Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sentiment végétal

 | 
Marinella Termite

VI. Branches

Texte intégral

1Entre sourdine et fracas, la présence végétale impose son activité silencieuse dans les pages de l’extrême contemporain en creusant leurs sillons. Soumises aux effets incongrus du ralentissement, au moment où la vitesse rythme de plus en plus le quotidien et le bouscule, ces feuillages contribuent à ramifier de façon directe ou indirecte les branches du romanesque. D’une part, elles posent le règne vert comme cadre actif de la narration avec ses dérives entrecroisées avec les deux autres règnes – animal et minéral – qui en font ressortir tout de même la spécificité. De l’autre, elles gardent la trace d’une présence en voie de disparition en se laissant traverser par tout ce qui est insaisissable. La couleur, l’odeur, le son, le goût, le toucher agissent ainsi au nom du vivant, de tout ce qui bouge et fait bouger de l’intérieur, de même que le littéraire.

2La notion d’espace est recadrée à travers une relation étroite avec le temps, ce qui redéfinit l’approche thématique en privilégiant l’horizon comme catégorie fonctionnelle, capable de sauvegarder des traces de la perspective perdue. En effet, la tendance au virtuel, qui avait affaibli les coordonnées de la profondeur ou de la largeur, vise à faire apparaître le besoin de tangible par l’attention à la matérialité et aux sensations primaires que les cinq sens remettent en place par le biais du végétal. De cette manière, les arbres, les plantes et les fleurs attestent leur capacité scripturale de fixer des points de repères pour l’observateur. C’est ainsi que l’espace qu’ils dessinent se recrée par un décor bâti non sur la distance mais sur l’approximation de l’“au plus près”. L’horizon fait semblant d’engendrer un décalage puisque sa souplesse dilate ou rétrécit l’espace. Mais au fond, ce mécanisme d’illimitation qui exploite le côté temporel de l’action remet en question, d’une part, la dimension auctorielle et, de l’autre, s’alimente sans cesse par un désir de la nature.

3Le temps agit sur cette matière vivante au point de la transformer et, tout en perdant de vue ses origines – y comprise même la notion d’auteur source d’une œuvre –, il rend sa fragilité comme une marque de résistance. Par conséquent, le flou reste en surface en brouillant les effets dimensionnels alors que la netteté ne peut émerger qu’à travers l’infiniment petit.

4Cet équilibre qui soutient l’approche narrative du descriptif n’implique plus le code relationnel propre à l’issu d’un sentiment de la nature in praesentia sous toutes ses formes. Il atteint plutôt un autre sentiment plus mobile qui donne la voix au sujet végétal, dans le sens que toute végétation acquiert une consistance par le biais de ses caractéristiques telles que, parmi les plus paradoxales, la précarité et la fragilité. Même le recours aux formes organisatrices du non-littéraire – comme l’herbier, l’album, le journal intime – essaie d’attribuer une configuration à ce qui ne peut pas l’avoir. La végétation fait bouger l’espace naturel, ce qui engendre une transformation de son statut. L’approche sentimentale humanise les variations végétales à travers une démarche qui permet aux plantes elles-mêmes de prendre les distances de leur identité scientifique et de devenir «autre chose». La botanique se fait littérature en exploitant les ressources littéraires. De même, la littérature se fait botanique aussi en explorant toutes les possibilités fictionnelles dont ce «savoir» se fait porteur. Dans les deux cas, c’est le mouvement vers l’autre qui fait de la végétation un enjeu créatif à l’aide de la fonction changeante des éléments verts. Dans les choix scripturaux analysés, ils déploient une action bouleversante avec un décalage immédiat qui va, d’une part, vers l’expérience de la nature (comme chez Bergounioux) et, de l’autre, vers sa connaissance virtuelle (comme chez Senges). C’est ainsi que tout sujet, porteur conscient des aspects propres aux végétaux, devient végétal lui-même sans l’être.

  • 1 Cf. Matteo Majorano (éd.), Il ritorno dei sentimenti, Quodlibet, “Ultracontemporanea”, Macerata 201 (...)

5Si le dosage de la lumière crée l’horizon scriptural du végétal avec ses variations, le sentiment végétal s’installe au cœur du “roman botanique” – le roman du présent, de la fragilité, de la lenteur –; il constitue ainsi l’élément-clé pour dépasser sa lecture thématique, liée au caractère tangible des réseaux métaphoriques dont les images de la végétation se font porteuses. Le sentiment végétal1 condense la spécificité des plantes, des arbres, des fleurs de manière à ce qu’elle s’inscrive dans les pages sous forme d’empreinte. Cette essence de l’insaisissable qui agit par la médiation de l’acte de sentir acquiert sa durée par l’instant et son intensité par l’égrainement des situations.

6La profusion et la capillarité du végétal dans la littérature de l’extrême contemporain atteste, d’une part, l’existence d’une tendance à rendre végétales les situations et, de l’autre, l’existence d’une écriture végétale. Dans le premier cas, la présence de la végétation affaiblit les conflits, les oppositions pour éviter tout éclatement des situations en imposant un goût du détail qui altère les proportions en faveur du minuscule. Dans le second, la légèreté explore les ressources de la matérialité à l’état brut et ouvre la voie à une approche analogique qui n’a plus besoin de produire de symboles, puisqu’elle relit l’immédiateté sans médiation en gardant la distinction des souches. En explorant les ressources de la marginalité, du végétatif, l’écriture végétale dépasse le cadre du règne végétal et devient ainsi une manière de dire la complexité et la partialité du réel, loin des limites d’une «critique environnementale».

7C’est pour cela que le sentiment végétal qui la traverse n’est pas un antidote du sentiment lui-même. Il n’est pas crié mais il cherche toujours une nouvelle voix, unique comme celle de toute œuvre. Il fait semblant d’agir en surface mais il acquiert la profondeur de l’essentiel. Il ralentit pour poser des distances mais il finit par intervenir directement sur et dans les situations. Tout cela pour redonner un nouvel élan au sentiment lui-même à travers l’authenticité du non-humain, de ce qui est plus loin de l’humain mais qui finit par être au plus près de l’humain jusqu’à le dépasser dans ce qui lui appartient, dans ce qui lui est au cœur.

Notes

1 Cf. Matteo Majorano (éd.), Il ritorno dei sentimenti, Quodlibet, “Ultracontemporanea”, Macerata 2014.

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540