Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Il ritorno dei sentimenti

 | 
Matteo Majorano

L’écriture-monde : M. de Kerangal

Valeria Gramigna

Résumé

L’écriture de Maylis de Kerangal analyse les sentiments, tout d’abord celui de “se sentir vivant”, en prise directe avec le réel. Les sentiments sont pris dans le tourbillon de la vie et semblent constituer une expérience “externe”. Cherchant à cerner les impasses intimes de la société d’aujourd’hui, l’écriture de Maylis de Kerangal, rapide, scandée par la virgule, avec des effets de heurt, rassemble en un seul mouvement réel et fiction pour dire le monde. Le réel qui émerge est un réel “créé”, le réel de la fiction, dans le cadre d’un texte en train de s’écrire, qui traverse le présent avec un regard lucide sur la complexité des sentiments et des rapports humains. Ainsi, l’écriture se fait lieu de l’observation et de la discussion autour de l’acte d’écrire, en même temps qu’un outil de réflexion sur quelques traits de la prose de l’extrême contemporain.

Texte intégral

  • 1 Maylis de Kerangal, Naissance d’un pont, Verticales, Paris 2010, p. 69. Le roman a reçu le Prix Méd (...)
  • 2 Naissance, p. 31.
  • 3 Maylis de Kerangal, La vie voyageuse, Verticales/Le Seuil, Paris 2003, p. 83. Dorénavant, l’œuvre s (...)

1« Construire un pont est encore une source d’allégresse, même dans un trou pourri comme Coca […] ce qui l’excitait, lui, c’était l’épopée technique, la réalisation des compétences professionnelles au sein d’une mise en branle collective, ce qui le passionnait c’était la somme de décisions contenue dans une construction, la succession d’événements courts rapportée à la permanence de l’ouvrage, à son inscription dans le temps. Ce qui le mettait en joie, c’était d’opérer la validation grandeur nature de milliers d’heures de calculs»1. C’est à partir de cette tâche à réaliser dans une ville imaginaire de l’ouest américain, nommée Coca, que Maylis de Kerangal se met à l’écriture dans Naissance d’un pont : « un ouvrage historique»2, un modèle d’exploration pour rendre compte des rapports entre les individus impliqués dans cette affaire titanesque, des zones d’ouverture et de replis intérieurs qui les fondent. Dans un monde où prolifèrent les moyens techniques de communication qu’en est-il de la rencontre avec l’autre et des sentiments ? Ou bien, pour le dire avec les mots de l’écrivaine dans l’un de ses romans précédents « dans cette ville à haute densité sentimentale, je me suis demandé, justement, ce que devenaient les sentiments»3. Et comment l’écriture parvient-elle à les exprimer ? L’écriture de Maylis de Kerangal, dans ces dernières œuvres, cherche à cerner les impasses de la société actuelle, tout en extrayant de nouvelles formes de construction de soi et de l’altérité par une écriture qui semble rassembler en un seul mouvement réalité et fiction pour dire le monde.

  • 4 Michel Collot, La matière-émotion, PUF, “Écriture”, Paris 1997, p. 20.
  • 5 Maylis de Kerangal, Tangente vers l’est, Verticales, Paris 2012. Dorénavant, l’œuvre sera indiquée (...)
  • 6 Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy, Verticales/Phase deux, Paris 2008. Le roman a reçu le Prix Mu (...)

2La littérature, comme tous les autres arts, s’invente dans une relation avec le monde, tout autant qu’elle s’invente dans une relation avec elle-même. L’inscription d’un individu dans une communauté ne passe-t-elle pas d’abord par l’assimilation d’une façon de travailler, de parler, d’écouter, bref, d’organiser sa relation par rapport à l’autre ? La qualité de leurs gestes et de leurs mouvements peut être le lieu d’un champ de bataille où s’expriment des sentiments, ainsi que des désirs, des valeurs, des idées et des intérêts parfois contradictoires. Dans La matière-émotion, Michel Collot écrit : « L’affectivité n’est […] pas un univers subjectif clos sur lui-même, mais une manière de vivre le monde»4. Ainsi se façonnent de nouvelles représentations et modalités d’être soi autant que d’être ensemble. Croisée par de multiples réflexions historiques, politiques, économiques, sociales, techniques et surtout humaines, l’œuvre de Maylis de Kerangal conjugue l’utopie du travail en commun ou, dans tous les cas, de l’“être ensemble”, et les espaces gris de l’intime, de Naissance d’un pont à Tangente vers l’est5, en passant par La Vie voyageuse et Corniche Kennedy6.

3L’écriture de Maylis de Kerangal semble approcher l’émotion et les sentiments (rage et colère, joie, mais aussi peur, amour, honte, jalousie) en prise directe avec le réel à travers plusieurs de ses thèmes préférés : le sentiment de la perte, les relations entre hommes et femmes, individus et monde.

 

  • 7 Naissance, p. 61.

4Construire un récit en même temps qu’un pont. Faire surgir des boues du fleuve une œuvre d’art. Dans cette ville fictive de Californie, qui est Coca, on érige un pont gigantesque qui devrait relier deux mondes opposés, la ville et la forêt – « Un pont pour entrer dans la forêt et gagner les vallées fertiles au sud-est du massif, un pont pour connecter la ville à la Baie océane»7. Un projet aux proportions immenses qui appelle une foule humaine pressée de se lancer dans cette grande aventure. Des hommes et des femmes venus des quatre coins du monde, autant de destins, de visions, d’attentes, de rêves différents, mais tous réunis par un même désir. Le texte suit l’avancée des travaux à travers l’existence d’une dizaine de personnages. Nous soulignons “une partie” car la narration avance de par une énergie intérieure qui dépasse les parcours individuels au profit de la force de la nature et de celle des hommes, qui luttent contre vents et marées pour “conquérir” la terre et vivre dans ce que le maire de Coca définit « un espace maîtrisé». Menaces de grève, contestations écologiques, tentatives de sabotage, accidents, plans de carrière et rencontres amoureuses, tout cela met en place toute une kermesse de sentiments, plus ou moins intenses, plus ou moins exacerbés, et qui traversent non seulement Naissance d’un pont, mais la plupart de la production de Maylis de Kerangal.

  • 8 Naissance, p. 34.
  • 9 Naissance, p. 27-28.
  • 10 Naissance, p. 83.
  • 11 Naissance, p. 98.

5Le roman est tissé d’histoires individuelles qui s’entremêlent. Parmi les personnages qui se rendent au chantier de partout, dans une atmosphère excitée digne de la course vers l’or – « Une multitude s’avance donc vers Coca, tandis qu’une multitude l’escorte, flux sonore, épais où se mélangent rôtisseurs de poulets, dentistes, psychologues, coiffeurs […]»8, il y en a qui croient aux pouvoirs de la technique comme Summer Diamantis, jeune spécialiste de la production de béton, ou Diderot, le chef de chantier ébloui par « la métamorphose de la matière», ou encore John Johnson, le maire de Coca, dit le Boa, qui souhaite « une œuvre unique». Ouvriers et ouvrières, ingénieurs, soudeurs, grutiers – « toutes sortes de gens se mirent en marche dans la nuit violette et convergèrent vers la ville dont le nom de soda jouait comme mille épingles corrosives dans leur bouche sèche»9 –, ces êtres ont chacun leurs faiblesses, leurs rêves et leurs ennuis. Mais ils sont tous en même temps sans racines, ils ont tout quitté pour aller travailler à Coca. Ils vivent “au” présent, “dans” le présent, “par” le présent, celui du chantier qui s’avère un « espace de vie» pour chacun ; pour d’autres, le bon endroit pour s’y accomplir « Il se plaît dans cette enclave technologique où sa petite taille cesse de le faire souffrir»10 ; pour certains, le seul qui reste pour vivre – « Soren [qui] se sent vivre comme nulle part ailleurs et se fraye un passage entre eux tous»11.

  • 12 Naissance, p. 162.
  • 13 Naissance, p. 221.
  • 14 Corniche, p. 14.

6À eux tous Maylis de Kerangal donne un corps et une âme, bien que chacun ne soit au fond qu’un élément minuscule de la fresque esquissée par l’écrivaine. En effet, ces chemins solitaires dont on ne connaîtra que des fragments, trouvent leur légitimité dans un cadre plus vaste où se heurtent les forces antagonistes de l’Histoire et de la Nature, de la technique et de la matière brute. Le pont, qui doit relier la ville et la forêt, lieu de jonction entre ces deux univers, s’avère le véritable protagoniste du roman. Protagoniste, il l’est dans la mesure où il traverse le texte de la première à la dernière ligne, mettant en scène toute une humanité et ses sentiments ou mieux « [l]a scansion violente des cœurs immergés dans une turbulence commune»12. Le pont, c’est l’effort collectif qui anime cette foule de personnages dont la silhouette perce le texte, à la fois nette et floue. Ils ne se connaissent pas, se frôlent, avec des intentions différentes – les uns sont là pour l’argent, d’autres pour le défi technique, d’autres encore pour fuir une vie dont ils ont voulu changer le cours. Mais tous s’acharnent vers le même but avec la même conscience – « la certitude d’une force, ouais, on reste, le pont c’est nous»13. Le pont, donc, tout comme les calanques de Marseille, dans Corniche Kennedy, qui rassemblaient un groupe d’adolescents, avec leurs jeux et leurs défis, mais animés par un seul but, leur goût de se plonger dans la Méditerranée depuis les hauteurs de la falaise – « Leur corps est incisif, leur âge entre treize et dix-sept, et c’est un seul et même âge : celui de la conquête»14.

  • 15 Naissance, p. 100.
  • 16 Naissance, p. 60.
  • 17 Tangente, p. 15.

7Dépassant Corniche Kennedy par la quantité d’individus impliqués dans l’affaire, l’écriture de Naissance d’un pont est une sorte d’écriture-monde, chorale, menée par une langue aussi précise que poétique, alliant la précision technique et l’emphase lyrique à l’image de l’intensité des sentiments qui animent les personnages. Autour du pont des conflits surgissent entre ceux qui veulent protéger l’environnement – « la chaleur de la communauté contre l’anonymat du préfabriqué, la solitude urbaine et les instincts individualistes»15 et ceux qui soutiennent l’avancée d’un monde globalisé – « Sortir Coca de l’anonymat provincial où elle sommeille tranquille pour la convertir à l’économie mondiale, en faire la cité du troisième millénaire, polyphonique et omnivore, dopée à la nouveauté, dévolue à la satisfaction, à l’expérience de la consommation»16. Ce « meccano gigantesque» devient une sorte de machine immense, au pied de laquelle se déroule une véritable bataille. Pour rendre compte de l’intensité du conflit, l’écrivaine ne conçoit pas seulement une histoire où se jouent des paris, des ambitions, des amours, une attaque et un attentat raté, mais aussi une langue qui cherche à rendre la cacophonie du monde. De par la phrase longue, souvent modulée sur le style de l’oralité, sonore, syncopée, sachant investir différents registres, s’étalant dans l’espace de la page jusqu’à l’envahir, cette langue nous rappelle celle de Corniche Kennedy, qui contournait les obstacles et s’évadait, ou encore celle de Tangente vers l’est, mélange à la fois savant et trivial des tons, où les images, fortes et énergiques, soutiennent une narration concentrée, au comble de sa densité émotive – « La cadence du train, monotone, loin d’ankyloser son angoisse, l’agite et la ravive»17.

  • 18 Naissance, p. 234.
  • 19 Naissance, p. 203-204.
  • 20 Naissance, p. 104.
  • 21 Naissance, p. 76-77.
  • 22 Naissance, p. 18-19.

8C’est justement dans l’écriture qui se joue l’affrontement entre les mondes ainsi que le déploiement des sentiments. De la collision entre les termes techniques, précis jusqu’à l’obsession – celui des travaux publics, « boulonnage-rivetage ou soudure»18, mais aussi celui de la nature – « ils coudoient les murènes barbares, les poissons dragons et les poissons lanternes […] s’émerveillent du corail, collectent des algues étranges […] dynamitent le fond du fleuve, pulvérisent la couche sédimentaire, retaillent les berges, aplanissent les hauts-fonds»19. Avec, au bout du compte, un sentiment de solidarité, la certitude que nous marchons tous sous le même ciel, « à même l’écorce terrestre»20. En effet, par delà le technicisme, la complexité des rapports humains dévoile les sentiments de par l’analyse des rapports de travail entre supérieurs et dépendants, autochtones et ingénieurs, ou des rapports amoureux – « Fille d’acier aux yeux secs… ne pleurait jamais… Elle s’empressa de fuir son obsession de l’amour… décida que l’amour, d’accord, mais pas exagérément… on la trouvait dure, froide, orgueilleuse de s’en tenir à l’autonomie et aux fastes de la solitude»21. La froideur et l’indifférence révèlent une projection à l’extérieur de l’espace intérieur, intime, comme s’il n’y avait pas le temps de s’attarder sur le moi, en prise directe avec la vitesse de la vie – « l’expérience intérieure elle n’est jamais dedans, mâchonne-t-il rieur quand ceux que sa trivialité déçoit le harcèlent pour plus d’intériorité et plus de profondeur, ce n’est pas un repli, c’est une déchirure, et j’aime que ça déchire»22.

  • 23 Naissance, p. 69.
  • 24 Naissance, p. 97.
  • 25 Naissance, p. 123.
  • 26 Naissance, p. 63.
  • 27 Naissance, p. 133.

9D’ailleurs, l’écriture saisit l’intimité des personnages pour en découvrir leurs pensées – « et déjà s’amusait à l’idée de déconcerter son entourage par trop prompt à le complimenter, à l’idée de déjouer son admiration bébête»23 et leur passé – « Dans une autre vie, Soren Cry a vécu à Anchorage Alaska – il en parlerait comme cela, il dirait « dans une autre vie» car ce passé ne lui appartient plus»24, leurs difficultés – « Katherine remarquant que l’eau gicle de ses semelles se dit voilà c’est ça ma vie, ça prend l’eau, ça fuit de partout, ça part en couille, Lewis qui déconne, les enfants qui l’inquiètent»25 et leurs interrogations directes – « Fallait-il désenclaver une ville ou souder deux paysages, fallait-il surseoir à la nature, utiliser ses lignes où s’y incorporer ?»26 – ou indirectes – « on se demande encore quelle tête on aurait, nous, après avoir tracé de la sorte dans le ciel»27.

  • 28 Naissance, p. 74 et p. 82.

10Le récit, pour s’accomplir, fait appel à une série de trouvailles, remplaçant l’abstrait par le concret, le substantif par le verbe, les subordonnées par les coordonnées, volontiers confiées à la virgule. Les constructions sont minutieuses, riches en détails qui pointent sur la relation entre ce que l’on ressent au fond de soi et les gestes ou les actions accomplies – « elle regarde sa montre machinalement, pense demain à la même heure on aura commencé, poursuit sur sa lance, la gorge serrée, le pas de plus en plus ferme, silhouette précise dans le chantier tout propre, la main bientôt en visière à hauteur des sourcils, accélère, se répète les mots de Diderot, les maxillaires tendus par un sourire qui congestionne sa bouche puisqu’elle n’entrouvre pas les lèvres, trop fébrile elle aussi […] une fois à l’intérieur de la cabine, Sanche s’assied dans son fauteuil, le dos bien droit contre le siège, alors effectue sa prise de poste, contrôle le tableau de bord – voyants lumineux, volant, talkies-walkies, écrans et abaques graphiques, anémomètre, boutons-poussoirs –, vérifie les freins et les dispositifs de sécurité, cale ses mains sur les manettes et se concentre»28. Les dialogues sont insérés dans le texte, privés des normes typographiques habituelles, sans plus de retour à la ligne ni de tirets de dialogue. Cela renforce l’impression de hâte dans l’écriture, avec des effets de heurt. Les images se succèdent vite comme si l’auteure écrivait au fil de la plume, passant d’une idée à l’autre. En même temps, une linéarité scripturale se révèle dans le texte, qui mieux s’approche de la vitesse de la perception et de la pensée tout en passant, sans transition, du monologue au dialogue, du récit adressé au récit intérieur.

  • 29 Naissance, p. 162.
  • 30 Corniche, p. 48 et p. 91.
  • 31 La vie, p. 71.
  • 32Naissance, p. 147.

11Dans l’espace du roman, les sentiments se font donc “dans” et “par” la langue. Agir comme sujet immergé dans l’inextricable densité du monde, tel est l’enjeu de l’écriture de M. de Kerangal, évoquant souvent, dans ses œuvres, un événement unique autour duquel convergent des destins différents réunis par un seul sentiment prioritaire, celui de se sentir vivant – « Coca est promesse de grande vie […] On y croise ce qui fait le gros bouillon d’une ville, on y entend les spasmes du béton et la scansion violente des cœurs immergés dans une turbulence commune. Or le secret de ce flow incomparable qui fait ici pulser plus fort le sang dans les artères et perler la sueur au bas des reins»29 –, malgré tout, malgré l’échec, tel que l’on peut observer également dans Corniche Kennedy – « et quand ils sont dans l’air, hurlent ensemble, un même cri, accueillis soudain plus vivants et plus vaste dans un plus vaste monde […] échouée, mais vivante, vivante vivante vivante»30, la peur, l’angoisse tel qu’il nous le suggère La vie voyageuse – « L’angoisse de la perte et de l’oubli me tenaient pourtant bien vivante […] c’était la certitude d’exister quelque part dans son souvenir»31. Car on est toujours du côté d’un “dehors” qui est celui de la vie – « Vingt jours de chômage technique c’est l’angoisse qui prend la tête, le pli au front et le nœud au ventre […] et le voilà dehors, bien vivant, et l’odeur de la nuit sur la peau, dehors dehors dehors, puisque c’est là qu’il faut être»32.

 

  • 33 Marie Thérèse Jacquet, Pour une définition du “sentiment”, in Matteo Majorano (éd.), Il ritorno dei (...)

12La littérature est une force imprévisible de propositions inattendues quant à la question du “sujet”, et il est toujours plus urgent de la cerner dans cet espace de la fiction. Dans ses notations théoriques sur la “notion de sujet”, Marie Thérèse Jacquet remarque : « L’homme de sentiment sera donc celui qui vibrera au contact du monde»33.

  • 34 Thierry Guichard, Prise d’élan, in Dossier Maylis de Kerangal, «Le Matricule des anges», 117, oct. (...)
  • 35 Cf. Luc Lang, Délit de fiction. La littérature, pourquoi?, Gallimard, “Folio essais”, Paris 2011, p (...)

13La relation entre le sujet et le monde est parfois un miroir de la relation entre l’écrivain et ses écrits. Il s’agit bien de créer, ou bien de recréer, un sujet qui éclaircit symboliquement le lien qui nous attache au monde. Dans le dossier de « Le Matricule des anges», consacré à l’œuvre de Maylis de Kerangal, à propos du trait spécifique de son écriture, Thierry Guichard remarque qu’il s’agit d’une « littérature propre à appeler à elle toutes les représentations possibles du réel»34. La matière romanesque est là dans l’éclat du fait, fût-il réel ou bien imaginaire. Dans son essai sur la place de la fiction en littérature, l’écrivain Luc Lang affirme : « Écrire à l’intérieur du fait, dans son opacité, et son mystère et son hasard, humain donc, et fou, fou, imprévisible de l’ordre de la création… parce que c’est tout notre monde que ce geste révèle»35. Son acte éclaire le monde et aussi la propre perception de soi au cœur de ce monde. 

  • 36 Naissance, p. 29.
  • 37 Naissance, p. 108.
  • 38 Naissance, p. 312.
  • 39 Tangente, p. 46.
  • 40 La vie, p. 89.
  • 41 Tangente, p. 15.

14Il n’y a pas d’intrigue à proprement parler dans Naissance d’un pont, sinon celle, passionnante en soi, de l’avancement du projet et des obstacles qu’il rencontre. L’aventure de la construction de ce pont peut se lire comme l’aventure du monde contemporain qui fait appel à un regard lucide sur la société et sur la complexité des rapports humains. C’est tout un monde, « l’odeur de l’humanité»36, qui vit au présent dans cet énorme chantier où la plus grande « émotion est pour ce présent qui s’épuise»37. Pour restituer la complexité technique et humaine d’une telle opération, Maylis de Kerangal multiplie les points de vues, en passant sans cesse du collectif à l’individuel, du “grand” du pont au “petit” des destins personnels, des données chiffrées aux sentiments des personnages. De même que dans Corniche, où l’écrivaine passait des individualités à l’aventure collective, dans Naissance à l’image de la ville démultipliée, de cette “singularité optique” offerte par la construction de ce pont, c’est toute une humanité qui affleure dans ces lignes, à travers les différentes existences qui la composent pour lesquelles, dans tous les cas « Vivre revient à se couler dans le flux du monde, dans son mouvement»38. Dans le « cycle des violences humaines»39 qui permet de saisir cette « précarité des affaires humaines»40, qui traverse l’œuvre de Maylis de Kerangal, jusqu’à Tangente vers l’est, il est essentiellement question de rage et de colère, de peur jusqu’à la terreur « à l’idée de s’enfoncer plus avant dans ce qu’il sait être une terre de bannissement»41, tel qu’elle s’avère chez Aliocha, le protagoniste en voyage sur le Transsibérien, dernier héros de cette humanité à la limite, mais aussi et surtout de « se sentir vivant».

  • 42 Naissance, p. 67.

15Tout en renversant un paysage, une nature et une économie locale, la construction d’un pont, tout comme cette bande d’adolescents se mesurant avec le défi quotidien, nous plonge dans une réalité qui est la nôtre. Et c’est tout cela à la fois que son écriture nous fait toucher. La construction d’un pont comme un résumé de l’époque, avec ce qu’elle réalise en termes d’orgueil, de démesure, de lutte pour plus de profit et de sentiments, de la violence, à la colère “froide” jusqu’à la “folie” de rage, de l’amour passant par la jalousie, la peur “à faire trembler les jambes” et jusqu’au sentiment primordial de se sentir vivant, qui passe par le pont. Le pont est déclencheur de ce sentiment – « Ces notes avaient quelque chose de terriblement émouvant… c’était la description sensible d’un tâtonnement gigantesque et c’était là tout ce qu’il aimait, ça ressemblait vraiment à la vie»42.

  • 43 Antonio R. Damasio, Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions, traduction de (...)

16Dans Naissance d’un pont, Maylis de Kerangal nous a montré la complexité d’un pont ainsi que la précision de sa construction, mais elle a surtout révélé que son travail à elle également relevait d’une mécanique de la rigueur pour atteindre un équilibre entre œuvre (architecturale tel que le pont, ainsi que littéraire tel que le roman) et humanité (par l’approche des personnages et de leurs sentiments). La prose de Maylis de Kerangal, c’est souvent une histoire de personnages, de héros saisis dans leur singularité de sujet. Être un sujet, c’est vivre quelque chose qui fasse histoire et pouvoir la raconter c’est-à-dire être vivant, traversé du temps qui passe, pourvu d’une langue, dire « je» à l’occasion. C’est la narration ressentie du sujet écrivain, c’est réinvestir la réalité, volontiers sur le mode du moi, personnel, ce que « je dis», ce que « je pense», ce que « je ressens». Ce qui se dégage de cette collecte de micro-récits souvent à la première personne, c’est la difficulté de la communication, de la transmission des sentiments. « Témoins de la vie qui va»43, selon l’expression de Antonio R. Damasio dans son essai Spinoza avait raison, tous ces hommes et ces femmes qui disent « je» et racontent leur histoire pourraient être nous, ceux à qui s’adresse maintenant le roman. Ils nous font percevoir le monde comme une longue suite de soucis, d’obstacles, d’accidents, de drames qui relèvent de la nature et de la destinée de la condition humaine.

17Le projet de la construction d’un pont pour relier deux univers lointains s’avère, donc, d’une part, un prétexte pour réfléchir sur les rapports humains et sur les sentiments qui les animent, d’autre part, une métaphore de l’art de la composition d’une œuvre littéraire à l’heure actuelle. Le réel qui surgit de ces lignes est un réel “créé”, le réel de sa fiction, dans le cadre d’un texte en train de s’écrire. C’est une écriture qui saisit sur le vif, beaucoup plus que réaliste, de par une langue qui photographe sans juger et qui manifeste un équilibre entre composition littéraire et humanité des personnages, où les sentiments constituent une expérience “externe”, reliée à l’écoulement de la vie.

Notes

1 Maylis de Kerangal, Naissance d’un pont, Verticales, Paris 2010, p. 69. Le roman a reçu le Prix Médicis et Franz Hessel 2010. Dorénavant, l’œuvre sera indiquée par Naissance.

2 Naissance, p. 31.

3 Maylis de Kerangal, La vie voyageuse, Verticales/Le Seuil, Paris 2003, p. 83. Dorénavant, l’œuvre sera indiquée par La vie.

4 Michel Collot, La matière-émotion, PUF, “Écriture”, Paris 1997, p. 20.

5 Maylis de Kerangal, Tangente vers l’est, Verticales, Paris 2012. Dorénavant, l’œuvre sera indiquée par Tangente.

6 Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy, Verticales/Phase deux, Paris 2008. Le roman a reçu le Prix Murat 2009. Pour le Prix Murat, voir le site http://www.grecart.it. Dorénavant, l’œuvre sera indiquée par Corniche.

7 Naissance, p. 61.

8 Naissance, p. 34.

9 Naissance, p. 27-28.

10 Naissance, p. 83.

11 Naissance, p. 98.

12 Naissance, p. 162.

13 Naissance, p. 221.

14 Corniche, p. 14.

15 Naissance, p. 100.

16 Naissance, p. 60.

17 Tangente, p. 15.

18 Naissance, p. 234.

19 Naissance, p. 203-204.

20 Naissance, p. 104.

21 Naissance, p. 76-77.

22 Naissance, p. 18-19.

23 Naissance, p. 69.

24 Naissance, p. 97.

25 Naissance, p. 123.

26 Naissance, p. 63.

27 Naissance, p. 133.

28 Naissance, p. 74 et p. 82.

29 Naissance, p. 162.

30 Corniche, p. 48 et p. 91.

31 La vie, p. 71.

32Naissance, p. 147.

33 Marie Thérèse Jacquet, Pour une définition du “sentiment”, in Matteo Majorano (éd.), Il ritorno dei sentimenti, Quodlibet, “Ultracontemporanea”, Macerata 2013, p. 23-50.

34 Thierry Guichard, Prise d’élan, in Dossier Maylis de Kerangal, «Le Matricule des anges», 117, oct. 2010, p. 18.

35 Cf. Luc Lang, Délit de fiction. La littérature, pourquoi?, Gallimard, “Folio essais”, Paris 2011, p. 96-97.

36 Naissance, p. 29.

37 Naissance, p. 108.

38 Naissance, p. 312.

39 Tangente, p. 46.

40 La vie, p. 89.

41 Tangente, p. 15.

42 Naissance, p. 67.

43 Antonio R. Damasio, Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions, traduction de Jean-Luc Fidel, Odile Jacob, Paris 2003, p. 142.

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr