Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nuove solitudini

 | 
Matteo Majorano

Mettere in rete la solitudine

La critique littéraire sur le web: plus libre et plus propice au débat d’idées

Anne-Sophie Demonchy

Résumé

Jusqu’à présent, la presse traditionnelle a eu tendance à pratiquer les coteries et les connivences qui empêchent une certaine objectivité dans la critique littéraire. Certaines personnes, dont je fais partie, et qui sont passées rapidement par la presse traditionnelle, ne se sont pas reconnues dans ces pratiques. Grâce à Internet, on a pu proposer autre chose, autrement. L’avantage d’Internet et des blogs comme je le conçois c’est que l’on est indépendant. Je ne collabore avec personne, ne rends de compte à personne, ne réclame de publicités auprès d’aucun éditeur afin de garder une indépendance totale. Parce que je suis libre de mon temps, je peux publier quand je le souhaite. Le web permet de multiples possibilités que ne peuvent pas offrir les magazines papiers. Premier avantage du web: l’archivage et la possibilité pour un internaute de consulter la critique d’un livre quand il le souhaite, quelle que soit la date de publication de la critique ou du livre. Tous les billets sont à la disposition de l’internaute à tout moment. Les liens entre les articles de son blog, et des réseaux avec d’autres sites permettent également d’élargir le champ de réflexion. Enfin, c’est le travail beaucoup plus solitaire qui distinguera un blog d’une rédaction de presse traditionnelle. On avance seul, on tente une expérience en solitaire même si on est lié les uns aux autres par ces fameuses arborescences et liens entre blogs.

Texte intégral

1Pourquoi se lancer dans l’aventure du web? Pourquoi pratiquer la critique littéraire non pas dans la presse traditionnelle mais sur Internet?

2Jusqu’à présent, la presse traditionnelle a tendance à pratiquer les coteries qui empêchent une certaine objectivité dans la critique littéraire. Le milieu de la presse parisienne est petit: journalistes, éditeurs et auteurs se connaissent voire se confondent. Des connivences se créent si bien qu’il devient difficile pour un critique de juger librement un texte s’il en connaît l’auteur.

Quand certains journalistes se contentent des argumentaires des éditeurs

3Étudiante, je rêvais de devenir journaliste littéraire. Pour me frotter à la réalité, j’ai fait un stage au «Figaro Littéraire». Je cite ce supplément, mais cela aurait été à coup sûr le même constat au «Monde», à «Libération» ou dans «Les Inrockuptibles». Très vite, j’ai déchanté. Il n’était pas rare de voir un journaliste se contenter de reprendre l’argumentaire d’un livre pour écrire son papier, un autre encenser un livre qu’il disait détester. Un auteur comme Bernard-Henri Lévy, par exemple, est un incontournable et surtout intouchable. À l’époque, et de surcroît au «Figaro», il n’était pas question de faire l’impasse sur l’une de ses publications ni d’émettre la plus petite réserve.

4Cette expérience fut enrichissante, mais, du haut de mes 20 ans, j’ai vu mon rêve de devenir journaliste littéraire s’envoler. Je ne voulais pas rentrer dans ce système. Je ne voulais pas cautionner ce manège. Jusqu’au jour où j’ai découvert Internet et les blogs.

Du blog au «Magazine des Livres»

5En deux clics, j’ai créé mon blog, «La Lettrine», en référence aux Lettrines de Julien Gracq. Je savais que les portes du journalisme littéraire ne m’étaient pas ouvertes, n’étant pas dans le sérail et surtout, je ne souhaitais pas faire de compromission. Mon idée première fut d’une part d’aborder les romans de la rentrée littéraire et d’autre part de traiter des dessous de l’édition.

6J’ai très vite été contactée par le rédacteur en chef du «Magazine des Livres» et par David Abiker qui, à l’époque, tenait une chronique sur les blogs sur «France Inter». Ces deux rencontres ne m’ont pas permis d’abandonner mon poste d’enseignante pour me consacrer à mon blog; ne rêvons pas, le blog littéraire n’est pas une activité très rentable. Il suffit, d’ailleurs, de constater que la littérature tient de moins en moins de place dans les magazines et journaux pour s’en convaincre. Mais ces rencontres m’ont encouragée à poursuivre cette activité.

7Paradoxalement, j’ai accepté de collaborer au «Magazine des Livres». J’ai pu faire des enquêtes sur le milieu de l’édition. Ces enquêtes publiées dans le «Magazine des Livres» se sont ensuite poursuivies sur mon blog.

L’escroquerie d’une agence littéraire sur Internet

8Si Internet offre une plus grande liberté pour parler de littérature, c’est aussi un espace où les arnaques sont possibles. Une année, j’ai fait une enquête sur les agents littéraires. Un agent m’a signalé qu’une agence sur Internet escroquait les auteurs en herbe en leur soutirant de l’argent sans leur garantir d’être publiés bien sûr mais sans leur indiquer surtout avec quels auteurs et éditeurs elle collaborait. J’ai fait mon enquête auprès de cette agence et en ai rendu compte sur mon blog. Aussitôt, l’avocat de l’agence a contacté mon hébergeur et mon site a été fermé sans autre forme de procès. Heureusement, j’ai pu compter sur plusieurs soutiens: François Bon a été le premier à réagir, David Abiker m’a interviewée sur «France Info» et de nombreux blogs ont repris l’information. Finalement, après avoir retiré le nom de cette fameuse agence, mon blog a pu être rouvert et j’ai pu continuer de bloguer. Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. De nombreuses victimes de cette agence m’ont contactée pour me faire part de leurs mésaventures. Tous avaient envoyé un manuscrit, puis payé l’agence et n’avaient plus eu de nouvelles. Ces gens ont pu se retrouver sur mon blog pour échanger leurs expériences et s’organiser pour porter l’affaire devant la Justice. Au final, l’Agence a été condamnée et a mis la clef sous la porte.

9Outre que je tire une certaine satisfaction de l’issue de cette affaire, je suis convaincue également qu’une enquête sur cette agence dans la presse traditionnelle n’aurait pas intéressé le grand public. Ce qui fonctionne sur Internet ne fonctionne pas toujours dans la presse et inversement.

Un blog pour défendre d’autres lectures

10Le web permet de multiples possibilités que ne peuvent pas offrir les magazines papiers. D’abord, le blogueur est libre de lire ce qu’il veut et d’écrire un ou plusieurs billets sur ce livre en autant de signes qu’il le souhaite, ce qui n’est malheureusement pas possible dans un journal traditionnel. Certains auteurs sont incontournables. Dans une rentrée littéraire, il n’est pas concevable pour un magazine de faire l’impasse sur les grosses pointures de l’édition. Me concernant, cela n’est pas un critère. Étant seule, je ne peux pas tout lire, je n’ai pas le temps. Je dois donc faire des choix. Subjectifs évidemment.

11Un blog oriente les internautes. Il se veut prescripteur. Mais, au vu de la quantité de blogs et de sites existants, je ne me sens aucunement obligée de lire des livres dont tout le monde parle. J’ai même un certain penchant pour les auteurs dont on parle peu comme Claude Chambard, Jérôme Lafargue, Romain Verger, Éric Vuillard, Olivier Deck… Hélas, ces auteurs, malgré leurs qualités littéraires indéniables, passent quasi toujours à la trappe parce qu’ils ne sont pas connus, pas médiatisés…

12Il n’est évidemment pas question de n’aborder que des romans inconnus. Je suis avec beaucoup d’intérêt des auteurs comme Antoine Volodine, Annie Ernaux, Emmanuel Carrère, Sylvie Germain, Pierre Jourde, Jean Rouaud…

La différence entre la critique web et la critique traditionnelle

13Quand on connaît mal la pratique du Web, on se demande comment se retrouver dans cette masse d’informations. Avec un blog en libre accès, tous les billets sont archivés et disponibles aux lecteurs. Ainsi, un internaute a la possibilité de retrouver et consulter un billet qui date de plusieurs années grâce aux moteurs de recherche. Quand le journal papier est soumis à l’actualité de l’édition (derniers livres publiés) et est limité par le support (une critique publiée en chasse une autre la semaine suivante), le blog offre au contraire une plus grande souplesse: tous les billets sont à la disposition de l’internaute à tout moment.

14La création de liens entre les billets de son propre blog et ceux d’autres sites est un autre avantage du web. Cela permet ainsi d’élargir le champ de la réflexion, de proposer d’autres pistes de lectures, ou de points de vue sur un même sujet. Ce sont ces connexions qui sont intéressantes et offrent ainsi un déploiement des connaissances, un suivi des auteurs, des courants... Cette arborescence est ce qui distingue la critique web de la critique traditionnelle.

Les risques de retomber dans les travers de la presse traditionnelle

15La pratique du blog, telle que je la conçois, est une activité solitaire. Contrairement à ce qui se pratique de plus en plus, je ne participe pas à des chaînes de livres, ne m’impose pas de défis collectifs. Cet aspect ludique et convivial du blog ne m’intéresse pas. Ce n’est pas du dédain, c’est simplement un manque d’intérêt pour cette pratique. Et d’ailleurs, avec les années, les services marketing des maisons d’édition ont bien compris le profit qu’il y avait à tirer des blogs littéraires. Ainsi, pour promouvoir un livre d’une piètre qualité parfois, on nous propose de recevoir plusieurs exemplaires du livre. Maître du jeu ensuite, le bloggeur organise un concours pour faire gagner ces livres. Autre pratique que je réprouve tout autant: des attachées de presse organisent un petit déjeuner entre blogueuses (je précise) et un (je précise toujours) auteur. Finalement, on retombe dans les travers que je dénonçais au début de mon intervention. Les blogs désormais intégrés dans le circuit sont sollicités comme les autres médias.

16Parce que je ne supporte pas ces pratiques, je me tiens à distance et préfère bloguer seule. Cet isolement est le prix de la liberté. Je ne parle pas de la liberté de conspuer un auteur, de dénigrer ou de semer des rumeurs sur le milieu de l’édition. Non, je parle de la liberté d’écrire sur les sujets littéraires qui m’interpellent, la liberté de ton, de rythme de publication, la liberté de changer de ligne éditoriale…

17Au-delà de la solitude, le blog est un lieu d’échange et de partage. Grâce au blog des rencontres se font, des échanges virtuels peuvent se poursuivre dans la réalité, des débats peuvent avoir lieu… Tenir un blog, c’est tenter de proposer autre chose, d’aborder des sujets littéraires et des œuvres ignorés des grands médias. Bloguer, c’est refuser tout diktat ou compromission pour, au contraire, se consacrer à notre sujet: la littérature.

© Quodlibet, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540