Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nuove solitudini

 | 
Matteo Majorano

Mettere in rete la solitudine

La communauté des lecteurs à l’œuvre sur le web

Abeline Majorel

Résumé

La lecture est souvent décrite comme un vice solitaire. Elle est pourtant ontologiquement vouée au partage. L’expérience de lecture suscite discussion autant que réflexion. Elle est constructive et sociale.
Considérée comme un marqueur social vertical hiérarchisant, la lecture tend à l’horizontalité constitutive d’Internet dans son traitement sur ce média. Les réseaux sociaux du livre qui se multiplient sur le web ont bien compris l’envie de s’identifier autant que de partager du lecteur. L’expérience de lecture, pour subjective qu’elle est, devient légitime et légitimée par la publication et l’expression de celle-ci sur les blogs et autres plateformes sociales. En étudiant le profil du lecteur-bloggeur, il est possible de mettre en place des dispositifs de partage structurant des communautés. Il existe plusieurs types de communautés par goût, par relation, par thématique, par service.
Nous nous proposons d’étudier une communauté réunie par besoin et par défi: un besoin de découverte et de recommandation qualifié et un défi, celui de couvrir éditorialement le plus de publications romanesques possibles dans un but de partage. Cette communauté nous l’avons démarchée, recrutée et finalement unie, autour d’un projet qui est le site chroniquesdelarentreelitteraire.com, dont nous cristallisons chaque année les produits lors du Grand Prix Littéraire du Web.
Unis par la volonté de fournir la visibilité sur le web d’au moins une expérience de lecteur à chaque roman publié, l’internaute peut ensuite valoriser sa propre expérience, en votant pour le Grand Prix Littéraire du Web. Toutefois, les résultats des expériences précédentes nous ont permis de conclure que le goût du lecteur était souvent méconnu par les influenceurs institutionnalisés. C’est de cette expérience et son fonctionnement que nous traiterons.

Texte intégral

1Par sa gestuelle, ses habitudes, l’acte même de déchiffrer des signes, le lecteur n’est jamais seul. Il est communauté. Son interprétation d’un texte est individuelle, elle lui est propre, mais, même isolé du monde, le fait de lire le place dans la grande communauté de l’humain. Lire est une expérience sociale, une valeurtemps de communion. L’auteur par son acte d’écrire se confronte à son individualité, à son expérience, il est seul. Le lecteur jamais. Il partage déjà, il dialogue avec l’auteur. Comme l’a dit Michel Houellebecq, «le lecteur doit faire 50% du travail». Intervenir sur la thématique des nouvelles solitudes en tant que lecteur peut donc paraître, pour le moins, déplacé. Intervenir sur cette même thématique, en tant que créatrice et, donc, ce qu’on appelle community manager, d’un site tel que Chroniquesdelarentreelitteraire.com, peut sembler l’être encore plus.

2Écrire est une expérience solitaire, vouée au partage. Si lors du processus de création l’auteur est souvent seul, sa publication le confronte au monde. Publier c’est aller à la rencontre de l’autre, c’est espérer faire en lui écho. Mais publier, c’est aussi entrer seul dans l’arène du monde littéraire, avec ses lecteurs mais aussi ses critiques, et, sur la table des libraires, ses concurrents en consommation et confrères dans l’esprit. Pour aller à la rencontre des lecteurs, il faut un jour, les avoir convaincus de vous lire, de vous emprunter en bibliothèque ou de vous acheter chez un libraire, de vous voler chez un ami. L’exception française des rentrées littéraires crée une solitude particulière de l’auteur à l’intérieur même de la communauté des auteurs. Qui dira la solitude extrême de celui qui publie son deuxième roman? En effet, le traitement médiatique des romans privilégie les auteurs confirmés ou la sensation du premier roman. En période de rentrée littéraire environ 700 ouvrages se disputent les places sur les tables des librairies, autant qu’une place d’élu par une communauté de lecteurs spécifiques que sont les prix littéraires. Comment alors être distingué, préféré pour un auteur? En donnant à lire le meilleur de lui-même, me direz vous. Certes, mais est-ce suffisant? Combien d’auteurs exigeants, puissants, n’ont rencontré le public qu’après une vie de misère et de solitude, devenant des désespérés tels Léon Bloy? Comment faire entendre sa voix? Et en tant que lecteur, comment choisir la voix qui vous mènera dans un autre monde que le votre, et vous guidera loin de vous-même? Qui élire pour entrer dans son intime de lecteur?

3Consciente du besoin de dialogue de ces deux acteurs du livre et désirant rendre concret un espace de rencontre, j’ai imaginé un dispositif unique qui s’est cristallisé dans un site qu’est Chroniquesdelarentreelitteraire.com. J’ai imaginé ce projet mue par l’insatisfaction de la lectrice que je suis, face au traitement médiatique traditionnel forcément non exhaustif, faute d’espace d’une part, ou faute de choix pertinents voir impertinents. Ce média Chroniquesdelarentréelittéraire.com bénéficie de cet autre média, extrêmement contemporain qu’est Internet, et n’aurait pas été possible sans lui. Mon seul but était de favoriser le dialogue, celui avec l’auteur et celui entre lecteurs. Car, si lire est un dialogue silencieux, cet acte entraîne souvent l’envie de partage, plus large. Se crée alors une communauté de solitudes imposées, où la conversation repose déjà sur une affinité élective. La blogosphère littéraire n’est que cette «communauté de solitudes imposées» selon l’expression d’Alberto Manguel, qui bénéficie de supports virtuels. Chroniquesdelarentreelitteraire.com n’est qu’une des expressions de cette conversation.

4Pour vous donner le principe directeur du site, je peux le résumer ainsi: un roman, une chronique c’est-à-dire un auteur, son lecteur. Chroniquesdelarentreelitteraire n’est qu’un support de médiation pour ce dialogue. Parce que je pense, que tous les auteurs méritent de bénéficier de cette conversation autour d’une expérience de lecture, que cette conversation soit polémique, positive, émotive ou critique, elle est en tout cas à mes yeux, nécessaire. Pour couvrir médiatiquement une rentrée littéraire de 700 ouvrages et donc offrir cette possibilité conversationnelle à chaque auteur, il faut au minimum 150 lecteurs, ce qu’aucune rédaction ne peut s’offrir aujourd’hui. Le crowdsourcing, méthode qui, comme son nom l’indique, rend l’internaute actif en faisant appel à lui pour fournir le contenu, dans un esprit collaboratif, est la méthode que j’ai utilisée. Il prend en compte un des principes de fonctionnement du web qui est l’horizontalité, c’est-à-dire la non-hiérarchisation des internautes actifs, sorte de méritocratie d’un genre nouveau. Avant de revenir au fonctionnement de Chroniquesdelarentreelitteraire, je voudrais définir ce qu’est pour moi un blog.

5Un blog, c’est évidemment d’abord un CMS, c’est-à-dire une interface informatique médiatisée. Nous en connaissons plusieurs, ceux libres de tout droit comme Wordpress, ou ceux inférés à des entreprises d’hébergement, comme overblog, ou ceux adossés à des médias, comme lemonde.fr. Sur cette interface, un lecteur produit des post, autrement dit des billets, qu’il illustre, relie à d’autres, retrouvant ainsi la nature rhizomique du livre dont parlait Deleuze, bref il partage puisqu’il publie. Un blog, c’est aussi une animation des contenus sous forme de débat via les commentaires. Mais plus ontologiquement si je puis dire, qu’est-ce qu’un blog? Un blog, c’est une trace. Une trace, c’est d’abord une empreinte, une marque de passage, donc une action, celle de publier pour un blog. C’est aussi un indice, une petite quantité. Cette acception peut faire référence aux billets de longueurs diverses certes mais qui n’ont pas le poids quoiqu’il en soit d’un livre. Mais elle peut faire aussi référence aux indices que laisse un bloggeur sur lui-même, dans ces publications, préférant en général écrire à la première personne, appliquant ainsi une des notions essentielles du web social, héritée de Lacan, l’extime. Mais une trace, c’est aussi en géométrie, un lieu d’intersection. Le blog est un nœud d’interactions qui se cristallise par les commentaires laissés par les internautes. Le phénomène de la trace n’est pas autonome, il n’a pas d’existence propre, au plan ontologique du moins, la trace n’existe donc qu’en rapport à autre chose, elle est de l’ordre de la représentation, ne prend sens que sous le regard de qui la déchiffre. Un blog est donc une trace puisque là aussi, il ne prend sens que dans l’œil du lecteur, de l’internaute qui accordera son attention pour déchiffrer le parcours dans son extime de lecteur que lui propose le bloggeur littéraire. Si l’on devait procéder par analogie, je pourrais dire que le paradigme indicidiaire de Carlo Ginzburg, est une manière de théoriser le blog. Le blog relève donc de la dimension sociale de la lecture, c’est-à-dire le SU. C’est un document, qui est à la fois mémoire et transaction, fait pour la transmission. Une trace, une archive. Donc, comme l’a dit Marc Bloch, un «opérateur par excellence d’une connaissance indirecte».

6Un blog, c’est surtout un bloggeur littéraire. Si l’on devait mettre en place une sociologie du bloggeur littéraire, on pourrait dire qu’il est un elle. Comme 78% des acheteurs en librairie sont des femmes, d’après les études du SNE, 80% des bloggeurs littéraires sont des bloggeuses. Leur profil pourrait être ainsi résumé: femme de plus de 30 ans, ayant fait des études supérieures, exerçant des professions la classant dans ce qu’on appelle les CSP + (catégorie socio-professionnelle supérieure), lisant en moyenne plus de 12 livres par an, ce qui en fait une frange relativement exceptionnelle de la population puisque, d’après les études, seulement 10% des Français lisent autant. Pour reprendre un classement fait par Bookrepublic, une librairie italienne, classifiant ses lecteurs en quatre catégories, soit:

  • les lions, des lecteurs insatiables, qui lisent tout ce qui est à leur portée;

  • les lynx, qui ratissent large dans une grande catégorie de livres mais qui ont un territoire plus restreint plus élitiste;

  • les renards qui sont des lecteurs à l’affût des bons plans avant de retomber dans un sommeil léthargique de consommation;

  • enfin, les hyènes qui ne prennent que ce qui passe à leur portée en chapardant. Je dirais que le bloggeur littéraire, la bloggeuse littéraire est une lionne raffinée. Ses goûts de lecture sont éclectiques, varient avec le temps, l’envie, l’humeur, voire même avec la nature, la ligne éditoriale choisie pour son blog.

7Si l’on reprend la classification donnée par Dominique Viart, on pourrait dire que 100% des bloggeurs littéraires publient sur de la littérature consentante, c’est-à-dire du côté de l’imagination romanesque, de la répétition du connu, 70% d’entre eux, sur de la littérature concertante, c’est-à-dire dans le cliché culturel du moment, et 30% d’entre eux sur de la littérature déconcertante, c’est-à-dire la littérature qui déplace l’attente, qui échappe au préconçu, qui s’extraie du régime de la consommation pour signifier le réel. Le post de blog nécessite une certaine régularité, une ligne éditoriale se dessine souvent au fil du temps. On pourrait dire que la ligne éditoriale du bloggeur littéraire dépend de son extime, de l’expression de celui-ci, de sa volonté de faire «DifférAnce», selon l’expression de Derrida, c’est-à-dire de temporiser et se distinguer, d’extérioriser son humanité.

8De toutes les natures de la critique, seule la critique universitaire bénéficie rarement du support d’un blog, sans doute pour une question de temporalité. La critique journalistique – comme Pierre Assouline, par exemple, ou Didier Jacob – bénéficie d’un nouvel espace sans limitation de signes, de temps, de contraintes de publication, avec la possibilité de corriger ses erreurs n’importe quand, et avec un ton, une plume plus alerte, plus libre, car moins sacralisée que la publication papier. La critique d’auteur comme l’a fait Éric Chevillard bénéficie des mêmes avantages. La critique d’humeur est bien sûr reine sur le web. Notons qu’elle le fut longtemps dans les journaux, comme, par exemple, avec les Chroniques d’Alexandre Vialatte dans «La Montagne», dont le nom de mon site s’inspire.

9Un blog est un parcours de lecteur partagé aux yeux de tous, c’est une lecture cumulative. «Noter nos impressions sur Hamlet après notre relecture annuelle reviendrait à rédiger notre autobiographie puisque dès que nous en savons plus sur la vie, Shakespeare commente ce que nous en savons», a dit Virginia Woolf. Elle aurait pu annoter Shakespeare tous les ans sur un blog.

10Vous ayant défini ce qu’est un blog à mes yeux, un blog seul, avec un auteur unique, je vais maintenant vous détailler le dispositif de Chroniquesdelarentreelitteraire.com et de son corollaire, le Grand Prix Littéraire du Web. Chroniquesdelarentreelitteraire.com est, donc, un média sur Internet qui offre un espace d’expression à cet «archipel de lecteurs insomniaques», pour citer encore Manguel, que sont les bloggeurs littéraires autant que les auteurs.

11Sur une même plateforme, classées en trois catégories qui sont romans français, romans étrangers, premiers romans, vous trouverez publiée une chronique au minimum sur chaque roman paru, qui nous est parvenu. Sur une rentrée littéraire d’environ 700 romans, nous collectons donc environ 400 chroniques, ce qui n’est certes pas exhaustif mais qui fournit déjà aux lecteurs en recherche de recommandation, un panorama relativement complet. Pour ce faire, nous nous posons en acteur d’intermédiation entre tous les membres de la chaîne du livre. Je reçois donc les ouvrages que me font parvenir les éditeurs, parfois même les auteurs. Ces romans sont ensuite distribués par mes soins aux bloggeurs littéraires, gratuitement. En effet, en me posant en intermédiaire, je garantie une liberté de ton aux bloggeurs qui n’étant pas en contact direct avec les éditeurs, peuvent livrer leur expérience de lecture sans crainte ou barrière, autres que celles de la nécessité d’argumenter et de s’en tenir au respect de la loi. Les bloggeurs littéraires participant à Chroniquesdelarentreelitteraire.com ont tous été contactés par mes soins. J’entretiens avec chacun d’eux soit des relations épistolaires régulières, soit, pour ceux qui sont parisiens, des relations de rencontre physique, puisque les bloggeurs parisiens viennent chercher les livres à mon bureau. Je peux ainsi mieux satisfaire leur demande de lecteurs en connaissant leurs goûts. C’est ce qu’on appelle le community management qualitatif, et qui peut aussi se traduire en de fastidieux tableaux Excel puisque plus de 300 bloggeurs participent à Chroniquesdelarentreelitteraire. Je précise aussi que ce community management n’est possible que lorsqu’un lien de confiance et de reconnaissance entre le community manager et les bloggeurs est créé. En tant que community manageuse de ce site, les bloggeurs m’accordent leur confiance parce que je lis autant qu’eux, voire plus, puisque je chronique environ quarante romans par rentrée et en lis le double.

12Les bloggeurs ont ensuite en charge de produire une chronique qui doit rentrer dans le cadre fixé par le site dans les plus brefs délais. Lorsque je dis cadre, il faut y voir quelque chose de non directif, en effet, cela peut se dire ainsi: pas de chronique de moins de 3500 signes, la mise en valeur de leur expérience de lecture, des arguments libres, le ton qu’ils choisissent à condition de rester dans les cadres de la loi. Cette chronique est donc d’abord publiée sur mon support pour des questions de référencement naturel de Google, avant d’être un peu plus tard publiée chez eux, ce qui permet ainsi une double vitrine d’exposition.

13La sociologie des bloggeurs de Chroniques est assez similaire à celle de la blogosphère en général. Notons que des auteurs comme Vincent Wackenheim ou Tristan Ranx sont d’assidus participants. Des lecteurs très avertis comme David Vauclair fondateur du prix de l’Inaperçu font aussi partie de l’aventure. Des bloggeuses littéraires dites influentes comme Alexandra Kozslewski, membre de plusieurs jurys de prix comme celui de «L’Express» ou de «Elle». Des journalistes comme Christophe Bys et moi-même. Le lien entre tous se fait par la lecture et moi-même qui gère cette communauté, ce qui est loin d’être une expérience solitaire. Le lecteur peut donc trouver sur Chroniquesdelarentreelitteraire un panorama des sorties, agrémenté d’expériences de lecture, pouvant l’aider dans son choix. C’est ce qui s’appelle de la recommandation intermédiée. Il peut aussi participer à la conversation en laissant des commentaires dont il faut reconnaître la valeur dans l’éphémérité, comme nous l’avons fait pour le cinéma. Mais il peut aussi être actif en distinguant les romans, par un système de vote. Il exprime ainsi son besoin de dialogue avec l’auteur, en lui signifiant via notre site, son envie de le préférer. Ce système de vote a été mis en place dès le début du site pour donner naissance au Grand Prix Littéraire du Web, sur lequel nous reviendrons.

14Nous recevons en moyenne quatre demandes de participation par semaine de la part de bloggeurs, et régulièrement les auteurs commentent eux-mêmes ou nous contactent pour être chroniqués. Le but est bien sûr qu’aucun roman ne soit complètement inaperçu dans le paysage littéraire français. Au cours du mois, les bloggeurs nous font savoir, et les lecteurs aussi, les romans qui leur semblent intéressants, nous permettant ainsi d’éditorialiser le site via la rubrique “Coups de cœur”. Je réalise aussi des séries d’interviewes d’auteurs qui, soit selon mes envies de partage de lectrice soit selon celles des bloggeurs, méritent, si je puis dire, une mise en valeur particulière. J’ai ainsi réalisée la première interview de Kathryn Stockett en France ou celle d’Éric Vuillard ou Gonçalo Tavares. Nous implémentons aussi dans nos posts les vidéos produites par les auteurs, ou les éditeurs, les liens vers leur site. Notre partenariat avec Curiosphere.tv nous permet aussi de faire de la recommandation à valeur éducative.

15Le Grand Prix Littéraire du Web prend donc sa source sur Chroniquesdelarentreelitteraire, que je viens de vous décrire. Sur chaque chronique les internautes votent. Dans les trois catégories à la fin de la saison soit en novembre les deux années précédentes, et en mars cette année, cinq romans sont choisis par vote. C’est donc la communauté la plus large de lecteurs qui effectue ce choix, puisque c’est une communauté de lecteurs non choisis, non sélectionnés, les lecteurs du quotidien.

16C’est aussi un prix entièrement transparent puisque le choix n’est effectué selon aucune sélection de départ sur un panel quasi exhaustif d’ouvrages, et avec un système de vote où tout le monde peut participer. Un vote, un choix, pris en compte statistiquement par le CMS de Chroniquesdelarentreelitteraire et qui nous donne les 5 sélectionnés par catégories. Les 15 romans sont ensuite lus par un jury tournant chaque année, de participants et de partenaires de Chroniquesdelarentreelitteraire.

17Après délibération, dont le compte rendu est public, le Grand Prix Littéraire du Web est décerné. Il a valeur de recommandation certes, mais aussi de découverte. Si l’on regarde le palmarès de l’année dernière, nous pouvons voir l’utilité de ce prix sur deux catégories en particulier: le roman étranger avec Kathryn Stockett et le Grand Prix Spécial du Jury. En effet, en novembre de l’année dernière, le roman La couleur des sentiments a été primé soit bien avant toute couverture par les médias, bien avant 8 mois plus tard, le Prix Elle des lectrices. Or, ce même roman est en tête des classements de vente depuis décembre de l’année dernière. Cela démontre que la fonction de bouche à oreille est mise en valeur et décelable par le web et particulièrement par un dispositif comme Chroniquesdelarentreelitteraire. Quand à Gonçalo Tavares, écrivain déconcertant et exigeant, les lecteurs l’ont primé avec ravissement. Ce qui permit à Pierre Assouline, 4 mois plus tard, de citer notamment des passages de l’interview, de notre interview, pour parler du sien, de ravissement. Preuve que contrairement à la pensée dominante qui veut que le bloggeur ne sache pas lire de la littérature déconcertante, le bloggeur littéraire est ouvert et fonctionne par étapes cumulatives de lecture.

18Notre dispositif est en voie d’amélioration puisque nous mettons en place cette année, une journée de remise de prix un peu particulière, puisqu’elle se fera en réseaux, via le réseaux des cantines, qui sont des espaces ouverts de réflexion numérique et de coworking partout en France, simultanément donc à Paris, Toulouse, Rennes, Toulon, Strasbourg. Lors de cette journée, auteurs, lecteurs, se rendront dans un lieu qui, pour la journée, sera dédié à la littérature et se rencontreront.

19Nous mettrons en place aussi cette année un espace sur Chroniquesdelarentreelitteraire, pour le livre numérique. Et je voudrais terminer cette intervention par ce point qui me semble une interrogation pour tous présents ici, pour l’avenir. Le livre change, le livre numérique homothétique prend de plus en plus de place. Des lecteurs peuvent d’ores et déjà les chroniquer, les apprivoiser. Mais la recherche sur le texte ne se fait pas que dans l’homothétie. Regardons les expérimentations d’un Philippe Bootz par exemple, ou celle que fit Éric Chevillard sur son blog. Comment la critique s’empare-t-elle, s’exerce-t-elle sur un texte épars, médiatisé, qui doit autant à la technique d’écriture qu’à l’informatique? Le lecteur ne peut conceptualiser sa critique qu’avec des outils, que souvent les universitaires ont pensé, avant d’atteindre le public. Comment le livre de demain bénéficiera-t-il d’un retour critique? Sous quelle forme celle-ci devra-t-elle s’exercer? C’est à cette question que j’attends votre réponse.

© Quodlibet, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr