigne d’une part « enregistre» les remarques notables, des « traits», ses « formes» ou ses « façons», en rédigeant lui-même son texte sur des feuilles volantes, des « brevets descousus » (le terme est employé en III, 13 : 1141 ; il désigne alors le support qui sert à enregistrer les phases de la maladie), ou dans les marges des exemplaires de travail qui lui servent de lieu où mettre en forme ses conceptions et développer ses rédactions. D’autre part, il dicte sa rédaction à un secrétaire chargé de la mettre au net sur une copie. La dictée à haute voix sert aussi à confirmer un texte autographe peu lisible ou trop surchargé de repentirs, ou à préciser des indications portées sur le premier support.

  • 16 Voir J. Balsamo, Mises au net, copie d’auteur, copie d’imprimeur : note sur les formes de l’autogr (...)
  • 17 Les Essais, I, 52 : 328 ; Exemplaire de Bordeaux, f. 128v.

11La procédure décrite par Montaigne est usuelle à son époque16. Montaigne l’a suivie jusqu’en 1588, mais aussi après cette date pour préparer la nouvelle édition, ainsi que l’attestent, en amont de celle-ci, les indications destinées à la mise au net, qui figurent au verso de la page de titre de l’Exemplaire de Bordeaux et dans le corps du texte. Montaigne s’adresse par écrit au secrétaire, dont il confirme le concours : il précise ainsi : « [m]ettez cette clause enfermee, à la fin du chapitre», et il indique qu’il convient de déplacer une phrase ajoutée en 1588 au court chapitre « De la parsimonie des Anciens». Le texte de l’édition posthume enregistre la modification17. Ces remarques s’adressent bien à un secrétaire, un typographe n’en aurait pas eu l’usage. La mise au net elle-même n’est pas un état définitif. Montaigne la relit, la corrige, en fait établir une nouvelle mise au net, sur laquelle il peut encore porter d’ultimes modifications. La conversation avec le livre prend ainsi la forme d’une conversation quotidienne avec le secrétaire, alors même que Montaigne dissimule souvent la présence de ce personnage à ses côtés. Dans le chapitre « Considérations sur Cicéron», il prétend ne pas dicter ses lettres à un secrétaire : « j’ayme mieux escrire de ma main, que d’y en employer un’autre» (I, 39 : 257). Il s’agit d’une contre-vérité, ressortissant à la fois à une posture noble et à une revendication d’authenticité : les lettres que l’on conserve de lui font apparaître le plus souvent deux mains distinctes, l’un pour le texte, l’autre pour la signature.

12Toutes les éditions des Essais ont été imprimées par le typographe, sur la base d’une copie d’imprimeur établie par un collaborateur de l’imprimeur, l’« écrivain». Cette copie a elle-même été établie sur une transcription de la copie d’auteur par un secrétaire. Elle mettait en œuvre un ensemble de normes ortho-typographiques et de présentation dont Montaigne ne se souciait pas, et auxquelles il acceptait de se soumettre, de même qu’il avait délégué, à quelques réserves près, un certain nombre de compétences orthographiques au secrétaire chargé d’établir la transcription de ses brouillons et de ses manuscrits de travail sur la copie d’auteur établie sous son contrôle :

Je ne me mesle, ny d’orthographe (et ordonne seulement qu’ils suivent l’ancienne) ny de la punctuation : je suis peu expert en l’un et en l’autre. (III, 9 : 1009)

  • 18 Voir A. Quondam, L’autore (e i suoi copisti), l’editor e il tipografo, Roma, Bulzoni, 2016.

13Sur l’Exemplaire de Bordeaux, qui n’était pas destiné à l’imprimeur, Montaigne précisait exactement la nature et les formes de cette délégation. Celle-ci avait lieu en amont de l’impression, dans les phases de mise au net. Ce choix n’était pas un renoncement à la singularité de l’auteur ; il incombait en propre à Montaigne. Non seulement il confirmait son statut mais surtout il exprimait sa qualité et son rang, ceux d’un gentilhomme peu soucieux de tels détails. Avant lui, Castiglione avait procédé de même pour la mise en livre de son Cortegiano18. Ce choix aurait pu être différent. Quelques rares écrivains de son temps avaient tenu à imposer leurs idiotismes orthographiques, en suivant la correction de leur livre jusque dans l’atelier : à Lyon, en 1580, Jean de Boyssières et plus tard, à Paris, chez L’Angelier dans les années 1605-1610, Claude Expilly et Antoine de Laval, deux lecteurs de Montaigne. Leur initiative ressortissait à une pratique de l’édition privée ; elle portait la marque, rédhibitoire aux yeux de Montaigne, du pédantisme.

14L’Angelier n’était pas imprimeur mais éditeur. La qualité typographique de l’édition de 1588, attribuable à un imprimeur sous-traitant, est conforme au standard des livres diffusés au Palais, soignée sans être parfaite. Les négligences étaient dues aux délais de fabrication resserrés, entre le mois de février et le mois de juin, mais surtout à une correction d’épreuves insuffisante. Montaigne évoque les erreurs et les fautes d’impression qui pouvaient se trouver dans son texte :

Ne te prens point à moy, Lecteur, de celles [les fautes] qui se coulent icy par la fantasie, ou inadvertance d’autruy : chasque main, chasque ouvrier, y apporte les siennes. (III, 9 : 1009)

Il rédigeait cet avertissement alors que le livre était en cours d’impression, anticipant un reproche à venir. Cette excuse est topique, elle constitue, dans de nombreux livres de l’époque, l’argument d’un avis au lecteur, que Montaigne ici déplace dans le corps du texte. Elle sert également à valoriser l’auteur, en distinguant la part qui lui revient, celle de l’invention, de la part technique, qui est du ressort de l’éditeur, et dans celle-ci, cette « main», capable de fantaisie et de choix mais aussi d’erreurs, à la fois la part du secrétaire et de l’écrivain, auteurs des copies préparatoires, et celle du typographe composant le texte.

  • 19 F. Strowski, Montaigne cit., p. 247.

15Montaigne avait vraisemblablement délégué la correction des épreuves à un tiers, à un collaborateur de l’imprimeur, ou peut-être son ami Pierre de Brach, pourtant peu compétent en la matière19. Il se plaint de l’aspect fastidieux de cette relecture :

Je redicterois plus volontiers, encore autant d’Essais, que de m’assujettir à resuivre ceux-cy, pour cette puerile correction. (III, 9 : 1010)

  • 20 Voir M.-L. Demonet et A. Legros, Montaigne à sa plume. Quatre variantes autographes d’une correcti (...)

Montaigne refuse cette correction, digne d’un homme de lettres gagé, pour mettre en valeur la seule tâche qui le qualifie en tant qu’auteur, la dictée du manuscrit autographe, porteur de son invention, pour sa mise au net par le secrétaire. Les bibliographies descriptives ne mentionnent pas de variantes en cours d’impression et encore moins d’interventions sur le texte au cours de la fabrication du volume, contrairement à l’édition des Essais publiée en 1580, et à l’édition posthume. Plusieurs erreurs ou coquilles subsistent dans l’édition de 1588, ainsi la date erronée de l’avis « Au lecteur»20. Ces erreurs furent très imparfaitement corrigées par Montaigne lui-même sur l’Exemplaire de Bordeaux.

16Toutes ces remarques mettent en lumière la relation de dépendance du texte des Essais à des contraintes éditoriales. Ce point a été avancé pour disqualifier les éditions posthumes, qui auraient été soumises à l’arbitraire de leurs éditeurs et à celle des typographes. Cela n’est pas moins vrai de toutes les éditions publiées du vivant de Montaigne et sous son contrôle. Il se soumettait lui-même à ces contraintes, en pleine connaissance de cause et en toute conscience du bénéfice qu’il en retirait, dans le cadre de l’institution éditoriale.

17Par la publication de son livre chez L’Angelier, le gentilhomme fier de son rang était devenu un auteur. Il revendiquait cette qualité et en reconnaissait ouvertement les réalités économiques dont il était le bénéficiaire. Dans les Essais, Montaigne revient à plusieurs reprises sur les conditions de la véritable autorité littéraire par une série de distinctions, en termes de morale comme en termes éditoriaux. Il distingue ainsi l’auteur et en particulier le « bon auteur» de l’écrivain, des « escrivains ineptes et inutiles » (III, 9 : 990). Le terme reste technique à l’époque. Chez Montaigne, il se double d’une connotation péjorative et il accompagne la dénonciation de « l’escrivaillerie», symptôme d’un siècle corrompu (ibid.). Montaigne distingue aussi l’auteur de l’« homme de lettres» et du « faiseur de livres». Il range sous cette dénomination la plus grande partie des acteurs du livre imprimé de son temps, non seulement les collaborateurs du monde de l’édition, correcteurs, compilateurs, polygraphes, traducteurs, mais aussi les érudits de tout genre. Ceux-ci font l’objet d’une représentation satirique :

Cettuy-cy tout pituiteux, chassieux et crasseux, que tu vois sortir après minuict d’un estude, penses-tu qu’il cherche parmy les livres, comme il se rendra plus homme de bien, plus content et plus sage ? nulles nouvelles. Il y mourra, ou il apprendra à la posterité la mesure des vers de Plaute, et la vraye orthographe d’un mot Latin. (I, 39 : 245)

Seul Jacques Amyot échappe à cette condamnation, en tant qu’il était le traducteur de Plutarque et qu’il avait su mettre en œuvre dans sa traduction la parfaite « naïveté» de la langue française, c’est-à-dire sa pureté et son meilleur usage, sans concession ni au grec ni à la moindre forme de pédantisme.

  • 21 Les Essais, III, 2, p. 845.

18-Montaigne évoque ainsi les livres qu’il aurait pu facilement écrire et publier, des livres « desquels l’autheur ne tire aucune recommandation» (III, 8 : 985) et qui n’auraient pas fait de lui un auteur véritable. La notion d’auteur désigne pour lui en premier lieu, dans un emploi générique, les « sources» dont il avait tiré sa documentation, dans la mesure où ces auteurs en étaient les garants, étant les premiers ou les seuls à traiter certains sujets, ainsi les historiens de l’Amérique qui avaient décrit la civilisation des anciens Mexicains, évoquée dans le chapitre « Des coches». Les auteurs au sens restreint, ceux qui étaient nommés, constituent pour lui un canon des valeurs littéraires et morales. Ce sont principalement des auteurs anciens, poètes et prosateurs, parmi lesquels Plutarque, désigné plusieurs fois en tant que tel, à côté de Platon, de César et de saint Augustin. En revanche, les modernes sont rares à être ainsi qualifiés. Montaigne ne reconnaît cette qualité qu’à La Boétie et à Raymond Sebond, dont il avait été l’éditeur avant de devenir lui-même un auteur, et de façon plus inattendue, à Philippe de Commynes, « très-bon auteur certes», célébré à deux reprises, pour la qualité de sa langue et sa bonne foi (II, 10 ; III, 8). Amyot en revanche désigné comme « écrivain», n’est pas considéré par lui comme un auteur : il n’invente pas et n’est pas à l’origine d’un savoir. Parmi ces auteurs, Montaigne se désigne lui-même, en se définissant, comme l’auteur d’un livre qui lui est « consubstantiel» (II, 18 : 703). Vers 1590, dans un autre ajout au chapitre « Du repentir», il précisait sa différence qui le distinguait des autres auteurs, grammairiens ou jurisconsultes21. Il soulignait ainsi ce qui caractérisait sa singularité et qui donnait son autorité à sa parole : non pas seulement une maîtrise de la langue, moins « naïve» que celle d’Amyot, ou des formes littéraires, la sienne étant hors de toute norme ; non pas une autorité savante, mais, sous l’apparence d’un simple nom, une autorité sociale, celle du seigneur de Montaigne, qui déterminait un éthos noble, reposant sur une même « bonne foi» que Commynes. En 1580-1582, Montaigne avait eu recours à la fiction d’un intermédiaire éditant son texte pour se définir comme auteur, ainsi que le révèle l’appellatif « Messire» qui complétait le titre de son livre. Après 1588, il pouvait jouer de son seul nom de terre.

19L’écriture personnelle si singulière des Essais trouvait une forme éditoriale capable de satisfaire l’éditeur qui en faisait son profit, mais surtout Montaigne lui-même. Outre le gain et le prestige, son livre ainsi publié donnait à son discours une tout autre dimension publique, en lui offrant les moyens d’une sincérité nouvelle :

Plaisante fantasie : plusieurs choses, que je ne voudroy dire au particulier, je les dis au public. Et sur mes plus secretes sciences ou pensées, renvoye à une boutique de Libraire, mes amis plus feaux. (III, 9 : 1026)

  • 22 Voir L. Sozzi, Lo spazio interiore. Note in margine all’ ‘arrière-boutique’, in Studi di cultura f (...)

Le livre n’est plus le prolongement accessoire de l’identité de Montaigne et d’une parole privée destinée à la famille et aux amis. Il devient une fin en soi, assumant la personnalité de son auteur, dans un mouvement qui déplace le lieu propre à celui-ci, du château dont il porte le nom ou de l’« arriereboutique» (I, 38 : 245) spirituelle22, vers la « boutique de Libraire» au Palais, en entraînant avec lui une cohorte de nouveaux amis qui poursuivent sa conversation sous forme de lecture. Cette personnalité d’auteur, fondée sur la révélation et la mise en scène d’une personne publique et privée, est entièrement originale dans les lettres françaises de l’époque. C’est la création de Montaigne, mais elle bénéficia de toutes les attentions du libraire, qui offrit à son œuvre les conditions de sa mise en valeur.

20L’institution éditoriale donne ainsi son autorité au texte de Montaigne et à celui-ci son « auctorialité». Elle a fait des « songes» et des brouillons de Montaigne un livre publié et lu. La mise en forme éditoriale permettait seule la création d’un espace littéraire, prolongeant et amplifiant l’espace intérieur, au sein duquel Montaigne pouvait dire plus et autre chose que ce qu’il aurait dit à ses proches : critiquer les rois, se moquer de ses contemporains, se représenter en citoyen romain ou en amoureux délicat, célébrer les héros et les vertueux, en somme, parler de lui-même, sans pour autant prêcher dans le désert, et « non sans dessein de publique instruction» (II, 18 : 704).

Notes

1 Voir H. Friedrich, Montaigne cit., pp.  20-21.

2 Voir G. Hoffmann, La Carrière de Montaigne, Paris, H. Champion, 2009, pp.  82-94.

3 Voir Les Essais, éd. cit., pp.  xxxi-lv.

4 Sur le libraire et sa politique éditoriale, voir J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier & Françoise de Louvain (1574-1620), suivi du catalogue des ouvrages publiés par Abel L’Angelier (1574-1610) et la Veuve L’Angelier (1610-1620), Genève, Droz, 2002, pp.  57-105, en part., p. 74-81.

5 La Croix du Maine, La Bibliothèque cit., pp.  328-329.

6 A. Loisel, De L’Œil des rois ou de la Justice, Paris, L’Angelier, 1595, f. A2.

7 G. Hoffmann, La Carrière de Montaigne cit., pp.  129-154.

8 Cicéron, Brutus, 274 ; voir H. Friedrich, Montaigne cit., p. 416, note 282.

9 Les Essais, III, 12, p. 1826, variante.

10 Ivi, III, 8, p. 969,

11 Voir C. Magnien, Étienne Pasquier ‘familier’ de Montaigne ?, “Montaigne Studies”, XIII, 2001, p. 277-314.

12 Les Essais, p. 1229-1852.

13 Ivi, II, 37, p. 1701, variantes.

14 Voir H. Friedrich, Montaigne cit., p. 362, note 298. Le rôle du secrétaire, présent durant toute la rédaction du livre, a été mis en évidence par G. Hoffmann, La Carrière de Montaigne cit., pp.  53-78.

15 F. Garavini, Sur deux phrases des ‘Essais’, in Études montaignistes en hommage à Pierre Michel, Paris, H. Champion, 1984, pp.  113-115.

16 Voir J. Balsamo, Mises au net, copie d’auteur, copie d’imprimeur : note sur les formes de l’autographie dans la genèse éditoriale, “Seizième siècle”, 10, 2014, pp.  15-30.

17 Les Essais, I, 52 : 328 ; Exemplaire de Bordeaux, f. 128v.

18 Voir A. Quondam, L’autore (e i suoi copisti), l’editor e il tipografo, Roma, Bulzoni, 2016.

19 F. Strowski, Montaigne cit., p. 247.

20 Voir M.-L. Demonet et A. Legros, Montaigne à sa plume. Quatre variantes autographes d’une correction de date dans l’avis « Au lecteur» des Essais, “BHR”, LXXV, 2013, pp.  113-118.

21 Les Essais, III, 2, p. 845.

22 Voir L. Sozzi, Lo spazio interiore. Note in margine all’ ‘arrière-boutique’, in Studi di cultura francese ed europea in onore di L. Maranini, Fasano, Schena Editore, 1983, pp.  137-150.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search