Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nuove solitudini

 | 
Matteo Majorano

L’état des choses

Matteo Majorano

Texte intégral

1Au début des années quatre-vingt-dix en Italie, l’étude de la littérature française du présent comptait quelques adeptes qui partageaient souvent cette tâche avec celle sur la littérature des autres saisons, considérées, celles-ci, comme consolidées par le temps. Nul n’envisageait que les incursions dans la prose d’une extrême actualité puissent devenir un domaine scientifique autonome. À la limite, on considérait ces “digressions” occasionnelles comme un appendice de la littérature du XXème siècle, comme l’expression d’une certaine excentricité de la part de qui s’y consacrait. Les promoteurs solitaires de tentatives extratemporelles étaient, à l’époque, retenus des scientifiques marginaux, dont les ambitions seraient sans avenir.

2Au contraire, vivait en eux la conviction qu’un critique littéraire digne de ce nom pouvait mesurer ses capacités réelles non seulement dans les textes d’auteurs consacrés par le temps – il y en avait déjà beaucoup qui le faisaient –, mais aussi dans les pages d’écrivains dont les qualités étaient encore toutes à découvrir, à évaluer et à documenter, en courant les risques que comporte toute véritable aventure dans une terre inconnue. Dans une production narrative de plus en plus surabondante dont la quantité était dictée par la loi d’un renouvellement perpétuel (sans tenir trop compte de la qualité), il s’agissait de distinguer rapidement, ce qui durerait de ce qui ne le ferait pas, ce qui était significatif de ce qui ne l’était pas. Exercice difficile, mais nécessaire.

3Au bout de toutes ces années, le cadre a vraiment changé en Italie (comme, d’ailleurs, en France, en Europe et outre-Atlantique): la littérature de l’extrême contemporain a acquis une physionomie précise et une évidente autonomie; les spécialistes qui s’y consacrent, en nombre réduit au départ, se sont faits nombreux et travaillent souvent exclusivement sur ce secteur; leur état civil se distribue désormais sur trois générations (les initiateurs, les premiers disciples et les plus jeunes adeptes); sur cette matière, on dispose désormais d’une imposante quantité de travaux scientifiques; différents sites spécifiques, eux-mêmes l’expression de groupes de recherche, sont aujourd’hui actifs; les Institutions nationales préposées à la recherche scientifique ne semblent pas insensibles aux résultats obtenus jusqu’ici dans ce domaine d’études et soutiennent, des plus différentes façons, les projets de recherche sur la littérature contemporaine. Les résultats obtenus pourraient faire oublier les difficultés passées, engendrer un sentiment de satisfaction et donner envie d’une gestion tranquille de l’existant. Ce n’est pas ainsi qu’on avance: il s’agit d’une science jeune et, donc, fragile. La tâche qui incombe aux spécialistes semble celle de raisonner sur l’avenir de ce terrain de recherche et de l’organiser de manière adéquate.

4C’est à nous que revient la préparation des dix prochaines années, un temps long, qui, pour ce qu’il y a à faire, passera rapidement. Une double mission nous attend: consolider cet espace de connaissance et améliorer la collaboration entre les protagonistes. Quant au renforcement de l’identité de la discipline, la nécessité de développer le débat théorique sur les coordonnées qui régissent la littérature de l’extrême contemporain semble évidente. Cette dernière dispose, d’ailleurs, déjà de quelques piliers solides comme, par exemple, une histoire littéraire de référence, mais pas encore d’une réflexion organique adéquate sur les fondements de ce nouveau savoir.

5Cependant, ce programme n’épuise pas les tâches qui nous attendent. Le renforcement de ce domaine scientifique exige aussi la prise de conscience et la préparation du renouvellement générationnel des spécialistes. Il s’agit d’une opération complexe, qui ne peut pas s’inscrire dans un automatisme quelconque. Au contraire, il semble indispensable, dans ce domaine, d’avoir des objectifs à moyen et à long termes, des stratégies, des protagonistes de qualité et des modèles d’organisation adéquats.

6Le travail à accomplir est complexe, risqué et il ne nous permet pas de nous enfermer dans nos habitudes et dans la logique de la survivance. Dans cette phase, nous ne pouvons pas nous permettre de fermer les portes aux vrais talents, aussi irréguliers et rebelles soient-ils. Bien au contraire, il faudra avoir le courage d’aller les chercher même hors des murs de la “citadelle”, partout, sans, pour cela, nous vouloir jeunes à tout prix et politiquement correct. En effet, nous tous, nous avons l’expérience de nombreux jeunes terriblement vieux qui singent sereinement le passé. La jeunesse n’est pas garantie par un certificat de naissance, mais par des comportements qui ignorent le conformisme et la peur du nouveau. Il faut des chercheurs capables – comme l’affirme Karl Mannheim – de «désirer ce qui n’a pas encore été obtenu».

7Si notre objectif ne relève pas d’une présence somnolente, nous devons oser et être concrets. Le futur n’attend pas. Cette collection, «Ultracontemporanea», veut être l’outil de multiples volontés et d’un seul projet.

© Quodlibet, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540