Version classiqueVersion mobile

La parole de Montaigne

 | 
Jean Balsamo

I. L’ethos noble des Essais

5. La conversation des dames

Texte intégral

  • 1 Voir M. McKinley, Montaigne on Women, in Ph. Desan, The Oxford Handbook of Montaigne, Oxford Unive (...)

1Les Essais peuvent être considérés, dans leur premier propos, comme l’inventaire des modes de vie et des usages, à travers la diversité desquels leur auteur cherche à comprendre l’homme et connaître ses mobiles cachés, pour agir dans le domaine politique et militaire. Ce n’est pas sans raison qu’ils évoquent aussi les femmes1. Celles-ci sont convoquées dès le premier chapitre du premier livre « Par divers moyens on arrive à pareille fin». Montaigne part d’un précepte utile en temps de guerre, qui éclaire le contexte tragique de la rédaction de son livre : un vaincu suscite la clémence de l’ennemi en se soumettant. Mais il réfute immédiatement la possible généralisation de ce précepte en lui opposant un autre : le courage et la fermeté peuvent provoquer le même effet. Il en donne l’illustration par une série d’exemples tirés de l’histoire moderne : l’attitude de gentilshommes français durant le siège de Limoges, celle du soldat du prince albanais Scanderbeg, celle enfin de dames bavaroises, lors du siège de Weinsberg par l’empereur Conrad, en 1140. Celles-ci

d’un cœur magnanime, s’advisèrent de charger sur leurs espaules leurs maris, leurs enfans, et le Duc mesme. L’Empereur print si grand plaisir à voir la gentillesse de leur courage, qu’il en pleura d’aise, et amortit toute cette aigreur d’inimitié mortelle et capitale, qu’il avoir porté contre ce duc ; et dès lors en avant traicta humainement luy et les siens. (I, 1 : 32)

Montaigne avait tiré cet exemple de la Methodus de Jean Bodin. Il traduisait précisément le texte au prix de quelques infléchissements. À sa manière, cet exemple illustre les pouvoir de la constance et de la résolution, capables de faire triompher, dans une âme noble, celle de l’empereur, l’humanité sur la fureur, en une véritable métamorphose suscitée par l’admiration qui donne lieu à une émulation de générosité.

2Cet exemple ne vient pas seulement limiter la pertinence du précepte initial. Il conduit à un véritable renversement. D’une part, il bouleverse d’emblée les fondements de la logique scolaire, de tradition aristotélicienne, et nuance, dans le domaine moral, la stricte détermination des causes et des conséquences. D’autre part, il corrige la conception virile de l’héroïsme. Dans le premier exemple, lors du siège de Limoges, les héros sont trois gentilshommes, qui résistent au milieu « des cris du peuple, et des femmes, et enfants abandonnez à la boucherie» : les femmes pleurent, les hommes se battent. Dans l’exemple de Conrad, les hommes non seulement ont été vaincus, mais ils s’humilient en implorant leur vainqueur, les femmes en revanche, ou plus exactement les « gentils-femmes», sans se battre, mais en assumant seules le poids de la défaite, obtiennent ce que les hommes n’avaient pas su obtenir. Si la « gentillesse de leur courage» s’exprime par d’autres moyens que la force et la vaillance, elle est capable d’un même résultat.

3Dès le début des Essais, Montaigne accueille les dames dans son univers héroïque, à l’intérieur d’un discours pourtant marqué par des formes de misogynie. Celles-ci constituent moins le résidu ou les limites d’une pensée critique encore imparfaite, qu’elles ne servent à dissimuler une critique plus subversive, ou à mettre en évidence la nature paradoxale et audacieuse de son discours. D’un côté, derrière le reproche général fait aux femmes de n’être « guère propres à traiter les matières de la Théologie» (I, 56 : 343), Montaigne dénonce la mauvaise foi de Marguerite de Navarre, sa complaisance à l’égard de l’immoralité de son frère, et l’utilisation des formes extérieures de la piété à des fins de célébration politique. De l’autre, son discours rend hommage à ces dames, il révèle la nature sublime de leur vertu qui s’exprime par l’amour et le dévouement et non pas par une vaillance dont il va dévoiler tout au long des Essais, les soubassements passionnés, égoïstes, brutaux. Les dames, en révélant leur fortitude, apparaissent ainsi comme les actrices discrètes mais décisives d’un processus de civilisation, qui conduit à considérer et à traiter les êtres humains dans leur ensemble « humainement», fussent-ils vaincus et coupables.

  • 2 Les Essais, I, 22, p. 113 ; II, 8, p. 408 ; II, 6, p. 395.
  • 3 Ivi, III, 9, p. 1020.
  • 4 Ivi, III, 5, pp.  898-899.
  • 5 Ivi, III, 3, p. 866.
  • 6 Ivi, II, 16, pp.  668-669.

4Les femmes ne sont pas absentes des Essais. Sans doute Montaigne n’évoque-t-il ni sa mère ni ses sœurs. Une telle évocation n’avait pas sa place dans son livre, qui combine les prestiges des mémoires d’épée et la compilation érudite en les détournant à des fins critiques. Il fait allusion en revanche à son épouse et à sa fille, ensemble ou séparément, en termes empreints de respect et de bienveillance2. Il représente la première en dame noble, à qui il peut confier « tout le gouvernement» de son domaine3, et la seconde en demoiselle de bonne maison sous la houlette de sa gouvernante4. Il consacre aussi plusieurs chapitres aux femmes ou plus exactement aux dames – la nuance a son importance. Dans le livre II, le chapitre « De trois bonnes femmes» prolonge la célébration héroïque ; dans le livre III, marqué par la vieillesse et la maladie, cette relation est développée sur un mode à la fois nostalgique et plus général dans le long chapitre « Sur des vers de Virgile», entièrement consacré à la « conversation» des dames. De surcroît d’innombrables anecdotes, exemples, remarques ou développements épars constituent un véritable discours fragmenté consacré à leurs usages et à leurs vertus, compliqué et enrichi au fur et à mesure des éditions, selon des liens textuels qui révèlent la minutieuse construction d’ensemble d’un livre en apparence décousu. Le chapitre « Sur des vers de Virgile» est le développement par l’exemple du « doux commerce […] des belles et honnestes femmes»5, inscrit dès le chapitre précédent dans le cadre d’une typologie des formes de la conversation civile, et en même temps, il apparaît comme une amplification du thème de l’éthique amoureuse et du code galant, qui constituait dès la première édition la péroraison inattendue du chapitre « De la gloire». Refusant toute morale des apparences, Montaigne y dissocie la vertu véritable de l’honneur pour célébrer l’intention droite. Il appliquait cette exigence aux relations amoureuses : dans le code d’honneur, seul un refus fondé sur le devoir moral et social peut être tenu pour acceptable, voire honorable par l’homme, aux désirs de qui il est opposé6.

  • 7 Un exemplaire au chiffre de la reine Elizabeth I d’Angleterre est conservé à la BnF. Le livre a pu (...)
  • 8 Voir V. de Soultrait, Six Siècles de littérature française. xvie siècle, t. II, Genève, 2017, pp.  (...)

5On conserve de nombreux exemplaires des Essais. Quelques uns portent des annotations dues à des lecteurs de l’époque et parfois des lectrices7. La plus illustre de celles-ci est Mme de Montespan, la maîtresse de Louis XIV, à qui il est tentant d’attribuer les marques de lecture qui figurent dans son exemplaire sous la forme de traits de plume8. Ce n’est pas un hasard si toutes sont concentrées dans les marges du chapitre « Sur des vers de Virgile». Elles soulignent précisément ce choix moral, comme si la lectrice entretenait une relation personnelle avec un texte qu’elle lisait en termes d’expérience et de justification, et dont elle s’appropriait les mots. L’une de ces marques met en exergue un passage dans lequel Montaigne justifie son propre comportement et dévoile une vérité vertueuse :

Et tout licentieux qu’on me tient, j’ay en vérité plus severement observé les loix de mariage que je n’avois promis ny esperé.

Il rappelle la force des engagements et de la parole donnée, il souligne aussi l’impossibilité pour les autres à le connaître au fond de lui-même, sous les apparences, il se range au jugement du seul for intérieur, qui lui donne raison. La leçon qu’il propose, en un précepte dissimulé, est liée à son portrait en époux, elle se transmet à travers un effet d’identification, la lectrice pouvant reconnaître son propre cas dans les paroles de Montaigne, et y trouver sa propre justification.

6C’est bien aux dames que Montaigne s’adresse dans son livre. Rien de moins caché que cette double relation, parler des femmes, s’adresser aux dames. La conversation des dames, les relations de sociabilité entre les deux sexes sont le plus souvent présentées comme des relations de séduction, qui demandent en tant que telles à être modérées et ordonnées. La place qui leur est accordée constitue une caractéristique des Essais. Celle-ci n’est pas originale. Il s’agit d’un trait particulier de la culture mondaine française dans son ensemble, marquée par le modèle de la cour des Valois, où les dames, à la différence des autres cours d’Europe, occupent une place de premier plan. Mais dans les Essais, ces relations sont examinées dans leur nature personnelle. L’absence de dédicace au roi ou à un Grand ne signifie pas qu’il aurait refusé les usages littéraires et mondains de son temps. En réalité, il en joue sur le mode d’une subtile variation. À défaut d’une dédicace générale, son livre est marqué par des dédicaces particulières.

  • 9 M.-N. Matuszek, La Bibliothèque de Marguerite de Valois, in I. de Conihout et al. (dir.), Henri II (...)
  • 10 Voir J. Balsamo, Marguerite de Valois, Montaigne, l’Apologie de Raymond Sebond, in La Cour de Néra (...)
  • 11 Voir A. Boase, Montaigne annoté par Florimond de Ræmond, “Revue du Seizième siècle”, 15, 1928, pp. (...)

7Les Essais sont ainsi placés sous le patronage de quatre dames de la haute noblesse, qui reçoivent chacune la dédicace d’un chapitre particulier. Ces chapitres occupent des places en quelque sorte stratégiques dans l’ordonnance du livre et pour son propos : dans le livre I, « De l’institution des enfans» et « Vingt neuf sonnets d’Estienne de la Boétie» ; dans le livre II, « De l’affection des peres aux enfans» et « De la ressemblance des enfans aux peres», auxquels il faut ajouter l’« Apologie de Raymond Sebond», adressée à une mystérieuse princesse, probablement Marguerite de Valois, une lectrice de la Théologie naturelle et des Essais9. Cette dédicace a été supprimée, peut-être à la demande de l’intéressée, pour des raisons d’opportunité politique10. Trois des titres font référence aux « enfans», et deux, de façon plus singulière, aux « pères». Dans un premier temps, ces dédicaces mettent en étroite relation le livre de Montaigne et l’entourage de celui-ci en tant que personne publique. Elles placent le livre au cœur d’un réseau, dans des relations de clientèle, tout en faisant apparaître des liens particuliers qui ressortissent à l’amitié. Ces textes d’hommage sont eux-mêmes complétés par de nombreuses allusions que fait Montaigne à des personnages contemporains, gentilshommes ou dames qu’il présente comme ses « bons amis», princes et grands seigneurs qu’il avait rencontrés et dont il avait partagé les confidences. Le chapitre « De l’yvrongnerie» relate la mésaventure d’une « femme de village, veufve de chaste reputation» (II, 2 : 360), qui lui avait été racontée par « une Dame [qu’il] honore et prise fort». Dès la fin du xvie siècle, ces allusions ont fait l’objet de tentatives d’identification11. Ensemble, elles complètent le portrait que Montaigne donnait de lui-même en gentilhomme, en l’inscrivant dans un étroit réseau nobiliaire, dont les subtiles distinctions de rang étaient pour lui l’objet d’un respect minutieux de la « prerogative de tiltres et d’alliances, eslevées au dessus de la commune noblesse» (I, 46 : 299).

  • 12 Voir R. Trinquet, En marge des “Essais” : la vraie figure de Mme d’Estissac ou les pièges de l’hom (...)
  • 13 Les Essais, I, 22, p. 114 et p. 1374, note.

8Le chapitre « De l’affection des peres aux enfans» est ouvert par un exorde qui prend la forme d’une épître adressée à Madame d’Estissac, Louise de la Béraudière12. Celle-ci avait épousé en 1560 Louis de Madaillan, seigneur d’Estissac, le neveu du protecteur de Rabelais. Devenue veuve, elle dut affronter un long procès lié à la succession de son époux. Montaigne remplit auprès d’elle le rôle d’un conseil juridique. La dédicace du chapitre fait une allusion à ce procès et à son « heureux acheminement» (II, 8 : 404), en 1575, qui valut en retour à Montaigne, avec la reconnaissance des Estissac, l’animosité de plusieurs grandes familles alliées au parti adverse. Mme d’Estissac avait eu une fille, qui épousa François de La Rochefoucauld, un personnage auquel Montaigne fait allusion dans le chapitre « De la coustume»13, et un fils Charles, né vers 1563. C’est lui que Montaigne accompagna en Italie en 1580. Il fut tué en duel quelques années plus tard, illustrant à sa manière la folie des combats avec suivants, que Montaigne avait dénoncés avec vigueur dans le chapitre « De la cruauté». La dédicace est d’autant plus importante que Montaigne, jouant sur une figure de modestie topique du genre, y définit le véritable projet de son livre, un livre extravagant parce qu’il répond à son désir de s’y « pourtraire au vif». Pour être complet, ce portrait demande que soient représentés ses liens avec la dédicataire et évoqués les sentiments qu’il lui témoigne, en se doublant d’un portrait de celle-ci. Madame d’Estissac représentée et célébrée comme la meilleure des mères, est accompagnée de celui que Montaigne présente comme le meilleur des fils et le plus prometteur, à qui il rappelle à la fois les qualités d’une mère et le témoignage d’un ami. Adressé à Madame d’Estissac, qui en est la première lectrice, le chapitre est en réalité destiné au fils de celle-ci, comme un mémorial destiné à célébrer un mode actualisé de la pietas des Anciens. Et c’est en relation au fils que peuvent se comprendre les arguments misogynes en apparence qu’il développe. Le monument des vertus maternelles dissimule une admonestation destinée à le mettre en garde contre les femmes et le rôle qu’elles jouent parfois dans la gestion des biens familiaux en favorisant certains enfants. Toute cette argumentation est fondée sur l’expérience personnelle de Montaigne, à travers une série d’allusions à des règlements successoraux conflictuels au sein de sa propre famille. Derrière la célébration apparente de Madame d’Estissac, qui a elle-même favorisé ses propres enfants lors de la succession de son époux aux dépens de ceux du premier lit, Montaigne revient au droit et souligne la relation privilégiée qui lie les fils aux pères, justifiant ainsi le titre du chapitre.

9Le second livre se conclut par le chapitre « De la ressemblance des enfans aux pères». Il est lui aussi adressé à une dame, ou plus précisément, il se conclut sur une épître à Madame de Duras, Marguerite de Gramont, qui joue à la fois comme d’une dédicace postposée et comme d’une conclusion du livre dans son ensemble. Dans la disposition originale, celle-ci répondait alors à l’avis Au lecteur qu’elle confirmait par une variation sur les mêmes termes. L’avis liminaire et la dédicace finale constituaient ainsi une cornice, au sens narratif et formel du terme, dans laquelle le livre était inséré et trouvait sa cohérence.

Madame, vous me trouvastes sur ce pas dernierement que vous me vinstes voir. Par ce qu’il pourra estre, que ces inepties se rencontreront quelques fois entre vos mains : je veux aussi qu’elles portent tesmoignage que l’autheur se sent bien fort honoré de la faveur que vous leur ferez. Vous y recognoistrerez ce mesme port, et ce mesme air, que vous avez veu en sa conversation. Quand j’eusse peu prendre quelque autre façon que la mienne ordinaire, et quelque autre forme plus honorable et meilleure, je ne l’eusse pas faict : car je ne veux tirer de ces escrits, sinon qu’ils me representent à vostre mémoire au naturel. (II, 37 : 823)

  • 14 Voir R. Ritter, Une amie de Montaigne, Mme de Duras, “BSAM”, IX, 1967, pp.  29-38.

Madame de Duras14 est invoquée dans trois fonctions, celle de patronne de Montaigne, au sens social du terme, celle de destinataire et de dédicataire d’un chapitre dont elle avait suivi l’élaboration, celle enfin de lectrice du livre à venir, dans les mains de laquelle « ces inepties se rencontreront». Ces trois fonctions se recoupent : avec d’autres Dames nommées ailleurs, Madame de Duras garantissait la qualité, et mieux encore, la véracité de la représentation au naturel et non flattée que Montaigne prétendait donner de lui-même en tant qu’auteur.

10L’on ne connaît rien ou peu de chose de la culture lettrée de Mme d’Estissac ou de Mme de Duras, qui les rendait capables de lire les Essais, voire de dire leur mot sur leur élaboration. On connaît mieux de ce point de vue les dames citées dans le premier livre. La dédicace du chapitre « De l’institution des enfans» est adressée à Diane de Foix, devenue comtesse de Gurson par son mariage avec son cousin Louis de Foix. Montaigne, qui appartenait à la clientèle des Foix, lui rend un hommage de nature féodale, par lequel il confirme le lien de soumission qui le lie à une lignée, une ancienne maison souveraine, la première de Guyenne, et à une protectrice. Ainsi qu’il le rappelle, il avait lui-même joué un rôle dans ce mariage, qui réunissait les deux branches de la famille. Dans les Essais, il évoque aussi le marié, « un Comte de très bon lieu, de qui j’estoye fort privé» (I, 20 : 103) pour en faire le personnage de l’anecdote principale du chapitre « De la force de l’imagination», et dans « De l’art de conférer», en une claire allusion, il lui rend hommage comme à son initiateur à la lecture des Histoires de Tacite. Diane de Foix elle-même conjuguait le prestige de la naissance et de la culture. Elle était issue « d’une race lettrée» (1, 25 : 154). En 1576, Pierre de Brach lui avait dédié son recueil des Poèmes, et elle avait en personne « savouré la douceur» des lettres. Cet éloge par Montaigne ne confirme pas seulement un lien avec la maison de Foix, il précise le patronage qu’il pouvait attendre d’elle et la nature même de son livre. Dans une argumentation codée, fondée sur les lieux rhétoriques du genre, il rappelle que le texte développe une « fantaisie contraire au commun usage», qu’il propose à Mme de Foix, à l’occasion de sa grossesse et de la venue au monde de l’enfant qu’elle porte, pour qui il trace un programme d’éducation princier. Le propos lui avait été suggéré par un familier, un premier lecteur non nommé, qui avait eu l’occasion de voir en manuscrit le chapitre qu’il avait consacré au pédantisme.

  • 15 Voir R. Ritter, Philibert de Gramont (1552-1580), in Mémorial du Ier congrès international des étu (...)

11La dédicace du chapitre contenant les sonnets de La Boétie est adressée à Corisande d’Andouins, vicomtesse de Louvigny. Celle-ci, devenue comtesse de Guissen ou de Guiche en 1567, par son mariage avec Philibert de Gramont, était aussi la belle-sœur de Madame de Duras, à qui Montaigne dédia le chapitre conclusif du livre II15. La dédicace adressée à Corisande d’Andouins célèbre celle-ci pour son goût en matière de poésie. Elle est différente des précédentes, dans la mesure où elle introduit non pas un texte de Montaigne, mais un texte d’un autre auteur, inséré dans les Essais, où il est destiné à remplacer le Discours de la Servitude volontaire que Montaigne prétendait ne plus pouvoir publier. Cette dédicace se rattache explicitement à des publications antérieures, de même qu’elle révèle la complexité de l’élaboration d’un livre, dont l’origine a été moins simple et moins univoque que ne le reconnaît Montaigne. Dix ans plus tôt en effet, il avait publié une première édition réunissant les œuvres laissées par son ami, en un recueil dont la dédicace générale était adressée à M. de Lansac, mais qui portait plusieurs dédicaces particulières. Un premier recueil de poésies françaises était dédié à Paul de Foix. Celui-ci était un parent de la comtesse de Gurson, ainsi que le rappelle Montaigne, qui justifie ainsi sa dédicace à celle-ci. De surcroît deux textes traduits de Plutarque par La Boétie, étaient adressés à deux dames : d’une part, une lettre Sur l’institution du mariage, adressée à Madame de Roissy par l’entremise de l’époux de celle-ci, le célèbre Henri de Mesmes, et d’autre part une Lettre consolatoire, que Plutarque avait dédiée à son épouse, et que Montaigne, sur ce modèle, dédiait à Françoise de La Chassaigne, sa propre épouse, au moment où le couple venait de perdre un enfant. Ce court texte, en dépit de son intention privée, n’est pas à négliger en termes plus généraux : il confirme Montaigne en héritier de La Boétie, il déplore la « nouvelleté», cause des guerres de religion qui ruinent la France, il définit le contexte d’une culta amicitia de tradition lettrée dans lequel se déploie une œuvre, qui alors se réduisait à des travaux d’édition et de traduction, et à laquelle son épouse est associée. Celle-ci joua plus tard un rôle décisif dans la publication posthume des Essais.

  • 16 Voir J. Balsamo, Montaigne, le sieur de Poyferré et la comtesse de Guiche : documents nouveaux, “M (...)

12Le recueil des sonnets de La Boétie publié dans les Essais se rattache à cette suite, et sa dédicace se justifie d’autant plus que le manuscrit avait été transmis à Montaigne par le sieur de Poyferré, intendant et homme de confiance de la comtesse de Guiche16. Comme tel, il avait peut-être fait l’objet d’une première publication séparée, sous forme imprimée, ou en un manuscrit de présentation, aujourd’hui perdu. Sur l’Exemplaire de Bordeaux et sur la copie qui servit à l’édition posthume, Montaigne supprima ce recueil de son livre, sans toutefois faire disparaître la dédicace et le chapitre qui la contient : un chapitre, non pas vide, mais réduit à cette seule dédicace, qui valait désormais par elle-même, comme le témoignage public et réitéré de la relation privilégiée entre la comtesse et Montaigne. Il s’agissait d’une relation de nature politique. En février 1588, l’ambassadeur d’Angleterre à Paris notait l’arrivée de Montaigne dont il précisait :

  • 17 Voir Ph. Desan, Montaigne cit., p. 482.

Il est un grand favori de la comtesse de Guiche qui gouverne, dit-on, le roi de Navarre à sa guise, et qui est une femme très dangereuse et qui gâte la réputation du roi dans le monde entier car il est tout assoté d’elle17.

Ces textes sont plus que des dédicaces particulières. Ils mettent en lumière un rôle collectif. Il s’agit en premier lieu d’une autorité politique pour laquelle agissait Montaigne. Par le jeu de ses dédicaces, Montaigne révélait de façon ostentatoire dans son livre ses liens avec les Foix, les Gramont et les Duras, pour des premiers lecteurs qui savaient déchiffrer la signification de tels liens. La fidélité de nature encore féodale, déjà confirmée par son père lui-même dans la clientèle des Duras, s’infléchissait en un clair engagement dont son livre porte le témoignage. En évoquant publiquement la faveur de l’amitié dont le gratifiait Mme de Duras, ou la « servitude» qui le liait à la comtesse de Gurson, il ne manifestait pas une vanité nobiliaire ; il se rattachait à un camp. En 1580, lors de la première édition des Essais, ce sont bien les liens de Montaigne avec le parti royal et catholique en Guyenne, hostile au roi de Navarre qui étaient mis en évidence. Cet engagement prit un sens différent dans les années qui suivirent, lorsque Montaigne, devenu maire de Bordeaux, était au service de la politique royale et suivait le maréchal de Matignon. Il s’appuya alors sur Corisande d’Andouins, devenue la maîtresse du roi de Navarre, pour jouer un rôle d’intermédiaire entre le maréchal et celui-ci. Mais en 1588, dans la nouvelle édition des Essais, alors que le roi de Navarre était devenu le prétendant légitime au trône de France et que se posait pour Montaigne comme pour tous les gentilshommes catholiques la question du ralliement, il continuait de rappeler publiquement son lien avec l’époux défunt de la comtesse, que Navarre avait poursuivi de sa haine :

Je fus entre plusieurs autres de ses amis, conduire à Soissons le corps de monsieur de Gramont, du siège de La Fère où il fut tué. (III, 4 : 880)

  • 18 Les Essais, III, 4, p. 871.

Au début du même chapitre « De la diversion»18, ainsi que le suggère la disposition du texte, il est probable que la dame évoquée par Montaigne et qu’il avait la charge de consoler était liée au comte : il s’agissait soit de sa sœur, Mme de Duras, soit plus probablement de son épouse, la comtesse de Guiche. La diversion qui avait permis à celle-ci de se consoler et dont il louait les effets, faisait l’objet d’une allusion qui n’était pas dépourvue d’ironie.

  • 19 M. Fumaroli, ‘Animus’ et ‘Anima’ : l’instance féminine dans l’apologétique de la langue française (...)
  • 20 Les Essais, II, 37, p. 826.

13À côté de leur rôle politique, les dédicaces adressées à ces dames illustrent le rôle collectif de ce que l’on pourrait désigner comme une autorité de jugement et de valorisation, une instance féminine19. Montaigne lui soumet son livre, dans le détail de certains chapitres, comme, de façon plus générale, il lui soumet le projet moral qui l’anime et qui engage sa propre personne. La dédicace adressée à Mme de Duras évoque précisément une telle instance, devant laquelle il a « pris la peine de plaider cette cause», en l’occurrence son opposition à la médecine20. La comtesse de Guiche de son côté est célébrée pour son jugement en matière de poésie :

Il est peu de dames en France, qui jugent mieux, et se servent plus à propos que vous, de la poësie. (I, 28 : 202)

C’est aussi devant un tribunal que Montaigne convoque les dames auxquelles il s’adresse. Il les appelle comme des témoins de moralité qui le connaissent. Elles garantissent la véracité du portrait qu’il trace de lui-même, sa bonne foi, la franchise de sa parole. Leur condition et leur rang ne permettra pas qu’on mette en doute leur témoignage. Enfin, leur prestige éclaire par réfraction le livre de Montaigne, comme celui-ci bénéficie du prestige que lui vaut le fait d’être accueilli dans la conversation et l’intimité de ces Dames.

  • 21 J. de La Taille, Saül le Furieux. La Famine ou les Gabéonites, éd. E. Forsyth, Paris, STFM, 1968, (...)

14Ces dédicaces s’éclairent dans le cadre plus vaste d’un patronage féminin, actif dans les années 1570-1580 et qui rattache les Essais à d’autres œuvres littéraires, en langue française, dues à des gentilshommes, en particulier dans le genre alors nouveau de la tragédie, et tout particulièrement la tragédie héroïque à sujet sacré. Le sujet biblique était un parfait garant du genre en termes de moralité, il donnait un sens à la représentation du malheur des princes ; il permettait même d’inverser la représentation du malheur par des exemples positifs, celui de femmes fortes, luttant pour libérer leur peuple de l’oppression. En 1566, Antoine de Rivaudeau dédia sa tragédie Aman à Jeanne d’Albret, reine de Navarre, en développant l’argument topique de l’avarice des princes qui ne protègent pas les lettrés dans le besoin ; par contraste, il se présentait lui-même comme un gentilhomme aisé, hors de tout besoin, cultivant son loisir lettré, et en particulier les lettres grecques. Il célébrait la dédicataire comme une « amie des savants, savante et vertueuse», de laquelle il n’avait rien à solliciter sinon de réserver le meilleur accueil à sa pièce. En 1572, Jean de La Taille, un autre gentilhomme protestant dédia le discours « De l’art de la tragédie» qui introduit Saül le furieux à une princesse catholique, Henriette de Clèves, duchesse de Nevers, que le poète appelle sa Muse, « celle qui presque seule de nostre aage favorise les arts et les sciences», et sous la « faveur du nom» de laquelle il présentait publiquement son œuvre. Dans son traité, La Taille expliquait les lois du genre, afin que la princesse pût y prendre plaisir, il insistait sur l’effet suscité par la représentation d’un sujet pitoyable, hors de l’ordinaire, par son excès et par la dignité des personnes concernées : le malheur des grands, les « piteuses ruines des grands Seigneurs», et surtout, il prenait pour cible les « ignorants de Cour», la frange non lettrée de la noblesse, qui restait vouée à l’art de la guerre et qui trouvait son seul divertissement dans les activités physiques. L’année suivante, La Taille adressa à Marguerite de Valois, reine de Navarre une seconde tragédie, La Famine ou les Gabéonites. Dans sa dédicace, le poète dramaturge revendiquait à nouveau sa qualité noble. La pièce qu’il présentait ne servait pas à appuyer une demande de protection, elle entrait dans un échange de patronage et de distinction : « [je] ne pretends que l’honneur pour recompense à ma vertu»21. La tragédie s’inscrivait, plus nettement encore que la précédente, dans le contexte des guerres de religion, avec lequel son sujet offrait une analogie : la famine menaçait à son tour le royaume de France, comme elle avait menacé Israël. Le poète demandait à la reine de Navarre d’aider son époux à « faire cesser la Guerre», dont il décrivait en termes émouvants les dommages. Dans cette adresse, La Taille se dégageait de tout engagement partisan, « quelque occasion, raison, ou beau pretexte que puisse alleguer l’un et l’autre party», et il retrouvait l’inspiration pacifiste d’un Érasme. Il répondait à l’objection qui lui avait été faite et qui correspondait alors au discrédit qui pesait sur le genre, peu compatible par sa gravité avec l’agrément de la cour, à qui elle déplaisait. Le risque était bien que la tragédie, par son sujet, attristât ses spectateurs ou ses lecteurs. La Taille démontrait que, ce faisant, elle répondait bien à un besoin. Elle avait pour fin de faire pleurer les princes, afin qu’ils s’accordent au malheur de leurs peuples, qu’ils en prennent conscience et ne vivent pas dans une joie artificielle. La tragédie avait la valeur d’une admonition : en les faisant pleurer, fût-ce par des larmes superficielles versées à l’occasion d’un spectacle feint, elle leur donnait un avertissement politique, et peut-être même pouvait détourner de leur tête la menace du châtiment divin. Seul un gentilhomme d’épée, et non pas un pédant de collège, pouvait donner cet avertissement.

15Enfin, en 1580, Abel L’Angelier, le libraire qui allait donner aux Essais toute leur dimension, publia une autre tragédie à sujet sacré, Holopherne d’Adrien d’Amboise, adressée à Jeanne de Scépeaux, fille du maréchal de Vieilleville. La pièce représentait l’exploit de Judith libérant le peuple juif. La dédicace était surtout l’occasion pour Amboise de faire l’éloge de sa protectrice et de sa belle-sœur, dont les qualités étaient comme réfléchies par le sujet de la tragédie. L’intérêt principal de la pièce est de constituer, sous un patronage féminin, une des premières tentatives catholiques de tragédie sacrée, dans l’ambition de récupérer un genre jusqu’alors illustré par les protestants. Pour réussir, cette tentative devait s’appuyer sur la protection de la cour et en particulier des dames, séduites par le choix d’un sujet à leur honneur, la célébration d’une « femme forte».

16Ces dédicaces adressées à dames de la cour illustrent des relations personnelles de protection et de clientélisme, ainsi que le rôle particulier, mais non pas exclusif, dévolu aux dames dans les usages nobiliaires français de la protection et du patronage, voire de la commande. Seul La Taille évoque une autorité féminine sur la langue française et son bon usage. De façon générale, ces dédicaces déterminent un mode de lecture, à travers l’analogie entre le sujet de la pièce et la dédicataire. Les dames de la cour ont pu goûter le genre tragique, une fois que celui-ci avait été libéré de ses origines scolaires et pédantes. Elles l’ont encore mieux goûté, dans le contexte des guerres de religion, une fois qu’on leur eut expliqué le plaisir contradictoire qu’elles pouvaient tirer des larmes et de la représentation d’une héroïne en larmes. Elles ont surtout été séduites par la portée édifiante d’un genre qui leur offrait le miroir de leurs propres vertus. Les Essais, dans le même contexte, leur tendaient un miroir analogue.

  • 22 Les Essais, II, 10, p. 428.

17Dans un ajout tardif au chapitre « De la presumption», Montaigne pose la question du lecteur : « Pour qui escrivez-vous ?» (II, 17 : 696). Il précise une question qui n’avait cessé de le hanter depuis la première édition, publiée une dizaine d’années plus tôt, pour lui donner finalement une réponse restrictive : « j’escris mon livre à peu d’hommes» (III, 9 : 1028). Lui-même, qui se représentait en lecteur désinvolte, définissait en revanche avec exigence le lecteur qu’il souhaitait pour son livre, en réclamant de lui non seulement de la bienveillance mais une attention de chaque instant. Il invoquait le « suffisant lecteur», capable de découvrir « des perfections autres que celles que l’autheur y a mises et apperceues» (I, 23 : 132), de savoir décrypter les secrets d’une écriture complexe, fondée sur les citations, les emprunts, les traductions cachées. La définition bien connue du bon lecteur que Montaigne appelle de ses vœux22 et qui justifie qu’il poursuive la rédaction et la publication de son livre écartait par contraste un mauvais lecteur, ou « indiligent», le lecteur superficiel, qui se tient aux apparences de la lettre, mais aussi le docte ou le pédant, ceux « qui ne connoissent autre prix que la doctrine» (II, 17). Montaigne instituait son lecteur comme un partenaire, dans une conversation civile, rendue possible par le biais de son livre, en dépit de l’éloignement des lieux et du temps. Cette figure de lecteur, sans cesse affinée, se précise dans une relation nostalgique avec l’ami disparu, La Boétie, comme si le livre publié était le substitut capable de remplacer la parole vive. La conversation proposée avait pour fin une nouvelle forme d’amitié fondée sur une double reconnaissance : le lecteur finit par connaître intimement l’auteur, sujet et objet d’un livre qui a été pour lui un long processus de connaissance de soi sur un mode socratique ; l’auteur témoigne en retour une reconnaissance anticipée à ce lecteur capable de le connaître, il le met en valeur et le célèbre comme une instance dont il reconnaît le jugement.

  • 23 Voir A. Legros, Montaigne et Gournay. En marge des “Essais”. Trois petites notes pour quatre mains(...)

18Après la mort de Montaigne, les Essais allaient poursuivre une brillante carrière éditoriale, rendue possible grâce aux soins conjugués d’un grand libraire parisien, qui en fit la pièce maîtresse de son catalogue, des Dames de Montaigne, mère et fille, soucieuses de faire connaître l’œuvre de leur époux et père, ainsi que Marie de Gournay, qui faisait le lien entre Montaigne, la famille de celui-ci et son l’éditeur. Du vivant de l’écrivain, elle avait été associée à la révision du texte des Essais. Elle laissa dans les marges de l’Exemplaire de Bordeaux les traces de cette collaboration sous la forme de notes de sa main, prises sous la dictée de Montaigne23. Plus tard, elle prit en charge la préparation et le suivi de l’édition posthume, en assumant de ce fait un rôle inhabituel dans les usages éditoriaux français de l’époque. Elle se chargea de préparer la copie d’imprimeur à partir de la transcription de la copie d’auteur que lui avait fait parvenir Mme de Montaigne, elle suivit l’impression du texte en assurant la correction des épreuves et en portant à la main d’ultimes corrections sur de nombreux exemplaires une fois le tirage achevé. Elle se rendit ensuite à l’invitation de la famille de l’écrivain, à Montaigne, où elle séjourna une quinzaine de mois, mettant à profit ce séjour pour réviser le texte qu’elle avait édité en le collationnant sur le manuscrit original. Ces nouvelles corrections servirent à établir la seconde édition posthume, publiée en 1598.

19Le rôle de Marie de Gournay représente l’autorité d’une instance différente, de nature éditoriale et critique. Toutefois, sa lecture des Essais était bien plus profonde et compréhensive que l’approche philologique et typographique du texte permettant son édition. Dans un sonnet adressé à Montaigne, publié en 1594, mais qui avait été composé six ans plus tôt, en 1588, elle traçait l’histoire de sa découverte de l’œuvre et décrivait les effets que cette lecture avait suscités en elle :

  • 24 M. de Gournay, A Monsieur de Montaigne sur les Essais, v. 9 et 11, in Le Proumenoir, Paris, L’Ange (...)

Toy qui par la beauté des Essais admirables, […] Me ravis dès le bers l’âme et la volonté24.

20Marie de Gournay amplifia le récit de sa première lecture dans la longue préface qui ouvrait l’édition posthume qu’elle avait procurée. Il s’agissait de la première réflexion critique consacrée aux Essais, dans une intention apologétique destinée à répondre aux reproches qui leur étaient adressés, mais qui jouait aussi comme une apologie personnelle de l’éditrice et, de façon plus discrète, comme une protestation féministe. Marie de Gournay cherchait à justifier le travail qu’elle avait accompli en garantissant en même temps l’authenticité du texte qu’elle éditait. À cette fin, elle assumait la persona de la parfaite lectrice, dans le cadre d’une construction célébrant le livre et son lecteur idéal, un lecteur également éloigné, selon les termes de Montaigne, des doctes et des « âmes communes». Elle se désignait elle-même comme une de ces âmes « réglées et fortes», seule digne de lire les Essais et que la lecture confirmait comme telle, avec la caution d’un autre lecteur célèbre, Juste Lipse.

  • 25 Id., Préface, in Les Essais cit., p. 4.

On estoit prest à me donner de l’hellebore, lors que, comme ils [les Essais] me furent fortuitement mis en main au sortir de l’enfance, ils me transissoient d’admiration, si je ne me fusse à propos targuée de l’éloge que ce personnage [Juste Lipse] leur avoit rendu dez quelques années, m’estant monstré lorsque je vis premièrement leur autheur mesme, que ce m’est tant gloire d’appeler Père, après qu’ils m’eurent fait souhaiter deux ans cette sienne rencontre, avec la vehemente sollicitude que plusieurs ont cognue et nul sans crier miracle25.

  • 26 Ivi, p. 1322.

L’histoire de ce passage relatant la lecture des Essais révèle sa portée symbolique. Dans l’édition de 1598, Marie de Gournay le supprima, avec l’ensemble de la longue préface qui ouvrait l’édition posthume. Elle remplaça celle-ci par un simple avis au lecteur, dans lequel elle rétractait « cette Preface, que l’aveuglement de [s]on aage, et d’une violente fievre d’ame [lui] laissa n’aguere eschapper des mains»26. Toutefois, cette rétractation n’était qu’apparente. Non seulement, le nouvel avis au lecteur renforçait en termes éthiques la position de Marie de Gournay qui proclamait : « je suis assez généreuse pour advouer ma foiblesse», mais elle confirmait aussi son autorité par l’évocation d’une « specialle alliance avec le mort». De surcroît, le passage supprimé fut repris sous forme autonome, comme le récit d’une expérience fondatrice, d’une vocation et d’une carrière, dans les œuvres personnelles de celle qui à son tour était devenue un auteur reconnu. Ce même passage, modifié et adouci, accompagna la suite des éditions des Essais qu’elle procura entre 1617 et sa mort en 1645, et qui assurèrent la réception posthume de l’œuvre de Montaigne.

21Ce développement était une réponse à Montaigne, déterminée par un ajout porté dans le chapitre « De la presumption», où il avait défini le bon lecteur. Confirmant une véritable transmission de père à fille, fût-ce une « fille d’alliance», Marie de Gournay pouvait prétendre être seule capable de comprendre les Essais aussi intimement que leur propre auteur, en raison de l’étroite familiarité qu’elle avait entretenue avec lui, et en particulier, de comprendre le style nouveau que celui-ci avait adopté, illustré par la rédaction complexe du texte dont le manuscrit avait été adressé à L’Angelier. En somme, Marie de Gournay répondait « pour moi» à la question que posait Montaigne, « pour qui escrivez-vous ?». Cette réponse était provocante. Elle instituait un véritable droit moral sur les Essais. Mais cette réponse, si présomptueuse en apparence, est à lire, ainsi qu’elle le suggère, en même temps que la préface tout entière, en étroite relation avec un ultime ajout porté par Montaigne dans le même chapitre « De la presumption», l’éloge qu’il faisait de sa « fille d’alliance» :

Le jugement qu’elle fit des premiers Essays, et femme, et en ce siècle, et si jeune, et seule en son quartier, et la vehemence fameuse dont elle m’ayma et me desira long temps sur la seule estime qu’elle en print de moy, avant m’avoir veu, c’est un accident de très digne considération. (II, 17 : 701)

  • 27 Voir J. O’Brien, Gournay’s Gift : A Special Presentation Copy of the 1595 Essais of Montaigne, “Th (...)

Ce passage, qui apparaît pour la première fois dans l’édition posthume, ne figure pas sur l’exemplaire de Bordeaux. Consciente du mauvais usage que pouvaient en faire ceux qui la jalousaient et cherchaient à la déconsidérer, Marie de Gournay le retoucha par la suite, tout en confirmant son origine et sa place dans les Essais27.

  • 28 Les Essais, III, 9, p. 1026.

22Montaigne célèbre Marie de Gournay à la fin d’une prosopographie, réunissant les « plus notables hommes» de son siècle et les « gens suffisans et de vertu non commune». Il la célébrait sous deux aspects conjoints. Marie de Gournay était la parfaite amie ; elle assumait une forme de relation dont les Essais louaient la perfection, mais dont les femmes, jusqu’alors, avaient été exclues. Cette amitié reposait sur le miracle de la lecture, et Marie de Gournay était la parfaite lectrice. La lecture l’avait conduite du livre à son auteur, le jugement qu’elle avait fait du livre lui avait fait juger puis immédiatement aimer son auteur. Elle accomplissait la lecture d’amitié, celle précisément que Montaigne avait définie comme la seule lecture pertinente, une lecture capable de susciter le désir d’une rencontre personnelle28. Elle contribuait, par son exemple, à révéler la force d’attraction du livre. Ainsi définie, la lecture ne ressortit pas à un usage savant ; elle n’a rien de philosophique, rien de sceptique, même si elle met en jeu le jugement. Elle est conçue et vécue comme une expérience affective, comme un échange gratifiant, fondé sur l’admiration, par lequel le lecteur, ou plus exactement ici la lectrice, découvre et reconnaît la grande âme de l’auteur, et ce faisant, révèle une âme d’une trempe égale à la sienne, seule à même de comprendre celui-ci et de l’admirer, dans un échange d’une parfaite égalité.

23Antoine de Laval, un des doctes que Marie de Gournay avait visés dans sa longue préface, qualifiait celle-ci d’« hyperbole de femme passionnée et aveugle» dans une note portée dans la marge de son exemplaire des Essais. On pourrait ainsi être tenté de caractériser cette lecture qu’elle y développe comme une lecture féminine des Essais, par opposition à une lecture docte, réfléchie – et masculine –, en lui rattachant ce qui peut apparaître comme son excès, sa prévention et son enthousiasme, un défaut que Montaigne lui-même attribuait aux mères :

Cet appetit desreglé et goust malade, qu’elles ont au temps de leurs groisses, elles l’ont en l’ame, en tout temps. (II, 8 : 420)

Ce serait oublier qu’une telle lecture était celle d’une « fille» et que non seulement les Essais la permettaient, mais que Montaigne l’avait sollicitée de façon pressante dans ses derniers ajouts. Elle est la conséquence du portrait séduisant qu’il avait tracé de lui-même en homme de bien. Cette lecture se justifiait dans la mesure où elle était positive et gratifiante : c’est cette lecture féminine qui a rendu possible l’édition du livre dans sa forme définitive et en a assuré le succès, fût-ce pour permettre aux doctes de le lire sur un mode moins empathique.

Notes

1 Voir M. McKinley, Montaigne on Women, in Ph. Desan, The Oxford Handbook of Montaigne, Oxford University Press, New York, 2016, pp.  581-599.

2 Les Essais, I, 22, p. 113 ; II, 8, p. 408 ; II, 6, p. 395.

3 Ivi, III, 9, p. 1020.

4 Ivi, III, 5, pp.  898-899.

5 Ivi, III, 3, p. 866.

6 Ivi, II, 16, pp.  668-669.

7 Un exemplaire au chiffre de la reine Elizabeth I d’Angleterre est conservé à la BnF. Le livre a pu être offert à l’occasion des fiancailles de la reine et du frère du roi Henri III, venu en Angleterre en 1581 et 1582 ; voir G. Guilleminot-Chrétien, Michel de Montaigne, “Essais”, in M.-H. Tesnière (dir.), Trésors de la Bibliothèque nationale de France, vol. 1, Mémoires et merveilles viiie - xviiie siècle, 1996, p. 151.

8 Voir V. de Soultrait, Six Siècles de littérature française. xvie siècle, t. II, Genève, 2017, pp.  48-50.

9 M.-N. Matuszek, La Bibliothèque de Marguerite de Valois, in I. de Conihout et al. (dir.), Henri III mécène, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, pp.  273-292.

10 Voir J. Balsamo, Marguerite de Valois, Montaigne, l’Apologie de Raymond Sebond, in La Cour de Nérac au temps de Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, Albineana, 24, 2012, pp.  224-255.

11 Voir A. Boase, Montaigne annoté par Florimond de Ræmond, “Revue du Seizième siècle”, 15, 1928, pp.  237-278, et P. Bonnet, Une nouvelle série d’annotations de Florimond de Ræmond aux “Essais” de Montaigne, “BSAM”, X, 1959, pp.  9-23.

12 Voir R. Trinquet, En marge des “Essais” : la vraie figure de Mme d’Estissac ou les pièges de l’homonymie, “BHR”, XVIII, 1956, pp.  23-36.

13 Les Essais, I, 22, p. 114 et p. 1374, note.

14 Voir R. Ritter, Une amie de Montaigne, Mme de Duras, “BSAM”, IX, 1967, pp.  29-38.

15 Voir R. Ritter, Philibert de Gramont (1552-1580), in Mémorial du Ier congrès international des études montaignistes, Bordeaux, 1963, Bordeaux, Taffard, 1964, pp.  136-145.

16 Voir J. Balsamo, Montaigne, le sieur de Poyferré et la comtesse de Guiche : documents nouveaux, “Montaigne Studies”, XVI, 2004, pp.  75-92.

17 Voir Ph. Desan, Montaigne cit., p. 482.

18 Les Essais, III, 4, p. 871.

19 M. Fumaroli, ‘Animus’ et ‘Anima’ : l’instance féminine dans l’apologétique de la langue française au xviie siècle, “xviie siècle”, LXCIV, 1984, pp.  233-240.

20 Les Essais, II, 37, p. 826.

21 J. de La Taille, Saül le Furieux. La Famine ou les Gabéonites, éd. E. Forsyth, Paris, STFM, 1968, p. 93.

22 Les Essais, II, 10, p. 428.

23 Voir A. Legros, Montaigne et Gournay. En marge des “Essais”. Trois petites notes pour quatre mains, “BHR”, LXV, 2003, pp.  613-630.

24 M. de Gournay, A Monsieur de Montaigne sur les Essais, v. 9 et 11, in Le Proumenoir, Paris, L’Angelier, 1594, f. G9.

25 Id., Préface, in Les Essais cit., p. 4.

26 Ivi, p. 1322.

27 Voir J. O’Brien, Gournay’s Gift : A Special Presentation Copy of the 1595 Essais of Montaigne, “The Sevententh Century”, DOI : 10.1080/0268117X.2014.974068

28 Les Essais, III, 9, p. 1026.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search